vendredi 21 décembre 2018

Genève : chants de Noël et crèches admis à l’école publique

Peut-on parler de la naissance de Jésus aux élèves ? Leur faire chanter « Il est né le divin enfant » ? Installer une crèche au fond de la classe ? Telles sont les questions que se posent les enseignants du primaire à Genève, pendant la période de l’avent.

Pour certains maîtres, c’est toute la symbolique chrétienne qui doit être bannie de la classe.

Aucune directive précise n’est fournie par le Canton. Des principes généraux, inscrits dans la brochure « La laïcité à l’école » élaborée en 2016 et distribuée à tous les enseignants, rappellent que « les fêtes qui ponctuent l’année scolaire, les symboles et les rites d’origine chrétienne entrent pleinement dans le cadre de l’enseignement régulier pour autant que leur dimension religieuse soit mise en perspective et expliquée ». Voilà qui pencherait plutôt en faveur des figurines du bœuf, de l’âne et des Rois mages, ainsi que des chants de Noël à l’école. Mais il est précisé que ces activités « ne doivent pas porter atteinte aux sentiments religieux des élèves d’autres religions ». Que faire, donc ? Si dans le canton de Vaud la réponse est claire — chants et sapins autorisés, crèches refusées — ce n’est pas le cas à Genève. En l’absence de consigne interne à leur établissement, les enseignants sont seuls maîtres à bord.

« Dans un contexte multiculturel, s’abstenir de placer une crèche relève du simple respect », estime une enseignante à Carouge. Pour elle, la crèche est « un objet aussi symbolique que le crucifix accroché au mur », toléré en Valais, interdit à Genève. Et de narrer un bricolage de Noël qui avait mal tourné : « Il y a deux ans, j’ai reçu la plainte de parents qui ne voulaient pas que leur enfant, de confession musulmane, représente ce qu’ils considéraient comme une étoile de David, et donc un soutien insidieux à l’État d’Israël. Aujourd’hui, je privilégie les étoiles à cinq branches pour les découpages. »

[Parents ignares : il y a des étoiles de David sur des portes de mosquées en pays musulmans...

Minaret de Testour en Tunisie avec le « Sceau de Salomon »

ou encore au Maroc, comme sur cette pièce de 4 fels frappée à Fès en 1288 année de l’Hégire, soit 1871/2 apr. J.-C.

]


Source : Tribune de Genève

Noël dans 30 ans, enfin laïque, bio, tolérant et morne ?


À force de gommer les différences, de multiplier les règlements et d’aplanir les cultures, voilà à quoi pourrait ressembler Noël dans trente ans...

par Marc Fourny

L’horreur des Noëls nordiques d’antan : patriarcaux, traditionnels, familiaux et religieux.
La famille attablée autour d’un foie gras prometteur, le sapin qui clignote, un feu ronflant dans la cheminée, les santons de Provence au garde-à-vous dans du papier rocher en attendant la naissance du petit Jésus... L’image d’Épinal d’un Noël bientôt révolu ? En exagérant un peu, et avec une pointe d’ironie, on pourrait supposer qu’on n’en est plus très loin, surtout si l’État, qui se mêle de tout sauf de l’essentiel, continue à nous casser les pieds.

À quoi pourrait bien ressembler Noël dans trente ans ? Disparue la crèche, cette manifestation gothique, dangereuse et tendancieuse, au nom de la laïcité et du « vivre ensemble ». Même les églises n’oseront plus la dresser sur les parvis pour éviter toute polémique. Seuls les plus fervents catholiques, comme jadis sous la Révolution, oseront perpétuer encore la tradition au fond de leur salon. Le sapin ? Il est en plastique, interdiction de couper de vrais arbres, et tout juste toléré : pas d’étoile au sommet, qui pourrait rappeler celle de Bethléem, plus d’anges, ces créatures fantasques issues de textes sacrés, encore moins de guirlandes clignotantes, car les écologistes ont si bien œuvré qu’il est désormais interdit, pour cause d’économies de bout de chandelle — c’est le cas de le dire —, d’utiliser ces serpentins électriques. Sans compter le sacro-saint principe de précaution qui a été brandi pour éviter tout risque d’incendie.

La messe de minuit désertée

Et la messe de minuit ? Cela fait belle lurette qu’on la déserte : il n’y a plus un curé à trente kilomètres à la ronde, on ne va pas brûler de l’essence pour aller se geler dans des édifices mal entretenus, faute de moyens et de fidèles. On pourra toujours regarder la cérémonie du Vatican retransmise en direct sur la Toile, car voilà bien longtemps qu’aucune chaîne de France n’a plus l’audace de la programmer sur son antenne. Et pour ceux qui sont adeptes des carillons qui bourdonnent, tant pis : les clochers sont sommés de rester silencieux pour ne pas choquer les autres confessions.


Messe de minuit

Heureusement, il reste les agapes, ce réveillon qui réveille les papilles et resserre, pour un temps, la famille dispersée. Mais, là encore, tout a changé : le foie gras est désormais interdit, le Sud-Ouest s’est définitivement reconverti dans le chocolat bio, l’État a finalement cédé face au combat mené par les défenseurs de la cause animale. Personne n’ose peler des clémentines et des oranges sur la majeure partie du territoire français depuis qu’on est tenu de manger local sous peine d’amende. Quant à la bûche de Noël, elle n’est plus à la mode : elle avait un côté chrétien dérangeant et rappelait avec trop de perversité l’agonie de nos forêts décimées...

« Il est né, le divin enfant », bien trop clivant

Au petit matin, les enfants se précipitent autour d’une cheminée décorative qui ne crépite plus depuis maintenant vingt ans : on n’a plus le droit de faire des feux de bois, trop polluants. Les chorales de circonstance entonnent encore timidement quelques chants, mais surtout pas « Il est né, le divin enfant » ou « Douce Nuit », bien trop clivant, on se reporte à la rigueur sur « Vive le vent » ou « Mon beau sapin ». La Manécanterie des Petits Chanteurs à la croix de bois, rebaptisée à la hâte, a revu tout son répertoire et laissé les aubes au vestiaire. Saint Nicolas n’a plus le droit de cité à Strasbourg — un évêque qui distribue des bonbons, ça va pas la tête ? — et le père Noël se fait rarissime : ce vieillard autoritaire finissait par traumatiser les enfants, les psychologues ont fini par avoir sa peau. Sans compter que ses amples vêtements pouvaient cacher une bombe : bien trop dangereux pour un rassemblement, le costume est désormais proscrit dans les lieux publics.

L’horreur des Noëls nordiques d’antan (suite)


Bref, Noël pourrait ressembler demain à une grande fête collective où seuls subsistent les cadeaux que l’on s’offre avec excitation autour d’une date symbolique, avec le vague souvenir qu’il s’agit d’un anniversaire. De qui déjà ? Chut, dire son prénom, c’est politiquement incorrect. Allez, joyeux Noël — pardon, joyeux décembre ! — quand même...

Source : Le Point




Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

En 1960, les crèches dans l'espace public n'offusquaient personne

En 1960, les crèches de Noël étaient encore un aimable sujet de fin d’année sans aucune polémique. Le Figaro du 14 décembre présente alors une installation géante sous un chapiteau de cirque, promue par Radio-Luxembourg, une radio privée qui émettait à partir du Luxembourg, mais avec des studios à Paris.

En cette fin d’année 1960, la porte Maillot à Paris accueille le chapiteau du Grand cirque de France. Et contrairement à d’habitude, les lieux n’accueillent ni clown, ni trapéziste, mais ce qui se présente comme la plus grande crèche du monde, sous le patronage de Radio-Luxembourg. « Il s’agit en fait d’un mistere de la plus ancienne tradition, écrit Le Figaro, mais utilisant toutes les ressources de la technique moderne — son stéréophonique, jeux de lumière — dont la durée n’excédera pas les forces du jeune public : une demi-heure. »

À une époque où la présence de crèches ne soulevait pas encore de débats devant le Conseil d’État, le spectacle était assuré « dix fois par jour entre 15 et 23 heures, du 25 décembre au 4 janvier, la première ayant lieu la nuit de la Nativité avant la messe des gens du voyage célébrée sous le chapiteau même, par Mgr Rhodain. »

Inspirée des crèches de la renaissance italienne

Détaillant la construction de cette vaste crèche, le quotidien précise : « Le mistere lui-même comprendra — dans des décors de Willy Holt qui s’est inspiré des crèches de la Renaissance italienne — une suite d’images animées évoquant la naissance de Jésus et l’an I de l’ère chrétienne, tandis que les haut-parleurs diffuseront de la musique et des textes de l’Évangile. Apparaîtront ainsi : le palais où l’empereur Auguste ordonne le recensement de tous les habitants de l’Empire romain ; la route de Nazareth à Bethléem où cheminent Marie et Joseph ; l’étable où naît l’Enfant Jésus ; les bergers et tout le peuple adorant ; l’étoile apparaissant aux Rois Mages [...] »


Mais au-delà de la construction du décor, ce qui anime véritablement les lieux, ce sont les « soixante acteurs et figurants ainsi qu’une importante ménagerie où l’âne côtoie naturellement le bœuf, et les chevaux, les dromadaires. Cent trente-cinq projecteurs et vingt-quatre jeux d’orgue seront mis en œuvre et quarante haut-parleurs transmettront les bandes sonores [...] » À noter : le spectacle était gratuit, pour peu que l’on retire ses billets au siège parisien de Radio-Luxembourg.

Jean-Bernard Litzler
Le Figaro





France — Vives réactions après amalgame par ministre Blanquer entre écoles indépendantes et écoles illégales

Quand le Ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer assimile publiquement écoles indépendantes et écoles illégales sans se reprendre, la Fondation pour l’école voit rouge par le biais de sa Directrice générale.

Invitée par le Figaro Vox comme par Valeurs Actuelles le jeudi 20 décembre, Anne Coffinier a exprimé publiquement son désaccord et exprimé des doutes quant à la neutralité des services de l’Éducation nationale à l’égard des écoles indépendantes, notamment lors des inspections.

Entretien avec Valeurs Actuelles :

Au lieu d’assimiler les écoles hors contrat aux écoles clandestines, le ministre de l’Education nationale ferait mieux d’impulser une politique transparente de contrôle des écoles indépendantes, souligne Anne Coffinier, directrice générale de la Fondation pour l'école.

Vous avez évoqué, à la suite du passage de Jean-Michel Blanquer chez Jean-Jacques Bourdin ce mardi, un « dérapage verbal » du ministre de l’Education nationale. De quoi parliez-vous ?

Monsieur Blanquer est intervenu pour expliquer qu’il avait fait fermer à Marseille une « école » clandestine, parce que non déclarée et reliée au fondamentalisme salafiste. On ne peut que s'en féliciter. Selon lui, cette fermeture aurait été rendue possible par le vote en avril dernier de la loi Gatel, qui lui aurait donné les outils juridiques pour « fermer les écoles qui ne sont pas dans les normes ». Or, cette affirmation est fausse, car la structure clandestine en question n’avait pas le statut d’école ; elle n’était pas déclarée et donc pas assujettie aux contrôles stricts prévus par le Code de l'éducation pour ces écoles. La fermeture de cette structure clandestine relevait donc des pouvoirs de police généraux, et pas des nouvelles dispositions introduites par loi Gatel, à l'instigation de l'actuel ministre.


En quoi cette confusion est-elle lourde de sens ?
Jean-Michel Blanquer a assimilé les écoles clandestines aux écoles hors contrat. C’était un lapsus, sans doute, mais un lapsus très inquiétant, qui a suscité immédiatement un profond malaise chez les personnes attachées à la liberté scolaire. Non, l’école publique n'est pas le seul système de scolarisation légal et légitime ! Le ministre doit au contraire se féliciter de la richesse apportée par les écoles indépendantes au paysage éducatif français. Comme le disait Condorcet, la présence d'écoles privées différentes de l'école publique constitue un stimulus utile pour cette dernière. De surcroît, la liberté d’enseignement a une valeur constitutionnelle et il revient justement à l'Etat d'en garantir le respect. C'est pour cela qu'il est essentiel que le ministère rappelle clairement son attachement respectueux à la liberté scolaire, surtout après cet épisode malheureux.


Qu’attendez-vous de l’Etat et de Jean-Michel Blanquer ?

Soyons clairs, les écoles hors contrat acceptent totalement le contrôle de l’État, à condition qu’il soit exercé de manière neutre et conforme au droit. Quand on entend de telles déclarations, on est en droit de se poser des questions sur l'objectivité avec laquelle s'exercent les contrôles sur l'ensemble des écoles indépendantes. Et quand on voit le vade-mecum imposé aux inspecteurs pour mener leurs contrôles, on ne peut qu'avoir des interrogations renforcées, tant il est animé manifestement d'une prévention de principe à l'encontre des écoles indépendantes dans leur ensemble. Et ce, alors qu'elles sont de plus en plus diverses et populaires. Sans doute est-ce pour cela que ce vade-mecum n'a jamais été publié officiellement, ni communiqué aux écoles, alors même que les inspections sont ouvertement réalisées sur la base de ce document conçu sous Najat Vallaud-Belkacem, et jamais abrogé malgré nos demandes étayées. Nous attendons aujourd'hui que le ministre réaffirme son respect des écoles indépendantes, qu'il retire ce vade-mecum et enfin, qu'il impulse une politique transparente de contrôle des écoles indépendantes, qui soit respectueuse du droit et des libertés constitutionnelles.


Communiqué de la Fondation pour l'école

Invité par Jean-Jacques Bourdin sur BFM.TV le mardi 18 décembre 2018, le ministre Jean-Michel BLANQUER s’est laissé aller à un dérapage verbal, assimilant purement et simplement les écoles clandestines aux écoles hors contrat. Ce lapsus linguae a de quoi inquiéter, d’autant qu’il est accompagné de plusieurs propos très contestables.

1 – LA LOI GATEL N’A AUCUN RAPPORT AVEC LA FERMETURE D’ÉCOLES CLANDESTINES :

L’école clandestine fermée à Marseille n’avait pas le statut d’école. C’était un regroupement informel d’enfants selon le ministre : cela n’a rien à voir avec une école hors contrat, dont le régime juridique d’ouverture et de contrôle est dûment prévu et encadré par la loi.

Contrairement aux affirmations du ministre, ce n’est donc pas sur la base juridique de la loi GATEL, adoptée en avril 2018 et visant au renforcement du contrôle des écoles hors contrat, que le ministre a pu faire fermer cette école de fait, mais sur la base de pouvoirs de police plus généraux, dont il disposait bien avant cette loi.

L’État a depuis toujours la possibilité de fermer ces écoles clandestines, pour autant qu’il en ait la volonté politique. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour fermer l’école clandestine de Marseille ?

2 – UNE RECONNAISSANCE DE PATERNITÉ À RETARDEMENT :

Pourquoi n’avoir pas assumé à l’époque son pilotage en sous-main de cette loi de restriction de l’essor des écoles indépendantes ?Jean-Michel Blanquer revendique la paternité de la loi GATEL adoptée en avril dernier et portée par le groupe Union Centriste du Sénat. Il dit en effet aujourd’hui « depuis que nous avons fait voter une loi… » mais était beaucoup plus discret au moment de son adoption, faisant comme si elle était réellement portée de manière indépendante par le groupe Union centriste constitué derrière la sénatrice Françoise Gatel.

3 – « LES ÉCOLES INDÉPENDANTES, VOILÀ L’ENNEMI » :

Ancien directeur de l’ESSEC, Jean-Michel Blanquer a manifesté plusieurs fois son ouverture pragmatique aux écoles privées, persuadé de ce qu’elles pouvaient apporter au système public comme source d’inspiration.

Il avait notamment manifesté son soutien aux écoles Espérance banlieues en participant à leur colloque[1] et a également manifesté son soutien aux écoles Montessori[2].

Mais le changement, c’était avant. Avant d’être nommé ministre. Aujourd’hui, Jean-Michel BLANQUER présente toutes les écoles indépendantes, qui sont de plus en plus diverses (écoles à pédagogie structurée et explicite, pour publics spécifiques ou à pédagogies innovantes), comme des établissements douteux par définition.

Pourquoi un tel revirement de langage, alors qu’il sait mieux que quiconque que les écoles indépendantes sont étroitement contrôlées par l’État, bien plus d’ailleurs que ne le sont les autres écoles [publiques et privées subventionnées] ?

