mardi 31 mars 2020

Manuel d'histoire (1) — chrétiens intolérants, Saint Louis précurseur des nazis, pas de critique de l'islam tolérant pour sa part

En cette année du 750e anniversaire de la mort du typhus de Saint-Louis à Carthage en 1270.

En passant, Saint-Louis, toujours ouvert sur le monde, aurait importé la rouelle (signe distinctif des juifs) des pays musulmans. Preuve en est qu’« avant le XIIIe siècle, il n’existe aucune altérité dans la représentation des individus de confession juive. »
[Gilbert Dahan, « Quelques réflexions sur l’antijudaïsme chrétien au Moyen Âge », Histoire, économie et société, no 3,‎ 1983, p. 355-366 ]

Cette marque fut sans doute réalisée à l’imitation des califes musulmans, pour lesquels les dhimmis devaient porter un signe distinctif souhaitable, mais non obligatoire, bleu pour les chrétiens et jaune pour les juifs.
[Suzanne Citron, Le Mythe national. L’histoire de France revisitée, éditions de l’Atelier, L’Atelier de poche, rééd. 2017, p. 249.] En 888, le cadi Ahmed ben Tâlib oblige les dhimmis de Kairouan à porter sur l’épaule un morceau d’étoffe de couleur blanche portant l’image d’un singe pour les juifs et celle d’un porc pour les chrétiens ; ils sont tenus d’accrocher les mêmes images sur leurs portes. [Louis Massignon, Revue des études islamiques, Volume 9. P. Geuthner, 1935, p. 142.]

Ce manuel approuvé par le Ministre ne rappelle pas ce que Saint-Louis doit aux musulmans dans ce domaine, mais insiste sur la similitude de cette mesure discriminatoire avec celle adoptée par les nazis, alors que l’islam est présenté comme tolérant.



Photo du site des
Éditions Chenelière
La volonté de faire coexister la riche courtepointe ethnique et religieuse  que la politique migratoire du Québec met en place est à la base de l’imposition du cours d’éthique et de culture religieuse. Il fallait un programme qui puisse être enseigné à tous et qui rapprocherait toutes les communautés, quitte à simplifier à outrance les religions, les discréditer même pour les rassembler dans l’indifférenciation dans un esprit qu’on nommera par gentillesse irénique. C’est le cours tout-le-monde-il-est-beau-tout-le-monde-il-est-gentil selon certains auteurs.

Il en va un peu de même avec un manuel d’histoire récent qui se penche sur l’histoire de la chrétienté et du monde arabo-musulman. L’éditeur est réputé (Chenelière) et le manuel est de bonne facture technique. Mais là c’est pire : critiques (pas toujours imméritées) d’un côté, le côté de la chrétienté et, de l’autre côté, bienveillance constante pour le monde arabo-musulman. Il ne faudrait pas que les Québécois de souche conçoivent leur civilisation avec trop de vanité et que les immigrants soient perçus comme issus d’une culture inférieure ?

On peut donc se demander si ce n’est pas, en quelque sorte, pour rabaisser un peu le caquet culturel des Québécois  de souche et promouvoir l’estime des récents et nombreux immigrants du monde musulman  que le manuel d’histoire D’hier à demain des éditions de la Chenelière ne critique jamais l’islam médiéval, il l’encense plutôt, et qu’il laisse l’intolérance et l’ignorance au christianisme et à la chrétienté médiévale. Au détriment de l’objectivité, de l’équilibre et de la justesse, malheureusement.

Saint-Louis, précurseur de Hitler ?

Dans ce manuel approuvé par le BAMD du Monopole de l’Éducation, on trouve ainsi la question très subtile suivante :


D’Hier à demain, manuel A, 1er cycle du secondaire (12-13 ans), édition Chenelière, p.  204

Aucune question similaire sur les autres civilisations (musulmanes et chinoises notamment) où les ethnies portaient pourtant aussi des costumes ou des signes qui les différenciaient. L’imposition d’un signe distinctif pour les juifs (et les chrétiens) était généralisée dans le monde musulman. Mais aucune mention, ni bien sûr de critique dans le manuel sur ce sujet. Il n’en dit rien, seul Louis IX et son ordonnance sont comparés à un funeste « moment au cours du XXe siècle »....

Pour se convaincre que les juifs devaient se vêtir différemment sous l’islam, voici une fatwa (parmi de nombreuses autres) qui impose des signes distinctifs aux dhimmis (les tributaires) :
« Un juif s’habille comme les musulmans et abandonne la mise qui le distingue d’eux.

Réponse [du savant musulman]. Il sera mis en prison, battu et promené ignominieusement dans les lieux habités par les juifs et les chrétiens pour l’exemple. Ibn Abî Tâlib a prescrit à l’un des cadis parmi ses subordonnés d’obliger juifs et chrétiens à porter leurs ceintures largement déployées sur leur robe pour qu’on les distingue bien, et si l’un d’eux monte à cheval, de l’en empêcher, de lui infliger vingt coups de fouet à nu, puis de le jeter en prison, et en cas de récidive de le battre durement et de l’incarcérer longuement.  »

(p. 111 de Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge de Vincent Lagardère)

Ce que rappelle, dans la deuxième moitié du XVe siècle, le voyageur flamand Anselme Adorne, cité par Paul Sebag :
« témoigne que les juifs de Tunis sont astreints à un « lourd tribut » dans lequel il faut voir sans doute jezya [capitation] du droit musulman, et qu’ils font toujours l’objet de discriminations  vestimentaires. Ils doivent alors arborer une pièce d’étoffe jaune, à la tête ou au cou, faute de quoi, ils ne manqueraient pas de se faire lapider. »

(p. 122, Tunis: Histoire d’une ville de Paul Sebag)
Extension maximale de l’empire almohade (entre 1195 et 1212)

lundi 30 mars 2020

Mise en ligne de ecoleouverte.ca, la plateforme scolaire québécoise en ligne

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a mis en ligne lundi un site vers lequel les parents et étudiants peuvent se diriger pour trouver certains outils éducatifs.

Pour l’instant, « L’école ouverte » (ecoleouverte.ca*) est essentiellement d’un répertoire de sites internet qui ont été vérifiés par le ministère. En sciences et technologies, par exemple, on renvoie les élèves du secondaire vers le site Allô Prof ou encore sur la section pour les étudiants du site de l’Agence spatiale canadienne.



« Ça facilite la navigation des élèves et des parents, ça empêche de tomber sur des sites plus ou moins fiables, plus ou moins appropriés, et ça classifie les apprentissages en fonction du niveau des élèves et de la matière dans laquelle ils souhaitent faire des exercices », explique en entrevue le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge.

Ce site sera « enrichi de jour en jour », ajoute le ministre.

À compter de la semaine prochaine, les élèves de la province doivent recevoir des « listes d’activités hebdomadaires » qui seront adaptées à leur niveau. Elles seront envoyées par courriel ou par la poste.

Ces activités ne sont pas obligatoires et ne peuvent faire l’objet d’évaluations.

* Notons que les accents sont permis dans les noms de domaine depuis plus de 10 ans (écoleouverte.ca est donc permis), Québec semble l’ignorer...

vendredi 27 mars 2020

L’école à l’heure du coronavirus

Anne Coffinier s’entretient avec Guillaume Bonnet de l’hebdomadaire France Catholique, au sujet des mutations de l’école...

Et si la crise du Covid-19 était l’occasion de repenser le système éducatif ? La fermeture des établissements ouvre de multiples perspectives, estime Anne Coffinier, présidente de l’association Créer son école.

Depuis le 16 mars, 12 millions d’élèves travaillent à domicile. Quels fruits ce confinement peut-il porter ?


Anne Coffinier : Notre vision sera nécessairement modifiée en profondeur. Nous allons sans doute comprendre que huit heures de cours par jour ne sont pas forcément nécessaires, que la structuration des journées n’est pas intangible, que les parents doivent redevenir décideurs dans le domaine éducatif en tissant des relations nouvelles avec les professeurs, que le fameux socle éducatif [la partie imposée par l’État à toutes les écoles, mêmes celles dites libres] est en réalité un mammouth qu’il serait souhaitable de réduire à l’indispensable pour cultiver les passions de l’enfant. Les pistes sont très nombreuses.

Le confinement peut-il rendre les Français plus pragmatiques ?

Le cas français est atypique, voire bizarre. Ne pas choisir l’école publique serait faire montre d’antirépublicanisme et menacerait le «  vivre-ensemble  ». Cette approche idéologique pourrait être fragilisée par ce confinement qui rend obligatoire l’école à la maison, pourtant considérée en France avec méfiance par l’État… C’est l’occasion de changer les regards et de rappeler qu’il existe mille manières de faire l’école à la maison et d’articuler ce mode éducatif avec les autres approches.

Du pragmatisme, mais aussi de la souplesse ?

Observons l’approche anglo-saxonne. C’est souvent en utilisant les passions des enfants qu’on développe le goût du dépassement et de l’excellence, qu’il est ensuite plus simple de décliner dans les autres disciplines. Il s’agit aussi d’un univers dans lequel les jeunes sont responsabilisés tôt et invités à participer à la vie de leurs établissements. Enfin, l’école y est considérée comme une communauté de valeurs à part entière qui prépare à servir la communauté nationale une fois adulte.

Quels conseils donneriez-vous aux parents confinés et à la peine ?


Ce n’est pas un drame si les élèves ne parviennent pas à suivre tous les cours et à réaliser l’ensemble des exercices. Cette parenthèse est l’occasion de se concentrer sur les bases comme le calcul et la dictée, souvent fragiles, en utilisant les bons vieux classiques comme le Bled ou le Bescherelle. Pour les collégiens et lycéens, on peut lire du théâtre en famille ou apprendre de la poésie. C’est l’occasion de transmettre ce qui fait la force de notre patrimoine culturel. J’invite enfin les parents à se rendre sur le site educfrance.org pour y découvrir de nombreuses vidéos pour apprendre à faire de l’exercice sans matériel et dans un espace restreint.

Face à cette crise sans précédent, certains élèves sont moins égaux que d’autres…

Les écoles hors-contrat [privées non subventionnées] ont été fermées, comme les autres établissements, sur décision gouvernementale. Mais nous faisons face à une rupture d’égalité. Souvent, ces écoles ne disposent pas d’espaces numériques de travail (ENT) et n’utilisent que les courriels pour communiquer. Nous demandons donc au ministre un accès gratuit au CNED et à ses «  classes virtuelles  » ou l’octroi de subventions pour équiper les écoles hors-contrat avec des ENT classiques. Enfin, nous demandons un soutien pour équiper les familles avec des ordinateurs et des tablettes durant la durée de la crise. Sur le site educfrance.org, chacun peut signer la lettre ouverte que nous avons adressée en ce sens au ministre.

Source : france-catholique.fr, « L’école à l’heure du coronavirus », entretien avec Anne Coffinier, présidente de Créer son école. Propos recueillis par Guillaume Bonnet.

dimanche 22 mars 2020

Pandémie : la TÉLUQ prête à admettre de nouveaux étudiants

L’université à distance du Québec (TÉLUQ) dit être en mesure d’accueillir de nouveaux étudiants dans le contexte où le gouvernement du Québec autorise les institutions d’enseignement supérieur à maintenir la formation à distance.



«En tant qu'université entièrement à distance et leader dans ce créneau depuis près de 50 ans, notre corps professoral, nos personnes tutrices et chargées d'encadrement sont en mesure de poursuivre notre mission d'enseignement auprès de nos étudiants», a dit vendredi le directeur général par intérim, André G. Roy, par communiqué.

«Avec nos 125 programmes et plus de 450 cours, nous permettons déjà à des milliers de personnes d'obtenir un diplôme universitaire à distance», a-t-il ajouté.

Les admissions et les inscriptions à la TÉLUQ peuvent se faire à tout moment, et les cours se déroulent sans contrainte de distance et d'horaire, rappelle-t-on. Les étudiants peuvent donc faire leur formation à leur propre rythme.

La TÉLUQ rappelle par ailleurs qu’elle «offre son soutien à toute autre université au Québec, au Canada, et même ailleurs dans le monde».

«Nous accueillons annuellement plusieurs milliers d'étudiants par entente interuniversitaire et nous croyons que notre formule d'admission, d'inscription et de cours en continu offre une flexibilité unique qui permettrait d'accueillir rapidement des étudiants qui souhaitent éviter les impacts des situations exceptionnelles comme celles causées par la COVID-19», a-t-on indiqué.

Québec — Un réseau collégial de plus en plus anglophone

Ce texte fait partie du cahier spécial Francophonie du Devoir.

L’annonce au début du mois de mars de la création d’un nouveau cégep [fin du lycée] bilingue à Vaudreuil-Dorion a suscité une levée de boucliers dans certains milieux au Québec. Un mois plutôt, la pression avait été mise sur le cégep de la Gaspésie et des Îles pour qu’il revoie le fonctionnement de son antenne montréalaise, qui offre depuis 2015 des cours uniquement en anglais à des étudiants étrangers venus surtout de l’Inde et de la Chine. Certains voient là une pente très glissante vers l’anglicisation de Montréal et la relégation du français au Québec.

Une situation d’autant plus tendue que l’on constate depuis plusieurs années qu’un nombre grandissant d’étudiants francophones optent pour les cégeps de langue anglaise, déjà très prisés des allophones. Entre 2013 et 2018, selon le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, tous les établissements francophones de Montréal ont vu leur effectif étudiant à temps plein diminuer (en excluant la formation continue).

Du côté anglophone, ceux du collège Dawson — le plus gros au Québec — et du collège John Abbott ont plutôt progressé. Seul Vanier enregistrait une petite baisse de moins de 1 %. On retrouve actuellement 19 % des places d’études de niveau collégial dans le réseau anglophone, alors que cette communauté représente environ 8 % de la population québécoise.

Double impact


Pour Yannick Lacroix, professeur de philosophie au cégep de Maisonneuve, cette tendance génère deux effets néfastes. Le premier est quantitatif puisque les deux réseaux se trouvent en concurrence et que la popularité des établissements de langue anglaise tend à réduire le nombre d’étudiants dans les établissements de langue française. Or, le financement se distribue en fonction de l’effectif. Le déclin du réseau francophone s’accompagne donc de sa paupérisation. Le deuxième effet négatif est qualitatif, car les cégeps anglophones peuvent choisir les meilleurs candidats. Les cégeps anglophones comptent sur 20 % de francophones et 38 % d’allophones.

Ce glissement est également de mauvais augure pour l’épanouissement de notre communauté francophone. « Le cégep est le lieu par excellence de la passation de la culture en français au Québec, avance Yannick Lacroix. Le déclin du réseau collégial français m’inquiète donc beaucoup, à la fois comme professeur et comme citoyen québécois. » Il indique qu’au rythme où vont les choses, le préuniversitaire en français risque de devenir minoritaire sur l’île de Montréal d’ici trois ans.

Un argument souvent entendu, notamment de la bouche de l’ex-Premier ministre du Québec Philippe Couillard, est celui selon lequel il est souhaitable que les jeunes Québécois deviennent bilingues. Aller apprendre l’anglais dans un cégep serait donc une bonne chose. Mais Yannick Lacroix rappelle que l’immense majorité des Montréalais du réseau francophone parlent bien l’anglais dès la fin du secondaire. Selon lui, s’ils choisissent le collégial en anglais, c’est pour intégrer cette communauté. « Ils perçoivent l’anglais comme la langue du succès ; elle a pour eux une valeur marchande et symbolique plus élevée », estime-t-il.

Pour contrer cette tendance, Yannick Lacroix juge que le gouvernement du Québec doit intervenir en étendant les dispositions scolaires de la loi 101 aux cégeps. « C’est une question de cohérence, croit-il. La politique linguistique du Québec est d’ériger le français en langue commune, et la promotion de cette langue constitue l’une des missions importantes des cégeps. Or, en ce moment, le système d’éducation public s’en éloigne. »

Financer sa marginalisation

Une position que partage entièrement Robert Laplante, directeur de la revue Action nationale. Cette publication a consacré de nombreux articles à ce sujet, dont un récent signé Frédéric Lacroix qui illustre très bien, chiffres à l’appui, les tendances à l’œuvre dans l’anglicisation de l’enseignement collégial, notamment à Montréal.

M. Laplante s’élève contre un autre argument maintes fois entendu : celui du libre choix des étudiants. « Il ne s’agit pas d’interdire le cégep en anglais, mais d’empêcher l’argent public de servir à la déstructuration du réseau collégial francophone, soutient-il. Nous devons donner le signal clair que la majorité francophone ne financera pas sa propre marginalisation. »

Selon lui, l’offre de services éducatifs en anglais, qu’il ne remet pas en cause, devrait être financée à la hauteur du poids démographique des anglophones et de ceux qui ont droit à ces services, comme défini par la loi 101. Il considère comme une aberration que le collège Dawson constitue le plus gros cégep du Québec en raison d’étudiants francophones et allophones, alors qu’il devrait servir la minorité anglophone.

Il juge que la tendance actuelle contribuera à dévaloriser la langue française et à réduire notre capacité à la préserver comme langue du travail au Québec. Il assure que l’on s’illusionne si l’on croit que les deux langues peuvent se voisiner dans les établissements d’enseignement. « L’histoire l’a maintes fois démontré, lorsqu’une langue dominante cohabite avec une langue minoritaire, cette dernière tend à devenir de plus en plus marginale, affirme-t-il. Le bilinguisme au cégep produira le même effet au Québec. »

vendredi 20 mars 2020

Du sport en famille pendant le confinement !

De courtes vidéos, en partenariat avec l'association Georges Hébert et le Centre hébertiste d'Orléans. Retrouvez aujourd'hui un premier entretien avec Audry Huguet du Lorin et une première vidéo d'entraînement







mercredi 18 mars 2020

La moitié des écoliers dans le monde privée d'établissement scolaire

Plus de 850 millions de jeunes dans le monde, soit près de la moitié de la population d’écoliers et d’étudiants, devaient rester chez eux, sans accéder à leurs établissements d’enseignement, en date de mardi, a annoncé mercredi l’UNESCO.

Avec des fermetures d’établissements scolaires et universitaires totales dans 102 pays, partielles dans 11 autres en raison de la pandémie de COVID-19, le nombre d’apprenants privés d’école a plus que doublé en quatre jours et devrait encore augmenter, a précisé l’organisation de l’ONU responsable de l’éducation, des sciences et de la culture, basée à Paris.

« L’ampleur et la vitesse des fermetures d’écoles et d’universités représentent un défi sans précédent » pour le secteur de l’éducation, a-t-elle ajouté, en soulignant que, partout dans le monde, les autorités responsables de l’éducation cherchent à pallier les fermetures d’établissements par des solutions d’enseignement à distance, qu’il s’agisse de solutions requérant des moyens technologiques perfectionnés (classes en direct par vidéo) ou moins élaborés (programmes éducatifs à la télévision ou à la radio).

« La situation actuelle impose aux pays d’immenses défis pour être en mesure d’offrir un apprentissage continu à tous de manière équitable. Nous renforçons notre action sur le plan mondial en créant une Coalition pour assurer une réponse rapide et coordonnée. Au-delà de l’urgence, cet effort est l’occasion de repenser l’éducation, de développer l’apprentissage à distance et de rendre les systèmes éducatifs plus résilients, plus ouverts et plus innovants », a déclaré la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Dès que les écoles ont commencé à fermer à travers la planète, l’UNESCO a affirmé soutenir la mise en œuvre de programmes d’apprentissage à distance à grande échelle, recommandant des applications et des plateformes éducatives en accès libre. L’organisation a mis en place un groupe de travail chargé de conseiller et d’aider les gouvernements à trouver des solutions alternatives.

Elle a aussi lancé une « coalition planétaire pour l’éducation » avec le secteur privé, dont Microsoft et GSMA, pour aider les pays à se doter des instruments qui leur font défaut.

Elle entend enfin continuer d’organiser des réunions virtuelles d’échanges d’expérience entre pays membres, dont plus de 70 avaient participé la semaine à une visioconférence qu’elle avait organisée sur les moyens d’assurer la continuité de l’éducation.

À cette occasion Mme Azoulay avait dit redouter que la situation ne soit surtout préjudiciable aux enfants pauvres : « Les enfants défavorisés et plus vulnérables sont plus susceptibles d’y perdre dans leurs apprentissages et de manquer des soutiens adéquats ».

dimanche 15 mars 2020

Covid-19 : groupe Hachette Livre propose un accès gratuit à 600 manuels en ligne

En prévision de la fermeture de tous les établissements scolaires à dater du lundi 16 mars jusqu’à nouvel ordre dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, les éditeurs scolaires du groupe Hachette Livre ont décidé de mettre à disposition gratuitement les manuels scolaires en ligne.

Les éditeurs scolaires du groupe Hachette Livre (Hatier, Hachette Éducation, Istra, Foucher et Didier) s’associent au plan de continuité pédagogique mis en place par le ministère de l’Éducation dans le cadre de l’épidémie de covid 19 et de la fermeture des établissements scolaires à dater du lundi 16 mars en proposant un accès gratuit à tous leurs manuels en ligne, afin que les élèves puissent continuer à travailler de chez eux plus facilement pendant cette période.


MESMANUELS.FR/ALAMAISON : UNE ADRESSE OÙ RETROUVER 600 MANUELS SCOLAIRES EN LIGNE DU CP À LA TERMINALE

Ainsi, 600 manuels, du CP à la Terminale, sont librement accessibles aux élèves depuis leurs domiciles à ce lien : mesmanuels.fr/alamaison

Soutien au personnel hospitalier et au peuple italien

Soutien au personnel hospitalier et au peuple italien. Les parents qui instruisent à la maison peuvent continuer comme de coutume.


Quelques vidéos.

D'abord triste, sur les conséquences du covid-19 à Bergame, un des foyers de la pandémie.



Puis, la solidarité des Italiens confinés chez eux.







Et dans le registre tragico-comique, une « explication » de M. Justin Trudeau. Au Canada, Justin Trudeau tergiverse et esquive (« esquisse », comme il a déjà dit). Tout cela dans un mauvais français au débit hésitant et où il semble confondre « voyageur étranger » et « travailleur outremer » (overseas traveller?)... Au moins 4 fautes de français en une longue phrase ondoyante en langue de bois avec force appels aux experts, à la science et aux mesures vagues.



mercredi 11 mars 2020

Aller au cégep anglais pour apprendre l'anglais ? Vraiment ?

Frédéric Lacroix est un chercheur essentiel sur les questions qui touchent à la démographie et à l’avenir linguistique du Québec. Dans un contexte politique où la question du cégep français, je l’ai interviewé pour mieux comprendre les motivations des jeunes Québécois francophones qui passent à l’anglais. Comment l’expliquer ? De quoi est-elle symptomatique ? Entretien avec Mathieu Bock-Côté.

Mathieu Bock-Côté : Pour la première fois depuis des années, on a beaucoup parlé, ces derniers jours, de la place de plus en plus compromise du français au niveau collégial, au point même où certains veulent y appliquer la loi 101, une idée qui était disparue du radar depuis plusieurs années. Mais il faut néanmoins poser la question correctement : qu’est-ce qui explique le désir de plus en plus fort des jeunes francophones et allophones de passer à l’anglais au cégep ? Est-ce, comme on l’entend souvent, parce qu’ils veulent parfaire leur anglais ? Ou doit-on repérer d’autres motivations derrière cette tendance ?

Frédéric Lacroix : La tendance qui ressort des statistiques d’inscription au collégial est en effet très claire : de 1995 à 2018, le nombre de francophones (langue maternelle) qui étudie en anglais au collégial au Québec est passé de 4150 étudiants à 7686, soit une augmentation de 3536 (85 % d’augmentation). Et cette tendance à la hausse s’accélère nettement depuis 2007. L’augmentation du nombre d’allophones dans les cégeps anglais depuis 1995 est aussi nette : ils sont passés de 6383 en 1995 à 8820 en 2018, soit une augmentation de 2437 (ou 38 %). L’augmentation du contingent francophone et allophone au collégial anglais représente donc 5973 étudiants depuis 1995. Ce n’est pas négligeable : ceci est presque équivalent de la taille de John Abbott College (parmi les plus gros cégeps au Québec), par exemple.

Et ceci, soit l’effectif collégial, ne recense que les étudiants qui ont la moyenne générale requise pour entrer dans un cégep anglais. Comme les cégeps anglais sont en mesure d’écrémer seulement les meilleurs étudiants, les statistiques d’effectif collégial ne donnent pas une idée juste du désir d’études en anglais parmi les jeunes.

Nous apprenions il y a quelques semaines que Dawson College acceptait seulement 30 % des demandes d’admission qui lui sont adressées. Ce qui signifie que Dawson reçoit grosso modo 10 000 demandes d’admission par année et refuse environ 6000 étudiants qui auraient aimé s’y inscrire. Ce chiffre, absolument renversant, donne une bonne idée de la situation du français au collégial. Le désir d’études en anglais est absolument massif.

La question que l’on peut se poser est la suivante : pourquoi, après 11 années de cours d’anglais à chaque année de la première année du primaire à la fin du secondaire, un francophone ressent-il le besoin d’aller dans un cégep anglophone pour apprendre une langue qu’il devrait déjà savoir ? Les cours d’anglais au Québec seraient-ils si mauvais, si catastrophiques, qu’il faille absolument passer par des études en anglais (et non seulement des cours d’anglais) pour maîtriser cette langue ?

Un lecteur perspicace, Akos Verboczy, me fait remarquer que la chose peut aussi être vue à rebours : plutôt qu’un déficit de maîtrise, n’est-ce pas plutôt la maîtrise grandissante de l’anglais chez les jeunes francophones (et allophones scolarisés en français) qui les incite à poursuivre leurs études postsecondaires en anglais ?

Il faut « inverser, toujours inverser » disait Charlie Munger, le partenaire d’affaires de Warren Buffet dans le conglomérat multimilliardaire Berkshire Hathaway, qui affirmait que cette technique était son outil de travail le plus important pour résoudre des problèmes. Ceci permettait souvent, selon lui, en changeant complètement de perspective, de voir et de comprendre les choses sous un éclairage nouveau.

Derek Sloan s'insurge contre projets de loi qui criminalisent l’affirmation positive de son corps

Le gouvernement de Justin Trudeau (ci-contre) a déposé un projet de loi en chambre (C-8) qui vise à criminaliser ce qu’il appelle les «  thérapies de conversion » et leur publicité. Le Sénat a proposé un projet de loi similaire, mais plus bref (S-202).

Extrait de C-8 :
Thérapie de conversion
Définition de thérapie de conversion

320 ‍101 Aux articles 320.‍102 à 320 ‍106, thérapie de conversion s’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent :
a) à la transition de genre d’une personne ;
b) à l’exploration ou à la construction de son identité.

Thérapie de conversion forcée
320.‍102 Quiconque, sciemment, fait suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Thérapie de conversion : enfant
320.‍103 (1) Quiconque, sciemment, fait suivre une thérapie de conversion à une personne âgée de moins de dix-huit ans est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

[...]

Publicité de thérapie de conversion
320.‍104 Quiconque fait sciemment de la publicité pour offrir de la thérapie de conversion est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Avantage matériel
320 ‍105 Quiconque bénéficie d’un avantage matériel, notamment pécuniaire, qu’il sait provenir ou avoir été obtenu, directement ou indirectement, de la prestation de thérapies de conversion est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Ces projets de loi ont suscité une réaction de Derek Sloan, un jeune député ontarien, unilingue, avocat de formation qui brigue la présidence du Parti dit conservateur du Canada (PCC).  Il est considéré comme un des chefs de file des conservateurs sociaux. Richard Décarie, éliminé par une camarilla non élue du PCC, a demandé à ses partisans de le soutenir. Nous avons traduit son communiqué puisqu’il ne semble pas l’avoir publié en français (...).
Une astuce courante de la gauche progressiste [« liberal » en anglais] consiste à changer le sens des mots afin de masquer la vérité.

La « thérapie de conversion » en est le dernier exemple orwellien.

