vendredi 25 décembre 2015

ECR — Élève : à Noël on fête la naissance de Jésus, enseignant : c'est faux

Interrogé par la Presse, le très prudent Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, déclare au sujet du très controversé cours d'éthique et de culture religieuse (ECR) : « Être neutre, c'est impossible : on parle toujours à partir d'un certain point de vue. La mère d'un enfant de 8 ans m'a rapporté que son professeur avait demandé à la classe ce qu'on fêtait à Noël. L'enfant a répondu « la naissance de Jésus ». Le professeur a répondu que ce n'était pas vrai, parce qu'il ne voulait pas que ce soit considéré comme un fait. Le respect, ça aurait été de répondre « les chrétiens croient qu'à Noël, on fête la naissance de Jésus. »

1) Les chrétiens ne croient pas fêter la naissance de Jésus, ils la fêtent.

2) C'est autre chose de dire que l'on est sûr que Jésus est né un 25 décembre de notre calendrier grégorien. En fait, l'Église catholique n'insiste pas sur la coïncidence de la naissance de Jésus et de notre calendrier. Benoît XVI rappelait encore récemment que le moine Denys le Petit s'était sans doute trompé quant à l'année de naissance de Jésus. C'est sans importance, on peut célébrer une naissance à une autre date qu'à la date anniversaire précise. On le fait bien pour la Reine d'Angleterre... Il semble que le 25 décembre ait été choisi pour tomber neuf mois plus tard que l'Annonciation (25 mars). Irénée de Lyon (v.130-202) considérait que la conception de Jésus le 25 mars coïncidait avec la date de la Passion. (Au passage, la date du 25 décembre n'est probablement pas plus un recyclage des Saturnales que du Dies natalis solis invicti malgré ce qu'on lit fréquemment à cette époque).

3) Que voulait dire le professeur exactement par « que ce soit considéré comme un fait » ? Que la date n'est pas sûre ? Pas de problème alors. Ou est-ce qu'il voulait dire que la naissance de Jésus n'est pas un fait, comme ce professeur de cégep qui affirmait que Jésus n'avait jamais existé ?

Voir aussi

ECR — Marie s'est fait violer, elle a inventé l'histoire du Saint-Esprit, Joseph a gobé son histoire

Sortir le religieux de l'école pour y laisser entrer l'ésotérisme et les gourous

Pas de classiques de la littérature, mais la lutte contre l'hétérosexisme en classe d'ECR, de français, d'anglais, d'histoire et de mathématiques

Cours d'ECR : les enseignants « marchent sur des œufs »

Après « Youpi, ma religion ! », « Ma religion de rêve »

Table ronde sur le matériel pédagogique ECR

Cahier ECR : « je suis un garçon, une fille, je ne sais pas encore »

Formateur de formateurs en ECR à L'ACFAS : beaucoup de résistances, faible réceptivité, obstacles




Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)