mardi 9 octobre 2018

Climat — Le point de rupture à nouveau reporté ?

La journée dans les médias fut apocalyptique : plus que 12 ans pour limiter le réchauffement climatique dans des limites raisonnables. Réchauffement qui, nous dit-on, ne pourrait avoir que des aspects négatifs... Surtout au Québec qui gèle pendant six mois par an ?

Quelques titres donc :



Ce qui est étonnant est non seulement ce catastrophisme, cet unanimisme, mais le manque de voix discordantes dans les médias, de scepticisme et de mémoire des journalistes par rapport à ces prédictions apocalyptiques (qui ne soulignent quasiment jamais les bienfaits possibles d’un réchauffement climatique).

Alors, ressortons quelques prédictions climatiques (la plupart recueillies par le site ClimateChangePredictions.org).


Sur le thème de l’Apocalypse

2020
Les changements climatiques au cours des 20 prochaines années pourraient entraîner une catastrophe mondiale coûtant des millions de vies en guerres et catastrophes naturelles… Un rapport secret, dissimulé par les chefs de la défense américain et obtenu par The Observer, avertit que les grandes villes européennes sombreront à la suite de la montée du niveau de la mer alors que Grande-Bretagne sera plongée dans un climat « sibérien » d’ici à 2020. Un conflit nucléaire, des méga-sécheresses, une famine et des émeutes généralisées éclateront dans le monde entier.

The Guardian, 22 février 2004

2030
« Nous sommes confrontés à un événement d’extinction massive », déclare Bob Geldof. « Nous ne pourrons peut-être pas nous rendre à 2030. Nous devons nous attaquer de toute urgence au problème du changement climatique. Qu’allez-vous faire à ce sujet ? Devenir sérieux. Certaines nations qui sont arrivées ici avec fierté ne seront plus là pour nous rencontrer. »

The Telegraph (G.-B.) 3 octobre 2013, à propos du sommet One Young World à Johannesbourg

2000
Un haut responsable de l’environnement aux Nations Unies, Noel Brown, a déclaré que des pays entiers pourraient être balayés de la surface du globe par l’élévation du niveau de la mer si le réchauffement climatique n’est pas inversé d’ici à l’an 2000.

San Jose Mercury, 30 juin 1989

2000
« D’ici l’an 2000, le Royaume-Uni sera réduit à un petit groupe d’îles appauvries, peuplées d’environ 70 millions de personnes affamées… Si j’étais parieur, je miserais même de l’argent que l’Angleterre n’existerait plus en l’an 2000. »

Paul Ehrlich, discours prononcé au British Institute for Biology, septembre 1971.

2029
Tim Flannery, le célèbre écologiste australien, était à la radio de la CBC l’autre jour pour sonner encore l’alarme sur le réchauffement de la planète. « C’est maintenant ou jamais », a-t-il déclaré. « Nous avons environ 20 ans pour faire face au changement climatique, sinon notre avenir tout entier est menacé. » Il a brossé un tableau apocalyptique fait de sécheresses, d’inondations, de famine et de guerre.

Le Globe and Mail du 14 octobre 2009.

2100
En bref, le changement climatique causé par l’homme représente une menace considérable, sans précédent dans son type et son ampleur, pour le bien-être, la santé et peut-être même pour la survie humaine…

En 2100, année pour laquelle certains modèles prévoient un réchauffement planétaire moyen de 4 degrés Celsius, le rapport prévoit que, dans de telles conditions, les gens ne pourront pas faire face, et encore moins travailler de manière productive, dans les périodes les plus chaudes de l’année. Et cela suppose que les institutions et les processus sociaux et économiques restent intacts. Certaines régions pourraient devenir inhabitables.

« Université nationale australienne, « Changements climatiques et santé : le GIEC fait état de risques émergents et d’un consensus émergent ». 31 mars 2014

2050
Un milliard de personnes pourraient perdre leur maison d’ici 2050 en raison de l’impact dévastateur du réchauffement de la planète. Les scientifiques et les dirigeants politiques seront prévenus aujourd’hui. Ils vont entendre que la hausse constante des températures sur la planète pourrait déclencher une migration de masse à des niveaux sans précédent.