La gauche condamne sous le nom de « thérapie de conversion » l’idée que les parents puissent aider un enfant à se sentir bien dans sa peau et heureux du corps avec lequel il est né, alors qu’elle se félicite qu’on donne à un enfant des hormones et qu’on lui fasse subir une chirurgie plastique irréversible en appelant cela de l’« affirmation de genre ».

Si ces termes vous paraissent inversés, c’est parce que c’est le cas. En fait, pour les adolescents souffrant de dysphorie de genre, cela peut être un cauchemar.

Les idéologues du genre enseignent aux enfants dans les écoles publiques (ou partout ailleurs où ils peuvent les atteindre) que leur « genre » est fluide et qu’ils peuvent ne pas être des « garçons » ou des « filles » contrairement à ce que leurs familles leur ont dit.

Ensuite, les idéologues du genre attirent les enfants désorientés qui développent une dysphorie de genre pour leur faire prendre des hormones afin de modifier leur corps encore en croissance.

Mais, lorsque cette « conversion » de garçon en fille ou de fille en garçon n’est pas tout à fait terminée, et que les enfants demandent de l’aide, ou que leurs parents demandent de l’aide en leur nom pour arrêter cette « conversion », les idéologues du genre crient « comment osez-vous essayer d’arrêter ça ? » Et puis les idéologues du genre condamnent les efforts en matière de conseil en les nommant une « thérapie de conversion ».

Cette semaine, le gouvernement libéral de Trudeau a annoncé un projet de loi, le projet de loi C-8, il vise à interdire tout ce que les idéologues du genre considèrent comme une « thérapie de conversion ».

Il fait suite à la législation en vigueur à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et au fameux « projet de loi 77 » de l’Ontario, présenté par les libéraux de Kathleen Wynne en 2015.

Maintenant, les idéologues de genre du Parti libéral fédéral veulent entraîner le reste du Canada dans un monde chamboulé, cul par-dessus tête, qui élimine les droits parentaux dans ce domaine. Bien plus : l’interdiction de ces « thérapies de conversion » empêche en fait les mineurs souffrant de dysphorie de genre d’obtenir une aide psychologique, même s’ils la sollicitent.

C’est de la folie.

Des études montrent que, pour la grande majorité des enfants qui s’identifient comme « trans », il ne s’agit qu’une phase et que, à l’âge adulte, ils finissent par s’identifier avec bonheur au corps avec lequel ils sont nés, quelle que soit leur orientation sexuelle.

Les « interdictions » prônées sont beaucoup trop vastes et représentent une atteinte dangereuse aux libertés individuelles et aux droits parentaux.

Bien sûr, chaque député responsable devrait soutenir les mesures visant à empêcher des conseils coercitifs qui nuisent aux patients. Mais cette nouvelle loi, le projet de loi C-8, empêchera les Canadiens d’un océan à l’autre de s’engager librement dans des conversations et des conseils privés, à l’instar de la situation à laquelle nous sommes actuellement aux prises en Ontario.

Au début de l’hiver, je me suis entretenu avec l’animateur de CTV Power Play Evan Solomon sur ce sujet :




Après la diffusion de cet entretien, j’ai reçu de nombreux messages de soutien, y compris certains de la part des membres de la communauté LGBT qui reconnaissent que la vie des enfants est sacrifiée au nom de l’« idéologie du genre » destructrice.

Pour ma part, je voterai contre le projet de loi C-8.

J’espère et je prie que d’autres députés — en particulier mes collègues conservateurs — se joindront à moi pour vaincre cette nouvelle tentative d’imposer une idéologie de genre aux enfants du Canada.

Un de nos contacts s’était insurgé dans les commentaires du site de la société d’État contre ces projets de loi qui visent à interdire des séances de « conseil en affirmation corporelle » (dans les termes de Derek Sloan) alors que le gouvernement n’interdit pas les thérapies de conversion pro-LGBTQ qui modifient de façon permanente l’anatomie des enfants par l’utilisation d’hormones. La société gouvernementale de diffusion a censuré son message. Plus d’un milliard de dollars de subventions à l’œuvre.



Rappelons aussi que les juges et les associations militantes LGBT en Colombie-Britannique empêchent un père de s’opposer aux traitements hormonaux imposés par le tribunal à sa fille et d’en parler à quiconque (voir vidéo ci-dessous enregistrée aux États-Unis).



Voir aussi

Colombie-Britannique : Cour suprême interdit aux parents de s’opposer au traitement hormonal de transition de leur fille de 14 ans

Trans — Médecins inquiets que des enfants s’exposent à des « dégâts à long terme » en raison de groupes de pression et de parents agressifs

Endocrinologues mettent en garde contre le traitement hormonal de la dysphorie sexuelle chez l’enfant

Grande-Bretagne — enfants autistes poussés à s’identifier comme transgenres ?

Fonctionnaires contre père : qui décide si un enfant mineur peut subir une thérapie de transition de genre ? (le cas en Cour d’appel)

mardi 10 mars 2020

Coronavirus : l’école française face au défi des cours à distance

Plus de 300 000 élèves, sur 12 millions d’enfants scolarisés en France, sont concernés par la fermeture de leurs établissements.

Mère de deux enfants âgés de 6 et 9 ans, Sophie a appris ce week-end que l’école privée de ses enfants à Mulhouse (Haut-Rhin) était fermée par précaution pendant quinze jours pour éviter la propagation du coronavirus. « Pour le moment, ce sont mes parents qui s’occupent des petits », raconte-t-elle. Les grands-parents sont âgés, ce n’est pas l’idéal, « mais mon mari et moi-même sommes commerçants. Nous ne pouvons pas arrêter le travail ». Sophie a bien « reçu un courriel de l’école promettant un contact mercredi pour d’éventuels devoirs », mais, faute de temps, elle ne s’y est pas encore intéressée.

Comme pour beaucoup de parents, son urgence, c’est d’abord de trouver une solution de garde pérenne. Dans les Hauts-de-France, Amélie s’appuie ainsi depuis la semaine dernière sur les « quelques consignes » envoyées « en une fois » via un mail par l’enseignante de sa fille de 10 ans : « on fait des révisions le matin. Mais en une heure, elle a fait le tour. Je l’envoie dans sa chambre pour lire, mais elle passe aussi du temps devant la télé. Car moi-même je travaille à distance pour mon entreprise. » Au total, plus de 300 000 élèves, sur les 12 millions scolarisés en France, de la maternelle au lycée, sont concernés en ce début de semaine par la fermeture de leurs établissements scolaires. Pour assurer une « continuité pédagogique », le ministère de l’Éducation nationale a prévu des dispositifs d’enseignement à distance, dans l’Oise, le Haut-Rhin et Ajaccio. Quelques classes ont par ailleurs été fermées lundi après des cas positifs chez des élèves ou enseignants à Paris, Woippy (Moselle), Louvres (Val-d’Oise).


Les enseignants des collèges et lycées « jouent plutôt le jeu », car ils ont « l’habitude, comme leurs élèves » d’utiliser des espaces numériques de travail et d’y glisser documents et devoirs, selon Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP (deuxième fédération des parents d’élèves de l’enseignement public).

Dans le lycée de sa fille à Chantilly (Oise), une professeur de français a même mis des vidéos de ses cours en ligne. « Certes, l’engagement des enseignants est variable, poursuit Hubert Salaün. L’un d’eux a demandé de bénéficier d’un droit de retrait. C’est choquant, mais exceptionnel. On n’était d’ailleurs pas surpris quand on a vu le nom du professeur… »

Quant aux parents et aux élèves, si tous disposent d’un téléphone relié à internet, certains n’ont pas forcément ordinateur ou tablette à domicile, ce qui peut être handicapant. C’est dans les écoles primaires que la continuité est la plus difficile à assurer, la plupart des élèves et professeurs ne disposant pas d’espace numérique de travail.

« Classe virtuelle »

Les enseignants n’ont à leur disposition que les courriels des parents. Certains ont bien envoyé des « fiches » par ce biais, assure Francette Popineau, du principal syndicat d’enseignants du primaire. De petites révisions pour l’essentiel « qui ressemblent à ce qu’on trouve dans les cahiers de vacances », raconte une enseignante de Senlis (Oise). Beaucoup renvoient aussi vers le Cned, le Centre national d’enseignement à distance, qui propose une plateforme avec des exercices pour chaque niveau de classe, censée compléter les directives des enseignants.

Si certains cours et exercices sont très interactifs, d’autres ressemblent à des pages peu attractives, émanant de manuels papiers

La qualité est assez inégale, mais « elle a été mise en place très rapidement. C’est un travail colossal », observe Stéphane Crochet du syndicat enseignant Se-Unsa. Si certains cours et exercices sont très interactifs, d’autres ressemblent à des pages peu attractives, émanant de manuels papiers. La directrice de l’école Viefvillers (Oise), fermée jusqu’au 20 mars, a demandé lundi aux parents de s’y inscrire, et donné des consignes très générales. Pour les CP « revoir les différents sons étudiés, les tables d’addition et les nombres jusqu’à 59 ». Pour les CE2 et CM1 « revoir les verbes au présent, les tables de multiplication 1 2 3 5 et faire un résumé du livre Les Doigts rouges… ».

Quant à la « classe virtuelle » proposée par le Cned, elle ne fait pas recette auprès des enseignants qui se disent « insuffisamment formés » selon Francette Popineau. « Il faut bien reconnaître que les enseignants ne sont pas du tout habitués au télétravail », note Stéphane Crochet de l’Unsa, selon qui il n’est « pas évident de donner du travail à distance à des enfants très jeunes, encore non autonomes. D’autant plus que de nombreuses familles parlent mal le français surtout en zones d’éducation prioritaire (REP et REP+) ».


Il ne faudrait pas non plus que ces cours et devoirs créent des conflits entre parents et enfants, craignent des enseignants : « suivre les devoirs trente minutes le soir, c’est plus facile que de suivre son enfant une matinée chaque jour », soutient-il. « C’est assez éprouvant, reconnaît Stéphanie, confinée avec ses enfants collégiens dans l’Oise, additionner sa journée de travail et un semblant de cours de mathématiques ou de physique, c’est vraiment la double peine. Je ne tiendrai pas des semaines. Et pourtant mes enfants sont plutôt bons élèves. »

Source : Le Figaro

L'anomie d’une société régie par le seul principe des droits individuels

Chronique d’Éric Zemmour sur une critique de l’anomie [de ἀνομία en grec : absence (a — ) de loi (nomos), de valeurs communes] d’une société régie par le seul principe des droits individuels, due à l’un des grands héritiers de la tradition libérale française, et qui reparaît en édition de poche.


Rien ne va plus dans le monde enchanté du libéralisme. Alors que les « gilets jaunes » ont sonné la révolte des victimes de la mondialisation, montrant la face sombre du libéralisme économique, on pensait au moins que sa version philosophique, solidement assise sur la Déclaration des droits de l’homme, n’était contestée que par des réactionnaires grincheux (tout réactionnaire ne peut être que grincheux aux yeux de nos éminents progressistes) ou des communistes qui n’avaient rien appris ni rien compris. Et voilà que l’un des plus éminents philosophes libéraux, un élève de Raymond Aron lui-même, un de nos plus glorieux héritiers de la tradition tocquevilienne française, Pierre Manent, dynamite les fondements mêmes de notre régime en opposant la loi naturelle aux droits de l’homme. Pourtant, depuis les années 1980, la cause semblait entendue : la Déclaration des droits de l’homme, notre titre de gloire aux yeux de l’humanité, était la version laïcisée, moderne, de la loi naturelle qui devait servir de rempart aux tentations liberticides du pouvoir, car tout pouvoir est tenté d’en abuser, selon la célèbre formule de lord Acton : « Le pouvoir rend fou, le pouvoir absolu rend fou absolument. »

Cette vulgate libérale fonde notre « État de droit » qui a peu à peu transformé l’État en dispensateur de droits individuels, toujours plus étendus, toujours plus indiscutables, toujours plus impérieux.

C’est à ce libéralisme devenu fou que le libéral Manent s’en prend. Il se retrouve curieusement dans la peau de ces intellectuels communistes qui reniaient leur idéal de jeunesse en observant les ravages causés par le socialisme réel. Il le fait dans un texte court, dense, ardu, jusqu’à devenir en certaines pages abscons. Parfois, au milieu de pages d’une lecture difficile, une phrase lumineuse éclaire et récompense le lecteur : « L’État moderne entend régler un monde humain qui se croit ou se veut sans loi ni règle », ou encore : « La loi désormais se propose de donner aux sociétaires les seuls commandements qui leur sont nécessaires pour mener une vie sans loi. »

C’est à cette contradiction fondatrice de nos sociétés contemporaines que Manent fait un sort. Il en analyse les causes et les effets. Les causes, en remontant aux grands transgresseurs originels, de Machiavel à Luther, retrouvant à sa manière, le triptyque cher à Balzac : réforme, révolution, démocratie. Manent décrit le combat séculaire mené par le libéralisme pour abattre la loi naturelle chrétienne. « Les philosophes les plus importants ou les plus influents dans l’élaboration du projet libéral (Hobbes, Spinoza, Bayle) sont pour ainsi dire tous des critiques résolus et explicites de la conception grecque du choix réfléchi comme de la conception chrétienne du libre arbitre et de la conscience. »

Il en décrit les effets par le menu. Que ce soit sur la sexualité : « Tandis que le sexe est dénaturalisé en genre, l’homosexualité est naturalisée en “orientation sexuelle”. (…) Plus l’orientation homosexuelle est naturalisée, plus elle ôte de son pouvoir ou de son autorité à la différence sexuelle. (…) [Avec le mariage homosexuel] il s’agit d’obliger les sociétaires à reconnaître par leurs paroles et leurs actions qu’il n’y a pas de loi naturelle. »

Ou sur l’appartenance à une nation : « Ce n’est plus aux cités de déterminer qui sera citoyen et à quelles conditions, puisque chacun désormais est supposé avoir le droit de devenir citoyen de la cité qu’il choisit. »

Et même sur notre rapport à la mort : « L’État moderne qui a renoncé à infliger la peine de mort pour des crimes déterminés par la loi, tend de plus en plus à accorder l’autorisation de donner la mort à des malades estimés en fin de vie. (…) Une loi prétendant régler la manière d’enfreindre le commandement le plus universel et le plus rigoureux — “tu ne tueras point” — est le contraire d’une loi. »

Manent n’est pas le premier à dénoncer ces effets pervers ni à pointer la responsabilité d’un système libéral où le seul rôle dévolu à la loi est de « protéger, garantir et promouvoir les droits constitutifs de la liberté naturelle ». Mais son originalité est de montrer l’inanité du raisonnement moderne qui oppose la loi naturelle à la loi humaine, qui, seule, a le droit de s’imposer des contraintes, tandis que la nature, elle, ne saurait légiférer : « Cette objection s’est imposée alors même et à mesure que l’on perdait toute notion un peu sérieuse de la loi humaine, de la loi politique. La loi naturelle et la loi politique ou humaine, loin d’être des notions incompatibles, sont au contraire des notions solidaires et qui pour ainsi dire s’entre-appartiennent. »

Manent tente donc de retrouver une loi naturelle qui permettrait le grand retour d’une loi politique qui ne soit pas une simple protection des droits individuels. Il tourne autour des antiques notions de « l’agréable, l’utile, l’honnête, voire du juste et du noble ». Valeurs archaïques que Manent chérit à contre-courant d’une époque qui ne veut connaître que le caprice et la transgression moutonnière. Sous sa prose philosophique, on entend l’écho de querelles plus politiques et plus brûlantes.

Ainsi, lorsque le Hongrois Orban théorise sa fameuse « démocratie illibérale », il prend soin de distinguer entre le libéralisme du XIXe siècle, qui respectait la nation, la famille et la tradition, et son homonyme du XXIe siècle, qui les nie et les désagrège. Manent n’est plus très loin de ces libéraux conservateurs, de plus en plus conservateurs et de moins en moins libéraux, lorsqu’il explique que nos sociétés ont troqué l’obéissance — rejetée au nom d’une conception maximaliste de la liberté — pour la domination : « C’est certainement une des faiblesses les plus graves du libéralisme que son incapacité à prendre la mesure de ce phénomène. (…) En nous abandonnant à l’inertie du laisser-faire, laissez-passer, nous avons perdu de vue le rôle central du commandement dans la vie pratique. »

La question qui reste est celle qui est posée par les marxistes comme Jean-Claude Michéa, qui arrivent au même point que Manent, mais par une autre route : le marché n’est-il pas le plus grand ennemi de la tradition, de la famille, de la nation, le plus grand agent révolutionnaire, le plus nihiliste et le plus impitoyable ? Bref, le libéralisme n’est-il pas le plus grand ennemi du conservatisme ?

La Loi naturelle et les droits de l’homme
par Pierre Manent
publié aux PUF (Presses universitaires de France)
dans la collection « Quadrige »,

à Paris,
le 4 mars 2020,
131 pp.
12 €.

La démographie, c'est le destin (le débat, vidéo)






La chronique d’Éric Zemmour dans le Figaro sur le livre de Bruno Tertrais sur le Choc démographique.

On connaît tous le docteur Pangloss. Le célèbre personnage de Voltaire dans Candide incarne à jamais un providentialisme béat qui considère que tout ce qui arrive — même les pires catastrophes — est bel et bon pour l’humanité. En matière d’immigration, depuis quarante ans, qu’ils soient démographes, politiques, universitaires, journalistes, patrons, les Pangloss sont légion. Notre dernier Pangloss en titre a pour nom Bruno Tertrais. Dans son livre Le Choc démographique, le politologue s’emploie à réfuter les thèses qu’il juge catastrophistes, en gros celle du « grand remplacement », et en particulier celle de Stephen Smith qui dans son livre, La Ruée vers l’Europe décrivait l’Afrique comme une « salle d’attente de 1,3 milliard d’habitants aux portes de l’Europe », et dont on comprend très vite qu’il est la cible principale de l’auteur.

Tertrais nous inonde de chiffres pour mieux réfuter ceux du journaliste franco-américain. On restera extérieur à cette querelle ; on n’ignore pas qu’on fait dire ce qu’on veut aux chiffres. On connaît la fameuse formule de Churchill : « Je ne crois qu’aux statistiques que j’ai moi-même manipulées. » Surtout, on se méfiera d’autant plus des données de Tertrais qu’il cite quasiment à toutes les pages comme références suprêmes, les deux démographes François Héran et Hervé le Bras, qui, depuis quarante ans, ont été les militants les plus acharnés du multiculturalisme et de l’ouverture des frontières, véritables Lyssenko de l’idéologie immigrationniste, rêvant pour la France un destin métissé d’île de La Réunion, et ne voyant pas qu’ils lui préparaient plutôt celui du Liban.

Tertrais, lui, le voit très bien. Car Tertrais est un Pangloss d’une espèce particulière, un Pangloss non leibnizien, mais macronien, un Pangloss qui manie le « en même temps » qu’il croit emblème de modération, mais qui s’avère une impasse intellectuelle et surtout politique. En exergue de son ouvrage, l’auteur reprend la magnifique formule tirée du film québécois de Denys Arcand, Le Déclin de l’Empire américain : « Il y a trois choses importantes en histoire : premièrement le nombre, deuxièmement le nombre ; troisièmement le nombre » ; mais dès les premières pages, il nous dit tout le mal qu’il pense de la fameuse formule (faussement attribuée, paraît-il à Auguste Comte) : « La démographie, c’est le destin. »



On se perd avec Tertrais, adepte du « en même temps ». Ainsi, a-t-on compris que Stephen Smith ne dit que des bêtises, sauf quand il explique que c’est le développement économique qui favorise l’immigration (et pas l’inverse comme on nous l’a seriné pendant des décennies).

De même, Tertrais nous explique doctement que le « grand remplacement » n’existe pas ; puis, au détour d’une analyse sur la démographie européenne, il nous dit que l’Europe est en « dépopulation », mais pas en « dépeuplement ».

Quelle meilleure démonstration du « grand remplacement » ?

Il n’y a pas de « grand remplacement », mais les blancs du Royaume-Uni sont minoritaires à Londres. Il n’y a pas de grand remplacement, mais les blancs américains seront minoritaires en 2050. Il n’y a pas de « grand remplacement », mais 20 millions d’Allemands (le quart de la population) sont issus de l’immigration, et le nombre de résidents en France issus de la première ou deuxième génération d’immigrés est de 13 à 14 millions. Il n’y aura pas dans l’avenir « d’Eurabie », (Europe arabisée selon le terme inventé par la célèbre Bat Yor), mais beaucoup de « Londonistan ».

Selon Tertrais, ceux qui annoncent des guerres civiles en France et en Europe sont des prophètes de malheur, mais il connaît et reconnaît les travaux du sociologue suédois Gunnar Heinsohn qui a calculé un « indice de belligérance » pour les pays comprenant plus de 20 % de 15-24 ans. En clair, plus il y a de jeunes mâles dans un pays, plus on a de chances d’avoir des guerres : extérieures ou civiles. L’histoire de l’Europe a donné rétrospectivement raison à notre sociologue suédois : l’exubérante démographie française du XVIIIe siècle (la grande génération de 1750-1770 dont parle François Furet) donne la Révolution française et les guerres de Napoléon ; de même le pangermanisme et l’hitlérisme sont en partie les fruits de la puissance démographique allemande du XIXe siècle en quête de lebensraum.

Tertrais le reconnaît honnêtement : « Les guerres civiles depuis les années 1970 sont intervenues dans des pays connaissant de telles situations : Irlande du Nord, Sri Lanka, Liban, Algérie, Tchétchénie, Kosovo, Rwanda, Congo. » Avant d’ajouter : « Dans les états multiethniques ou aux populations peu homogènes, l’évolution des ICF (indices conjoncturels de fécondité) respectifs des différentes communautés doit être suivie avec attention, en tant qu’indicateur prédictif de tensions. » Mais il ne pousse pas l’honnêteté jusqu’à rappeler que la Seine–Saint-Denis est de loin le département le plus fécond de la France métropolitaine.

Tertrais s’empêtre dans ses contradictions. Il cherche la mesure et la nuance, mais on a l’impression croissante qu’il veut plutôt noyer le poisson. Comme s’il était effrayé par ce qu’il découvrait, et qu’il ne voulait pas l’avouer. Il nous somme de distinguer entre islam et immigration, mais il reconnaît que la plupart des pays africains pourvoyeurs d’immigrants sont musulmans. Prenant une légitime hauteur historique, il nous dit à juste titre : « On ne peut pas comprendre la montée en puissance au cours du XIXe, puis du XXe siècle, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la Russie, ou des États-Unis et de l’URSS, sans le facteur démographique. » Il pourrait d’ailleurs ajouter le déclin de la France pour les mêmes raisons démographiques durant ce même XIXe siècle [La France a arrêté de faire des enfants avec la Révolution française, ce qui entraînera son déclin relatif face à des pays comme l’Allemagne, l’Angleterre ou la Russie nettement plus fécondes]. Mais s’il admet que la démographie bouleverse la hiérarchie des puissances, il refuse d’accepter la comparaison pourtant probante entre la démographie africaine et européenne : au XIXe siècle, l’Europe représentait entre trois fois et quatre fois la population africaine. Au XXIe siècle, la proportion s’est exactement inversée. Au XIXe siècle, l’Europe a colonisé l’Afrique. Mais au XXIe siècle, l’Afrique n’envahira et ne colonisera pas l’Europe. C’est Tertrais-Pangloss qui nous l’affirme. Mais on le croit d’autant moins que tout son livre prouve le contraire.

Le choc démographique
par Bruno Tertrais
publié le 19 février 2020
à Paris
chez Odile Jacob
256 pages
ISBN-13 : 978-2738150929

Voir aussi

Démographie de l’Occident et de l’Afrique : avenir de l’immigration

Démographie : en 2050 pour un Européen proche de 50 ans, il y aura trois Africains de moins de 30 ans [d’âge en moyenne]

Canada connaît plus forte croissance de son histoire causée à 82 % par l’immigration

Disparaître ? de Jacques Houle : Regard franc sur l’immigration

Le monde a maintenant plus de grands-parents que de petits-enfants

Québec — Plus de 30 % des naissances issues d’au moins un parent né à l’étranger

Avortement, démographie et immigration entraînent la recomposition ethnoculturelle de l’Occident

Canada — un pays non blanc vers le milieu de ce siècle ?

Le Japon relève l’âge de la retraite à 70 ans [un quart des 128 millions de Japonais ont plus de 65 ans.] Conséquence de la faible natalité depuis 50 ans : le Japon a perdu un demi-million d’habitants en 2019. En ce début d’année 2020, les autorités japonaises craignent une nouvelle récession. Le PIB nippon du dernier trimestre 2019 s’est contracté de 1,6 %.

jeudi 5 mars 2020

École secondaire ferme « toilettes non genrées » après agression sexuelle

Une école secondaire (lycée) du Wisconsin a fermé ses toilettes unisexes réservées aux élèves après qu’un jeune homme de 18 ans aurait agressé sexuellement une autre élève.

Austin Sauer, âgé de 18 ans, a été arrêté pour détournement de mineurs, agression sexuelle grave et exposition de parties génitales à un enfant dans les toilettes unisexes de l’école secondaire de Rhinelander, selon le bureau du shérif du comté d’Oneida.

AustrinSauer, qui n’a pas encore été inculpé, a été libéré sous caution de 1 500 $ et devrait comparaître devant le tribunal en avril, selon plusieurs médias.

Afin d’accueillir des élèves transgenres ou au « genre étendu », l’école a réaménagé à la fin de l’année dernière les toilettes pour garçons, les transformant en toilettes unisexes.

Il ne s’agit pas d’un incident isolé lié aux toilettes unisexes ou ouvertes aux hommes qui se disent femmes. Ces toilettes semblent faciliter les incidents de voyeurisme qui existaient auparavant.


Au Minnesota, un élève du secondaire biologiquement mâle qui s’identifie comme une femme a été autorisé à accéder aux vestiaires des filles, où l’élève a dansé « d’une manière sexuellement explicite » comme s’il était sur une barre de « strip-teaseuse », s’est débarrassé de ses sous-vêtements tout en dansant, a posé des questions sur la taille du soutien-gorge d’une fille, et lui a demandé d’« échanger des parties du corps ».

À Toronto, un homme s’est fait passer pour une femme transgenre (« Jessica ») afin d’agresser sexuellement et de harceler criminellement quatre femmes — dont une sourde et une survivante de violence familiale — dans deux refuges pour femmes. Auparavant, il avait attaqué d’autres femmes et filles dont l’âge variait de 5 à 53 ans.

En Virginie, un homme s’est présenté comme une femme avec une longue perruque et une chemise rose pour entrer dans les toilettes des femmes dans un centre commercial afin de prendre des photos d’une fillette de cinq ans, de sa mère et d’une autre femme.

À Toronto, deux cas distincts de voyeurisme ont eu lieu sur le campus de l’Université de Toronto après que celle-ci a mis en œuvre une politique de toilettes unisexes. Dans les deux cas, des étudiants masculins ont été trouvés en train d’utiliser des caméras de téléphone portable pour filmer des femmes se douchant. Ces incidents ont incité l’Université de Toronto à réviser sa nouvelle politique.

À Milwaukie, dans l’Oregon, un homme a été arrêté pour s’être habillé en femme pour entrer dans les vestiaires des femmes dans un parc aquatique. Il avait déjà été reconnu coupable d’abus sexuels, d’achat de pornographie juvénile et de contacts illégaux avec un enfant.

À Olympie, dans l’État de Washington, un homme portant une perruque et un soutien-gorge a été arrêté pour être entré dans les toilettes des femmes de l’Everett Community College. Il a admis à la   police qu’« il était le suspect d’un incident de voyeurisme antérieur ».

En juillet 2016, un homme biologique qui se dit femme et portait une perruque et une robe a été accusé d’avoir secrètement filmé une jeune fille de 18 ans en tenue de bain dans une cabine d’essayage d’un magasin Target en Idaho.

Plus de 120 exemples supplémentaires peuvent être trouvés dans un rapport en ligne publié par The Heritage Foundation.

