mardi 12 février 2019

France — 90 % du vandalisme et profanations de lieux de cultes visent des églises

Neuf lieux de culte ont été visés ces derniers jours. La Conférence épiscopale reste discrète pour éviter la surenchère.

L’Église catholique fait face en France à une vague d’actes malveillants. Pas moins de neuf églises ont été visées entre le 28 janvier et le 10 février. Sur cette seule période, quatre ont subi des actes de « profanation », cinq des actes de « vandalisme ». Selon les chiffres 2017 du ministère de l’Intérieur, l’Église catholique et les Églises chrétiennes détiennent le record d’atteintes aux lieux de culte : 878 sur les 978 actes recensés. Soit une moyenne de deux par jour.

L’Église préfère toutefois s’en tenir à une relative discrétion sur ce sujet. « On veut éviter les effets de surenchère », explique un conseiller d’évêque. La Conférence épiscopale ne s’est d’ailleurs pas prononcée officiellement ces jours-ci. Son porte-parole, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, s’est contenté d’émettre ce message Twitter : « Des églises incendiées, saccagées, profanées. Nous ne pourrons jamais nous habituer à ce que ces lieux de paix soient la proie de violences, à ce que nous avons de plus beau et de plus...



Dernières profanations en date, donc, le 9 février à Notre-Dame de Dijon. Mais aussi le 3 février à Lusignan, près de Poitiers et à Talmont, en Vendée, le même jour. Dans ces deux cas, les calices contenant les hosties — dont certaines ont été répandues — ont disparu. Très spectaculaire fut la profanation du 5 février dans l’église Notre-Dame-des-Enfants à Nîmes. Christiane Roux, membre du conseil pastoral de cette paroisse, confie : “Le tabernacle avait été forcé, les hosties consacrées éparpillées, brisées. Une croix avait été tracée avec des excréments sur le mur et des hosties étaient collées dessus. Des excréments avaient été déposés sur les enfants de la statue de la Vierge. Croyants ou non, les habitants du quartier sont choqués. Pour les catholiques, c’est un sacrilège, puisque c’est une atteinte à l’eucharistie, cœur de notre foi, mais aussi à la liberté de conscience. Je réagirais de la même façon pour une synagogue, une mosquée ou un temple.”

À Dijon, les hosties consacrées ont été également jetées sur le maître-autel et quelques dégâts matériels ont été causés. Une “messe de réparation”, avec une liturgie spéciale, notamment le lavement de “purification” de l’autel, présidée par l’archevêque Mgr Roland Minnerath, a vu grande affluence, samedi soir. Le même rituel est prévu à Nîmes le 13 février.

Dans la plupart des cas, plainte a été déposée, et les enquêtes de police sont en cours. À Lavaur, par exemple, dans le Tarn, où, le 5 février, une crèche a été brûlée et un christ a été désarticulé pour former un “dab”, ce geste issu de la danse hip-hop. Deux adolescents se sont présentés à la gendarmerie, reconnaissant les faits. Dans les Yvelines, où les 28 janvier, 1er février et 4 février, la même église de Houilles a été successivement le théâtre du bris d’une branche de la croix de l’autel, d’une statue de la Vierge et de l’endommagement du siège d’autel, un SDF connu pour être déséquilibré, selon des témoins, a été interpellé par la police, mais l’enquête n’est pas terminée. Investigation également à Maisons–Laffitte, où le tabernacle a été renversé dans l’église Saint-Nicolas, dimanche après-midi. Recherches aussi à Saint-Gilles-Croix-de — Vie et à Saint-Hilaire-de-Riez, en Vendée, où deux églises subissent des dégradations régulières.

Outre les évêques concernés, qui ont dit localement leur indignation, Mgr Bernad Ginoux, à Montauban, a été le seul à s’inquiéter du “peu de réactions” sur un plan national, alors que c’est une “attaque directe contre la foi catholique”. Il estime, par exemple, que “le ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, aurait pu envoyer un message à la communauté catholique”. Jean-Jacques Brot, préfet des Yvelines, a toutefois publiquement “condamné avec la plus grande fermeté ces violences graves et inadmissibles”. Il explique au Figaro : “C’est extrêmement préoccupant dans le contexte actuel. Aucune surenchère de ma part, mais, dans un département aussi sensible que les Yvelines sur le plan religieux, il est important que le représentant de l’État s’exprime pour redire sa vigilance afin que tous les lieux de culte restent des lieux de paix.”


Aucun commentaire: