jeudi 24 février 2022

Histoire — Le premier journal de l'Ukraine actuelle a été publié en français en 1776

En 1776, paraît la Gazette de Léopol, un périodique en langue française, premier journal d’Ukraine. C’est le plus ancien journal publié sur le territoire de l’actuelle Ukraine. Léopol (la ville du lion) est l’ancien nom français de Lviv (Львів). La ville porte le nom de Lvov en russe (Львов), Lemberg en allemand et Leopolis en latin. Elle est le centre historique de la Galicie et la plus grande ville de la partie occidentale de l’Ukraine.

La Gazette de Léopol a été créée par un certain « Chevalier Ossoudi » et publiée par l’imprimeur Anton Piller.

La Gazette de Leopol informait ses lecteurs issus de l’élite locale sur l’actualité politique des pays européens. Les faits divers étaient rares. Le nombre de reportages dans chaque numéro du journal pouvait varier de deux à dix, selon le volume de nouvelles. Les articles couvraient l’ensemble du monde européen. Les sources les plus probables des articles sont des reprises de journaux français de l’époque ou des traductions de journaux allemands.

Seule la première année du journal a été conservée, ce qui suggère qu’il n’a pas paru plus d’un an. Une collection est conservée au département des livres manuscrits, anciens et rares de la Bibliothèque scientifique de l’Université nationale Ivan-Franko de Léopol. Une autre est conservée à la Bibliothèque de l’université de Varsovie.

Le bibliographe et historien Symon Narijnyi a noté que ce journal ressemblait à ses prédécesseurs la Gazette de Varsovie (1758) et la Gazette de Vienne (1759).

Le journal était publié avec un format de 18 cm sur 23 cm et comptait quatre pages, avec de temps en temps un supplément de 24 pages, in-4°.

Le titre du journal représentait les armoiries de l’Autriche (aigle à deux têtes) portant des fleurs des deux côtés et tenant dans ses serres la devise du journal : Sub Umbra alarum tuarum (À l’ombre de tes ailes, extrait du verset 8 du Psaume 17 [16]).

Le premier journal de la ville d’Odessa (Ukraine) fut également publié en français.

C’est en 1792 que la Russie complète la conquête de la côte septentrionale de la mer Noire, longtemps possession ottomane. L’impératrice entend arrimer ces terres, rebaptisées « Nouvelle-Russie », à ses États. Elles sont alors presque vides, mais les lettrés savent qu’elles avaient été, dans l’Antiquité, le grenier à blé de la Grèce. Catherine II y crée des villes, des ports, cherche à fixer des colons.

En 1782, Catherine ordonna de construire une réplique symbolique de la cathédrale Sainte-Sophie de Tsarskoïe Selo.  
 

Odessa fut officiellement fondée en 1794 comme forteresse russe sur les territoires annexés à l’Empire ottoman après le traité d’Iași en 1792. La ville aurait été nommée d’après le nom d’Ulysse (ou du nom d’une ancienne colonie grecque sur le Pont-Euxin), en grec Odysseos, féminisé en « Odessa ». En effet, les villes de Nouvelle Russie à cette époque portaient fréquemment des noms grecs selon la volonté de l’impératrice : Sébastopol (Crimée), Kherson, Marioupol, Melitopol, etc. Ce « projet grec » (Греческий проект) s’étendit également à l’architecture.

De 1803 à 1814, Armand du Plessis, duc de Richelieu, fut gouverneur d’Odessa et de Nouvelle Russie. Ayant fui la Révolution française, il servit dans l’armée russe contre les Ottomans. On lui attribue le tracé de la ville et l’organisation de ses aménagements et de ses infrastructures.

 

Statue du duc de Richelieu à Odessa

L’empereur Alexandre Ier nomma Alexandre Louis Andrault de Langeron gouverneur militaire, en remplacement de Richelieu, de la province de la Nouvelle Russie. Sous son commandement, les exportations de cette province atteignirent la somme de 14 millions de roubles par an (avec un maximum atteint en 1817). Ceci s’explique par le fait que Langeron avait déclaré le port d’Odessa, port franc, aucune taxe n’était donc perçue pour les marchandises arrivant par la ville. Il crée à Odessa le Lycée Richelieu, établissement d’élite permettant la formation des nouveaux émigrants venant de Grèce et des fils des riches marchands de la ville. Il supervise également la construction du Jardin botanique de la ville et du boulevard Primorsky (boulevard maritime). Odessa nomma une rue et une plage en son honneur et il est considéré comme un de ses fondateurs.

Le père Goriot de Balzac (publié en 1834), ruiné par ses filles, prunelles de ses yeux, espère se refaire à Odessa : « J’irai à Odessa pour y acheter du grain. Les blés valent là trois fois moins que les nôtres ne coûtent. »

À Odessa, Langeron fonda Le Messager de la Russie méridionale, journal en français lu par l’élite de l’époque. Le Messager de la Russie méridionale ou Feuille commerciale commença à paraître le 1er avril 1820. Chaque numéro (le journal paressait deux fois la semaine, le mardi et le vendredi) comporte deux parties : Nouvelles de l’intérieur (Russie) et Nouvelles de l’extérieur (Autriche, Angleterre, France, Espagne, etc.) Il était publié par les soins de l’éditeur Davallon, ancien agronome. La première imprimerie avait été fondée par un certain Rosset et rachetée à sa mort, en 1814, par la municipalité.

Sous Langeron, la population d’Odessa continue de croître, notamment grâce à l’immigration française, représentée par des éducateurs, des médecins, des artisans, des domestiques et des viticulteurs français ou suisses. En fait, la Nouvelle-Russie, comme toute l’Europe, regorge de Français : effet du trop-plein démographique d’un pays qui, avec ses quelque 30 millions d’habitants, surclasse tous ses voisins, mais aussi des émigrations politiques. Armand-Emmanuel de Saint-Priest, fils d’un ambassadeur à Constantinople, préside le tribunal ; le Marseillais Charles Sicard dirige la quarantaine maritime puis fonde des messageries ; Jacques de la Fère, ancien président du parlement de Rouen, gère les domaines agricoles de la Couronne ; Léon de Rochechouart dirige l’administration. Sans parler des petites gens, comme ce Peltier, soldat de la Grande Armée qui survit à la débâcle de 1812, épouse une Ukrainienne, mais conserve la nationalité française, et dont le petit-fils François-Louis devient un médecin de renom… 
 

mercredi 23 février 2022

Même un petit don au Convoi de la Liberté après le 15 février suffit à faire geler le compte en banque de donateurs

Même un petit don au Convoi de la Liberté après le 15 février est suffisant pour geler les comptes bancaires des donateurs, a déclaré le comité des finances.

« Nous avons dû prendre des mesures extrêmes pour geler les comptes afin de décourager les gens de financer des activités illégales » [selon le gouvernement Trudeau].

Alors que les rapports de comptes gelés liés aux dons de convoi continuent d’affluer, les membres du comité des finances des Communes ont passé mardi après-midi à interroger le personnel de l’Agence du revenu du Canada et des ministères des Finances et de la Justice au sujet des mesures d’urgence controversées qui permettent à la police de verrouiller les comptes bancaires de personnes soupçonnées d’avoir financé les manifestations illégales sans avoir obtenu au préalable une ordonnance du tribunal.

« Juste pour être clair, une contribution financière, soit via une plateforme de collecte en ligne, soit directement, pourrait entraîner le gel de leur compte bancaire ? » Le député conservateur Philip Lawrence a posé la question à la sous-ministre adjointe du ministère des Finances, Isabelle Jacques.

« Oui, » répondit-elle.

« Ils n’avaient pas besoin de participer activement à la manifestation, ils n’avaient pas besoin d’être ici à Ottawa à l’un des blocages ? » a demandé Laurent.

« Non, pas en personne », a-t-elle répondu.

« Cela pourrait être indirect. »

Lorsque vous gelez le compte bancaire de quelqu’un, vous le bannissez de la société

Une telle mesure, a-t-elle dit, ne serait prise que sur les dons effectués après la déclaration d’urgence du 15 février et n’est pas rétroactive — ajoutant qu’un tel cas serait « très improbable », mais tout à fait possible.

