vendredi 30 mai 2008

Le PQ ne veut que le cours relativiste de l'État comme cours religieux dans les écoles confessionnelles

Le Parti québécois voudrait empêcher les écoles privées de dispenser des cours d'enseignement religieux confessionnel, en plus du nouveau programme d'Éthique et culture religieuse (ECR) qui sera implanté en septembre.

Pour une taille unique, un programme unique

Le Devoir rapporte que la critique péquiste en matière d'éducation, Marie Malavoy, a dénoncé hier à l'Assemblée nationale les deux poids deux mesures qui permettent aux écoles privées de conserver une formation confessionnelle, alors que celle-ci sera évacuée à la prochaine rentrée du programme des écoles publiques. « Cela revient à permettre à des parents qui peuvent payer de continuer d'avoir accès à un enseignement religieux interdit aux autres. C'est inacceptable » a lancé sans rire Mme Malavoy lors de la période des questions.

Remarquons que par le même « raisonnement » on peut vouloir éliminer les écoles privées (seuls les parents qui paient y ont accès) ou permettre l'enseignement religieux partout y compris dans les écoles publiques.

Mme Malavoy a exprimé sa crainte que les écoles privées utilisent cet argument pour promouvoir la fréquentation de leurs institutions. « Est-ce que la ministre peut revenir sur sa décision et faire en sorte que les écoles privées appliquent les mêmes règles que les écoles publiques ? » a demandé Mme Malavoy.

« Il ne peut y avoir deux modèles, l'un pour les écoles publiques, l'autre pour les écoles privées. L'enseignement religieux doit se faire en dehors des heures d'enseignement régulier, c'est ce que nous demandons à la ministre de l'Education », a conclu la députée.

Prêcher le pire pour faire accepter ce que l’on souhaite imposer ?

Tolérance quand tu nous tiens ! Ces propos radicaux et liberticides ont-ils pour but de faire passer le gouvernement et Mme Courchesne pour des modérés et s'assurer que le cours sera bien implanté ? Les opposants au cours d'ECR se sentant à la limite soulagés que les écoles confessionnelles pourront continuer à être confessionnelles même si on leur impose un cours qu'elles réprouvent.

Source Le Devoir, vidéo des débats de l'Assemblée nationale (à partir de 42 min 40 sec) et le communiqué du Parti québécois.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ah, j'espère que le PQ n'ose quand même pas se qualifier de tolérant ou se dire épris de liberté.

(Oui, enfin, comme tous les zélotes il risque de dire que son opinion libère les enfants des autres, même contre leur volonté.)

Bienvenue au pays du fascisme laïque et étatique mou. Le Québec.

Bernard Couture a dit…

« Cela revient à permettre à des parents qui peuvent payer de continuer d'avoir accès à un enseignement religieux interdit aux autres. C'est inacceptable »

Wow, cette déclaration est à la fois la plus comique et la plus inquiétante que j'ai entendue depuis des mois.

Comique, parce que la conclusion logique de cette constatation devrait être exactement le contraire de celle à laquelle cette politicienne arrive : puisque c'est inacceptable de permettre aux parents riches seulement d'avoir pour leurs enfants les cours qu'ils veulent, on devrait aussi offrir ces cours dans les écoles publiques.

Mais inquiétante, parce que ces politiciens sont, dans les faits et malgré leurs prétentions, opposés à la liberté de religion. Et ils sont à deux doigts du pouvoir...