lundi 1 août 2016

Complément au nouveau cours d'histoire du Québec


Nous avions déjà parlé ici du correctivisme politique le plus affligeant des nouveaux manuels d'histoire du Québec où, par exemple, « vous ne trouverez à peu près rien sur l’invasion de l’Espagne par les musulmans au 8e siècle. Mais on insiste lourdement sur le fait qu’ils s’en font chasser 800 ans plus tard. On passe sous silence les razzias et la pratique de l’esclavage, courantes chez les populations arabes. »

Nous pensons qu'il est bon de corriger ces lacunes qui ne sont sans doute pas innocentes (interculturalisme oblige[1]). Nous présentons donc une vidéo et un livre qui permettront de compléter les carences historiques des jeunes québécois soumis au programme unique du Monopole de l'Éducation.

L’anthropologue et économiste Tidiane N’Diaye est l’un des grands spécialistes des civilisations négro-africaines et de leurs diasporas. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet.






Extraits :

« Les Arabes ont razzié l’Afrique subsaharienne pendant treize siècles sans interruption. La plupart des millions d’hommes qu’ils ont déportés ont disparu du fait de traitements inhumains. La traite négrière a commencé lorsque l’émir arabe Abdallah ben Saïd a imposé aux Soudanais un accord en 652 les obligeant à livrer annuellement des centaines d’esclaves. Ce fut le point de départ d’une énorme ponction humaine qui devait s’arrêter officiellement au début du XXe siècle. »

« Sous l’avancée arabe, […] des millions d’Africains furent razziés, massacrés ou capturés, castrés et déportés vers le monde arabo-musulman. Cela dans des conditions inhumaines, par caravanes à travers le Sahara ou par mer, à partir des comptoirs à chair humaine de l’Afrique orientale. »

[1] Voir la déclaration intéressante de Mme Christiane Taubira, députée de la Guyane française, en 2006 qui disait qu’il ne faut pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes » « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes » Rappelons que ladite dame Taubira est à l'origine de la loi éponyme sur l'enseignement de l'esclavage qui ne reconnaît comme crime contre l'humanité que : « la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe ».



Voir aussi

Un million d'esclaves européens chez les Barbaresques

Manuel d'histoire (1) — chrétiens intolérants, Saint-Louis précurseur des nazis, pas de critique de l'islam tolérant pour sa part


Quatorze siècles d'esclavage et de traite négrière arabo-musulmane. Extraits d'un documentaire d'Arte.Extraits qui commencent bizarrement : « rien n'est comparable », pour ensuite montrer le contraire, à moins que la castration des esclaves noirs mâles dans le monde arabe rendent les choses incomparables...


Le documentaire d'Arte au complet : Les Esclaves oubliés  (le titre allemand Sklaven für den Orient indique qu'il s'agit de la traite orientale).

2 commentaires:

Ronchon a dit…

Et ne pas oublier la traite intra africaine : il n’y a jamais eu autant d’esclaves en Afrique qu’après l’abolition de l’esclavage en Europe
et aux Etats Unis.

Corentin a dit…

La traite arabe en Afrique fut plus précoce, plus brutale et plus durable que la traite transatlantique. L’installation de l’impérialisme culturel arabe (l’islam) dans le pourtour méditerranéen est une véritable tragédie, et pour ces peuples, et pour leurs voisins. Des civilisations autrefois productives sont devenues de véritables prédateurs-parasites. Les pays arabes ne faisaient que pratiquer le commerce, l’esclavage et la piraterie au détriment de toute activité réellement productive. À lire à ce sujet Jacques Heers ou Laurent Lagartempe.
http://ethnocide.blogspot.com/2008/05/la-grande-affliction-mditerranenne.html