mercredi 23 février 2022

Même un petit don au Convoi de la Liberté après le 15 février suffit à faire geler le compte en banque de donateurs

Même un petit don au Convoi de la Liberté après le 15 février est suffisant pour geler les comptes bancaires des donateurs, a déclaré le comité des finances.

« Nous avons dû prendre des mesures extrêmes pour geler les comptes afin de décourager les gens de financer des activités illégales » [selon le gouvernement Trudeau].

Alors que les rapports de comptes gelés liés aux dons de convoi continuent d’affluer, les membres du comité des finances des Communes ont passé mardi après-midi à interroger le personnel de l’Agence du revenu du Canada et des ministères des Finances et de la Justice au sujet des mesures d’urgence controversées qui permettent à la police de verrouiller les comptes bancaires de personnes soupçonnées d’avoir financé les manifestations illégales sans avoir obtenu au préalable une ordonnance du tribunal.

« Juste pour être clair, une contribution financière, soit via une plateforme de collecte en ligne, soit directement, pourrait entraîner le gel de leur compte bancaire ? » Le député conservateur Philip Lawrence a posé la question à la sous-ministre adjointe du ministère des Finances, Isabelle Jacques.

« Oui, » répondit-elle.

« Ils n’avaient pas besoin de participer activement à la manifestation, ils n’avaient pas besoin d’être ici à Ottawa à l’un des blocages ? » a demandé Laurent.

« Non, pas en personne », a-t-elle répondu.

« Cela pourrait être indirect. »

Lorsque vous gelez le compte bancaire de quelqu’un, vous le bannissez de la société

Une telle mesure, a-t-elle dit, ne serait prise que sur les dons effectués après la déclaration d’urgence du 15 février et n’est pas rétroactive — ajoutant qu’un tel cas serait « très improbable », mais tout à fait possible.

 

Le gouvernement de @JustinTrudeau a gelé les comptes bancaires de citoyens canadiens. En l’absence d’ordonnance du tribunal. En l’absence de condamnation. Dans certains cas, en l’absence de toute accusation quelle qu’elle soit. Si vous soutenez cela, vous êtes une menace pour la démocratie. Pas les manifestants.

Elle a également déclaré que la police avait cessé de geler les comptes lundi, car l’occupation d’Ottawa avait été éliminée.

Un communiqué publié lundi par la GRC a nié avoir fourni les noms des donateurs du convoi aux institutions financières, expliquant avoir fourni aux banques une liste d’individus « qui ont influencé la manifestation illégale à Ottawa », ainsi que des chauffeurs et des propriétaires de camions qui ont refusé de quitter la zone quand la police le leur demanda.

Les mesures d’urgence du gouvernement Trudeau ont été largement rejetées par des observateurs et les membres de l’opposition qui affirment que l’occupation au centre-ville d’Ottawa et aux postes frontaliers terrestres ce mois-ci n’atteignait pas le seuil nécessaire pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence.

Répondant aux questions du député conservateur Adam Chambers, Mme Jacques a déclaré que la police avait le pouvoir de geler des comptes dans diverses situations, mais a déclaré que l’invocation de la loi comblait des lacunes critiques dans les lois actuelles sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Les ordonnances d’urgence, a-t-elle déclaré, exigent désormais que les plateformes de financement participatif et les fournisseurs de services de paiement s’inscrivent auprès de CANAFE, l’agence nationale du renseignement et de la criminalité financière du Canada.

Soulignant l’injonction du 10 février de la province de l’Ontario de geler l’accès aux dons en vertu de l’art. 490.8 du Code criminel, Chambers a demandé à Isabelle Jacques pourquoi le procureur général de l’Ontario avait pu faire ce que les libéraux fédéraux avaient déclaré impossible sans déclarer une urgence.

« Est-ce l’opinion judiciaire des individus ici ou du gouvernement qu’il n’y avait pas d’autre moyen de geler le compte d’un individu que d’invoquer la loi sur les mesures d’urgence ? » Il a demandé.

Mme Jacques a refusé d’offrir un avis juridique, mais a suggéré que le gouvernement fédéral voulait impressionner ceux qui envisageaient d’offrir un soutien financier.

