jeudi 21 juillet 2011

À lire : le témoignage de la mère de Drummondville qui est allée en Cour suprême


À lire absolument : le témoignage de la mère de mère de Drummondville qui est allée en Cour suprême : ses raisons d'engager le combat inégal pour demander le droit d'exempter ses enfants du cours d'éthique et de culture religieuse, son parcours du combattant, les coulisses des interrogatoires menés par les procureurs du Monopole de l'Éducation.

On retrouve ce long témoignage dans la revue Égards, il s'agit d'une version plus longue de son témoignage écourté par les éditions Médiaspaul qui était paru au début de cette année dans un collectif. Médiaspaul avait supprimé notamment tous les passages sur l'aspect juridique de l'affaire. Patrick Dionne, directeur d'Égards résume ainsi ce long article :

Ce témoignage déplaira aux technocrates, aux professeurs, aux architectes de la religion d’État libérale, et parions même qu’il jettera dans l’épouvante quelques journalistes et un ou deux commissaires. C’est dire la force et la vérité qu’il contient ; ce n’est pas tous les jours qu’une famille se dresse contre l’État pour défendre ses libertés et témoigner des choses éternelles. Il faut de solides convictions et une dose exceptionnelle de courage pour affronter la mesquinerie, la froideur et la franche idiotie des commis aux affaires légales, intellectuelles et médiatiques. Nous sommes heureux, à Égards, de publier la version intégrale du témoignage de Suzanne Lavallée. Ce récit douloureux, chargé d’une juste et saine indignation, ne cède jamais au ressentiment, laisse les puissants s’étouffer avec leurs décrets, et parle pour finir de ce qui importe le plus : l’espérance. Quoi de plus beau et de plus nécessaire en ces temps de futilité et de démence ?

(Mentionnons aussi que, par décision judiciaire, les noms des enfants mineurs à l’époque des faits doivent être passés sous silence. Il s’agit ici de pseudonymes)

Début du texte de la mère,  dont le témoignage en surprendra plus d'un :

Je me présente : Suzanne Lavallée, mère de quatre enfants, mais j’en compte six dans mon cœur, puisque nous formons avec mon mari une famille recomposée, comme on dit ! Trois de nos enfants fréquentaient l’école pendant l’année scolaire 2008-2009 : Mathieu et Laura, tous deux âgés aujourd’hui de dix-huit ans, et Édouard, notre cadet, qui a neuf ans.

Mathieu, Laura et Édouard ont vécu l’imposition du cours d’éthique et de culture religieuse (ÉCR), devenu obligatoire au Québec en 2008. Laura, qui se sentait à l’aise avec ce programme, a tenu à y assister. Mathieu, pour sa part, a décidé de son propre chef de s’y soustraire, après avoir été choqué par des discussions en classe (comme je le lui ai promis, je ne détaillerai pas ses motivations, afin de préserver son intimité). Édouard, lui, a accepté de ne pas y aller. Bien sûr, j’ai influencé mes enfants, car je leur ai fourni de l’information sur le cours. Mais, en bout de ligne, j’ai respecté leur choix.

Les gens comme moi qui s’insurgent contre l’imposition du cours ÉCR ont été accusés d’être les catholiques « les plus intégristes » (radio de Radio-Canada, 7 janvier 2008), d’être un « groupe de rétrogrades entêtés » (Dominic Blouin, La Voix de l’Est, 7 octobre 2008), de faire preuve d’un « comportement réactionnaire, rétrograde et injustifié » (André Beauregard, La Voix de l’Est, 8 janvier 2008). On a également voulu faire de moi une mère autoritaire et extrémiste qui ne pense qu’à isoler ses enfants du monde « pluraliste ». Or, si l’on tient absolument à m’affubler d’une épithète en « iste », la seule qui me convient actuellement est « triste ». C’est la tristesse en effet qui m’envahit quand je vois que les parents sont désormais exclus de la formation morale et de l’éducation de leurs enfants.

[...]

Commander le numéro d'Égards qui contient ce touchant et humain appel à la raison d'une mère qui lutte pour le bien de ses enfants et le droit des parents comme premiers éducateurs de leurs enfants.

Commandez au plus tôt, avant épuisement, par internet.

ÉGARDS – N° 32 – été 2011, version papier : 14,00 $ CAD, version PDF : 9,00 $ CAD.

Pour commander par la poste, on retrouvera ci-dessous deux bons de commande, l'un pour l'exemplaire papier de ce numéro (la somme de 14 $ est préremplie), puis, l'autre pour l'exemplaire PDF (la somme de 9 $ y est déjà indiquée). Cliquez sur l'image du bon de commande approprié pour l'imprimer.










Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

2 commentaires:

Leo a dit…

C'est vrai : j'ai lu ce témoignage, il est poignant.

Franchement, les avocats du gouvernement passent pour des salauds et des ignares.

Anonyme a dit…

Merci pour les bons de commande, je ne voyais pas ce dimanche comment commander le numéro 32 sur le site d'Egards...