Source : WSAW


mercredi 4 mars 2020

« Ce n'est pas beau, c'est symétrique »

Dans un débat enlevé sur l’art (voir la vidéo ci-dessous), le philosophe et critique d’art Yves Michaud déclare que « Versailles n’est pas beau, mais symétrique »...




Si l’art ne se résume pas à la beauté (l’émotion et l’inventivité en font aussi partie), il nous semble que M. Michaud évacue un peu vite la beauté de l’art. Plus grave, selon nous, ce philosophe oppose symétrie et beauté alors qu’il semble que ces deux notions soient fortement liées, peut-être même programmées, câblées au plus profond de nous.

Grâce à de nombreuses expériences astucieuses, les chercheurs ont confirmé plus un visage est symétrique plus il nous est attrayant. C’est une constante à travers toutes les cultures et les époques historiques.

Comme tous les vertébrés, l’homme se développe selon une symétrie bilatérale. Pour la plupart, notre côté droit se développe comme une image miroir de notre côté gauche. Depuis le stade embryonnaire et pendant toute notre croissance et maturité, les mêmes gènes de développement doivent être activés dans les mêmes cellules au même moment et avec la même dose. Dans la situation idéale, tout cela se déroule à l’identique des côtés gauche et droit de nos visages; ce qui aboutit à une parfaite symétrie entre les deux moitiés.


Bien sûr, dans le monde réel, la moindre fluctuation de l’expression des gènes et de l’activité cellulaire conduit à de petites différences entre les deux moitiés de notre visage. Regardez attentivement votre visage dans le miroir (ou le visage d’un ami...). En général, un œil est légèrement plus grand que l’autre. L’œil plus grand est également généralement un peu plus haut que l’autre. Les narines présentent généralement également une asymétrie dans leur taille et leur forme. La hauteur et la taille des oreilles peuvent également être étonnamment asymétriques. Toutes ces microasymétries se traduisent par une note de symétrie générale pour chaque visage humain. Et ces notes de symétrie influencent fortement la façon dont nous évaluons l’attrait d’un visage. En utilisant l’informatique, les chercheurs peuvent transformer un visage que la plupart des gens jugent très attrayant en une image très mal notée, simplement en en modifiant la symétrie. Voir les deux visages ci-dessous.



Mais pourquoi trouvons-nous les visages symétriques plus attrayants ? L’explication scientifique dominante veut que la symétrie indique un développement harmonieux et l’absence de mutations, de faiblesses ou de maladies délétères chez le sujet observé. En effet, si la grande chorégraphie de l’expression des gènes de développement est parfaitement exécutée, le résultat est une symétrie parfaite. En conséquence, la moindre imperfection, la moindre asymétrie indique une sorte de dysfonctionnement, même minime. Si, d’un côté du visage, un gène s’exprime trop ou trop peu, au mauvais endroit, ou un peu tôt ou tard, le tissu prendra une forme légèrement différente de celle de l’autre côté du visage. La plupart de ces petites fluctuations entraînent ce qu’on appelle des microasymétries que nous ne pouvons pas détecter à l’œil nu, mais dont nous pouvons parfois saisir l’effet dans son ensemble.

De plus grandes asymétries peuvent indiquer des problèmes qui se sont produits (ou sont en cours) dans la croissance et le développement de la personne en question. Certains facteurs connus pour affecter la symétrie faciale sont les infections, les inflammations, les réactions allergiques, les blessures, les mutations, le stress chronique, la malnutrition, les dégâts subis par l’ADN, les parasites et les maladies génétiques ou métaboliques. Chacun de ces facteurs peut représenter un désavantage pour la personne et sa progéniture.

L'idée admise en science veut donc que l'homme a appris à valoriser les visages symétriques, car la symétrie serait gage d'une bonne santé du propriétaire. Nous aurions donc une répugnance instinctive pour la laideur, pour les difformités qui trahiraient des défauts de développement, un patrimoine génétique affaibli ou une santé moindre. Valorisation de la symétrie qui s'étend à l'ensemble du corps (qui est bilatéral) chez l'homme et même au-delà en architecture où la symétrique est également gage d'équilibre et de solidité.




Source : Facial attractiveness, Philosophical Transactions of the Royal Society


Notons que par ailleurs, Yves Michaud, vient de faire publier un court essai (Ceci n’est pas une fleur) intéressant sur la commercialisation de l’art et la touristification de Paris. En voici une recension de Charles Jaigu.

Les ventes de test ADN s'effondrent aux États-Unis

Les deux principales entreprises commercialisant des tests génétiques à visée généalogique aux USA, sont confrontées à un effondrement de leur activité : – 54 % pour l’entreprise 23andMe et — 38 % pour les kits Ancestry. Les consommateurs se détournent de ces produits, car ils s’inquiètent de l’utilisation de leurs données personnelles.

Deux utilisations de la généalogie génétique par des tiers les ont conduits à réfléchir. Tout d’abord, le partage des informations collectées avec l’industrie pharmaceutique. Lorsque l’entreprise 23andMe a signé des accords importants avec des fabricants de médicaments, « les consommateurs ont commencé à réaliser qu’une fois encore, à l’instar des plateformes de partage social, ils étaient le produit »

Ensuite, l’utilisation de ces données pour résoudre des affaires criminelles a accéléré la chute des ventes. En 2018, des détectives californiens ont annoncé qu’ils avaient utilisé GEDmatch, une base de données généalogiques publique, pour résoudre l’affaire non élucidée d’un violeur et tueur sadique. Et l’hiver dernier, une société de tests Family Tree DNA, a révélé qu’elle avait coopéré avec le FBI à l’insu de ses utilisateurs. Or les Américains sont très sceptiques quant à l’utilisation par la police de leurs données personnelles, surtout qu’aucune règlementation ne prévoit quel type de crime ou d’infraction peut justifier une telle violation de la vie privée.

Pour compenser la baisse des ventes de leurs tests d’ascendance génétique, les entreprises recentrent désormais leurs efforts sur la vente de tests génétiques sur la santé. On peut désormais s’attendre « à moins de marketing sur le passé et plus sur l’avenir, moins sur les frissons des histoires ancestrales et plus sur les risques sanitaires dont nous avons hérité et que nous menaçons de transmettre, le tout formulé dans le même langage optimiste de la connaissance de soi — à partager largement ».

On ne voit cependant pas en quoi cela empêchera les deux utilisations mentionnées plus haut : le partage des informations collectées avec l’industrie pharmaceutique et l’utilisation de ces données pour résoudre des affaires criminelles.

Centaine de personnalités pour l'extension de la loi 101 au collégial public

Lettre ouverte d’une centaine de personnalités publiques et de professeurs publiée dans Le Devoir. Rappelons que si le cégep était fusionné à l’école secondaire, comme c’est le cas en Europe pour les lycées, athénées et gymnases, la loi 101 s’y appliquerait déjà. Ceci nous paraît nettement plus important que les maternelles 4 ans, très chères, peu utiles et dont on peine à recruter du personnel.

Le réseau collégial français est mal en point, en particulier sur l’île de Montréal. Il est mal en point parce qu’il est victime de la dynamique linguistique actuelle. Si le récent palmarès des cégeps a montré une chose, c’est bien celle-là. Les cégeps anglophones débordent et écrèment les meilleurs étudiants, non seulement les anglophones, mais aussi les allophones et les francophones. Le problème est autant quantitatif que qualitatif. Les effectifs sont en baisse constante et accélérée dans le réseau français, au moment même où son « élite » étudiante se rue vers le réseau anglais. Et tout ça, remarquons-le d’emblée, se fait à même les fonds publics.

En désespoir de cause, les directions se tournent vers la solution à leur portée : angliciser l’offre de services dans l’espoir de séduire la « clientèle ». Les manchettes récentes sur le comptoir montréalais uniquement anglophone du cégep de la Gaspésie-et-des-Îles et le projet de cégep bilingue de Vaudreuil ne représentent que la pointe de l’iceberg. Il s’agit d’une tendance de fond. La plupart des cégeps francophones de l’île de Montréal ont essayé, essaient et essaieront de se tourner vers l’anglais pour sauver les meubles. Le MEES vient d’ailleurs d’autoriser de nouveaux devis de programmes en sciences humaines et en sciences pures avec « langue seconde enrichie » : on devine laquelle. Il semble que le réseau collégial français, du moins sur l’île de Montréal, soit en train de se bilinguiser sous nos yeux.

On sait pourtant depuis longtemps que le bilinguisme institutionnel est un cul-de-sac. L’anglais et le français ne peuvent pas cohabiter durablement à l’intérieur d’un même établissement. L’anglais est la langue la plus attractive au monde, tandis que le français est, en Amérique du Nord, une « fleur de serre », comme disait André Laurendeau. Le rapport de force est trop inégal. La bilinguisation du réseau postsecondaire sur l’île de Montréal ne pourrait donc bien être que le prélude à son anglicisation pure et simple — le cas de l’Université « bilingue » d’Ottawa est éloquent à cet égard : y donner des cours en français relève de plus en plus du parcours de combattant.

Vitalité du Québec français

Le réseau collégial français sur l’île de Montréal serait-il donc en train de s’écrouler ? La situation est en tout cas plus que préoccupante. L’éducation supérieure française est déclassée par l’éducation supérieure anglaise dans la métropole du Québec, une province dont 78 % des habitants ont le français comme langue maternelle. La chose est surréaliste. Comprend-on bien que c’est l’outil même qui nous permet de faire notre travail, notre langue, qui est en train de perdre son statut et son prestige ? Comme professeurs francophones, nous commençons à avoir un arrière-goût de langue morte dans la bouche. Une langue n’est pas un moyen de communication neutre, qui peut être changé indifféremment pour un autre, c’est une expérience située du monde, unique et irremplaçable. La dynamique actuelle ne nous demande pas simplement de nous « adapter » : elle invalide notre rapport — français — au monde. Elle nous tasse de côté. Nous, nous ne trouvons pas cela « emballant ».

Il ne s’agit toutefois pas que des intérêts des professeurs de cégeps francophones. Tout d’abord, les intérêts des professeurs d’université sont aussi en jeu, car le choix du cégep anglais est en même temps, pour la plupart des étudiants, le choix de l’université anglaise. Mais laissons de côté ces considérations, disons, « corporatistes ».

Ce dont il est vraiment question ici, c’est de la vitalité du Québec français. L’actuelle poussée vers la bilinguisation n’augure rien de bon à cet égard. Un véritable Québec français est difficilement imaginable sans un réseau d’éducation supérieure francophone complet, intègre et assuré de lui-même dans sa métropole. Comment pourra-t-on continuer à penser et dire le réel, à chercher et à découvrir, à évaluer et à critiquer, à imaginer et à rêver en français, puis passer aux suivants, si les établissements au sein desquels se font prioritairement ces activités basculent vers l’anglais ? Qu’adviendra-t-il de la vie culturelle et intellectuelle au Québec ?

Un point capital est que cette transformation linguistique du réseau postsecondaire engage le trésor public. Il ne s’agit pas seulement des préférences des jeunes Québécois qui choisissent de s’angliciser ; il s’agit aussi de décider si, collectivement, nous voulons subventionner ce choix. Ne serait-ce qu’en tant que contribuables, nous avons notre mot à dire. Le fait est que les Québécois sont en train de financer la marginalisation de leur propre langue dans leurs établissements d’enseignement supérieur. Faut-il vraiment accepter cela ? Au nom de quoi ?

Le droit à une éducation supérieure subventionnée par les contribuables est un droit positif, qui n’est pas du même ordre que le droit à la sécurité ou encore à l’expression. Ce droit peut tout à fait être assorti de certaines conditions si un intérêt public supérieur l’exige. À ce titre, l’intégrité et la continuité du réseau postsecondaire français se qualifient très certainement.

Le gouvernement est précisément en train de réactualiser la loi 101. Le moment n’est-il pas opportun de lui envoyer le message que des mesures cosmétiques ne suffiront pas ? Nous pensons qu’il faut remettre sur la table la question de l’extension des clauses scolaires de la loi 101 au collégial public (ou une mesure équivalente). La situation est critique. Pour le Québec français, il en va de la suite du monde.

lundi 2 mars 2020

Écologisme occidental : « Les riches sont sommés de ne plus faire d'enfants »

Texte d’Olivier Rey, le philosophe et polytechnicien, auteur de Leurre et malheur du transhumanisme paru en octobre 2018. Arrêter d’avoir des enfants par égard pour l’environnement est un raisonnement malsain, qui supprime d’autant plus les raisons de préserver notre planète, explique Olivier Rey.

À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, en Angleterre, les aides aux pauvres, garanties par la loi, faisaient l’objet d’âpres débats : fallait-il les maintenir, ou les supprimer ? En faveur de la suppression, Thomas Malthus avança cet argument : les aides distribuées aux pauvres encouragent ceux-ci à avoir davantage d’enfants, ce qui entraîne un accroissement exponentiel de la population, plus rapide que ne peut l’être l’accroissement global des richesses, d’où, finalement, un accroissement du nombre des pauvres. Le seul moyen de résorber la pauvreté, selon Malthus, était que les pauvres réduisissent considérablement leur progéniture.


La quasi-totalité des économistes du XXe siècle a estimé que l’événement avait définitivement réfuté les vues de Malthus : globalement, on avait vu une croissance exponentielle de la population mondiale aller de pair avec une augmentation du « niveau de vie » moyen. Miracle reposant, toutefois, sur une exploitation toujours plus intense des ressources de la terre. Au point que celle-ci, aujourd’hui, demande grâce : et voilà que le malthusianisme, qui avait été repoussé dans les marges, redevient à la mode.

Ce nouveau malthusianisme, cependant, se révèle bien différent de l’original. Malthus, en rigoriste pasteur anglican qu’il était, se refusait à concevoir d’autre moyen de limiter les naissances que la chasteté : le nouveau malthusianisme autorise la sexualité la plus débridée, pourvu qu’il n’en résulte aucune naissance. Par ailleurs, c’est aux pauvres que Malthus demandait de diminuer le nombre de leurs enfants, alors qu’aujourd’hui, ce sont les riches qui sont sommés de ne pas engendrer. Avec cet argument : le dérèglement et l’épuisement de la Terre ne sont pas seulement dus à un nombre trop grand d’êtres humains, mais aussi, et surtout, au mode de vie des ressortissants des pays riches. Ce sont donc eux qui devraient, en priorité, réduire drastiquement leur descendance (le mieux étant de ne pas en avoir du tout). [Ce suicide des Occidentaux ne servira à rien, s’ils sont remplacés par des masses jeunes venues du Sud pour pallier le « manque de main-d’œuvre » ou payer les retraites.]

La science le prouve : en juillet 2017, deux chercheurs ont publié dans la revue scientifique britannique Environmental Research Letters un article passant en revue les différents moyens dont disposent les individus pour réduire leur « empreinte carbone ». Un an plus tard, l’AFP a donné en France un large écho à cette publication en diffusant une infographie inspirée par l’article en question, où les effets des différentes actions possibles se trouvent quantifiés - depuis les mesures à très faible impact, comme s’éclairer avec des ampoules basse consommation, celles à impact modéré, comme laver son linge à l’eau froide, et celles à impact élevé, comme renoncer à des vols long-courriers. Toutes ces mesures se trouvent néanmoins ridiculisées, ravalées à un bricolage pitoyable en comparaison d’une proposition phare : alors qu’abandonner complètement la voiture culmine à 2,4 tonnes de rejet CO2 par an, avoir un enfant en moins en épargne 58,6 ! La conclusion à en tirer est claire : toute personne inquiète du devenir de la Terre doit en priorité, pour mettre en accord ses actes avec sa pensée, s’abstenir d’engendrer. Un tel raisonnement appelle deux remarques.

D’abord, il y a quelque chose de profondément malsain à mettre sur le même plan, dans un graphique, d’une part des modes de consommation et d’autre part le fait d’avoir des enfants — comme si cela relevait du même ordre.

Par ailleurs, pourquoi l’enfant s’avère-t-il aussi coûteux en émissions de gaz à effet de serre ? Parce qu’il est admis que ses parents dépenseront sans compter pour l’élever (lui fournissant du reste, à travers cette débauche consumériste, moins une éducation qu’une antiéducation), et qu’adulte il adoptera le même genre de vie qu’eux - qu’il aura des écrans Full HD géants, roulera en VUS, prendra l’avion, sera connecté à la énième G, etc. Au fond, ce qui est proposé aux riches, ce n’est pas de mener une vie qui ne dévaste pas la Terre, c’est de ne pas avoir d’enfants afin de continuer à vivre avec bonne conscience une vie qui dévaste la Terre. Sans enfant, je peux tout me permettre puisque, du seul fait de ne pas avoir de descendance, j’accomplis ce qui peut se faire de mieux pour la « planète » !

Ensuite, les habitants des pays riches se voient soumis à une double injonction. D’une part ils ne doivent pas avoir d’enfant, par égard pour l’« environnement », d’autre part ils doivent accueillir des flux énormes d’immigrés en provenance des pays pauvres — flux qu’on leur présente comme d’autant plus nécessaires qu’il faut rééquilibrer, par ces apports étrangers, une pyramide des âges rongée à la base par la dénatalité. Comme le disait Jean-Paul Delevoye, grand ordonnateur de la réforme des retraites (avant que son statut de « cumulard » ne l’oblige à démissionner) lors d’un débat tenu fin novembre à Créteil : « La démographie européenne et son vieillissement font que si l’on veut garder le même nombre d’actifs dans la machine économique, il va falloir 50 millions de populations entre guillemets étrangères pour équilibrer la population active en 2050, en Europe. »

Autrement dit : les Européens doivent remplacer leurs enfants par des immigrés. Et cela, pour un « bilan carbone » qui ne s’en trouvera en rien amélioré ! En effet, les immigrés en provenance des pays pauvres gagnent les pays riches non pour demeurer aussi pauvres qu’ils l’étaient en partant, mais pour vivre comme on le fait dans les pays riches — aussi leur « empreinte écologique » est-elle vouée à rejoindre rapidement celle qu’auraient eue les enfants que les Européens sont invités à ne pas engendrer (à quoi s’ajoute que l’immigration massive contribue à entretenir la natalité explosive dans certains pays pauvres, en lui offrant un débouché). Si certains modes de vie sont toxiques, il convient de les réformer, non de convier d’autres populations à nous rejoindre pour les adopter.

En résumé, ce n’est pas en se suicidant démographiquement que les Européens amélioreront quoi que ce soit. Au contraire, car, comme l’écrivait Charles Péguy dans le Porche du mystère de la deuxième vertu :
« Tout ce que l’on fait on le fait pour les enfants.
Et ce sont les enfants qui font tout faire.
Tout ce que l’on fait. »

Ce sont les enfants qui nous rendent souhaitable que la Terre demeure belle et accueillante. À quoi bon prétendre la préserver, si c’est en ruinant les raisons qui rendent si vital de le faire ?

Voir aussi

Les parents seraient plus heureux que les gens sans enfant