The Independent, 29 avril 2008

2012
« S’il n’y a pas d’action avant 2012, c’est trop tard », a déclaré Rajendra Pachauri, scientifique et économiste à la tête du GIEC. « Ce que nous ferons au cours des deux ou trois prochaines années déterminera notre avenir. C’est le moment décisif. »Il a déclaré que, depuis le début des travaux du GIEC il y a cinq ans, les scientifiques ont enregistré « des tendances beaucoup plus fortes en matière de changement climatique », telles que la fonte récente de la glace polaire, qui n’avait pas été prédite. « Cela signifie que vous devriez commencer par une intervention beaucoup plus tôt. »

New York Times 17 novembre 2007

2012
Barack Obama n’a que quatre ans pour sauver le monde. C’est l’évaluation sévère de Jim Hansen, scientifique et expert en climatologie de la Nasa, qui a averti la semaine dernière que seule une action urgente du nouveau président pourrait mettre un terme au changement climatique dévastateur qui menace maintenant la Terre. De manière cruciale, cette action devra être entreprise par le premier gouvernement d’Obama, a-t-il ajouté.

The Guardian, 18 janvier 2009

2030
Plus de 100 millions de personnes mourront et la croissance économique mondiale sera réduite de 3,2 % du produit intérieur brut (PIB) d’ici 2030 si le monde ne parvient pas à lutter contre le changement climatique, a annoncé mercredi un rapport commandé par 20 gouvernements.

Alors que les températures moyennes mondiales augmentent en raison des émissions de gaz à effet de serre, les effets sur la planète, tels que la fonte des calottes glaciaires, les conditions météorologiques extrêmes, la sécheresse et la hausse du niveau de la mer, menaceront les populations et les moyens de subsistance, a annoncé l’organisation humanitaire DARA.

Reuters, le 25 septembre 2012

Sur le thème de la « Dernière chance ! », c’est maintenant ou jamais

Dernière chance ! – Bonn, 2001

La dernière chance d’un traité sur le réchauffement climatique. Cet édifice instable qu’est le Protocole de Kyoto nécessite des travaux de réparation d’urgence cette semaine alors que des délégués de 180 pays se sont réunis à Bonn pour résoudre des problèmes qui menacent de faire échouer l’accord.

Time Magazine, 16 juillet 2001

Dernière chance ! – Montréal, 2005
Dans une lettre ouverte adressée aux délégués lors du sommet environnemental de Montréal, qui commence aujourd’hui, le militant Mark Lynas explique pourquoi il est impossible de bloquer l’action sur le changement climatique.

« J’ai peur. Pendant 15 ans, j’ai vu les progrès internationaux en matière de changement climatique se ralentir, alors même que le réchauffement de la planète semble s’accélérer. Alors que le temps presse pour le climat mondial, votre réunion à Montréal représente une dernière chance d’action. »

The Independent, le 28 novembre 2005

Dernière chance ! – Bali, 2007

Les dirigeants du monde se réuniront à Bali aujourd’hui pour entamer des négociations qui, selon les experts, pourraient être la dernière chance de sauver la Terre d’un changement climatique catastrophique. Bali pourrait être la dernière chance d’éviter le pire effet du réchauffement climatique, a déclaré Tony Juniper, directeur général des Amis de la Terre.

The New Zealand Herald, 3 décembre 2007

Philip Clapp, directeur du National Environment Trust, basé à Washington, a déclaré : « Quinze années de négociations internationales n’ont pas encore abouti à un accord global qui permettra aux pays développés de commencer à réduire sérieusement leurs émissions. »

Il ajoute : « Le cadre d’un tel accord doit découler de la réunion de Bali. Les scientifiques nous disent que c’est le dernier cartouche dont le monde dispose pour éviter les pires conséquences du réchauffement planétaire. »

The Independent, 2 décembre 2007

Dernière chance ! – Poznan, Pologne, 2008
Le monde se « suicidera » s’il ne peut pas bientôt conclure un pacte climatique fort, a averti le spécialiste australien de l’environnement Tim Flannery. Le professeur Flannery, qui participe à un sommet des Nations Unies sur le climat en Pologne, a exprimé sa consternation devant la lenteur des progrès.

« La résistance est une tactique suicidaire », a déclaré à la presse le scientifique et auteur, ex-Australien de l’année. « Cette série de négociations sera probablement notre dernière chance en tant qu’espèce pour résoudre le problème. »

The Age, 9 décembre 2008

Selon l’analyse des dernières études scientifiques climatologiques réalisée par le WWF, l’humanité approche de la dernière occasion pour prévenir un changement climatique catastrophique. Cet avertissement a été émis lors des négociations de l’ONU sur le climat à Poznan, en Pologne.