« Ce n’est pas que le gouvernement fédéral pensait qu’il n’y avait pas d’autres moyens de geler les comptes compte tenu des blocages illégaux actuels qui étaient en cours », a-t-elle déclaré.

« Nous avons dû prendre des mesures extrêmes pour geler les comptes afin de décourager les gens de financer des activités illégales. »

La police a ordonné le gel de plus de 206 comptes, a-t-elle déclaré, ajoutant que certaines entités ou personnes avaient plusieurs comptes verrouillés.

« Lorsque vous gelez le compte bancaire de quelqu’un, vous le bannissez littéralement de la société », a déclaré Lawrence.

Les dispositions de « débancage » (de privation de compte en banque) sont si étendues qu’un employé d’un supermarché qui a vendu une cartouche de propane à un manifestant pourrait voir ses comptes gelés.

Isabelle Jacques, répondant à une question du député néo-démocrate Daniel Blaikie, a déclaré qu’il n’y avait aucune obligation législative pour quiconque — que ce soit la police, le gouvernement ou les instructions financières — d’informer les individus que leurs comptes étaient gelés.

« Les comptes de certaines personnes sont en train d’être gelés en ce moment même », a déclaré Blaikie.

« Il semble que certaines personnes aient l’impression que leurs comptes sont gelés à la suite des ordonnances d’urgence, dans certains cas, cela ne correspond pas à ce que nous entendons du gouvernement. »

Des personnes qui prétendent avoir eu leurs comptes gelés se sont exprimées sur les réseaux sociaux cette semaine, certaines affirmant avoir fait un don avant l’état d’urgence du 15 février.

(Gazouillis de l’avocat Keith Wilson traduit)
 

L’avocat Keith Wilson, qui représentait les organisateurs de convois pendant les occupations d’Ottawa, a tweeté qu’il représentait neuf Canadiens qui disent que leurs comptes sont gelés ou que leurs polices d’assurance ont été annulées.

Source : National Post


23 février 1455 - Première impression de la bible de Gutenberg

La tradition veut que le 23 février 1455 Johannes Gutenberg parvient à imprimer en série le premier livre en Europe avec des caractères mobiles de métal : la bible de Gutenberg. Il reste aujourd’hui moins de 40 exemplaires de cette bible.

Après plusieurs années de recherche et de travaux, Gutenberg parvient à mettre au point un système lui permettant d’imprimer en série. La bible de Gutenberg se compose alors de pages comportant chacune 42 lignes.

La technique d’impression utilisée par Gutenberg repose sur deux principes qui n’étaient pas en soi nouveaux dans l’histoire de l’humanité :

– impression à partir d’une forme à l’image inversée (c’était déjà le cas de la xylographie) ;

– utilisation de caractères réutilisables (c’était une technique déjà utilisée en Extrême-Orient).

Mais trois innovations au moins ont vu le jour dans la mise en œuvre de ces principes, avec la définition d’un processus d’impression tel qu’il se répandra rapidement dans toute l’Europe, puis à la faveur de l’expansionnisme européen, dans tout le monde :

– la technique de fabrication en série des caractères : Gutenberg a inventé pour cela un moule manuel qui permet une production en série de caractères et conçu un alliage déterminé constitué de plomb, d’étain et d’antimoine ;

– la technique de préparation des formes imprimantes, de la casse au composteur, du composteur à la galée et de la galée au marbre ;

– la technique d’impression avec l’utilisation d’une presse à vis.

Ces innovations n'auraient pas vu le jour sans un contexte économique favorable dont on peut esquisser quelques aspects :

– le développement de la métallurgie (Gutenberg, comme d'autres imprimeurs, était lui-même issu d'un milieu d'orfèvres) ;

– le développement de la technique de fabrication du papier, sans lequel l'impression de centaines d'ouvrages n'aurait pas été possible (le parchemin n'aurait pas pu y suffire) ;

– le développement d'un réseau de banquiers susceptibles d'assurer les financements nécessaires pour la production en masse de livres.[Cf. « l’éthique capitaliste/bancaire protestante » était déjà très largement pratiqué par les catholiques au Moyen Âge. ]

Le Toronto Star utilise-t-il les listes piratées pour faire renvoyer certains partisans des camionneurs ?

