mercredi 25 novembre 2020

Première action de grâce en Amérique du Nord, la Floride française

La première Action de grâce en Amérique du Nord aurait eu lieu en Floride française.

En effet, avant de tenter de coloniser (peupler) le Canada, la France, et plus particulièrement les huguenots qui y voyaient de futurs refuges, chercha à fonder des colonies en Amérique. Sous l’impulsion de l’amiral Gaspard de Coligny, figure de proue des huguenots, Jean Ribault et René de Goulaine de Laudonnière quittent Le Havre avec 150 hommes à bord de deux vaisseaux du roi le 18 février 1562 et abordent l’Amérique aux confins de la Floride et de la Géorgie actuelles après deux mois de navigation (1er mai). Ils baptisent le pays Caroline en l’honneur de Charles IX de France, établissent un contact pacifique avec les indigènes du « pays de Chicora » (les tribus Potanos, Saturiwas et Tacatacuru). Ils élèvent un fortin, Charlesfort, au sud de l’actuelle ville de Port Royal en Caroline du Sud. Laudonnière organise une seconde expédition en 1564. Il retrouve Charlesfort rasée à la suite du raid du capitaine espagnol de Roja. Laudonnière fait alors construire, 165 milles plus au sud, un ouvrage de plus grandes dimensions, baptisé « la Caroline » (22 juin 1564). Il renvoie en France deux navires sur quatre et décide de rester sur place.

Le 30 juin 1564, l’explorateur français René de Goulaine de Laudonnière a appelé à une fête pour célébrer l’établissement du fort Caroline, près de l’actuel Jacksonville. Laudonnière avait atteint la côte de la Floride le 22 juin, puis remontait la voie navigable que Jean Ribault, deux ans plus tôt, avait surnommée la rivière de Mai, connue aujourd’hui sous le nom de rivière St Johns. Les Indiens Timucua ont chaleureusement accueilli les huguenots français et ont aidé à préparer une fête en leur honneur. « [J]e commandai que l’on sonna une trompette, afin qu’étant assemblés nous rendissions grâces à Dieu, de notre arrivée favorable et heureuse. Là nous chantâmes des louanges au Seigneur, le suppliant vouloir par la sainte grâce, continuer son accoutumée bonté, envers nous ses pauvres serviteurs ».

René de Goulaine de Laudonnière (1510-1574)

D'autres attribuent la première Action de grâce en Amérique du Nord à Martin Frobisher qui, durant sa recherche du Passage du Nord-Ouest en 1578, s'est arrêté avec son équipage sur l'île de Baffin pour rendre grâce à Dieu d'être toujours en bonne santé.

Fac-similé de l’ouvrage paru en 1586 relatant cet événement :

Source : Laudonnière, René de Goulaine de, « L’histoire notable de la Floride située ès Indes Occidentales, contenant les trois voyages faits en icelle par certains capitaines & pilotes françois, descrits par le capitaine Laudonnière, qui y a commandé l’espace d’un an trois moys : à laquelle a esté adjousté un quatriesme voyage fait par le capitaine Gourgues. » [archive], sur gallica.bnf.fr, 1586 (consulté le 10 novembre 2020), p. 112 (45)

Célèbre journaliste féministe et travailliste démissionne du Guardian à cause du climat de censure

Après Bari Weiss (voir ce billet) qui a quitté le New York Times, Suzanne Moore, journaliste féministe au Guardian, autre quotidien de gauche, quitte sa rédaction écœurée par le climat « woke ». Extraits traduits de la retranscription de son interview à Unherd.

Nous sommes en mars 2020. Depuis plusieurs mois maintenant, j’essaie d’écrire quelque chose — n’importe quoi — sur le « débat trans » dans ma rubrique du Guardian. Ce débat oppose certaines féministes et des militants pro-transsexuels. Mais si je glisse un jour une ligne sur l’expérience féminine des personnes ayant un corps de femme et sur l’importance de cette expérience, pourtant toujours étouffée. On la fait disparaître. Cette idée est bloquée, pas explicitement, mais elle n’est certainement pas publiée. Mes éditeurs disent des choses comme : « Cela n’ajoute rien à votre propos » ou c’est une « distraction » par rapport à l’argument.

Même si j’écrivais pour eux depuis des décennies, les rédacteurs essaient constamment de m’orienter vers des sujets de « style de vie » pour ma chronique. L’un d’eux suggère même que je ne devrais pas du tout toucher à la politique. Et pourtant, l’année précédente, j’avais remporté le prix Orwell du journalisme politique.

J’ai donc enfin pu écrire un article sur les problèmes des trans. Sur quoi 338 de mes « collègues » se sont plaints par écrit de cet article au rédacteur en chef.

Aujourd’hui, six mois plus tard, j’ai démissionné. Et j’essaie toujours de comprendre pourquoi j’ai été traité d’une façon si épouvantable.

Pourtant, les insultes que j’ai subies sur la question des trans étaient différentes et pires que tout ce qui s’était fait auparavant. Les réseaux sociaux commençaient à faire des efforts. Cela m’a ouvert les yeux. Twitter était rempli de gens qui me disaient comment ils allaient me violer, me décapiter, éjaculer dans ma tête, me brûler. Tout cela était en quelque sorte lié à la remarque du transsexuel brésilien [Suzanne Moore avait cité une phrase sur le corps des transsexuels brésiliens dans un article précédent]. La police est venue me voir, mais elle n’a pas vraiment compris ce qu’était Twitter. Ils ont dit des choses comme : « Ne leur répondez pas par courriel, ma belle ». Les pires menaces venaient de personnes qui savaient où j’habitais et qui disaient qu’elles rosseraient mon fils de 11 ans. […]

En 2018, l’atmosphère était toxique. Un collègue chroniqueur du Guardian a répondu à un message que j’avais envoyé sur le fait d’être courtois lors de la fête de Noël : « Vous avez provoqué la transphobie la plus dégoûtante, pour laquelle vous ne vous êtes jamais excusés, vous avez qualifié l’islamophobie de mythe et vous vous en prenez publiquement aux gens de gauche ». Cette personne a poursuivi en disant que je me sentais en insécurité « parce qu’une nouvelle génération de jeunes gauchistes avait pris l’ascendant dans l’opinion publique ». Je n’ai même pas compris l’accusation d’islamophobie. […]

Ce qui nous amène à mars 2020 [l’article en question]. Finalement, un grand rédacteur m’a permis d’écrire sur la façon dont les femmes critiques en matière du genre voulaient faire valoir leurs droits fondamentaux. Un professeur d’histoire de la classe ouvrière à Oxford, Selina Todd, a été désinvité d’un événement. J’ai noté, à propos de cet incident, que ce sont encore les femmes, jamais les hommes, qui perdaient des emplois, des revenus et des plateformes publiques si elles s’exprimaient. 

[La veille de la prise de parole de Todd, elle dit avoir été désinvitée au motif qu’elle s’était adressé à une réunion du groupe Woman’s Place UK, qui a été formé en 2017 après des modifications proposées à la loi sur la reconnaissance des genres. Le groupe fait campagne pour que les femmes aient des espaces séparés et des services distincts sur la base de notre sexe biologique. Todd, une professeur respectée d’histoire de la classe ouvrière, a, par conséquent, été accusée sur les réseaux sociaux d’être transphobe. Woman’s Place UK a récemment été défini comme un « groupe de haine transexclusionniste » dans un engagement mis en place par le Campagne travailliste pour les droits trans. Engagement que les candidates à la direction travailliste Lisa Nandy et Rebecca Long-Bailey se sont engagées à respecter.]

Beaucoup de femmes m’ont écrit : elles ne prenaient pas position, mais elles étaient dans l’ensemble inquiètes. J’ai écrit que je croyais que le sexe biologique était réel et qu’il n’était pas transphobe de comprendre la science fondamentale. À mon avis, la chronique était assez modérée. 

Elle a été publiée. Puis, j’apprends que nombre de gens sur les réseaux sociaux me remercient d’avoir dit ce qu’il fallait dire. Mais il existe d’autres réactions : le lot « Crève dans un fossé, terf » qui, chose extraordinaire, me disait de mourir dans un fossé. [terf = acronyme signifiant féministe radicale transexclusionniste]. Une nouvelle fois. […]

Puis est venue la lettre au rédacteur en chef, exprimant la consternation que le Guardian soit une publication « hostile aux droits des trans et aux employés trans », puisque trois personnes trans avaient apparemment démissionné au cours de l’année dernière. Cette lettre me l’apprenait. Bien que je n’aie pas été nommée dans la lettre, c’était très clairement une réponse à ma chronique. Trois cent trente-huit personnes l’ont signée.

Aucun d’entre eux n’a eu la décence de me téléphoner. Le Guardian devrait-il être un lieu de travail accueillant pour les transgenres ? Oui, bien sûr. Devrait-il être un lieu où l’on discute de questions compliquées ? Encore une fois, oui.

Mon expérience est que j’ai été plus censuré par la gauche que par la droite et cela ne me fait pas plaisir de le dire. […]

La lettre affirmait clairement que ce n’était pas seulement les activistes des réseaux sociaux qui voulaient que je quitte le journal. Mes collègues m’avaient en ligne de mire : il était temps de passer la main à la jeune équipe de Corbyn, qui passe sa vie à se moquer des médias grand public, mais qui est impatiente d’en faire partie. Savaient-ils bien écrire ? Dire quelque chose qui vienne du cœur ? Est-ce que cela compte ? Apparemment non, ils pensent simplement comme il faut.

La lettre a ensuite été transmise à Buzzfeed, puis les noms ont été rendus publics. J’étais dévasté de voir que des gens que j’aimais et avec qui j’avais travaillé avaient fait cela. En 30 ans de journalisme, j’ai souvent été en désaccord avec les gens et j’ai eu des désaccords avec eux, mais personne n’a jamais fait quelque chose d’aussi sournois que d’essayer de faire virer quelqu’un à cause d’une chronique.


J’ai énuméré les noms de mes dénonciateurs sur Twitter. J’ai vu que l’un d’entre eux prétend que je les avais « doxxés », ce qui n’est pas le cas car les noms étaient déjà dans le domaine public. J’ai écrit une lettre bouleversante et émouvante aux personnes que je connaissais, leur demandant comment ils avaient pu faire cela. Quel genre de victoire avaient-ils obtenu ?

Je me sentais vraiment mal. Comment vous sentiriez-vous si 338 collègues vous intimidaient ? Mais je suis parti à Amsterdam pour faire une retraite aux champignons [hallucinogènes] parce que la vie continue.

Par erreur, j’ai pensé que mes rédacteurs en chef me défendraient parce que c’était ce qui s’était passé dans d’autres journaux où j’avais travaillé ou bien ils pourraient faire une déclaration publique. Ils ne l’ont pas fait. Il y a eu un courriel interne. Et j’ai entendu dire qu’il a été discuté au Scott Trust qui dirige le journal. Je n’ai vraiment aucune idée de ce que cela signifie. Je ne comprends pas non plus ce que signifie l’indépendance éditoriale. Le comprennent-ils ? Pas selon moi.

Pour moi, ils ont fait preuve d’une lâcheté totale. Ne devraient-ils pas soutenir leurs journalistes ? Mais sur cette question, le Guardian a pris peur. Je pense que c’est en partie à cause du parti pris de l’édition américaine du Guardian et en partie parce que le journal est parrainé par la fondation Open Society [de Sorros], qui promeut les droits des transgenres. […]

Source : Unherd (en anglais).

Voir aussi

Inquisition — Norvège condamne à la prison ceux qui tiennent des propos « transphobes »... en privé

Démystifier les mythes diversitaires sur le sexe et l'identité de genre

Jordan Peterson et les jeunes « trans » (M-à-j avis de Debra Soh sur l’augmentation de ceux-ci)

Transsexuelle « homme aujourd’hui » allaite en public et est « enceint » 

Programme pour enfants de Radio-Canada (CBC) traite J. K. Rowling de transphobe 

Biologie — L’expression de 6 500 différences génétiques distinguent l’homme de la femme

Étude — La testostérone change la structure du cerveau

Le cerveau des femmes est mieux préparé que celui des hommes pour faire face aux défauts génétiques

Paradoxe confirmé : l’égalité juridique des sexes renforce les stéréotypes sexuels (chasser le naturel, il revient au galop ?)  

La croisade des LGBT contre la liberté d’expression et les distinctions linguistiques immémoriales

L’instinct maternel aurait une réalité biologique

Gigantesque étude : il n’existe pas de gène « gay » 

À la lumière de six études Remafedi trouve que le suicide chez les jeunes homosexuels s’explique peu par l’homophobie, mais davantage par la prostitution, la famille désunie, l’agression sexuelle en bas âge, les peines d’amour et l’étiquetage prématuré de l’orientation sexuelle.

Joe Biden — pour que les enfants de 8 ans puissent décider d'être transgenres

Royaume-Uni : femme de 23 ans attaque la clinique où elle a subi une “transition de genre" à 16 ans

Surdiagnostics de dysphorie de genre chez des enfants : 35 psychologues démissionnent

Fonctionnaires contre père : qui décide si un enfant mineur peut subir une thérapie de transition de genre ? 
 
Père : ma fille de 14 ans a été détruite par des hormones de transition imposées par un tribunal

Trans — Médecins inquiets que des enfants s'exposent à des "dégâts à long terme" en raison de groupes de pression et de parents agressifs

Endocrinologues mettent en garde contre le traitement hormonal de la dysphorie sexuelle chez l’enfant 

Programme pour enfants de Radio-Canada (CBC) traite J.K. Rowling de transphobe

« Des centaines de jeunes transgenres souhaitent retrouver le sexe de leur naissance »

Grande-Bretagne — enfants autistes poussés à s’identifier comme transgenres ?

Royaume-Uni : vers une facilitation du changement d’état-civil pour les transsexuels ?

Californie — vers une interdiction de livres prônant une sexualité traditionnelle ?  Colombie-Britannique : cour suprême interdit aux parents de s'opposer au traitement hormonal de transition de leur fille de 14 ans

Trans — Médecins inquiets que des enfants s'exposent à des "dégâts à long terme" en raison de groupes de pression et de parents agressifs

États-Unis — Trois lycéennes portent plainte pour empêcher athlètes transgenres de concourir avec filles

Cours d'éducation à la sexualité, l'imposition de la théorie du genre est cruciale... 

 Québec — Éducation à la sexualité : des exemptions « très strictes », mais pas pour raisons religieuses

37 % des gènes humains ont une expression différenciée selon que l’on est homme ou femme

Au Québec, un cours d’éducation sexuelle « imprégné par la théorie du genre » ?

Les athées américains plus enclins à se dire blancs que les protestants et les catholiques

Un athée est plus susceptible de s'identifier comme blanc, non hispanique qu'un protestant ou un catholique.

En fait, les jeunes athées sont l'une des catégories « religieuses » les moins diversifiées sur le plan racial aux États-Unis. Seuls les mormons sont en général plus nombreux à se dire « blancs ».


Voir aussi

Le déclin des blancs : rejeter, réprimer, fuir ou métisser ? 

Le wokisme : des protestants puritains athées

Obama Ier et ses remarques condescendantes envers les Latinos

Explications savantes de l’ancien américain président Obama, le messie métis, sur le succès de Donald Trump auprès des hispaniques :

« … Il y a beaucoup d’hispaniques évangéliques qui, du fait que Trump dit des propos racistes sur les Mexicains ou met des travailleurs sans papiers dans des cages, pensent que c’est moins important que le fait qu’il soutienne leurs opinions sur le mariage gay ou l’avortement. »
Obama semble oublier que les immigrants illégaux (ils ne sont pas des « travailleurs sans papiers ») étaient aussi parqués dans des cages à son époque (même le très démocrate Washington Post doit l'admettre, mais c'était selon lui parce que le nombre d'immigrants illégaux était tellement important qu'il a fallu pallier le manque de place, bref le résultat de la politique migratoire très laxiste d'Obama).

En outre, Trump n'a jamais fait campagne sur une remise en cause du mariage homosexuel, il ne s'est jamais exprimé contre celui-ci. Contrairement à Obama qui, en 2008, s'opposait publiquement au mariage pour les couples de même sexe. Selon David Axelrod, toujours dans le très progressiste Washington Post, Obama aurait menti à l'époque.
 
M. Obama a également déclaré que le parti républicain de M. Trump avait encouragé les hommes blancs à se considérer comme des victimes. “Vous avez vu se créer, dans la politique républicaine, ce sentiment que les hommes blancs sont des victimes”, a-t-il dit. “Ce sont eux qui sont comme attaqués. Ce qui ne concorde évidemment pas avec l’histoire, les données et l’économie.” Voir Espérance de vie baisse chez les hommes en Ontario, en Colombie-Britannique et chez les blancs aux États-Unis, Suicide : déclin mondial, mais augmentation chez les blancs américains et Sans discrimination positive, le poids des minorités [non blanches] diminue dans les universités américaines.
 
Pour a sa part M. Joe Biden semble nommer à son cabinet de nombreux anciens ministres et secrétaires d'État de l'époque d'Obama comme John Kerry, Janet Yellen (ex-Fed), Jake Sullivan  (qui a défendu le dossier Steele, dossier bidon), et Tony Blinken (un faucon dans le domaine de la politique étrangère). La « compétence est de nouveau dans le vent » selon le journaliste Dan Rather
 
Selon le Washington Examiner, Biden révèle les priorités de ses 100 premiers jours. En haut de la liste? Immigration. Citoyenneté pour ceux qui sont ici illégalement. Relance de DACA [amnistie de quelque 11 à 22 millions d’étrangers illégaux vivant aux États-Unis]. Gel de la déportation. Plus besoin d'attendre au Mexique. Ceux qui traversent illégalement restent aux États-Unis. Et «pas un autre pied» de mur en plus (mais garder la barrière existante).

Une Ode américaine, le film que la critique « progressiste » n'aime pas

Tout commence par une autobiographie, Hilbilly Élégie, saluée par la critique quand elle est sortie en 2016. Figurant dans la liste des meilleures ventes du New York Times en 2016 et 2017, le livre écrit par James David Vance séduisit les lecteurs par son habile description de la culture des Appalaches et des problèmes sociaux qui sévissent dans son Ohio natal désindustrialisé et ravagé par le fléau des drogues.

« Là où les Américains voient des Hillbillies [ploucs], des rednecks [bouseux] ou des White trash [racailles blanches], je vois mes voisins, mes amis, ma famille. »

Dans cet ouvrage à la fois personnel et politique, J.D. Vance racontait son enfance chaotique dans l’Ohio, cette région des États-Unis qui a vu l’industrie du charbon et de la métallurgie péricliter. Il décrit avec humanité et bienveillance la rude vie de ces « petits Blancs », ces « péquenots », que l’on dit xénophobes et qui ont voté pour Donald Trump.

Roman autobiographique, Hillbilly Élégie nous fait entendre la voix d’une classe désillusionnée et pose des questions essentielles. Comment peut-on ne pas manger à sa faim dans le pays le plus riche du monde ? Comment l’Amérique démocrate, ouvrière et digne est-elle devenue républicaine, pauvre et pleine de rancune ? La presse française avait acclamé « Un récit poignant, et nécessaire » (Télérama), « Une somme sur l’Amérique qui va mal » (Marianne) et « Le portrait d’une Amérique délaissée, celle qui a voté Trump ».

La trame du film
 
Il y a deux semaines le film, Une Ode américaine, inspiré du livre de J.D. Vance, est sorti dans quelques salles obscures de plusieurs pays. Ce 24 novembre, Netflix le diffuse sur Internet doublé dans une douzaine de langues. Populaire, il est déjà disponible gratuitement sur des plateformes de partage.

 
Bande annonce (VF)

Après une brève introduction sur les racines appalachiennes de la famille, on retrouve quatorze ans plus tard J. D. Vance à deux doigts de décrocher le stage de ses rêves dans un prestigieux cabinet d’avocats. C’est alors que sa sœur l’appelle  : il doit retourner dans sa ville natale afin d’aider sa mère qui a cédé à nouveau à son plus gros vice : la toxicomanie. Si le constat de départ du film semble déprimant, Une ode américaine est une ode à la vie, à la compréhension, à l’entraide et à la responsabilité personnelle. Le passé nous modèle, êtres complexes et faillibles, mais le passé n’est pas qu’une fatalité, un atavisme dont on ne peut s’extraire, nos actions et nos relations changent également le cours de notre destin.

Éreinté par la critique, apprécié par les spectateurs

Selon le site Rotten Tomatoes qui recense les critiques de film et l’avis des spectateurs, ce long métrage est un navet pour les critiques (25 % est une très mauvaise cote), mais très bon pour les spectateurs.

Pour la Boston Review (tirage de 62 000) « L’adaptation Netflix par Ron Howard de Hillbilly Élégie perpétue une longue tradition qui constitue à voir les hillbillies [ploucs des Appalaches] comme un symbole de la blancheur américaine immaculée. C’est la même nostalgie que Trump a mobilisée à l’extrême droite. […] [JD Vance] était là pour dire aux élites côtières pourquoi les petits blancs des zones rurales étaient ravis d’entendre les diatribes pro-industrialisation, pro-américaines et anti-immigrés de Trump. […] La nostalgie blanche est une sacrée drogue. Afin de briser notre dépendance nationale, nous devons apprendre à la reconnaître : pas seulement dans le grondement du flambeau d’un suprémaciste blanc, mais aussi dans ses apparences plus insipides et plus futées sur Netflix. »

Un bon film

Nous avons vu Une Ode américaine. Amy Adams et Glenn Close sont toutes deux formidables. Il s’agit d’un drame familial narré d’une façon poignante. Peu de rebondissements, sans aucun décor grandiose, ni aucun effet spécial si l’on exclut le maquillage qui rend Glenn Close méconnaissable. C’est un film émouvant axé sur les traumatismes de l’enfance et la lutte pour se sortir de la drogue et plus généralement d’un milieu toxique. Le film trace un portrait réaliste, humain et en rien caricatural de ce milieu.

C’est un bon long métrage qui nous permet d’entrer dans la peau de personnages imparfaits, comme nous tous, mais attachants dans leurs luttes et leur volonté de se sortir de situations et de choix calamiteux. Glenn Close est impressionnante dans la matriarche Mémô (Mamaw) crainte et aimée. À la force de ces vieux poignets, cette fumeuse invétérée fait tout pour sauver sa famille et ses petits-enfants.

Parfois, le réalisateur semble faire un peu trop appel aux analepses (retours en arrière) pour expliquer l’enfance difficile de J.D. Vance. Autre petite lacune à nos yeux : le film ne décrit pas assez la ville ou les environs, il reste concentré sur la famille de Vance. C’est sans doute compréhensible pour un film d’un peu moins de deux heures. Le sociologue en nous a cependant trouvé le livre meilleur à ce niveau, car il fournit ce contexte qui enrichit la plongée dans ce monde.

 Humaniser une partie de l’électorat de Trump, c’est mal

Si le livre a d’abord été bien accueilli, il est désormais considéré par les sachants progressistes comme une tentative d’humaniser des « partisans de Trump ». C’est donc devenu un Mauvais LivreMD. Le film doit donc également être MauvaisMD. L’évolution de la critique du livre « Hillbilly Élégie » est fascinante. Le livre est sorti en 2016 et a été un énorme succès de libraire, car il décrivait les pathologies culturelles qui conduisent à la pauvreté à long terme dans certaines communautés rurales blanches. Par la suite, des critiques ont décidé que le livre était MauvaisMD, probablement pour trois raisons :

  • Le livre glorifie une rédemption faite de décisions individuelles — de la part de J.D. Vance et de sa grand-mère — pour échapper à ce qui semble être le déterminisme de mauvais comportements de génération en génération. Quoi pas besoin d’aide sociale et de plans gouvernementaux ?
  • Il traite la culture de la pauvreté et de la dépendance comme d’un problème non intersectionnel (aucun LGBTQ à l’horizon, l’esclavage, la colonisation, la race ne joue aucun rôle : les policiers sont noirs, la fiancée de JD est d’origine hindoue, etc.)
  • Il humanise les pauvres partisans blancs de Trump.
On peut se demander comment le film a réussi à être tourné à Hollywood avec de grosses vedettes alors qu’il est étrillé par les critiques progressistes. Il se peut qu’il ait été approuvé dans la première vague de « cela pourrait expliquer le sentiment de Trump ». Ou alors on pensait pouvoir avec ce film rabaisser cette frange de l’électorat trumpiste. Mais voilà que le film, sans être un chef-d’œuvre, est bon et poignant. Voilà qu’il humanise ces culs-terreux des Appalaches. Quatre ans après l’élection de Trump, il est loin chez les progressistes le temps du premier choc, de l’introspection après la défaite inexpliquée de Hillary Clinton. Lointaine l’idée qu’il fallait essayer de comprendre ce qui s’était passé en Ohio et dans les autres États ouvriers qui votaient machinalement démocrate. Les progressistes militants ont pris le dessus : plus question d’humaniser, de comprendre, il faut vouer aux gémonies ces gens, diaboliser les partisans de Trump. Le film, comme le livre, est donc devenu MauvaisMD.

 

Six premières minutes d'Une Ode américaine (VF)


L’Amérique trumpiste ne se résume pas aux Hillbillies

Il faut cependant éviter de caricaturer l’électorat trumpiste. L’Amérique pro-Trump ne se résume pas aux hillbillies et à leurs descendants, bien que beaucoup d’entre eux ont sans doute appuyé Trump. Il existe bien d’autres sous-cultures américaines qui appuient Trump et le trumpisme. Il suffit de penser à celles du Mid-Ouest (plus allemande et scandinave), de l’Utah mormon, de la Floride latine, du Nord du Maine ou même, catégorie plus sociale et non géographique, aux conservateurs universitaires discrets rebutés par la dérive « woke ».

La culture redneck déjà analysée par Thomas Sowell et Charles Murray

L’ouvrage de JD Vance est à rapprocher de Coming Apart : The State of White America, 1960—2010 publié en 2013 par Charles Murray. À ses yeux, la classe supérieure blanche et la classe moyenne-inférieure partagent de moins en moins de valeurs et de comportements, ce gouffre menacerait les fondements mêmes de l’Amérique. Certains traits des hillbillies (patriotisme, loyauté à la famille, entraide), seraient hérités des Scots-Irish qui ont peuplé les Appalaches américaines, en ont fait d’excellents pionniers lors de la conquête de l’Ouest, mais d’autres minent cette communauté (rejet de l’étranger de la région, du horsain, violence, alcool). Notons aussi que la religiosité est en pleine implosion dans ces communautés. Un sondage social général a indiqué dans les années 2000 que près de 32 % des Blancs de la classe moyenne-supérieure, entre l’âge de 30 et 49 ans, allaient régulièrement à l’église, contre seulement 17 % de la classe ouvrière blanche de la même tranche d’âge. J.D. Vance et Charles Murray en ont discuté pendant une heure (vidéo)

Le célèbre économiste noir, Thomas Sowell, s’est également penché sur la culture blanche des Hillbillies. Dans son livre Black Rednecks and White Liberals, Sowell soutient que la culture du ghetto noir trouve son origine dans la culture dysfonctionnelle du redneck blanc du Sud, qui était prédominante dans le Sud avant la Guerre de Sécession (1861-1865). Cette culture serait venue, à son tour, de la « culture Cracker » [une insulte désignant les blancs ruraux] des « Britanniques du Nord », c’est-à-dire des Anglais des marches écossaises, des Écossais des Highlands, des Gallois et des Irlandais protestants qui ont émigré des régions frontalières les plus anarchiques de la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle. La Nouvelle-Angleterre a pour sa part été peuplée par des Anglais du Sud. Sowell rappelle que dire « acrost » plutôt que « across » ou « ax » à la place de « ask » sont aujourd’hui considérés comme faisant partie de la manière dont les noirs parlent anglais aux États-Unis. Mais cette façon de parler était courante il y a des siècles dans les régions du Nord de la Grande-Bretagne. Ils n’ont pas apporté que leur propre dialecte. Ils ont également apporté tout un mode de vie qui a rendu les sudistes blancs avant la guerre très différents des Blancs du Nord. La violence était beaucoup plus courante dans le Sud — et dans les régions de la Grande-Bretagne d’où venaient les sudistes. Il en était de même pour les naissances illégitimes, une musique et des danses plus entraînantes et un style d’oratoire religieux marqué par un style oratoire enflammé, des émotions débridées et des images flamboyantes. Tout cela ferait partie de l’héritage culturel des Noirs, qui ont vécu pendant des siècles au milieu de la culture redneck du Sud. 

Cette culture ne mettait pas l’accent sur l’éducation et était peu portée sur la recherche intellectuelle en général. L’analphabétisme était beaucoup plus répandu chez les Blancs du Sud avant la Guerre de Sécession que chez les Blancs du Nord, et bien sûr, les Noirs tenus en esclavage dans le Sud étaient pratiquement tous analphabètes. Selon Sowell, au début du XXe siècle, les Blancs du Sud avaient de moins bons résultats aux tests d’intelligence mentaux que les Blancs des autres régions du pays, comme les Noirs continuent d’en obtenir. Pour l’économiste, de nombreux aspects de la vie du Sud que certains observateurs ont attribué à la race ou au racisme, ou encore à l’esclavage, étaient communs aux Noirs et aux Blancs du Sud — et étaient communs dans les parties de la Grande-Bretagne d’où venaient les Blancs du Sud, où il n’y avait pas d’esclaves et où la plupart les gens n’avaient jamais vu un noir.