 

Le gouvernement de @JustinTrudeau a gelé les comptes bancaires de citoyens canadiens. En l’absence d’ordonnance du tribunal. En l’absence de condamnation. Dans certains cas, en l’absence de toute accusation quelle qu’elle soit. Si vous soutenez cela, vous êtes une menace pour la démocratie. Pas les manifestants.

Elle a également déclaré que la police avait cessé de geler les comptes lundi, car l’occupation d’Ottawa avait été éliminée.

Un communiqué publié lundi par la GRC a nié avoir fourni les noms des donateurs du convoi aux institutions financières, expliquant avoir fourni aux banques une liste d’individus « qui ont influencé la manifestation illégale à Ottawa », ainsi que des chauffeurs et des propriétaires de camions qui ont refusé de quitter la zone quand la police le leur demanda.

Les mesures d’urgence du gouvernement Trudeau ont été largement rejetées par des observateurs et les membres de l’opposition qui affirment que l’occupation au centre-ville d’Ottawa et aux postes frontaliers terrestres ce mois-ci n’atteignait pas le seuil nécessaire pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence.

Répondant aux questions du député conservateur Adam Chambers, Mme Jacques a déclaré que la police avait le pouvoir de geler des comptes dans diverses situations, mais a déclaré que l’invocation de la loi comblait des lacunes critiques dans les lois actuelles sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Les ordonnances d’urgence, a-t-elle déclaré, exigent désormais que les plateformes de financement participatif et les fournisseurs de services de paiement s’inscrivent auprès de CANAFE, l’agence nationale du renseignement et de la criminalité financière du Canada.

Soulignant l’injonction du 10 février de la province de l’Ontario de geler l’accès aux dons en vertu de l’art. 490.8 du Code criminel, Chambers a demandé à Isabelle Jacques pourquoi le procureur général de l’Ontario avait pu faire ce que les libéraux fédéraux avaient déclaré impossible sans déclarer une urgence.

« Est-ce l’opinion judiciaire des individus ici ou du gouvernement qu’il n’y avait pas d’autre moyen de geler le compte d’un individu que d’invoquer la loi sur les mesures d’urgence ? » Il a demandé.

Mme Jacques a refusé d’offrir un avis juridique, mais a suggéré que le gouvernement fédéral voulait impressionner ceux qui envisageaient d’offrir un soutien financier.

« Ce n’est pas que le gouvernement fédéral pensait qu’il n’y avait pas d’autres moyens de geler les comptes compte tenu des blocages illégaux actuels qui étaient en cours », a-t-elle déclaré.

« Nous avons dû prendre des mesures extrêmes pour geler les comptes afin de décourager les gens de financer des activités illégales. »

La police a ordonné le gel de plus de 206 comptes, a-t-elle déclaré, ajoutant que certaines entités ou personnes avaient plusieurs comptes verrouillés.

« Lorsque vous gelez le compte bancaire de quelqu’un, vous le bannissez littéralement de la société », a déclaré Lawrence.

Les dispositions de « débancage » (de privation de compte en banque) sont si étendues qu’un employé d’un supermarché qui a vendu une cartouche de propane à un manifestant pourrait voir ses comptes gelés.

Isabelle Jacques, répondant à une question du député néo-démocrate Daniel Blaikie, a déclaré qu’il n’y avait aucune obligation législative pour quiconque — que ce soit la police, le gouvernement ou les instructions financières — d’informer les individus que leurs comptes étaient gelés.

« Les comptes de certaines personnes sont en train d’être gelés en ce moment même », a déclaré Blaikie.

« Il semble que certaines personnes aient l’impression que leurs comptes sont gelés à la suite des ordonnances d’urgence, dans certains cas, cela ne correspond pas à ce que nous entendons du gouvernement. »

Des personnes qui prétendent avoir eu leurs comptes gelés se sont exprimées sur les réseaux sociaux cette semaine, certaines affirmant avoir fait un don avant l’état d’urgence du 15 février.

(Gazouillis de l’avocat Keith Wilson traduit)
 

L’avocat Keith Wilson, qui représentait les organisateurs de convois pendant les occupations d’Ottawa, a tweeté qu’il représentait neuf Canadiens qui disent que leurs comptes sont gelés ou que leurs polices d’assurance ont été annulées.

Source : National Post


23 février 1455 - Première impression de la bible de Gutenberg

La tradition veut que le 23 février 1455 Johannes Gutenberg parvient à imprimer en série le premier livre en Europe avec des caractères mobiles de métal : la bible de Gutenberg. Il reste aujourd’hui moins de 40 exemplaires de cette bible.

Après plusieurs années de recherche et de travaux, Gutenberg parvient à mettre au point un système lui permettant d’imprimer en série. La bible de Gutenberg se compose alors de pages comportant chacune 42 lignes.

La technique d’impression utilisée par Gutenberg repose sur deux principes qui n’étaient pas en soi nouveaux dans l’histoire de l’humanité :

– impression à partir d’une forme à l’image inversée (c’était déjà le cas de la xylographie) ;

– utilisation de caractères réutilisables (c’était une technique déjà utilisée en Extrême-Orient).

Mais trois innovations au moins ont vu le jour dans la mise en œuvre de ces principes, avec la définition d’un processus d’impression tel qu’il se répandra rapidement dans toute l’Europe, puis à la faveur de l’expansionnisme européen, dans tout le monde :

– la technique de fabrication en série des caractères : Gutenberg a inventé pour cela un moule manuel qui permet une production en série de caractères et conçu un alliage déterminé constitué de plomb, d’étain et d’antimoine ;

– la technique de préparation des formes imprimantes, de la casse au composteur, du composteur à la galée et de la galée au marbre ;

– la technique d’impression avec l’utilisation d’une presse à vis.

Ces innovations n'auraient pas vu le jour sans un contexte économique favorable dont on peut esquisser quelques aspects :

– le développement de la métallurgie (Gutenberg, comme d'autres imprimeurs, était lui-même issu d'un milieu d'orfèvres) ;

– le développement de la technique de fabrication du papier, sans lequel l'impression de centaines d'ouvrages n'aurait pas été possible (le parchemin n'aurait pas pu y suffire) ;

– le développement d'un réseau de banquiers susceptibles d'assurer les financements nécessaires pour la production en masse de livres.[Cf. « l’éthique capitaliste/bancaire protestante » était déjà très largement pratiqué par les catholiques au Moyen Âge. ]

Le Toronto Star utilise-t-il les listes piratées pour faire renvoyer certains partisans des camionneurs ?

Les journalistes du Toronto Star parcourent-ils inlassablement des données piratées dans le but de faire renvoyer des fonctionnaires, des policiers ? Ces listes sont celles volées du site de collecte GiveSendGo il y a un peu plus d’une semaine.

Chasse aux sorcières ? 

Et certains se demandent pourquoi tant de personnes perdent confiance dans les médias.


Canada — programme de financement du logement fondé sur la race

Le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il subventionnerait environ 200 logements abordables à des familles noires qui accèderont ainsi à une propriété pour la première fois dans la région du Grand Toronto, au cours des quatre prochaines années, aux termes du Fonds d’aide aux fournisseurs de prêts hypothécaires avec participation (FAFPHP). 

 Cet investissement appuie les annonces antérieures du gouvernement du Canada qui visent à soutenir les personnes noires du Canada dans la réalisation de leur rêve d’accéder à la propriété. Ces investissements incluent un investissement conjoint de 40 millions de dollars avec Habitat pour l’humanité Canada afin de créer 200 possibilités d’accession à la propriété pour les personnes canadiennes noires et un investissement de 50 millions de dollars en appui des locataires canadiens noirs annoncé récemment dans le cadre du Fonds national de co-investissement pour le logement (FNCIL).

« Le racisme systémique a fait en sorte que les ménages noirs ont des revenus plus faibles, moins de richesse et d’autres obstacles plus subtils à l’accès à la propriété au Canada. Habitat pour l’humanité du Grand Toronto est fier de s’associer à la BlackNorth Initiative dans le cadre de cet important nouveau programme d’accès à la propriété  », a déclaré Ene Underwood (ci-contre), directrice générale d’Habitat pour l’humanité du Grand Toronto.

Samedi, le rédacteur en chef associé de Quillette, Jonathan Kay, s’est moqué du programme de financement basé sur la race.