Pour mémoire, voici la composition des écoles ouvertes la rentrée dernière[3] : leur variété saute aux yeux. En entretenant volontairement ou non les confusions, le Ministre porte atteinte à la réputation de l’ensemble de ces écoles, dont plusieurs ont d’ailleurs été fondées par des militants de La République en Marche.

4 – NON, LE SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS NE SE RÉDUIT PAS À L’ÉDUCATION NATIONALE :

Jean-Michel BLANQUER tend, dans son discours, à assimiler le paysage scolaire français à l’Éducation nationale. C’est tendancieux. Ce dernier se constitue de l’école publique (qui ne relève pas toujours de la tutelle de l’Éducation nationale), des écoles privées sous contrat, des écoles privées hors contrat, et de la scolarisation à domicile (avec ou sans cours par correspondance).

Tous ces types de scolarisation sont prévus et encadrés par le Code de l’éducation et garantis constitutionnellement. Dans son intervention, par plusieurs approximations langagières, il témoigne de son manque de respect pour cette diversité.

Il indique que les enfants issus de cette école clandestine de Marseille seront « rescolarisés dans une école publique ». Il outrepasse donc la loi, qui prévoit qu’ils doivent être rescolarisés dans un autre établissement, sans imposer que ce soit spécialement dans une école publique. Les autres modes de scolarisation sont tout aussi acceptables et républicains pourvu qu’ils respectent la loi.

5 – AU-DELÀ DES FORMULATIONS DU MINISTRE QUI LAISSENT SONGEUR, LA LÉGALITÉ ET LA TRANSPARENCE DE SON ACTION PARAISSENT DÉSORMAIS INCERTAINES :

Sur les écoles clandestines : « il y en a quelques-unes. On ne donne pas le chiffre précisément parce qu’on veut être efficace ». En quoi donner un chiffre d’écoles clandestines nuirait-il à l’efficacité des contrôles diligentés par la puissance publique ?

En démocratie, et au lendemain de l’attentat islamiste de Strasbourg, on est vraiment en droit de savoir combien il y a d’écoles clandestines et d’avoir l’assurance que l’État va les fermer sans plus attendre.

EN CONSÉQUENCE, LA FONDATION POUR L’ÉCOLE :

– demande au Ministre de cesser les amalgames entre écoles hors contrat et écoles clandestines et de rétablir publiquement la vérité ;

– de veiller à ce que la politique qu’il impulse soit conforme au Code de l’éducation et, plus largement, à la liberté d’enseignement et aux principes fondamentaux reconnus par les lois de la République ;

– demande en particulier à ce que les contrôles sur les écoles indépendantes se déroulent désormais conformément au droit, sans hostilité de principe à la liberté scolaire. Les écoles indépendantes sont en effet libres leur organisation, programmes et méthodes pédagogiques pourvu qu’elles se conforment aux obligations légales et règlementaires qui leur incombent ;

– renouvelle (encore) sa demande d’audience au Ministre de l’Éducation nationale ;

– demande au Ministre de ne plus traiter les professeurs, parents d’élèves et élèves en citoyens de seconde zone et de les traiter conformément à l’égalité républicaine, sans discrimination aucune.

Cliquez pour télécharger le communiqué de presse

[1] http://demain-lecole.over-blog.com/2017/05/jean-michel-blanquer.bientot-une-ecole-type-esperance-banlieue.video-documents.html

[2] https://blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/310717/la-bonne-pioche-blanquer-invoque-l-esprit-montessori

[3] https://www.fondationpourlecole.org/157-nouvelles-ecoles-ouvertes-en-2018-communique-de-presse-de-lassociation-creer-son-ecole/



Les Américains sont plus gros, plus petits et meurent plus jeunes

Les Américains sont plus gros... et plus petits qu’en 1999...

En une quinzaine d’années, la silhouette des Américains s’est transformée, selon des statistiques sanitaires fédérales publiées hier.

Ce n’est pas vraiment une surprise, dans un pays luttant depuis de nombreuses années contre le fléau de l’obésité, que le poids moyen, le tour de taille et l’indice de masse corporelle (IMC) aient augmenté chez les adultes entre 1999 et 2016, dernières statistiques disponibles.

« Une augmentation linéaire importante dans le poids a été constatée à travers le temps, à la fois chez les hommes et chez les femmes », relève le National Center for Health Statistics dans son rapport, qui s’appuie sur des examens physiques de plus de 47 000 personnes âgées de plus de 20 ans aux États-Unis.

D’après les données publiées jeudi, un Américain pesait en moyenne 89,8 kg en 2015-2016 et une Américaine 77 kg. En 1999-2000, ils affichaient respectivement 86 et 74 kg en moyenne.

Tour de taille et stature

Sur la même période, le tour de taille des hommes s’est étiré, pour passer de 99 cm à 102 cm, et celui des femmes a pris 5 cm, pour en arriver à 98 cm.

Si la population américaine a ajouté quelques centimètres à sa circonférence, elle a perdu quelques millimètres au niveau de la taille. Un Américain mesurait en moyenne 175,4 cm en 2015-2016, contre 175,6 cm en 1999-2000. L’Américaine a également perdu en hauteur, passant de 162,1 cm à 161,7 cm.

En ce qui concerne l’IMC, le ratio entre la taille et le poids, celui des hommes est passé de 27,8 en moyenne en 1999 à 29,1 en 2016. Chez les femmes, il ressort à 28,2 contre 27,8 auparavant.

Pour l’Organisation mondiale de la santé, un adulte dont l’IMC dépasse 25 est en surpoids et une personne est obèse quand il est supérieur à 30, soit à partir de 87 kg pour une personne mesurant 170 cm.

D’après les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), 39,8 % des Américains sont considérés comme obèses.

Stature en baisse liée à la « diversité » ?

Une métaétude récente intitulée « Un siècle de tendances en matière de taille humaine chez l’adulte » s’est penchée sur les données relatives à la taille issues de 1 472 études basées sur la population menées dans plus de 200 pays. L’étude a révélé que si les Américains étaient parmi les plus grands du monde en 1896, la croissance des Américains a diminué au cours du siècle alors que les habitants de très nombreux autres pays sont devenus plus grands.

En 1914, les hommes américains se classaient au troisième rang mondial sous la toise et les femmes américaines au quatrième rang. Aujourd’hui, ils ont chuté aux 37e et 42e places, respectivement, après avoir atteint leur apogée en 1996 et 1988.

Les personnes les plus grandes des cent dernières années sont les Néerlandais nés depuis 1975 et dont la taille moyenne dépasse 182,5 cm (6 pieds). Les personnes les plus courtes étaient des femmes nées au Guatemala en 1896, dont la taille moyenne était de 140,3 cm.

Un facteur qui pourrait expliquer cette légère baisse dans la stature des Américains alors que les autres populations ont tendance à grandir pourrait être le changement dans la composition ethnique des États-Unis. Il y a un nombre croissant d’Américains mexicains, qui représentent environ les deux tiers des Hispaniques aux États-Unis, et ce groupe a une plus petite taille que les autres groupes ethniques, a déclaré l’une des auteurs du rapport, Cynthia Ogden de l’agence fédérale du centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Il en va de même des Centro-Américains qui forment aujourd’hui un fort contingent parmi les immigrés illégaux.

Remarque : parmi les pays en bleu en 1896, seuls les pays baltes le sont demeurés, ce sont des pays à faible immigration (contrairement à la Suède, le Canada ou les États-Unis).

Américains meurent plus jeunes, blancs et ruraux frappés

L’espérance de vie a continué à baisser aux États-Unis en 2017 par rapport à 2014, une dégradation historique principalement due à la crise des surdoses de drogues, mais aussi à l’augmentation du nombre de suicides, selon des statistiques de santé publiées hier.

L’espérance de vie était en 2017 de 76,1 ans pour les hommes et de 81,1 ans pour les femmes. La moyenne pour la population était de 78,6 ans, contre 78,9 en 2014. C’est trois ans et demi de moins que de l’autre côté de la frontière, au Canada, également touché par les surdoses. « Ces statistiques nous alertent et montrent que nous perdons trop d’Américains, trop souvent, pour des causes évitables », a déclaré le directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies, Robert Redfield, ajoutant que l’espérance de vie était un indicateur de l’état de santé général des États-Unis.

