samedi 4 février 2017

Démographie — Tout indique une nouvelle chute de la natalité en 2016

D’après les statistiques préliminaires de l’Institut de la statistique du Québec, il est une nouvelle fois né un peu moins d’enfants au Québec pendant les 11 premiers mois de 2016 par rapport aux sept années précédentes. Ceci alors que la population du Québec a continuellement crû et qu’il y a en 2016 environ un demi-million de personnes de plus au Québec par rapport à 2009. Mais bon, aucun parti politique ne semble s’intéresser à la démographie depuis longtemps, l’immigration devant magiquement résoudre tous les problèmes apparemment.

Tout semble donc indiquer que la natalité au Québec en 2016 connaîtra, à moins d’un sursaut important et improbable dans les chiffres du mois de décembre, une nouvelle légère baisse. Si la tendance se maintient, le taux de natalité devrait être de 10,4 naissances pour mille habitants (10,4 ‰) en 2016 alors qu’il était de 10,5 ‰ l’année passée et encore de 11,3 % en 2009. Il ne s’agit bien sûr que de prédictions, on en saura plus au mois d’avril quand les chiffres complets de 2016 seront publiés, mais le lent déclin démographique du Québec semble bien se confirmer malgré les énormes sommes d’argent investies dans ce que les gouvernements successifs du PLQ et du PQ nomment la « politique familiale » qui vise principalement non la natalité, mais l’accès au travail des femmes malgré une naissance (les femmes restant à la maison ne recevant rien).


Cette natalité déprimée (elle l’est encore plus pour les francophones de naissance !) explique avec l’immigration importante que connaît le Québec (un des plus hauts taux par tête d’habitant au monde...) le changement démographique rapide en cours.

Selon les projections du document Projections linguistiques pour le Canada, 2011 à 2036, le poids démographique de la population de langue maternelle française au Québec devrait passer de 78 % en 2011 à une proportion oscillant entre 69 % et 72 % en 2036. À notre connaissance, aucun parti politique québécois n’a commenté officiellement ces prévisions ni le déclin déjà observé dans le nombre de francophones de naissance (81 % en 2001, 83 % en 1986).

Pendant ce temps, l’anglais continuera de progresser dans la province. La population de langue d’usage anglaise au foyer grimpera à 13 %.




Source : Institut de la statistique du Québec


Voir aussi

Chute importante prévue du français dans les foyers québécois

Québec — Trois nouveau-nés sur dix ont au moins un parent né à l’étranger

La fécondité continue de chuter au Québec

Québec — Plus bas nombre de naissances depuis 8 ans, record de décès [mars 2016]

Les CPE ont échoué sur le plan pédagogique... comportemental et démographique

Pologne — Allocation familiale universelle pour lutter contre l’implosion démographique

Le coût des garderies québécoises

Québec — La valeur marchande des garderies subventionnées est en baisse

Hara kiri

La famille nombreuse, antidote au vieillissement [personnel, non seulement sociétal] ?

La peur de l’avenir saisit les Allemands, la natalité remonte surtout grâce aux immigrés

Les Italiens, un peuple en voie d’extinction

Les femmes auraient peu d’enfants au Japon car elles se marient de moins en moins

La croissance de la population du Québec ralentit pour une cinquième année consécutive, malgré une immigration très importante

Québec (bizarre) — Hausse de 17 % du nombre d’élèves d’ici 2029 grâce « l’augmentation du nombre de naissances observée » ? selon le ministre de l’Éducation !

Aucun commentaire: