samedi 16 septembre 2017

La droite politicienne n'a aucune crédibilité, elle semble sans conviction à la remorque de la gauche

Zemmour sur la PMA (fécondation in vitro) « Les pauvres, par leurs cotisations, paieront les caprices des riches »

L’autorisation par le gouvernement de l’ouverture de la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, mêmes celles qui ne sont pas stériles, fait grand bruit.

« Elles feront toutes des bébés toutes seules. Quand elles voudront, comme elles voudront. Sans devoir supporter ces affreux hommes qui leur pourrissent la vie depuis des millions d’années », lance Éric Zemmour. « Bienvenue dans le monde de la liberté, clament déjà les mouvements féministes. Bienvenue dans le monde de l’égalité, ajoutent les mouvements homosexuels », poursuit-il un brin railleur.

« Dieu est comme les Français, il est nul en économie. Il faut donc l’externaliser du corps de la femme pour qu’elle devienne artificielle, complexe et très chère », ose-t-il.

« Au nom de l’égalité entre les enfants, on aura le remboursement par la Sécurité sociale », prédit le journaliste. « Les pauvres, par leurs cotisations, paieront les caprices des riches », assure-t-il. Et Éric Zemmour d’inviter l’actuel chef de l’État à se méfier : « Après l’obligation des onze vaccins, il va finir par le apparaître comme l’homme lige des grands laboratoires pharmaceutiques et du négoce médical ».

Zemmour revient aussi sur toutes les étapes de ces « progrès », à chaque fois le pouvoir en place jure ses grands dieux qu’il n’ira pas plus loin (le mariage homosexuel, mais certainement pas la PMA). Et puis le gouvernement suivant va plus loin promettant lui-même de ne pas aller plus loin (la PMA, mais certainement pas la GPA, les mères porteuses).



Comme il l’avait rappelé auparavant (vidéo ci-dessous) en pleine bataille du mariage pour tous, la ministre de la Justice avait assuré que sa loi ne permettrait jamais à un couple de femmes d’adopter un enfant né par la procréation médicale assistée (PMA), et encore moins à un couple d’hommes d’acquérir un bébé par une gestation pour autrui (GPA). Mais voilà quelque mois plus tard fin juin 2014, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) avait condamné la France pour son refus de transcrire les actes de filiation d’enfants nés par GPA à l’étranger. François Hollande a exclu toute légalisation de la GPA. Mais « l’alliance tacite entre Taubira et les juges a parfaitement fonctionné par-dessus la tête des parlementaires français et du peuple », déplore Éric Zemmour, qui poursuit : « Cela fait beaucoup de cocus ».


Eugénie Bastié sur le même sujet : « l’histoire du peuple de droite est celle d’un immense et permanent cocufiage ». Elle ajoute : « On a l'impression que la droite [politique] n'est qu'une gauche plus lente sur les sujets sociétaux ».



Aucun commentaire: