jeudi 1 décembre 2022

France — Comment donner envie de fuir l'école publique (y compris ses bons lycées)

C’est un secret de polichinelle Rue de Grenelle [ministre de l'Éducation]: longue, bien longue est la liste des ministres de l’éducation à avoir prêché la mixité sociale, tout en plaçant leurs propres enfants dans des établissements privés… Pap Ndiaye s’apprête à inscrire son nom au bas de cet inventaire peu glorieux : le ministre promet des mesures pour lutter contre la « ségrégation sociale » en janvier. Rien de bon ne peut sortir d’un tel projet. [Voir France — Le ministre de l'Éducation, Pap Ndiaye, a placé ses enfants dans une école privée élitiste pour avoir une « scolarité sereine »]

À l’origine de l’affaire, les mauvais comptes d’un « indice » imaginé par les services de la Rue de Grenelle : l’« indice de positionnement social » (IPS), qui vise à évaluer les chances de réussite d’un élève à partir de la profession de ses parents. La direction de « l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère » combine les situations du père et la mère à qui elle attribue des points pour déterminer le « score » de l’enfant – pour une fois, personne n’a songé à troquer les points pour des gommettes, des lettres ou des smileys ! L’élève dont la mère est agricultrice et le père artisan recueillera ainsi 99 points, celui dont la mère est professeur et le père ingénieur en comptera 179, etc. – le tout sur une échelle de 38 à 179.

Nombreuses sont les études qui soulignent l’influence de l’environnement dans lequel évolue un enfant sur sa réussite à l’école. Les liens entre le diplôme des parents – celui de la mère en particulier -, la présence ou non de livres dans la maison, l’implication des parents, les conditions de vie… et la trajectoire scolaire ont été établis depuis belle lurette, et ils n’ont au reste rien de vraiment surprenant, ni même de foncièrement répréhensible. Imagerait-on de reprocher aux parents leur appétit culturel, leur succès professionnel ou leur implication dans la transmission d’un bagage intellectuel et moral à leurs enfants ?

Ce qui ne cesse de déconcerter, en revanche, c’est l’incapacité croissante de « l’école de la République » - noyée sous le poids de la massification de l’enseignement hier, fracturée par la défaite de l’intégration [des immigrants et de leur descendance] aujourd’hui à donner à chacun, quel que soit son milieu d’origine, un socle fondamental ; à conduire chaque élève vers le meilleur des apprentissages à sa mesure. Années après années, les classements Pisa de L’OCDE soulignent les piètres performances du système français et son désolant triptyque : baisse du niveau des élèves, forte reproduction des inégalités et dépenses élevées… Les chercheurs internationaux ont pourtant établi noir sur blanc l’évidence : les pays qui ont choisi d’encourager l’excellence sont également ceux qui sont le mieux parvenus à soutenir aussi les élèves en difficulté. En vain. Rue de Grenelle, et dans les cercles « pédagos » qui hantent les couloirs de l’école, d’irréductibles idéologues s’accrochent mordicus à l’idée contraire, et n’ont qu’un mot à la bouche : lisser. Lisser les notes - en faire des groupes ou des lettres, voire les supprimer ; lisser les classes, lisser le niveau. L’« indice de positionnement social » est le fruit de cette obsession égalitariste, de ce génie du nivellement. Longtemps tenu secret, il a d’abord servi d’outil de redistribution au ministère. Puis, évidemment, s’est manifestée la logique de rétorsion inhérente à l’idéologie du lissage : depuis deux ans, à Paris, l’« IPS » sert d’arme anti-ségrégation sociale ». La réforme d’Affelnet, le système d’affectation en seconde, a singulièrement réduit le poids des notes dans la balance. D’abord en les réunissant par groupes de cinq, si bien qu’un 15/20 ou un 20/20 se valent pour le logiciel - inutile, à ce compte-là, de s’étonner de la désaffection pour les maths des élèves français… En minimisant, ensuite, leur importance face à d’autres mesures : critères boursiers et professions des parents du collège d’origine (l’IPS moyen) passent désormais avant le mérite personnel de l’élève. Pour parfaire cette opération de déconstruction, les deux lycées d’excellence que sont Louis-le-Grand et Henri-IV ne sont plus autorisés à sélectionner eux-mêmes leurs recrues – logique vengeresse, toujours.


Le lycée public Louis-le-Grand


Le résultat a été radical : le rectorat s’est félicité de voir la « mixité » augmenter d’un tiers en un an. Encore une poignée d’années à ce rythme, et la carte scolaire sera parfaitement « lissée » : Condorcet, Janson-de-Sailly, Fénelon, Carnot, etc. C’en sera tout à fait fini des lycées publics de bon niveau. En attendant, tous les collégiens ont déjà compris que les bonnes notes ne servaient plus à grand-chose. Leurs parents lorgnent le privé.

Le fameux indice IPS qui profile les élèves selon la profession de leurs parents ne manquera pas de souligner de plus en plus crûment à l’avenir ce phénomène d’« évitement » du public vers le privé, comme le nomment les sociologues de l’éducation nationale : on poussera des cris d’orfraie en constatant que les familles qui le peuvent se sont réfugiées dans les établissements sous contrat.

Or, au lieu de s’atteler à reconstruire, enfin, l’école publique autour de la promotion de la réussite - qui va de pair avec cette véritable bienveillance qui est encouragement et non pas condescendance -, d’y faire vivre le désir d’apprendre, la volonté de s’élever, la curiosité du monde et des autres, beaucoup voudraient déjà appliquer au privé les recettes mortifères qui ont sapé le public…

La faillite qui se produit sous nos yeux est d’autant plus inquiétante que le phénomène d’archipellisation de la société française qu’a décrit Jérôme Fourquet et la révolution numérique ne permettent plus, ou moins, cette intrication des classes, des statuts, des milieux, qui offrait au jeune professionnel une deuxième chance d’ascension. La France se plaint de ses élites. Encore faut-il qu’elle soit à même de faire grandir, demain, les talents qui l’emmèneront vers l’avenir.

Pas de sport

On prête à Winston Churchill, interrogé sur sa longévité, l’une de ces répliques délicieuses dont il avait le secret. « No sport ! », aurait répondu l’ancien premier ministre. Surtout, pas de sport, plutôt des cigares et du whisky ! recommandait-il. À sa façon, Michel Onfray a réitéré cette opération de désacralisation au milieu du concert de bien-pensance qui accompagne trop souvent les grands-messes du foot. « Johnny Halliday remplissait le Stade de France, ce qui ne suffit pas pour parler d’une performance républicaine », ironisait-il dans nos colonnes.

Les émeutes qui ont éclaté à Bruxelles après la défaite du Maroc contre la Belgique ne viennent malheureusement pas contredire son propos sur l’affaissement de la puissance fédératrice du sport.

[...]

            Source : Le Figaro

Le prochain livre de Zemmour sortira en mars

Le titre n’est pas encore choisi, mais le manuscrit a été remis lundi midi. Et lorsque le livre paraîtra, en mars, Éric Zemmour fera ce qu’il sait faire : la tournée des télévisions, attirées par une garantie d’audience, et la tournée de ses lecteurs devenus, pour beaucoup, des électeurs, et dont aucun n’a oublié la ferveur d’une campagne décevante quant à son issue mais qui fut l’un des rares phénomènes militants de la présidentielle 2022.

Pour l’occasion, une tournée littéraire façon «Croisée des chemins» (la tournée réalisée par Éric Zemmour en 2021 pour La France n’a pas dit son dernier mot) est déjà en train de se préparer. Dans son nouvel ouvrage, le candidat malheureux de la présidentielle livrera son récit de la campagne. Il consacrera un chapitre aux journalistes ayant suivi cette dernière, et traitera aussi de grands thèmes qu’il aborde déjà depuis longtemps: l’éducation, la sécurité ou l’immigration.

Dans ce livre, du récit, des portraits et surtout, surtout, beaucoup d’analyse. Mais amateurs de mea culpa, s’abstenir. Ce n’est pas le genre du candidat aux 2,5 millions de voix. Non, rien de rien, non Zemmour ne regrette rien. Et notamment pas d’avoir placé la question du « grand remplacement » au centre du débat.

