samedi 11 juin 2011

Changer la famille par la loi et la fiscalité : pères et mères pareils ou égaux ?

Éric Zemmour et Nicolas Domenach discutent du bien fondé (ou non) d'un congé de paternité allongé par le passage d'une nouvelle loi.


Bonus de Ça se dispute sur iTélé (France) du 11/VI/2011

Éric Zemmour fait brièvement mention au pédiatre et spécialiste des relations intrafamiliales Aldo Naouri. Pour celui-ci la réintroduction et le soutien de l'instance paternelle dans la cellule familiale n'assure pas seulement à l'enfant un bon équilibre affectif mais parvenait à le doter d'une santé physique à toute épreuve.

Or, selon le pédaitre, du père et de tout ce qui pouvait y avoir trait, plus personne ne voulait entendre parler après mai 1968. Les slogans tels que « il est interdit d'interdire » ou « sous les pavés, la plage  » attestaient de l'investissement du plaisir sans borne et du refus de la censure et de l'autorité associé à la fonction paternelle.

Avec de très nombreux cas cliniques, exposés jusque dans d'infimes détails et analysés méticuleusement, Aldo Naouri a publié son constat dans plusieurs ouvrages. Pour une partie du public, il est devenu un « »défenseur des pères » - contre les mères faut-il entendre ! - alors qu'il dit n'avoir jamais eu d'autre préoccupation que le sort de l'enfant.

48% des mères d'enfants mineurs voudraient rester à la maison,
seules 16 % voudraient travailler à plein temps en dehors du foyer
(Pew Research 2007)


Nicolas Domenach, directeur adjoint de la rédaction de l'hebdomadaire de gauche Marianne, parle d'offrir plus de choix. L'ennui c'est que toutes ces politiques égalitaristes punissent fiscalement et pécuniairement les familles qui font les « mauvais » choix, les choix traditionnels qualifiés de « rétrogrades » par ceux qui veulent changer les autres. Plusieurs études et sondages indiquent que les mères préféreraient passer plus de temps à la maison avec leurs enfants et moins travailler. Pas de loi à proposer dans ce sens-là, M. Domenach ?








Liens connexes

Ministre des Finances de l'Alberta : importance de la présence d'un parent à la maison

Étude « Les Canadiens font des choix en ce qui concerne la garde d’enfants » par l'Institut du mariage et de la famille Canada.





Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

3 commentaires:

Josick d'esprit agricole a dit…

"Pour celui-ci la réintroduction et le soutien de l'instance paternelle dans la cellule familiale n'assure pas seulement à l'enfant un bon équilibre affectif mais parvenait à le doter d'une santé physique à toute épreuve".

Cela j'ai pu le constater lorsque j'ai quitté une femme totalitaire pour aller travailler à Dublin. Mes enfants n'étaient auparavant quasi jamais malade. Une fois absent, c'est quasi toute les semaines que leur mère devait les emmener au médecin -ce dont elle ne s'est pas vantée-.

On ne vas quand même pas combattre une situation qui donne du travail au corps médical !

Josick d'esprit agricole a dit…

Changer la biologie même... Pour mon ex, nos enfants n'ont absolument pas besoin de leur père biologique qui pourtant les a élevé les premières années. Elle donc demandé officiellement la suppression de mon droit de visite et de mon l'autorité paternelle, décision qu'elle avait mis elle même en application en toute illégalité. La juge a accepté ses requêtes, la félicitant même -d'avoir violé la loi-.

Pensez-donc, je tiens un blog à tendance libéral, bloc constamment mis en avant durant les audiences...
Quand on sait qu'on ne peut-être bon que si on est de gauche... tout autre positionnement ne peut être que condamnable. Il faut donc protéger les enfants de ces pères qui semblent incarner la droite, l'autorité... et par là même forcément le viol comme on a pu même l'entendre récemment à la télé : : Ecoutez bien, à la 39eme seconde : « DSK, l’homme de gauche, se fait quand même chopper en ayant un comportement ultra libéral, sans foi ni loi, de droite finalement ».
Entendre cela, on n'en croit pas ses oreilles. C'est même un choc profond. C'est véritablement le triomphe de la pensée unique avec à la clé la pratique de l'assassinat social (légalement, je ne suis plus rien pour mes enfants).

Josick d'esprit agricole a dit…

« ce qui définit l’homme, c’est son rapport à la femme et inversement »
J'ai y été de mon petit commentaire sur le post en lien ci-dessus.