Les taux de mortalité ont augmenté en 2017, en particulier chez les 25 à 44 ans, selon le CDC. Le taux de mortalité a augmenté chez les Américains blancs, tout en restant stable ou en baisse chez les autres groupes raciaux.

Au total, 2,8 millions d’habitants des États-Unis sont décédés dans le pays en 2017, soit 69 255 décès de plus qu’en 2016.

Le fléau des surdoses de drogues a commencé au début des années 2000, son intensité s’accélérant depuis quatre ans. Les décès par surdose de drogue ont atteint un nouveau record - 70 237 l’an dernier (2017), selon un autre nouveau rapport du CDC. Le taux de décès par surdose a augmenté de 9,6 % entre 2016 et 2017.

Le taux de mortalité due au fentanyl et à des opioïdes de synthèse similaires a augmenté de 45 % en une seule année. Les décès dus à l’héroïne et aux médicaments sur ordonnance sont restés inchangés.


Les décès par suicide ont également augmenté. Le taux de suicide a augmenté d’un tiers depuis 1999, selon les statistiques du CDC, pour atteindre 14 pour 100 000 personnes l’an dernier.

Les données montrent que le taux de suicide dans les comtés les plus ruraux est presque le double de celui des pays les plus urbains. En 2016, le suicide est devenu la deuxième cause de décès chez les 10 à 34 ans. C’est la 10e cause de décès pour tous les groupes d’âge.

Parmi les 10 principales causes de décès du pays, seul le taux de mortalité par cancer a diminué l’année dernière.

La surdose de drogue et les suicides entraînent une diminution de l’espérance de vie. Les décès dus à sept causes — accidents, maladies respiratoires, AVC, Alzheimer, diabète, grippe et suicide — ont augmenté.




Les Marchands de nouvelles

Chronique d’Éric Zemmour sur le dernier livre d’Ingrid Riocreux.

Marcel Proust disait déjà qu’on écrit toujours le même livre. Le dernier ouvrage d’Ingrid Riocreux l’atteste une fois encore. Notre professeur agrégée de lettres modernes était sortie de l’anonymat protecteur des salles de classe il y a deux ans, en publiant une remarquable analyse de la Langue des médias, déconstruisant avec sagacité, mâtinée d’une ironie jubilatoire, le jargon et les non-dits, les fautes contre la grammaire et les fautes contre la réalité, de tous les grands prêtres et des petits abbés médiatiques, qu’ils soient de presse écrite ou audiovisuelle. Comme toujours après un livre réussi, on s’aperçoit que d’autres, avant soi, il y a des années, des décennies, voire parfois des siècles, ont déjà tout écrit et mieux sur la question.

Sans surprise, Ingrid Riocreux a retrouvé dans Balzac ou Maupassant une dénonciation farouche des mœurs de la presse qui n’a pas pris une ride : rien de nouveau sous le soleil, sauf la technologie. Cette leçon d’humilité est en même temps une incitation à recommencer, puisque la lecture des grands anciens nous hisse sur les épaules de géants d’où on voit plus loin et plus grand. Ainsi va la vie intellectuelle depuis des lustres et ainsi va la vie éditoriale d’Ingrid Riocreux qui creuse à nouveau le même sillon, mais en labourant de plus en plus profond. Cela donne un livre à la fois passionnant et désordonné, qui abuse des digressions personnelles et ressemble davantage à une suite de chroniques (qu’elle livre désormais dans Causeur) qu’à un essai ordonné à la française. Mais le lecteur est comme Louis XIV dînant à Versailles, qui veut goûter à chacun des innombrables plats servis devant lui, même si ceux-ci ne lui plaisent pas tous également.

Notre spécialiste en rhétorique, stylistique et grammaire reprend son travail de sape si utile. Elle renoue avec les mêmes thématiques en les renouvelant, pointe de son doigt moqueur les sempiternels mensonges et dissimulations, parti pris et peur « de faire le jeu du… ». Les thèmes principaux sont ceux attendus : immigration, islam (« Le djihadisme n’a rien à voir avec l’islam »), la psychologisation et la psychiatrisation des actes pour mieux dissimuler les mobiles idéologiques et religieux, mais aussi le féminisme (« Les meurtres conjugaux commis par les femmes sont excusables et ceux commis par les hommes scandaleux »), l’homosexualité (l’incroyable puissance de feu du lobby LGBT) ou encore les méchants qui sont toujours méchants comme Poutine ou Trump, ou les gentils qui sont toujours gentils comme Obama.

Ingrid Riocreux analyse avec finesse les ressorts idéologiques de la doxa médiatique : « Les journalistes n’approuvent que deux sentiments d’appartenance ; le communautarisme, notamment régionaliste, qui fractionne la communauté nationale ; et l’européisme qui la transcende. Plus petit ou plus grand, tout sauf la nation » ; et décrit les modes de transmission de l’unanimisme moutonnier, en particulier les centres de formation des journalistes (qui ont le même rôle d’unificateur idéologique que les instituts de formation des profs) qui préparent avec une rare efficacité cette « convergence spontanée » fort bien décrite par le sociologue des médias Alain Accardo. Après d’autres, elle note le rôle de chien de garde du système joué désormais par les comiques, ceux qu’elle qualifie de « lieutenants des journalistes ». Et pointe avec pertinence « la tendance globale des médias à se considérer comme la conscience morale de notre société […] Comme la parole de Dieu fait advenir le réel, les journalistes semblent penser que leur parole a le pouvoir de faire advenir ce qui est. Dès lors, à l’inverse, taire une réalité contribuerait à la reléguer dans le non-être, comme si le silence avait le pouvoir d’abolir le réel. »

Les médias ou le parti-prêtre de la société moderne. Ingrid Riocreux fait de l’interviewer-éditorialiste Jean-Michel Aphatie l’incarnation dérisoire de ce Haut Clergé, croqué à la manière d’un Trissotin peint par Molière : suffisant autant qu’insuffisant, arrogant autant qu’ignorant, vaniteux autant que fielleux. Un petit courtisan qui pose au grand résistant.

De l’insignifiant à l’essentiel : en plongeant dans les ouvrages oubliés du passé, notre auteur découvre comment Hitler et les nazis se sont inspirés des techniques de propagande américaine pendant la Première Guerre mondiale. Contrairement à ce que nous serine la doxa, il n’y a pas d’étanchéité absolue, en la matière, entre les régimes totalitaires et les méthodes qui ont pu être utilisées par certaines démocraties, notamment la plus grande d’entre elles.

Ce renversement de perspective historique est la pépite du livre. Il rappelle, après Orwell, qu’aucun régime n’est épargné par ce phénomène. Il donne son éclairant sous-titre à l’ouvrage : Essai sur les pulsions totalitaires des médias. Surtout, il permet de mieux comprendre le terrible travail d’endoctrinement de la propagande médiatique qui, à la manière des régimes totalitaires, se sert de la langue pour envahir nos cerveaux et pervertir nos esprits, pour mieux les soumettre à sa Loi. Il faudrait d’ailleurs aller encore plus loin, s’arracher à la contemplation de la seule information et des seuls journalistes, accomplir le même travail d’analyse et de déconstruction pour le reste du paysage médiatique, les émissions de soi-disant divertissement, ou d’infodivertissement, mais encore les fictions, des séries aux films, du plouc Plus belle la vie jusqu’au chic « made in Hollywood », voire aux publicités ou encore aux « campagnes d’information » des pouvoirs publics ; ce puissant et irrésistible fleuve médiatique qui inonde en permanence nos regards et nos cerveaux, détruit en nous les dernières digues qui résistent encore à la propagande effrénée de l’idéologie dominante, ce politiquement correct à la fois libéral et libertaire, qui exalte sans cesse les mêmes totems et tabous qu’Ingrid Riocreux a pertinemment pointés ; ce puissant et irrésistible fleuve médiatique d’aujourd’hui qui aurait sans doute fait rêver les artificiers de Hitler et de Staline. Peut-être pour un prochain livre.


Hitler découvre la télé moderne



Les Marchands de nouvelles
Essai sur les pulsions totalitaires des médias.

par Ingrid Riocreux,
chez L’artilleur,
paru le 24 octobre 2018
à Paris
528 pages,
22 euros.
ISBN-13 : 978-2810008469


Voir aussi


Médias : la nouvelle Inquisition ?

Cours de rhétorique et de décryptage des médias à l’école