« Les gouvernements à Poznan doivent accepter de plafonner et de réduire leurs émissions mondiales bien avant 2020 afin de donner aux citoyens l’espoir raisonnable que le réchauffement climatique pourra toujours être maintenu dans des limites qui empêchent le pire », a déclaré Kim Carstensen, responsable de l’initiative mondiale sur le climat du WWF.

WWF, « Poznan fournit la dernière chance de freiner le changement climatique » 5 déc. 2008

Obama, dernière chance avant 2016
Rejetant la possibilité d’une victoire des républicains en novembre, l’ancien sénateur Wirth a qualifié le deuxième mandat de l’administration Obama de « la dernière occasion » d’adopter des politiques permettant d’éviter une hausse catastrophique des températures mondiales. « C’est la dernière chance de trouver quelque chose qui approche les 2 degrés centigrades », a-t-il déclaré. « Si nous ne le faisons pas maintenant, nous engageons le monde dans un endroit radicalement différent. »

Climate progress, le 23 décembre 2011


Sur le thème de la montée du niveau de la mer due au réchauffement

10 mètres

Alors, que pouvons-nous espérer géologiquement si nous continuons à émettre des gaz à effet de serre au taux effréné actuel ? Avec des températures moyennes qui en résulteront susceptibles d’augmenter de plusieurs degrés d’ici la fin de ce siècle, nous pourrions presque certainement dire adieu à la calotte glaciaire du Groenland, et probablement aussi à la couverture de l’Antarctique occidental, qui nous mènerait à une hausse du niveau de la mer de 10 mètres ou plus.

Le Sydney Morning Herald 22 mars 2012


3 mètres

Le scientifique australien John Church est l’un des principaux experts mondiaux en matière d’élévation du niveau de la mer (il l’étudie depuis deux décennies) et a été l’auteur principal coordinateur du chapitre correspondant du dernier rapport du GIEC.

« Je ne contesterais pas l’idée selon laquelle vous pourriez obtenir des hausses beaucoup plus importantes (au-delà de la fin du siècle), en particulier si certaines parties de l’Antarctique de l’Ouest retenues au sol au-dessous du niveau de la mer et potentiellement instables.

Je ne pense pas que trois mètres soient hors de question. Depuis le rapport du GIEC, des études ont montré que ce processus est en cours. Nous avons déclenché quelque chose qui est potentiellement imparable.

The Guardian 5 mai 2015


76 mètres

Malgré les incertitudes quant à la taille des réserves, il est clair que si nous brûlons tous les combustibles fossiles, voire la moitié des réserves restantes, nous créerons à terme une planète  exempte de glace dont le niveau de la mer sera plus élevé d’environ 250 pieds qu’aujourd’hui. La désintégration complète de la calotte glaciaire prendrait du temps, mais une situation chaotique serait créée, provoquant des changements incontrôlables pour les générations futures.

James Hansen dans Inside Climate News, 15 juillet 2009

Plusieurs mètres

Dans un article, Jonathan Overbeck de l’Université de l’Arizona à Tucson, en Arizona, et ses collègues ont écrit que, sur la base de reconstructions de climats antérieurs, les conditions pourraient être réunies pour élever le niveau de la mer de plusieurs mètres d’ici à la fin du siècle.

World Science.net 23 mars 2006

Plus d’un mètre

Selon les experts en climatologie de l’Australie-Méridionale, les communautés côtières australiennes auront tendance à subir davantage de cyclones, à l’élévation du niveau de la mer et à une augmentation des inondations. Le professeur Nick Harvey a déclaré que l’Australie devrait s’attendre à ce que le niveau de la mer augmente de plus d’un mètre d’ici la fin du siècle. “Nous aurons des cyclones tropicaux plus intenses et les tempêtes seront plus fréquentes”, a déclaré le professeur Harvey.

The Age, 6 avril 2007

6,7 mètres

Le Dr Tim Lenton de l’Université d’East Anglia estime que les risques sont beaucoup plus importants que ne le suggère le GIEC. Lors d’une réunion organisée à Cambridge par le British Antarctic Survey, le Dr Lenton a déclaré : “Nous sommes sur le point de nous engager vers un effondrement de la calotte glaciaire du Groenland. Mais nous ne pensons pas avoir atteint le point critique.”

Mais si la crise du changement climatique atteignait le point de non-retour et qu’elle fondait, le niveau de la mer augmenterait de plus de 22 pieds et engloutirait la plupart des régions côtières du monde.

The Telegraph (G.-B.), 16 août 2007

70 mètres

Le Dr Gillett a déclaré que la dernière évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC) avait révélé que l’influence humaine pouvait être détectée sur tous les continents, à l’exception de l’Antarctique.

Dans l’Arctique, nous avons la calotte glaciaire du Groenland, dans l’Antarctique, la calotte glaciaire de l’Antarctique. Si tout cela fondait, cela contribuerait à 70 mètres du niveau de la mer. Cela ne se produira pas au cours du prochain siècle, ni même dans plusieurs siècles, mais si même une partie de cette glace commençait à fondre, cela pourrait grandement contribuer à l’élévation du niveau de la mer.

The Age, 31 octobre 2008

76 mètres

Selon le Dr. Joe Romm, climatologue, auteur et blogueur de Climate Progress, dans un avenir pas si lointain, on peut s’attendre à une élévation du niveau de la mer d’environ 3 à 6 pieds, mais cela ne s’arrête pas là. “Ce n’est pas comme si le niveau de la mer allait monter de 4 pieds et s’arrêter”, dit Romm. “Nous nous dirigeons vers une planète sans glace avec une élévation du niveau de la mer de 250 pieds ; tout sauf 40 ou 50 pieds est imparable. ”

Clean Houston, ‘Les scientifiques du climat de haut niveau préviennent que l’adaptation au changement climatique ne peut pas attendre’ par Vicki Wolf, novembre 2011

6,4 mètres

Le réchauffement climatique entraîne la désintégration de la calotte glaciaire du Groenland bien plus rapidement que prévu. Une étude de l’immense couche de glace de la région met en garde sur le fait que le niveau de la mer pourrait augmenter plus dramatiquement que prévu.

Les conséquences de ces études sont dramatiques étant donné que le Groenland dispose de suffisamment de glace pour élever le niveau de la mer au niveau mondial de 21 pieds, ce qui serait un scénario catastrophique qui entraînerait l’inondation de certains des principaux centres de population du monde, y compris tous les ports urbains de la Grande-Bretagne.

The Independent, 17 février 2006

1,3 mètre

Le groupe d’experts sur les changements climatiques de la ville de New York a publié aujourd’hui un rapport contenant un certain nombre de prévisions inquiétantes pour le siècle à venir… Combinez cela avec le niveau de la mer qui devrait augmenter de 11 à 21 pouces d’ici les années 2050, de 18 à 39 pouces d’ici 2080 et 22 à 50 pouces d’ici 2100, et la ville de New York sera menacée par de fréquentes inondations.

“Queens en subira les conséquences, suivie de Brooklyn, de Staten Island, du Bronx et de Manhattan.”
Curbed.com, 18 février 2015
2,1 mètres
Comme la hausse de température devrait être plus élevée aux pôles de la Terre, un autre effet du changement climatique devrait être une fonte des calottes glaciaires et une élévation du niveau des océans de 7 pieds ou plus.

New York Times le 11 décembre 1985

50 cm

Le niveau de la mer Méditerranée augmente rapidement et pourrait augmenter jusqu’à un demi-mètre dans les 50 prochaines années, ont averti des scientifiques espagnols. Une étude de l’Institut océanographique espagnol indique que les niveaux ont augmenté depuis les années 1970 et que le taux d’augmentation a augmenté ces dernières années. Il dit que même une petite augmentation pourrait avoir des conséquences graves dans les zones côtières.

Le mois dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a annoncé que le niveau de la mer dans le monde augmenterait au maximum de 59 cm au cours de ce siècle. Certains scientifiques pensent qu’il s’agit d’une sous-estimation, car cela n’inclut pas l’influence de la fonte “améliorée” de la calotte glaciaire, dans laquelle des eaux plus chaudes lubrifient le flux de glace dans les océans.

BBC News, 19 janvier 2008



Voir aussi




Solution de l’AFP adressée à ses lecteurs pour sauver le climat : faites encore moins d’enfants (taux de fécondité actuel du Québec : 1,5 enfant/femme, soit une rapide contraction)

Objectivité — Les journalistes font éclater leur joie à la signature de la COP 21 dans la salle de presse

Le climat, science ou religion ?

CERN : des modèles climatiques à corriger ?


Prof. Henri Masson, Université d’Anvers, déclare les modèles du GIEC « aberration statistique »

Spiritualité autochtone, écologie et norme universelle moderne

Manipulations de données par des chercheurs du GIEC ? (« Cacher la baisse »)

Aucun commentaire: