mardi 4 mai 2010

Les enfants de la réforme pédagogique : peu autonomes, médiocres en français, dissipés, mais ciyoyens du monde !

Un rapport du Monopole de l'Éducation du Québec révèle que les enfants issus du renouveau pédagogique sont peu autonomes, éprouvent des difficultés en français et peinent à se concentrer lors de cours magistraux, selon ce que rapportaient Rue Frontenac le jeudi et le journal La Presse, vendredi. Au cégep, les cours sont généralement d’une durée de trois heures, entrecoupés d’une ou deux pauses. « On a déjà de la misère à les motiver. Les élèves se considèrent comme des consommateurs de services éducatifs et c’est au prof de les faire réussir », affirme Mario Beauchemin de la Fédération des enseignants de cégeps.

Citoyens du monde et ouverts

Ces jeunes, qui feront leur entrée dans les cégeps de la province à l'automne 2010, auraient par contre de fortes aptitudes au travail en équipe, seraient des « citoyens du monde », feraient preuve d'ouverture (envers quoi ?) et auraient de la facilité à formuler leurs opinions. Le rapport ne dit pas si ces opinions sont bien étayées et originales au risque, parfois, d'être politiquement incorrectes et peu appréciées par la sacro-sainte équipe.

Ce rapport, préparé par le Comité d'analyse du Programme de formation de l'école québécoise, vise à dresser le portrait des compétences des élèves issus de la réforme alors qu'ils s'apprêtent à entrer au collégial.

Peu autonomes

Le Monopole de l'Éducation reconnaît que les jeunes ayant été soumis à la réforme pédagogique ne semblent pas avoir un niveau d'autonomie « à la hauteur des attentes ». Le ministère recommande donc aux enseignants de procéder à des examens d'évaluation en début d'année afin d'évaluer leurs connaissances et de s'adapter en fonction des faiblesses.

Encore plus de travail pour les professeurs de cégep !

Inévitablement, cette suggestion a fait bondir le président de la Fédération des enseignants et des enseignants de cégeps, Mario Beauchemin. Selon lui, cela ajoutera « à la lourdeur de la tâche » des enseignants et prédit leur grogne si ces tests devenaient obligatoires. Selon M. Beauchemin, si ces tests diagnostiques deviennent obligatoires, il y aura « une petite révolte » chez les enseignants du collégial.

Quant au président-directeur général de la Fédération des cégeps, Gaétan Boucher, dont le petit-fils doit entrer au cégep dans deux ans, il a laissé tomber cet aveu à une journaliste de La Presse : « Quand je demande à mon fils : Alex sera-t-il prêt à entrer au collège ? Il ne le sait pas. »

Voir aussi Le cours ECR, école de l'unanimisme politiquement correct.



Le rapport du Monopole de l'Éducation : Profil général de l'élève issu du renouveau pédagogique au secondaire Fichier PDF

6 commentaires:

Josick d'esprit agricole a dit…

Une production de mouton de Panurge facilement manipulable ! But recherché ?

Loulouanthropo a dit…

Bientôt les CÉGEPS formeront également des citoyens du monde très bons en équipe (à quand des examens par équipe), mais ignares par ailleurs.

Anonyme a dit…

Extrait de :

Arrimage secondaire-collégial
Profil général de l’élève issu du
renouveau pédagogique au secondaire
Rapport du Comité d’analyse du
Programme de formation de l’école québécoise
Juin 2009


« Les membres du comité ont par la suite visité l’école secondaire Sainte-Anne de Daveluyville et le collège Durocher Saint-Lambert, des écoles ciblées par le MELS pour l’application du PFEQ.
Ces rencontres, avec des enseignants de diverses disciplines et des élèves de toutes les années du
secondaire, ont permis d’établir des observations sur le terrain qui se sont ajoutées aux aspects théoriques pris en compte jusque-là. La visite de seulement deux écoles n’a évidemment pas permis de faire des observations scientifiques que nous pourrions généraliser à toutes les écoles secondaires du Québec; les membres considéraient plutôt ces rencontres comme des occasions de confirmer, d’infirmer ou de nuancer certains constats faits sur papier » (p. 2 et 3).

Claude Lévi a dit…

Que veut dire Anonyme, si ce n'est merci (le lien est fourni par le site) ?

Que les conditionnels de l'article n'étaient pas suffisants ou que le comité à mal fait son travail et ses conclusions n'en sont pas et n'aideront pas les professeurs de cégeps ?

Anonyme a dit…

Moi je comprends que les auteurs de l'étude ont écrit: il faut éviter de généraliser!

Claude Lévi a dit…

Anonyme a écrit :
>
> Moi je comprends que les auteurs >de l'étude ont écrit: il faut >éviter de généraliser!
>

C'est de nouveau le sophisme pseudo-intellectuel habituel pour empêcher de penser.

On demande à ce comité de se pencher sur les effets de la réforme pédagogique et le profil des élèves afin de décrire la clientèle *générale* qui s'en vient dans un an au cégep.

Les auteurs ne peuvent dire "on ne décrit pas une généralité" puisque c'est précisément ce qu'on leur demande.

Sinon, je suis d'accord qu'***évidemment*** il y aura des élèves autonomes dans le tas, des bons en français, des jeunes nationalistes qui ne sont pas pollués par la doctrine de "citoyen du monde", mais ce ne sera pas le cas général puisque la réforme visait précisément à former des gens en équipe, très politiquement correct et insistait peu sur le français écrit (vous vous rappelez du gars du MELS qui disait que les fautes en orthographe c'est pas grave, le croire c'est céder à la mentalité judéo-chrétienne, bla bla bla).