« Alors, comment décideront-ils qui recevra l’argent ? » a déclaré Kay dans un tweet samedi. « Est-ce qu’ils choisiront, par exemple, les candidats les plus noirs ? »

D’après le site du gouvernement, près du quart des personnes noires au Canada ont des besoins impérieux en matière de logement, parmi elles, 80 % consacrent 30 % ou plus de leur revenu au logement.

Uniquement chez les locataires, plus du tiers éprouvent des besoins impérieux en matière de logement. La fréquence des besoins impérieux en matière de logement de la population canadienne noire est parmi la plus élevée dans les grandes villes et environ 88 000 ménages noirs ont de tels besoins.

Le montant réservé de 50 millions de dollars pour les ménages noirs dans le cadre du Fonds national de co-investissement pour le logement vise à encourager un plus grand nombre de demandes pour les ensembles dirigés par des personnes noires et les ensembles destinés aux ménages noirs dans le cadre de ce programme.

Le Fonds d’aide aux fournisseurs de prêts hypothécaires avec participation (FAFPHP) offrira jusqu’à 100 millions de dollars en prêts aux fournisseurs de prêts hypothécaires avec participation sur 5 ans, à compter de 2019 - 2020.

Ces aides s’inscrivent dans la Stratégie nationale sur le logement (SNL) du Canada, un plan de plus de 72 milliards de dollars sur 10 ans qui permettront à un plus grand nombre de personnes au Canada d’avoir un chez-soi. Elle est fondée sur une approche du logement axée sur les droits de la personne qui accorde la priorité aux besoins des groupes de population qui ont des besoins en matière de logement ou qui sont en situation d’itinérance.

Dans le contexte de la Stratégie nationale sur le logement, les groupes vulnérables prioritaires comprennent actuellement :

  • les personnes (particulièrement les femmes et les enfants) fuyant une situation de violence familiale,
  • les LGBTQ2+,
  • les groupes radicalisés,
  • les nouveaux immigrants et réfugiés,
  • les Autochtones,
  • les aînés,
  • les personnes ayant une déficience,
  • les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de dépendance,
  • les anciens combattants,
  • les personnes et les familles sans-abri,
  • et les jeunes adultes.

Canada hors Québec — inscriptions dans les écoles publiques en baisse

Selon une nouvelle étude du Fraser Institute, les inscriptions dans les écoles publiques gérées par les gouvernements provinciaux sont en baisse au Canada, tandis que la fréquentation des établissements (relativement) indépendants y est en hausse. Ce n'est pas le cas au Québec où les écoles dites privées ont très peu d'indépendance quant au programme enseigné de toute façon.

Paige MacPherson, directrice adjointe des politiques éducatives du Fraser Institute, a constaté que les inscriptions dans les écoles publiques étaient en baisse depuis l'année scolaire 2006/2007.

En utilisant les données de l'année scolaire 2006/2007 à l'année scolaire 2019/2020 pour toutes les classes de la maternelle à la 12e année, MacPherson a montré que le nombre d'enfants inscrits dans les écoles publiques gérées par le gouvernement a en fait chuté de plus d'un point de pourcentage complet - de 93 % à 91,8 %.

Bien que le taux national de scolarisation n'ait pas beaucoup changé au cours de cette période, huit des dix provinces ont connu une baisse de la fréquentation des écoles publiques.

La Colombie-Britannique a le plus faible taux d'inscription dans les écoles publiques malgré le fait que le gouvernement provincial y avait augmenté les dépenses en éducation. Les dépenses en éducation de la Colombie-Britannique ont également dépassé la moyenne nationale, avec une augmentation des dépenses de 15,4 % de 2014/15 à 2018/19.

Le Québec et le Manitoba étaient les deux provinces suivantes avec le taux d'inscription dans les écoles publiques le plus bas, tandis que Terre-Neuve-et-Labrador avait le taux le plus élevé.

D'un autre côté, MacPherson a constaté que les inscriptions dans les écoles indépendantes étaient passées de 6,7% à 7,6% au cours de la même période. Cela survient malgré le fait que les écoles indépendantes imposent un fardeau financier plus lourd aux familles qui les choisissent.

Les seules provinces qui ont affiché une baisse des inscriptions dans les écoles indépendantes sont l'Alberta et le Québec.

La Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba et le Québec offrent tous une sorte de financement gouvernemental aux écoles dites indépendantes. La Nouvelle-Écosse offre le Tuition Support Program, qui subventionne un montant très limité.

Cette recherche n'est pas la première à examiner de près le système d'éducation publique du Canada. L'Association for Reformed Political Action a reproché aux gouvernements provinciaux de ne pas offrir aux parents une diversité d'approches en matière d'éducation.

 

École publique de Toronto se vante de cette campagne militante LGBTQ2SAI+

Le directeur du droit et de la politique de l'ARPA Canada, André Shutten, note que « (b) même s'il peut y avoir une diversité de personnes au sein d'un grand système d'éducation… il n'y a pas de diversité dans les approches de l'éducation, dans les différentes institutions qui offrent une éducation à nos enfants. » Les écoles dites indépendantes sont en effet souvent astreintes à enseigner les mêmes programmes que les écoles publiques, en utilisant les mêmes méthodes (la pierre d'achopement dans le dossier qui a opposé le collège Loyola au Ministère de l'Éducation au Québec) et à embaucher les mêmes profils d'enseignants. De petites améliorations sont cependant survenues ces dernières années.

Par exemple, l'Alberta a récemment approuvé sa première école à charte publique sans frais de scolarité axée sur l'enseignement classique, le premier programme public d'enseignement classique non confessionnel au Canada.

La ministre de l'Éducation de l'Alberta, Adriana LaGrange, a déclaré : « Nous sommes fiers d'avoir un système scolaire dynamique qui soutient le droit des parents de choisir le type d'éducation qui convient le mieux à leur enfant. »

La Calgary Classical Academy débutera au cours de l'année scolaire 2022/2023 et offrira des cours de la maternelle à la 6e année.

Voir aussi

Les règles imposées à l'école privée sont responsables de la sélection pratiquée

La HSLDA fait appel dans un dossier portant sur la notion de programme équivalent

Étude — Pourquoi les écoles privées canadiennes forment de meilleures personnes

France — Le succès des écoles privées ne cesse de grimper


mardi 22 février 2022

La députée libérale Yaara Saks affirme que « Honk ! Honk ! » est l'acronyme [sic] de « Heil Hitler ! »

Ya'ara Saks décline ses pronoms en 3 langues…

La députée libérale Yaara Saks a repris l’affirmation pour le moins loufoque que « Honk Honk » ne serait pas une onomatopée fort appropriée (le son d’un gros klaxon) pour signer des messages en faveur des camionneurs, mais un code secret tenant lieu de « Heil Hitler »…

Cette affirmation circule dans les cercles d’extrême gauche sur les réseaux sociaux depuis quelque temps (voir ci-dessous).

Paranoïa complotiste du ressort de la Faculté ou reductio ad Hitlerum hyperbolique afin d’imiter son chef Trudeau et d’être dans ses petits papiers ?


Billet originel du 13 février

Pour le correspondant de La Presse, les camionneurs utilisent des méthodes fascistes. Bon journaliste, il cite une « experte », la même qui relaie « Honk Honk = Heil Hitler…

Richard Hétu, le correspondant de La Presse à New York a relayé un tweet la semaine passée où “une spécialiste du fascisme italien” déclarerait que les organisateurs des convois de la Liberté utilisent des méthodes proches des chemises noires de Benito Mussolini.


Les chemises noires étaient une milice paramilitaire violente

On a l’impression que Richard Hétu n’a jamais lu la source qu’il cite. Suivons le lien.


Ruth ben Ghiat (“la spécialiste”) ne fait elle aussi que relayer un tweet, celui de la militante LGBT Leah McElrath qui n’est en rien une historienne.


C’est donc Leah qui lance cette idée que les convois de manifestants à bord de tracteurs et de camions sont fascistes (enfin quand ils sont pour la mauvaise cause sans doute).

Mme McElrath a formulé d’autres parallèles historiques — comment dire ? — osés ou originaux. Pour celle-ci, le mot-dièse #honkhonk utilisé par les camionneurs ne serait pas une onomatopée qui rappelle le klaxon des camions, mais un mot de code néonazi qui cacherait le salut “Heil Hitler”… 


Gageons que Richard Hétu ne traitera pas Leah de complotiste.

Chine : réduire les avortements, valoriser la natalité et la famille, permettre trois enfants par famille

La situation démographique chinoise est alarmante. En Chine, le nombre des naissances s’effondre et le troisième âge explose. Et ce phénomène ne cesse de s’aggraver depuis des années, sans que le gouvernement ne parvienne à enrayer la spirale descendante.

Pour tenter de relancer la natalité dans le pays, le planning familial chinois vient de lancer un vaste programme national d’information auprès des jeunes couples afin qu’ils fassent au moins deux enfants. Un autre volet de ce plan, peu détaillé jusqu’à présent, vise également à convaincre les jeunes femmes de ne pas avorter.


 

Le gouvernement vient d’assouplir la législation, permettant d’avoir trois enfants

De nouvelles directives politiques viennent d’être publiées, mettant en avant le souci du gouvernement d’assurer la bonne « santé sexuelle des femmes ». Elles disposent que les professionnels de santé devront désormais « promouvoir les examens prénuptiaux, des bilans de santé pré-grossesse » et « réduire les avortements qui ne sont pas nécessaires médicalement ». Ce plan vient d’être lancé alors que le gouvernement a assoupli la législation permettant désormais aux couples d’avoir trois enfants.

Il n’en reste pas moins que les incitations gouvernementales (congé maternité, petite aide financière) ont peu d’effet sur les ménages, confrontés à la hausse du coût de la vie, particulièrement l’achat d’un logement et le financement de l’éducation. Le leitmotiv des jeunes couples urbains aujourd’hui – « un enfant ça va, mais deux enfants c’est impossible » – explique largement la baisse des naissances. Mais le gouvernement espère renverser cette tendance en présentant une image positive du mariage, de la famille et d’une nombreuse progéniture.

Cette nouvelle politique nataliste inquiète certains

Ainsi des programmes d’éducation sexuelle vont être intégrés dans les cursus scolaires au lycée. Selon une gynécologue de Shenzhen, interrogée par le quotidien South China Morning Post de Hong Kong, « de nombreuses adolescentes tombent enceintes car elles ne sont pas assez informées sur la contraception et la sexualité en général ». En Chine l’année dernière, plus de 9 millions d’avortements ont été pratiqués, dont 40 % ont concerné des adolescentes.

« Beaucoup plus de moyens seront nécessaires pour renforcer l’éducation sexuelle en Chine », analyse Chen Yaya, une universitaire féministe de l’Académie des sciences sociales de Shanghaï. « Et pas seulement pour les filles. Les garçons doivent apprendre à respecter et à comprendre les femmes », ajoute-t-elle. Cette universitaire plaide également pour une plus grande tolérance et un plus grand soutien à l’égard des très nombreuses femmes célibataires qui ont des enfants.

Wang Yaqiu, chercheuse spécialiste de la Chine au sein de l’ONG Human Rights Watch, pointe une contradiction de cette nouvelle politique nataliste. « On va demander aux médecins à l’hôpital de convaincre les jeunes filles enceintes de ne pas se faire avorter, mais elles seront par la suite stigmatisées par la société car elles ne sont pas mariées. » Et de rappeler que la politique de l’enfant unique imposée aux femmes pendant des décennies avait provoqué de profonds traumatismes chez des millions de femmes. « Cette nouvelle politique nataliste a de quoi inquiéter. »

L'Âge de la retraite doit être relevé

Le taux de fécondité de la Chine se situe à 1,3 – en dessous du niveau nécessaire pour maintenir une population stable, a révélé le Bureau national des statistiques. Les résultats du recensement de 2020, une fois tous les dix ans, publiés le mois dernier, ont également montré que la population chinoise a augmenté à son rythme le plus lent depuis les années 1960, atteignant 1,41 milliard, tandis que le nombre de personnes en âge de travailler a fortement chuté. Les dirigeants ont également convenu que la Chine devait relever l'âge de la retraite pour garder plus de personnes sur le marché du travail et améliorer les services de retraite et de santé pour les personnes âgées, a déclaré Xinhua.

La politique des trois enfants (chinois : 三孩政策), selon laquelle un couple peut avoir trois enfants, est une politique de planification familiale de la République populaire de Chine. La politique a été annoncée le 31 mai 2021 lors d'une réunion du Politburo du Parti communiste chinois (PCC), présidée par le Secrétaire général du PCC. Xi Jinping, sur le vieillissement de la population.

Lors de l'Assemblée nationale populaire de 2020, le député Huang Xihua a suggéré de supprimer la politique de pénalité pour permettre d'avoir plus de trois enfants.

Le gouvernement a commencé à publier une propagande encourageant les femmes à rester à la maison et à avoir des enfants. Dans un article publié par l'agence de presse étatique Xinhua en 2016 affirmait que la politique des deux enfants permettrait à un plus grand nombre de femmes actives de « retourner dans leur famille. » Beaucoup de ces femmes sont instruites, et donc « comprennent mieux leur rôle dans la famille », précisait l'article.

D'autres publications d'État ont fait écho à ce sentiment ; dans un article paru en 2017 dans le China Youth Daily, le chef du département de travail social d'une grande université a déclaré : « Parce que les mères ont un instinct maternel naturel, elles sont plus aptes à s'occuper des enfants à la maison ».


lundi 21 février 2022

Enseignants — Voyage au cœur de la machine à endoctriner diversitaire

Un texte de Joseph Facal dans le Journal de Québec suivi de l’article qu’il résume :

Le 11 février, Andrew Gutmann et Paul Rossi publiaient un article fascinant dans The Wall Street Journal.

Ils ont visionné 100 heures de vidéos reçues anonymement et filmées lors de la dernière conférence annuelle de la National Association of Independent Schools aux États-Unis (NAIS).

La NAIS est un regroupement de plus de 1600 écoles privées de la maternelle à la 12e année.

Elle définit les objectifs éducatifs et les politiques de ces écoles.

Radical

La conférence de cette année réunissait plus de 6000 éducateurs et administrateurs. C’est énorme.

Le thème était : comment s’y prendre pour rendre irréversible, dans les écoles primaires et secondaires, la nouvelle idéologie racialiste.

Tout est présenté innocemment sous le couvert de politiques dites EDI (équité, diversité, inclusion).

Qui pourrait bien être contre l’équité, la diversité et l’inclusion ? Mais ces bons sentiments sont les paravents d’une véritable opération d’endoctrinement dès la maternelle.

Il ne s’agit pas seulement d’augmenter la diversité, mais de classer les enfants selon leur couleur pour toujours, de les convaincre que toute la société est mauvaise, et de parvenir à la transformer radicalement.

Un atelier recommande d’introduire dans les écoles des « cercles de guérison », pour que l’enfant comprenne qu’il souffre d’un traumatisme lié à sa couleur de peau.

Les enfants qui ne semblent pas traumatisés doivent apprendre qu’ils sont néanmoins, même s’ils ne s’en rendent pas compte, victimes des souffrances de leurs ancêtres. On appelle cela de la « violence intergénérationnelle ».

Un autre atelier explique que le prisme EDI doit être appliqué à chaque aspect de la vie scolaire, chaque matière, chaque plan de cours, chaque lecture, chaque exercice, chaque sortie. Le refuser, c’est de la « violence curriculaire ».

Tout doit commencer dès la maternelle, car « kindergartners are natural social-justice warriors ».

L’école ne doit pas seulement être « inclusive ». Elle doit aussi encourager un « sentiment d’appartenance ».

Comment ? En interdisant toute activité qu’un membre d’une minorité pourrait trouver « inconfortable » ou qui remettrait en question son « expérience vécue ».

Comment augmenter la vigilance à propos des mots « dérangeants » ? En fabriquant une peur des « micro-agressions ».

Un atelier enseigne comment couper immédiatement la parole à un enseignant en disant haut et clair que ce mot ou ce message est inacceptable et ne sera pas toléré.

Un autre atelier explique l’importance d’éradiquer la suprématie de la culture « blanche ».

Cette culture « blanche » est caractérisée par la quête de l’excellence, la ponctualité, la politesse, le respect de l’écrit, la dévalorisation de l’oral, l’objectivité scientifique et l’individualisme.

Orwellien

Bref, il ne s’agit plus d’enseigner une culture générale commune, la curiosité intellectuelle et la libre pensée.

Il s’agit de reconfigurer radicalement nos sociétés, dépeintes comme uniformément oppressives.

C’est le maoïsme de jadis à la sauce racialiste.

Ces milliers de responsables scolaires introduiront ensuite cela dans des milliers d’écoles.

Imaginez une société d’adultes ainsi robotisés depuis l’enfance.

Vous ne me croyez pas ? Allez lire. Vous trouverez aisément [voir ci-dessous l’article en question traduit].

Ceux qui minimisent le danger du wokisme ne savent pas de quoi ils parlent. 

 


À l’intérieur de la machine à endoctriner woke

Le printemps dernier, nous avons exposé comment deux écoles indépendantes d’élite de New York avaient été corrompues par une obsession raciale clivante, qui a contribué à lancer le mouvement national contre la théorie raciale critique. Les écoles appliquent cette théorie sous couvert de programmes sur la « diversité, l’équité et l’inclusion » (DEI). Jusqu’à présent, cependant, aucun de nous n’avait pleinement saisi les dangers de cette idéologie ni les véritables motivations de ses pratiquants. L’objectif de DEI n’est pas seulement d’enseigner aux élèves l’esclavage ou d’encourager des conversations franches sur la race, il s’agit également de transformer totalement les écoles et de remodeler radicalement la société.

Au cours du dernier mois, nous avons visionné près de 100 heures de vidéos divulguées lors de 108 ateliers organisés virtuellement l’année dernière pour la conférence People of Color (Gens de couleur) de la National Association of Independent Schools (NAIS, l’Association nationale des écoles indépendantes). Le NAIS établit des normes pour plus de 1 600 écoles indépendantes aux États-Unis, guidant leurs missions et influençant de nombreuses politiques scolaires. La conférence est l’événement annuel phare de la NAIS pour la diffusion des pratiques DEI, et plus de 6 000 praticiens, éducateurs et administrateurs de DEI y ont participé cette année. Conçus comme un développement professionnel et non destinés au public, ces ateliers sont honnêtes, transparents et non filtrés, très différents de la façon dont les écoles privées communiquent généralement les initiatives de DEI. Ces vidéos fuitées agissent comme une pierre de Rosette pour déchiffrer le plan de jeu DEI.

Le chemin pour rebâtir les écoles commence par le mot « diversité », qui signifie bien plus que simplement augmenter le nombre d’étudiants et de professeurs de couleur, que l’on appelle dans ces ateliers « Bipoc », qui signifie « noir, autochtone et personne de couleur ». Les experts ès DEI exhortent les écoles à classer les personnes en fonction d’identités telles que la race, à les convaincre qu’elles sont lésées par leur environnement et à les transformer en fervents défenseurs du changement institutionnel.

Dans des ateliers tels que « Intégrer des engagements centrés sur la guérison dans un programme scolaire DEIA » et « Traumatisme racial et chemin vers la guérison », on apprend comment les praticiens de la DEI utilisent des groupes d’affinité et des pratiques ségrégués tels que les cercles de guérison pour inculquer des sentiments de traumatisme. Même les étudiants sans griefs sont formés à se considérer comme victimes de la souffrance de leurs ancêtres à cause de la « violence intergénérationnelle ».

La prochaine étape dans la transformation d’une école est « l’inclusion ». Les écoles doivent intégrer la DEI dans tous les aspects de l’école et chaque aspect du programme doit être évalué à la lumière de la lutte contre les préjugés, le racisme et l’oppression. Dans « Parlons-en ! Conception d’unités [de cours] anti-oppressives et de plans de cours », on nous apprend que ne pas voir les choses sous cet angle, « ne pas explorer l’intersection entre les STIM [sciences, technos, ingénierie,  maths] et la justice sociale », par exemple, constitue un acte de « violence dans les programmes scolaires ».

Il faut éliminer tout langage non inclusif, toutes les politiques et pratiques scolaires non inclusives, tous les livres non inclusifs de toutes les bibliothèques. L’inclusion exige également que toutes les parties prenantes non membres des Bipoc [les blancs] deviennent des alliés dans la lutte contre les dégâts systémiques perpétués par l’institution scolaire. Dans « Petits activistes, grand impact — Élever des antiracistes et des activistes à la maternelle », on nous a dit que « les enfants en maternelle sont des guerriers naturels de la justice sociale ».

Il ne suffit pas qu’une école soit inclusive ; elle doit également favoriser l’« appartenance ». L’appartenance signifie qu’une école doit être un « espace sûr », c’est-à-dire un code interdisant tout discours ou toute activité, quelle que soit son intention, qu’un étudiant ou un membre du corps professoral Bipoc pourrait percevoir comme nuisible, malaisant ou comme mettant en doute son « expérience vécue ». Le principal outil pour étouffer la parole est de créer une peur des microagressions.

Dans « Se nourrir quand on en a ras le bol : Connecter la résilience et le travail DEI »,  on apprend des techniques, telles que la « dénonciation », que les professeurs et les étudiants peuvent utiliser pour mettre fin immédiatement à des conversations en interrompant les orateurs et en leur faisant savoir que leurs paroles et leurs actions sont inacceptables et ne seront pas tolérées. Plusieurs ateliers ont porté sur la pratique de la « justice réparatrice », utilisée pour rééduquer les élèves qui ne respectent pas les codes de la parole. La dernière étape pour garantir l’appartenance est d’écarter les familles ou les professeurs qui remettent en question le travail de DEI. « Parfois, vous devez dire [aux parents] que ce n’est peut-être pas la bonne école pour vous… Je l’ai beaucoup dit cette année », a déclaré Victor Shin, directeur d’école adjoint et coprésident de la conférence Gens de couleur, dans « De pions à maîtres du conseil scolaire : voir les élèves du BIPOC comme des acteurs influents dans la programmation scolaire ».

Avec la mise en œuvre de la diversité, de l’inclusion et de l’appartenance, les écoles peuvent commencer à atteindre les principaux objectifs du travail de DEI : l’équité et la justice. Le NAIS oblige toutes les écoles membres à s’engager à atteindre ces objectifs dans leurs énoncés de mission ou leurs documents de définition. L’équité passe par le démantèlement de tous les systèmes que les membres Bipoc considèrent comme nuisibles. La justice est la dernière étape de la transformation sociale vers la « libération collective ». L’objectif est de transformer la société en une société collectiviste, dépouillée de tout individualisme et truffée de réparations.

Lors de séances telles que « Parcourir le long et épineux chemin vers l’équité dans nos écoles », », « Déplacer l’aiguille vers un changement institutionnel significatif », « Construire un état d’esprit équitable et libérateur » et « Briser le cycle blancocentrique », on enseigne que la seule façon de parvenir à l’équité et à la justice est d’éradiquer tous les aspects de la culture suprématiste blanche issue d’« établissements majoritairement blancs », ou PWI (en anglais). C’est ainsi que le NAIS nomme ses écoles membres, quelle que soit la diversité ethnique des élèves de l’école en question. Le perfectionnisme, la ponctualité, l’urgence, la gentillesse, le culte de l’écrit, le progrès, l’objectivité, la rigueur, l’individualisme, le capitalisme et le libéralisme sont quelques-unes des caractéristiques de la culture suprématiste blanche à éliminer. Dans « Retour post-conférence des Gens de couleurs à la normale PWI », Maria Graciela Alcid, praticienne du DEI, a résumé : « La décolonisation de la pensée issue de la culture suprématiste blanche est l’acte continu de déconstruction, de démantèlement, de rupture de ces idéologies coloniales et de supériorité de la pensée occidentale ».

DEI était « une autre chose à aborder franchement, et dès maintenant, une chose sur laquelle tout repose », a déclaré l’enseignante Gina Favre, décrivant la transformation de son école.

Les écoles privées ne se concentrent plus sur l’enseignement de la pensée critique, la stimulation de la curiosité intellectuelle et la récompense de la pensée indépendante. Leur nouvelle mission est de former une avant-garde d’activistes afin de mener la charge pour détruire les fondements de la société, ce qui n’est pas sans rappeler les gardes rouges de la Chine maoïste.

Le danger va toutefois bien au-delà des écoles privées. Le même cadre appelé diversité, inclusion, appartenance, équité et justice a gagné en influence dans l’enseignement public, les universités, les entreprises, le gouvernement fédéral et les forces armées. Pour le bien de nos enfants et l’avenir de notre pays, il doit être démantelé.

M. Gutmann est le fondateur de Speak Up for Education et co-animateur du balado « Réapproprie-toi nos écoles ». M. Rossi est un collaborateur de Legal Insurrection et co-animateur de Chalkboard Heresy, une chaîne destinée aux dissidents dans le domaine de l’éducation.

samedi 19 février 2022

Violences à Ottawa (Trudeau et sa Police contre le Convoi des camionneurs)

Ceci n'est pas un compte parodique, mais bien le compte officiel de Politique étrangère Canada : 


 Entretemps à quelques centaines de mètres de là, le lendemain, à Ottawa:


Ce policier donne 3 coups de genoux violents, et 5 coups de poing, à un manifestant au sol et en rien menaçant. Notez aussi le policier armé d'un fusil.

Police à cheval charge et bouscule violemment les manifestants. La police d'Ottawa prétend que la personne en rouge avait projeté un vélo dans les pattes des chevaux pour les blesser alors qu'il s'agit d'une personne âgée sur un déambulateur bousculée et piétinée par les chevaux de la police.


 La séquence vidéo. Après que cette femme âgée explique à la police qu'elle participe à la manifestation pour ses enfants et petits-enfants et pour « la paix, l'amour et le bonheur », elle se fait piétiner par des policiers à cheval.

La police d'Ottawa a réagi avec ce gazouillis au sujet de la charge des chevaux (une seule charge) où elle parle d'un vélo (aucune photo ou vidéo ne montre de vélo).


Pour LCN (un de ces médias de grands chemins québécois), reprenant ce que « les policiers disaient », ce ne sont pas les énormes chevaux qui bousculent les gens comme cette vieille femme, ce sont les manifestants « qui se mettent dans les jambes des chevaux »... Surréaliste.

Le diffuseur en direct ZOT arrêté alors qu'il diffusait parce qu'il filmait de trop près les opérations policières :

Ce samedi, la police attaque et blesse la reporter Alexa Lavoie de Rebel News (vidéo ci-dessous). On attend la dénonciation des journalistes de grands chemins si prompts à se plaindre du moindre mot ou geste déplacé à leur encontre.

La policière a visé directement la jambe d'Alexa et a déchargé l'arme à bout portant. Photos extraites de la vidéo filmée en direct.



Le journaliste de True North, Andrew Lawton. aspergé de poivre de Cayenne alors qu'il obéissait aux ordres de la police. True North a annoncé qu'il porterait plainte en justice contre la police pour brutalité.


Famille frappée de « difficultés bancaires » pour l'acte d'un de ses membres.

La Sippenhaft ou Sippenhaftung [ˈzɪpn̩ˌhaftʊŋ] (terme allemand, traduit en français par « responsabilité du clan » ou « de la parenté ») est une peine du droit allemand, faisant peser sur la famille d'un criminel de lourdes conséquences. En tant que principe juridique, il découlait du droit germanique du Moyen Âge, généralement sous la forme d'amendes et d'indemnités. Il a été adopté par l'Allemagne nazie pour justifier la punition des proches (parents, conjoint) pour l'offense d'un membre de la famille. 

 


Un message de Trudeau La Science dans sa langue maternelle, l'anglais.

 


Un chauffeur de camion de Windsor (Ontario) nommé Csaba Vizi, qui était à Ottawa depuis trois semaines, dit qu'il est l'homme sur cette vidéo que la police tabasse alors qu'il s'était rendu pacifiquement.

Policière en colère menace le personnel d'un café d'Ottawa. Selon un témoin que l'on entend dans la vidéo, la police aurait menacé de briser les vitres du commerce. Ce café était resté ouvert pendant toute la manifestation des camionneurs et les aurait servi pendant ces trois semaines.

Wokisme à l'école, le niveau monte !

Seine Saint-Denis (France). Comment l'idéologie d'extrême gauche par la voix de ses syndicats gangrène l'école publique ?

Cette vidéo gênante pour le syndicat Sud Éducation a été censurée par YouTube.

vendredi 18 février 2022

Sondage, parti conservateur +10 % depuis départ d'O'Toole (et début du convoi à Ottawa)

Le parti conservateur fédéral a grimpé en flèche dans les sondages depuis que Candice Bergen a pris la tête par intérim et a ramené le parti à droite, selon de nouvelles données de Mainstreet Research.

Bergen a pris la relève plus tôt ce mois-ci après que le caucus conservateur a voté pour destituer Erin O’Toole, qui n’a pas réussi à former le gouvernement lors des élections fédérales de septembre dernier après avoir plaidé pour des politiques progressistes que les conservateurs ne favorisent traditionnellement pas.


Lorsque Mainstreet leur a demandé pour qui ils voteraient si des élections fédérales avaient lieu aujourd’hui, 39 % des électeurs enclins ou décidés à voter ont choisi le parti conservateur, tandis que 31 % ont choisi les libéraux.

Quinze autres pour cent ont dit qu’ils voteraient pour le NPD, tandis que le Bloc québécois et le Parti populaire du Canada (PPC) ont chacun obtenu 6 %. Les Verts ou un autre parti ont été choisis par deux pour cent des répondants chacun.

L’enquête a été menée mercredi et jeudi auprès de 1 323 adultes canadiens à l’aide d’entrevues téléphoniques automatisées.

Les sondages de Mainstreet le mois dernier ont montré que les libéraux et les conservateurs étaient ex aequo, chaque parti ayant le choix de 29 % des répondants. Le PPC obtenait un soutien de 13 %.

Le gain de 10 points pour les conservateurs intervient alors que Bergen défend les manifestants qui campent à Ottawa depuis 22 jours pour protester contre les obligations de vaccination fédérales et alors que les conservateurs s’opposent à l’utilisation par le gouvernement de la Loi sur les mesures d’urgence qui a été invoquée sous le prétexte de donner à la police de nouvelles pouvoir d’expulser ces mêmes manifestants.

« Les conservateurs atteignent le point où ils peuvent commencer à concourir pour le gouvernement », a déclaré Quito Maggi, PDG de Mainstreet Research.

Alors que Bergen se déplace vers la droite, plus de la moitié des voix du PPC sont allées aux conservateurs, a-t-il déclaré.

« Cela a fonctionné pour eux, du moins jusqu’à présent », a déclaré Maggi.

Mais les libéraux formeraient malgré tout le gouvernement, selon les projections de Mainstreet : le parti libéral remporterait 152 sièges — à peine sept de moins que ce qu’il a actuellement — et suffisamment pour former un gouvernement minoritaire. Les conservateurs remporteraient 132 sièges, contre 119 actuellement.

Le NPD gagnerait 21 sièges, le Bloc 31 et les Verts en obtiendraient deux.


69 % des Québécois doutent que le Canada puisse maintenir la paix, l'ordre et le bon gouvernement

Le dernier sondage de Maru Public Opinion réalisé les 14 et 15 février a révélé un pays d’humeur très négative. John Wright, vice-président directeur de Maru, a déclaré que les trois dernières semaines ont eu un impact dramatique sur la façon dont les Canadiens perçoivent le Canada. « Leur foi a été profondément ébranlée en ce qui concerne certaines des notions les plus fondamentales sur lesquelles repose leur pays », a déclaré Wright.

Le sondage a révélé que 66 % « craignent pour l’avenir du Canada », tandis que 62 % disent « qu’ils ont perdu confiance dans la capacité du pays à maintenir la paix, l’ordre et le bon gouvernement en place ». 69 % des Québécois sont de cet avis. Ils sont suivis par les trois provinces des Prairies où ce sentiment est partagé par 68 %, comparativement à 66 % en Colombie-Britannique, 64 % en Ontario et 58 % dans le Canada atlantique.

Un peu plus de la moitié des Canadiens — 52 % — croient que le pays est « plus que brisé » et qu’« il n’est tout simplement pas viable dans la façon dont il est actuellement constitué et gouverné ». Ce sentiment est le plus élevé en Alberta à 66 %, suivi du Québec à 54 %.

Par ailleurs, haine, humiliation et harcèlement

La propriétaire du Stella Luna Gelato Café d’Ottawa, Tammy Giuliani, s’exprime sur « Jesse Watters Primetime » sur le harcèlement, les insultes et les menaces auxquels elle a été confrontée après qu’un don de 250 $ qu’elle avait fait aux camionneurs a été rendu public. Elle fond en larmes devant les menaces de ruine financière à cause du gouvernement canadien.

Israël — convoi de la liberté et fin du passe sanitaire 

Le virage totalitaire de Trudeau : et si Trudeau cherchait l’escalade, les débordements ?

Ceci n'est pas un compte satirique : 


 Entretemps à quelques centaines de mètres de là, le lendemain, à Ottawa:


Ce policier donne 3 coups de genoux violents, et 5 coups de poing, à un manifestant au sol et en rien menaçant. Notez aussi le policier armé d'un fusil.

Police à cheval charge et bouscule violemment les manifestants. La police d'Ottawa prétend que la personne en rouge avait projeté un vélo dans les pattes des chevaux pour les blesser alors qu'il s'agit d'une personne âgée sur un déambulateur bousculée et piétinée par les chevaux de la police.


 La séquence vidéo. Après que cette femme âgée explique à la police qu'elle participe à la manifestation pour ses enfants et petits-enfants et pour « la paix, l'amour et le bonheur », elle se fait piétiner par des policiers à cheval.

La police d'Ottawa a réagi avec ce gazouillis au sujet de la charge des chevaux (une seule charge) où elle parle d'un vélo (aucune photo ou vidéo ne montre de vélo).


Le diffuseur en direct ZOT arrêté alors qu'il diffusait parce qu'il filmait de trop près les opérations policières :

Police matraque la reporter Alexa Lavoie de Rebel News (vidéo ci-dessous). On attend la dénonciation des journalistes de grands chemins si prompts à se plaindre du moindre mot ou geste déplacé à leur encontre.

Israël — convoi de la liberté et fin du passe sanitaire

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a annoncé le 17 février la fin du passe sanitaire dont son pays avait été l’un des pionniers, affirmant que la vague de contamination liée au variant Omicron s’estompait désormais en Israël. « Nous mettons fin à l’utilisation du passeport vert [nom donné en Israël au passeport sanitaire], la vague Omicron a été jugulée, il y a désormais une forte baisse du nombre de malades graves et de contaminés », a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett dans un communiqué, à l’issue d’une rencontre avec des responsables de la santé publique le 17 février. Notons qu’il peut s’agir de la trajectoire naturelle de cette vague omicron et qu’on ne sait pas en quoi le passeport vaccinal l’aurait accélérée ou atténuée.

Le gouvernement israélien avait été l’un des premiers pays à avoir mis en place un passeport sanitaire il y a un an, peu après le lancement d’une vaste campagne de vaccination, afin de lutter contre la pandémie de Covid-19. Début février, le gouvernement avait annoncé annuler l’obligation d’avoir un passe pour s’asseoir dans les cafés, les restaurants, les bars, les salles de sports ou les hôtels, mais l’avait maintenu pour d’autres lieux, comme les salles de concerts ou de cinémas.

Création d’un « Convoi de la liberté » en Israël

Plus tôt cette semaine, des milliers d’Israéliens ont convergé vers Jérusalem en voiture ou en camion depuis plusieurs villes du pays pour manifester contre les restrictions sanitaires liées à la pandémie, imitant le « Convoi de la liberté » apparu au Canada et qui a essaimé dans plusieurs pays.

Ce convoi, qui avait pour destination le Parlement à Jérusalem, a provoqué d’importants embouteillages le 14 février sur fond d’un concert de klaxons, ont constaté des journalistes de l’AFP qui ont vu des milliers de voitures paralyser la ville. Israël avait été l’un des premiers pays à lancer une vaste campagne de vaccination en décembre 2020, à la faveur d’un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer. Aujourd’hui, près de la moitié de la population a reçu trois doses de vaccin.

Le Premier ministre Naftali Bennett a par ailleurs répété ces dernières semaines vouloir lutter contre le coronavirus, en encourageant notamment la vaccination, mais sans « bloquer » l’économie du pays qui s’était contractée aux premiers mois de la pandémie.

Source

Voir aussi

Le virage totalitaire de Trudeau : et si Trudeau cherchait l’escalade, les débordements ?

Pr Éric Caumes : « L’immunité naturelle est toujours meilleure que l’immunité vaccinale. Le passe vaccinal ne sert à rien, sauf pour les personnes à risque. » (voir ci-dessous).

Pr Peyromaure et le passeport vaccinal, aucune utilité pour les moins de 60 ans :

Pressions européennes sur la « découvreuse d’Omicron » : ne dites plus que c’est bénin (vidéo ci-dessous)


jeudi 17 février 2022

Le virage totalitaire de Trudeau : et si Trudeau cherchait l'escalade, les débordements ?

Le ministre de la Justice du gouvernement de Justin Trudeau a déclaré que si vous avez de mauvaises opinions politiques, vous devriez vous inquiéter pour votre compte bancaire.

David Lametti, avocat et ancien professeur de droit désormais principale autorité juridique du gouvernement, a fait ces commentaires lorsqu’on lui a demandé si les comptes des personnes qui avaient fait des dons au convoi de camionneurs seraient saisis.

Lorsqu’il a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence lundi, le gouvernement Trudeau a clairement indiqué qu’il ne s’attaquait pas seulement au financement participatif des organisateurs du Freedom Convoy, mais qu’il ciblerait également les comptes bancaires individuels.

« Beaucoup de gens ont dit : “Je n’aime tout simplement pas vos mandats de vaccination et j’ai fait un don à cela, maintenant c’est illégal, devrais-je m’inquiéter que la banque puisse geler mon compte ?” » Evan Solomon, animateur de Power Play de CTV, demanda Lametti.

Lametti, qui avait précédemment dans l’interview comparé ce qui se passe à du terrorisme, a dit oui, les donateurs devraient s’inquiéter.

« Si vous êtes membre d’un mouvement pro-Trump qui donne des centaines de milliers de dollars et des millions de dollars à ce genre de chose, alors vous devriez vous inquiéter », a déclaré Lametti.

Les libéraux de Trudeau ont utilisé la Loi sur les mesures d’urgence pour étendre considérablement le pouvoir du gouvernement de surveiller les transactions financières, pour inclure les cryptomonnaies existantes comme Bitcoin. Ils ont également accru les responsabilités des institutions financières en matière de déclaration des opérations bancaires.

La déclaration d’urgence va jusqu’à « exiger de tout fournisseur de services financiers qu’il détermine s’il a en sa possession ou contrôle des biens appartenant à une personne qui participe au blocus ». Cela pourrait voir les comptes bancaires des personnes qui ont assisté à la manifestation, mais ne les ont pas financées, gelés à la demande du gouvernement.

Entretemps, la vice-première ministre Chrystia Freeland a déclaré que les institutions financières avaient commencé à geler les comptes bancaires appartenant aux manifestants impliqués dans les blocages sur la base des informations fournies par la Gendarmerie royale canadienne (GRC).

La ministre, qui est également ministre des Finances, a déclaré qu’elle disposait de statistiques précises sur le nombre de comptes gelés qui seront rendus publics « en temps voulu et bientôt », mais qui ne seront pas immédiatement divulgués pour éviter de compromettre « les actions opérationnelles ».

Mercredi, la GRC a envoyé des lettres aux institutions financières avec une liste de noms comprenant des organisateurs de manifestations et aux échanges de crypto-monnaie avec des adresses de portefeuille numérique, les encourageant à cesser d’effectuer des transactions avec eux. Mme Freeland a déclaré que les institutions financières « collaborent correctement et efficacement ». 

On peut se demander si Justin Trudeau ne recherche pas l’escalade, le pourrissement, des débordements, des actes violents de citoyens privés de fonds et donc désespérés. Il pourrait alors dire qu’il a évité une insurrection similaire au 6 janvier grâce à ses mesures d’exception, les justifiant ainsi a posteriori. Compte tenu de la servilité des médias de grand chemin subventionnés par lui, Trudeau pourrait réussir à réécrire la séquence des événements et faire oublier qu’il a, lui-même, créé cette réaction (encore hypothétique) désespérée.

