dimanche 19 janvier 2020

La parité : nouveau dogme néofémisme (quand cela arrange) ?

Texte de Nathalie Elgrably-Lévy sur un « Délire de néoféministes ».

L’auteure Marcia Pilote a récemment écrit un texte à l’emporte-pièce pour dénoncer l’absence de femmes parmi les créateurs du Bye bye. Puis, depuis lundi, c’est l’hystérie collective parce que la liste des finalistes pour l’Oscar du meilleur réalisateur est exclusivement masculine.

La parité étant devenue un dogme quasi religieux exigeant une obéissance docile, il est tendance de s’indigner bruyamment chaque fois que les femmes sont sous-représentées dans un domaine.

Avantage

Dommage que les apôtres de la parité fassent l’économie d’une réflexion élémentaire, car ils s’apercevraient que l’absence de parité avantage les femmes dans une multitude de circonstances. Des statistiques américaines, mais qui peuvent aisément refléter la réalité canadienne, ont montré que pour 100 femmes qui...

– s’inscrivent à l’université, on compte 73 hommes ;

– obtiennent un diplôme de médecine, on compte 90 hommes ;

– sont itinérantes, on compte 154 hommes ;

– sont alcooliques, on compte 200 hommes ;

– décèdent entre 25 et 34 ans, on compte 232 hommes ;

– décèdent d’un accident de travail, on compte 1294 hommes ;

– se trouvent en prison, on compte 1333 hommes.

La parité démographique n’existe nulle part ! D’ailleurs, au nom de quel impératif sibyllin faudrait-il que les femmes et les hommes soient toujours numériquement égaux ?

L’égalité des droits entre tous les êtres humains est un objectif noble. Fort heureusement, elle a été atteinte dans les sociétés occidentales. Ce que réclament aujourd’hui les néoféministes, c’est la parité, et donc l’égalité des résultats, de gré ou de force.

Différent


Toutefois, la parité suppose que les deux sexes sont parfaitement identiques, qu’ils ont les mêmes intérêts et les mêmes ambitions. Or, cette hypothèse est d’une absurdité incommensurable vu qu’il est impossible de trouver ne serait-ce que deux hommes (ou deux femmes) identiques. Méfions-nous donc du credo de la parité. Il s’agit d’un délire de néoféministes à la recherche d’un prétexte pour se victimiser.

Voir aussi

2019 bonne année pour féminisme, peu de place pour les difficultés masculines


Jordan Peterson sur la crise de la masculinité (manque d’encouragement des jeunes hommes) la gauche radicale

Greta Thunberg : le colonialisme, le racisme et patriarcat ont causé la crise climatique

Le Canada vu de loin : un pays avec un singulier manque d’adultes

Biologie — L’expression de 6 500 différences génétiques distingue l’homme de la femme.

Violence entre partenaires intimes : les hommes plus souvent victimes

« Guerre contre les femmes » ? Plutôt, une guerre contre les enfants

L’hypothèse de l’homme jetable

« Femmes célibataires sans enfant sont plus heureuses » ? Les données montrent plutôt l’inverse...

Réforme Blanquer : en 2021, le programme de philosophie « sera féminisé et deviendra plus multiculturel qu’il ne l’est actuellement »

Histoire — l’ex­clusion des femmes du suffrage fut davantage le fait de l’idéologie progressiste que de la pensée réactionnaire.

L’État se féminise (60 % de femmes...) et se « diversifie »