Les journalistes du Toronto Star parcourent-ils inlassablement des données piratées dans le but de faire renvoyer des fonctionnaires, des policiers ? Ces listes sont celles volées du site de collecte GiveSendGo il y a un peu plus d’une semaine.

Chasse aux sorcières ? 

Et certains se demandent pourquoi tant de personnes perdent confiance dans les médias.


Canada — programme de financement du logement fondé sur la race

Le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il subventionnerait environ 200 logements abordables à des familles noires qui accèderont ainsi à une propriété pour la première fois dans la région du Grand Toronto, au cours des quatre prochaines années, aux termes du Fonds d’aide aux fournisseurs de prêts hypothécaires avec participation (FAFPHP). 

 Cet investissement appuie les annonces antérieures du gouvernement du Canada qui visent à soutenir les personnes noires du Canada dans la réalisation de leur rêve d’accéder à la propriété. Ces investissements incluent un investissement conjoint de 40 millions de dollars avec Habitat pour l’humanité Canada afin de créer 200 possibilités d’accession à la propriété pour les personnes canadiennes noires et un investissement de 50 millions de dollars en appui des locataires canadiens noirs annoncé récemment dans le cadre du Fonds national de co-investissement pour le logement (FNCIL).

« Le racisme systémique a fait en sorte que les ménages noirs ont des revenus plus faibles, moins de richesse et d’autres obstacles plus subtils à l’accès à la propriété au Canada. Habitat pour l’humanité du Grand Toronto est fier de s’associer à la BlackNorth Initiative dans le cadre de cet important nouveau programme d’accès à la propriété  », a déclaré Ene Underwood (ci-contre), directrice générale d’Habitat pour l’humanité du Grand Toronto.

Samedi, le rédacteur en chef associé de Quillette, Jonathan Kay, s’est moqué du programme de financement basé sur la race.

« Alors, comment décideront-ils qui recevra l’argent ? » a déclaré Kay dans un tweet samedi. « Est-ce qu’ils choisiront, par exemple, les candidats les plus noirs ? »

D’après le site du gouvernement, près du quart des personnes noires au Canada ont des besoins impérieux en matière de logement, parmi elles, 80 % consacrent 30 % ou plus de leur revenu au logement.

Uniquement chez les locataires, plus du tiers éprouvent des besoins impérieux en matière de logement. La fréquence des besoins impérieux en matière de logement de la population canadienne noire est parmi la plus élevée dans les grandes villes et environ 88 000 ménages noirs ont de tels besoins.

Le montant réservé de 50 millions de dollars pour les ménages noirs dans le cadre du Fonds national de co-investissement pour le logement vise à encourager un plus grand nombre de demandes pour les ensembles dirigés par des personnes noires et les ensembles destinés aux ménages noirs dans le cadre de ce programme.

Le Fonds d’aide aux fournisseurs de prêts hypothécaires avec participation (FAFPHP) offrira jusqu’à 100 millions de dollars en prêts aux fournisseurs de prêts hypothécaires avec participation sur 5 ans, à compter de 2019 - 2020.

Ces aides s’inscrivent dans la Stratégie nationale sur le logement (SNL) du Canada, un plan de plus de 72 milliards de dollars sur 10 ans qui permettront à un plus grand nombre de personnes au Canada d’avoir un chez-soi. Elle est fondée sur une approche du logement axée sur les droits de la personne qui accorde la priorité aux besoins des groupes de population qui ont des besoins en matière de logement ou qui sont en situation d’itinérance.

Dans le contexte de la Stratégie nationale sur le logement, les groupes vulnérables prioritaires comprennent actuellement :

  • les personnes (particulièrement les femmes et les enfants) fuyant une situation de violence familiale,
  • les LGBTQ2+,
  • les groupes radicalisés,
  • les nouveaux immigrants et réfugiés,
  • les Autochtones,
  • les aînés,
  • les personnes ayant une déficience,
  • les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de dépendance,
  • les anciens combattants,
  • les personnes et les familles sans-abri,
  • et les jeunes adultes.