 


De l’hebdomadaire britannique Spectator (fondé en 1828) :

Le virage totalitaire de Trudeau

Le Premier ministre canadien cherche désespérément son insurrection du 6 janvier

C’est le bain à remous qui fit déborder le vase. Des photos de partisans du convoi canadien se relaxant dans un bain à remous dans une rue du centre-ville d’Ottawa la fin de semaine dernière ont fait la une des journaux. Maintenant, Justin Trudeau est devenu fou et a invoqué des mesures de guerre, connues sous le nom de Loi sur les mesures d’urgence. Il veut que ce bain à remous soit retiré des rues —  fissa ! — et il a besoin de pouvoirs de guerre pour le faire. Les libertés civiles restent « temporairement » suspendues… juste pour deux semaines, le temps qu’on écrase les manifestants ! [Deux semaines… comme pour aplatir la courbe des hospitalisations…]

Manifestants à Ottawa la fin de semaine dernière


En annonçant « l’état d’urgence » (une nouvelle couche d’état d’urgence empilée sur l’état d’urgence préexistant), le gouvernement Trudeau a immédiatement déclaré que les banques sont autorisées à geler les comptes personnels et commerciaux sur simple soupçon d’implication dans la manifestation, sans obtenir d’ordonnance d’un tribunal. Le gouvernement ne peut être poursuivi pour de telles actions. La police, les agences de renseignement et les banques sont autorisées à partager des « informations pertinentes ». Les banques sont désormais tenues de déclarer les relations financières des personnes impliquées dans les manifestations au Service canadien du renseignement de sécurité.

La loi permet également au gouvernement d’obliger les entreprises (telles que les remorqueurs) à fournir des services contre leur gré, à interdire les rassemblements et les déplacements publics, à interdire l’utilisation d’une propriété particulière et à sécuriser des zones particulières. Sa mise en œuvre s’est heurtée à l’opposition de quatre Premiers ministres provinciaux [dont celui du Québec].

À en juger par son comportement, Trudeau espère une forme de violence depuis le début du mouvement des camionneurs. Il avait besoin de quelque chose, de tout ce qui pourrait s’apparenter à un 6 janvier canadien pour s’arroger encore plus de pouvoirs dictatoriaux que ne le permettait l’état d’urgence préexistant au Canada. Mais malgré des provocations constantes, les camionneurs ne lui ont pas donné ce prétexte. Même les efforts des meilleurs écrivains créatifs subventionnés par l’État du Canada (les médias grand public) n’ont pas réussi à transformer cette manifestation — dans toute sa gloire de château gonflable pour les enfants, de soirée dansante et de jacuzzi — en une insurrection crédible.

Oui, il y avait et il y a encore quelques blocus frontaliers — mais pacifiques (le blocus le plus important à ce jour, au pont Ambassador entre l’Ontario et le Michigan, a été résolu avant que Trudeau n’invoque la Loi sur les mesures d’urgence). La désobéissance civile pacifique est un moyen admis pour attirer l’attention sur l’injustice lorsque les voies de recours ordinaires ont été épuisées. Pour les théoriciens, cette méthode ne doit s’appliquer qu’aux cas d’injustices sérieusement enracinées, où il existe une chance raisonnable que la désobéissance civile puisse atteindre le but souhaité.

La Révolution des châteaux gonflables sera écrasée

Cependant, les élites canadiennes, tant de gauche que de droite, malheureusement voient la présence des camionneurs dans la capitale et aux frontières comme une gêne, une sorte de verrue sur le visage de la nation. Pour eux, le problème n’est pas celui du mécontentement citoyen, mais celui de l’optique et de l’économie. Ils ne veulent pas entendre parler de l’impact de ces restrictions sur la vie des citoyens. Ils ne veulent pas procéder à une analyse publique des coûts-avantages ou fournir un plan clair pour éliminer les mesures Covid.

Leur attitude prouve que les lignes de communication ordinaires entre le peuple et le gouvernement ont été rompues. Il n’a pas été possible pour les camionneurs et leurs partisans de voir leurs griefs traités par des moyens civiques ordinaires. Parmi les conditions requises pour justifier la désobéissance civile, une au moins est remplie.

Cette désobéissance civile est tout ce que Trudeau peut invoquer pour justifier la Loi sur les mesures d’urgence, le raisonnement étant que la protestation continue et la désobéissance civile pacifique constituent une menace pour la sécurité nationale et l’économie. Pourtant, un gouvernement crédible aurait complètement évité cette situation en s’attaquant, ou du moins en exprimant une volonté d’évaluer, les souffrances qu’il inflige à son propre peuple. La Loi sur les mesures d’urgence n’est censée être invoquée qu’en dernier recours dans une véritable crise — la Loi sur les mesures de guerre, son prédécesseur, a été invoquée pour la dernière fois sous Pierre Trudeau en réponse à un réel danger terroriste impliquant de nombreux attentats à la bombe et l’enlèvement et le meurtre d’un ministre. [Voir la Crise d’octobre.]

Il est tout à fait vrai que les blocages coûtent énormément d’argent, contrôlent les principaux points d’accès au pays, agacent les États-Unis, le meilleur client de pièces automobiles du Canada, et donnent une mauvaise image du gouvernement Trudeau. Mais au lieu de punir les symptômes, pourquoi les gouvernements fédéral et provinciaux n’ont-ils pas cherché à s’attaquer à la cause ? Trudeau et son équipe semblent avoir délibérément laissé cette crise se développer, enflammé la situation avec un langage insultant et méprisant. Trudeau a attendu le moment où il a estimé qu’il aurait suffisamment de soutien aux différents échelons du pouvoir pour faire taire les dissidents et prendre le contrôle du compte bancaire de chacun pendant qu’il y était.

Il s’agit de méthodes totalitaires, pas de méthodes d’une nation civilisée et justement gouvernée. Ce qui est particulièrement remarquable dans le discours du gouvernement au cours des deux dernières semaines, c’est que la Covid a été relayée au second plan. Personne au pouvoir ne semble véritablement préoccupé par autre chose que de garder la mainmise et de sauver la face. Les deux tiers de la population canadienne appuient maintenant l’abandon de toutes les restrictions.

Il commence à devenir clair que ces restrictions n’ont rien à voir avec la Covid. Ces mesures ne fonctionnent pas et les restrictions de voyage sont inutiles alors que la Covid s’est déjà répandue dans le pays. Mais le gouvernement ne lâchera rien. Plus de 80 % des Canadiens sont vaccinés. Ils veulent que 100 % soient vaccinés. Pourquoi ? Pour qu’ils puissent déplacer les poteaux de but et exiger une autre preuve de conformité ? Le message est clair : participer à la vie normale est un privilège, pas un défaut. Seuls ceux qui sont « en conformité » peuvent participer.

Les Canadiens ne veulent pas que la participation à la vie normale devienne un privilège accordé uniquement sur ordre du gouvernement. C’est à cela que servent ces protestations. Mais leur objectif ne sera pas atteint tant que le système de passeport vaccinal n’aura pas disparu. Même si certaines provinces disent qu’elles abandonnent les laissez-passer vaccinaux, elles maintiennent l’existence de ces systèmes. Il reste légal pour les entreprises de l’imposer à leurs employés ou à leur clientèle. Mais ce système de code QR doit être démantelé et son utilisation rendue illégale. C’est la pierre angulaire d’un éventuel programme de crédit social — un rêve totalitaire. Ne le laissez pas devenir réalité, Canada.



Deux Premiers ministres (Alberta et Saskatchewan) et 16 gouverneurs d’États américains écrivent à Biden et Trudeau pour qu’ils lèvent les restrictions vaccinales aux frontières


Le Professeur Jordan Peterson (l’auteur canadien le plus lu) est fort remonté :

Continuez à monter la barre, espèce d’imbéciles fanfarons intimidateurs. Vous avez maintenant étendu le contrôle arbitraire du gouvernement à l’assurance automobile et aux banques, et cela est censé apporter la paix et rassurer les Canadiens @OmarAlghabra

Et voici que Justin Trudeau a recours à la même vieille scie et ose dire à une députée juive, Mélissa Lantsman, qu’elle se tient aux côtés de personnes qui agitent des croix gammées (1 personne anonyme dans une énorme manifestation, peut-être même un agent provocateur ?) Trudeau fils a refusé de s’excuser (malgré quatre demandes) après le tollé que « sa réponse » désormais machinale avait suscité aux Communes.