« Chaque jour l’actualité me donne raison », dit-il, citant entre autres exemples les débordements à Bruxelles à l’issue du match Belgique-Maroc. Ses 7,07 % ne seraient donc pas la conséquence d’erreurs de stratégie, mais de la « malchance ». Une malchance nommée Ukraine, selon Éric Zemmour. Marine Le Pen et Jean-luc Mélenchon ont été pris de court plus que lui encore par l’attaque russe, mais leurs électeurs à eux auraient été moins sensibles que les siens aux questions géostratégiques. Alors autour de 15 %, il aurait perdu 4 points d’électeurs venus de la droite, et repartis chez un Macron chef de guerre. Puis la percée de Mélenchon lui aurait fait perdre 4 autres points venus de Marine Le Pen et repartis chez elle afin de conjurer une finale avec l’insoumis.

Mathieu Bock-Côté : « Si vous critiquez le multiculturalisme vous êtes raciste ! »

Essayiste et sociologue, Mathieu Bock-Côté décrypte les grandes tendances et les périls qui menacent la société occidentale, en particulier la tyrannie de la censure, la cancel culture, le multiculturalisme, l’avenir du débat public dans le monde occidental, dans ce grand entretien mené par le grand reporter Régis Le Sommier sur Omerta.


Hambourg — Écologistes se collent pendant concert classique à une barrière métallique...amovible

Ces deux écologistes allemands à la dégaine de gagnants se sont collés à une barrière métallique en plein concert classique pour protester contre… enfin…, l’humanité. Ils n’avaient pas remarqué que la barrière était amovible.

L’image ci-dessus a été prise 5 minutes après le début de leur « action ». Ils avaient alors été rangés avec leur barrière en coulisses.

Ci-dessous le début de l’« action » quand les deux militants croyaient s’accrocher à un objet fixe.

Témoignage d’un francophone présent dans la salle :

C’était à Hambourg mercredi dernier [23 novembre]. Ils étaient au premier rang et, une fois que l’orchestre était en place et accordé, ils sont montés sur scène, juste avant l’entrée du chef et de la soliste. Ils ont sorti leurs blousons pour que nous puissions admirer leurs gilets orange (pourquoi ces gilets, aucune idée…).

Julia Fischer et Tugan Sohkiev ont attendu patiemment et je me suis mis à hurler, un peu seul, Raus ! (dehors ! en allemand), suivi par d’autres spectateurs.

La grosse chose a alors voulu lire un texte et nous avons hurlé : Ruhe ! (silence). De telle sorte qu’elle fut inaudible.

La sécurité les a alors trainés en coulisse puisque la barrière d’une estrade de chef est toujours amovible. Ils ont voulu récupérer leurs sacs et leurs blousons restés à leurs places au premier rang, mais le type de la sécurité ne s’est pas arrêté et le rictus de douleur de ces deux terroristes constitua un moment de bonheur.

Le directeur de l’Elphi [la philharmonie de l’Elbe, la salle à Hambourg] a alors pris la parole pour présenter ses excuses et expliquer que la politique n’avait pas sa place dans cette salle.

Je retiens deux choses de ce moment :

  1. Je vis en Allemagne et y suis bien, MAIS la passivité des Allemands est terrifiante. Nous fûmes peu à réagir en hurlant et en empêchant ces gens de débiter leur propagande malsaine. Il est de notre devoir à tous d’empêcher (sans violence) ces gens et de stopper leurs exactions.
  2.  Le Sénat de Hambourg et la direction de l’Elphi ont décidé de ne pas porter plainte contre ces terroristes au motif qu’ils avaient payé leur entrée. Cette décision est grave, car elle laisse la place à de nombreuses autres actions de ce type ET elle se veut complaisante à l’égard de ces gens qui ne sont en rien des activistes (comme ils sont habituellement dénommés), mais bien des terroristes qui veulent nous imposer leur façon de penser.