Canada hors Québec — inscriptions dans les écoles publiques en baisse

Selon une nouvelle étude du Fraser Institute, les inscriptions dans les écoles publiques gérées par les gouvernements provinciaux sont en baisse au Canada, tandis que la fréquentation des établissements (relativement) indépendants y est en hausse. Ce n'est pas le cas au Québec où les écoles dites privées ont très peu d'indépendance quant au programme enseigné de toute façon.

Paige MacPherson, directrice adjointe des politiques éducatives du Fraser Institute, a constaté que les inscriptions dans les écoles publiques étaient en baisse depuis l'année scolaire 2006/2007.

En utilisant les données de l'année scolaire 2006/2007 à l'année scolaire 2019/2020 pour toutes les classes de la maternelle à la 12e année, MacPherson a montré que le nombre d'enfants inscrits dans les écoles publiques gérées par le gouvernement a en fait chuté de plus d'un point de pourcentage complet - de 93 % à 91,8 %.

Bien que le taux national de scolarisation n'ait pas beaucoup changé au cours de cette période, huit des dix provinces ont connu une baisse de la fréquentation des écoles publiques.

La Colombie-Britannique a le plus faible taux d'inscription dans les écoles publiques malgré le fait que le gouvernement provincial y avait augmenté les dépenses en éducation. Les dépenses en éducation de la Colombie-Britannique ont également dépassé la moyenne nationale, avec une augmentation des dépenses de 15,4 % de 2014/15 à 2018/19.

Le Québec et le Manitoba étaient les deux provinces suivantes avec le taux d'inscription dans les écoles publiques le plus bas, tandis que Terre-Neuve-et-Labrador avait le taux le plus élevé.

D'un autre côté, MacPherson a constaté que les inscriptions dans les écoles indépendantes étaient passées de 6,7% à 7,6% au cours de la même période. Cela survient malgré le fait que les écoles indépendantes imposent un fardeau financier plus lourd aux familles qui les choisissent.

Les seules provinces qui ont affiché une baisse des inscriptions dans les écoles indépendantes sont l'Alberta et le Québec.

La Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba et le Québec offrent tous une sorte de financement gouvernemental aux écoles dites indépendantes. La Nouvelle-Écosse offre le Tuition Support Program, qui subventionne un montant très limité.

Cette recherche n'est pas la première à examiner de près le système d'éducation publique du Canada. L'Association for Reformed Political Action a reproché aux gouvernements provinciaux de ne pas offrir aux parents une diversité d'approches en matière d'éducation.

 

École publique de Toronto se vante de cette campagne militante LGBTQ2SAI+

Le directeur du droit et de la politique de l'ARPA Canada, André Shutten, note que « (b) même s'il peut y avoir une diversité de personnes au sein d'un grand système d'éducation… il n'y a pas de diversité dans les approches de l'éducation, dans les différentes institutions qui offrent une éducation à nos enfants. » Les écoles dites indépendantes sont en effet souvent astreintes à enseigner les mêmes programmes que les écoles publiques, en utilisant les mêmes méthodes (la pierre d'achopement dans le dossier qui a opposé le collège Loyola au Ministère de l'Éducation au Québec) et à embaucher les mêmes profils d'enseignants. De petites améliorations sont cependant survenues ces dernières années.

Par exemple, l'Alberta a récemment approuvé sa première école à charte publique sans frais de scolarité axée sur l'enseignement classique, le premier programme public d'enseignement classique non confessionnel au Canada.

La ministre de l'Éducation de l'Alberta, Adriana LaGrange, a déclaré : « Nous sommes fiers d'avoir un système scolaire dynamique qui soutient le droit des parents de choisir le type d'éducation qui convient le mieux à leur enfant. »

La Calgary Classical Academy débutera au cours de l'année scolaire 2022/2023 et offrira des cours de la maternelle à la 6e année.

Voir aussi

Les règles imposées à l'école privée sont responsables de la sélection pratiquée

La HSLDA fait appel dans un dossier portant sur la notion de programme équivalent

Étude — Pourquoi les écoles privées canadiennes forment de meilleures personnes

France — Le succès des écoles privées ne cesse de grimper