jeudi 18 juin 2020

L'Imperial College de Londres abandonne sa devise latine « impérialiste », Oxford « décolonialise » ses programmes

L’université londonienne appelée l’Imperial College, récemment classée huitième dans un classement mondial anglo-saxon, a déclaré que cette décision aiderait à « soutenir une communauté diversifiée et inclusive ». L’Imperial college de Londres a récemment au centre d’une controverse au sujet d’un modèle de la pandémie Covid-19 considéré comme inexact et alarmiste (voir ici et ).


Les manifestations Black Lives Matter dans tout l’Occident ont accru la pression sur les universités.

La devise, qui figurait sur les armes de l’université depuis 1908, se lisait « Scientia imperii decus et tutamen », ce que l’on peut traduire par « La Science, gloire et sauvegarde de l’empire ».

L’université a déclaré qu’elle utiliserait des armoiries rouge, bleu et or modifiées, dépouillées de la devise, sur les futurs diplômes, les tenues des équipes sportives et tout autre matériel.

« Nous savons que cette devise rappelle notre histoire enracinée dans le pouvoir colonial et l’oppression », a déclaré l’université.

« Nous choisissons de ne pas nier cette histoire, mais de ne pas être définies par elle non plus. »

Alice Gast, vice-chancelière, a déclaré au personnel qu’elle avait « entendu beaucoup d’entre vous s’inquiéter au sujet de la devise de l’université et de sa présence sur nos armoiries ». Elle a indiqué qu’un groupe de travail serait créé pour « examiner l’histoire et l’héritage du Collège ».

À quand la suppression de Imperial dans le nom Imperial College ?

Cette suppression intervient alors que l’Université de Bristol a annoncé qu’elle révisait son logo.

L’insigne porte les écussons d’Edward Colston, de Henry Overton Wills III et de la famille Fry, toutes des figures impériales importantes.

Le 7 juin, une statue de Colston, négrier, marchand et mécène des XVII et XVIIIes siècles, a été démolie et jetée dans le port de Bristol par des manifestants, ce qui a incité les militants à viser des dizaines d’autres monuments à travers le pays.

La statue d’Edward Colson jetée à l’eau

L’Université de Bristol a également révélé qu’elle s’était « engagée à revoir » le nom de l’emblématique Wills Memorial Building, relançant une longue campagne menée par des étudiants qui avaient vu l’université refuser de le renommer en 2017.

Wills, chef de file de l’industrie du tabac né en 1828, fit don d’environ 10,5 millions de livres sterling à l’université, mais les militants affirment que sa fortune a été entachée par son implication dans la traite des esclaves.


Le maire de Bristol Marvin Rees (ci-dessus) a maintenant confirmé que la statue sera repêchée et exposée telle quelle — avec la corde utilisée pour le transporter et le pneu attaché quand elle a été sortie de l’eau.

L’année dernière, Bristol a engagé la professeur Olivette Otele, une experte de l’esclavage, pour évaluer si elle devait présenter des excuses pour ses liens avec l’Empire britannique.

Le professeur Hugh Brady, vice-chancelier de Bristol, a déclaré : « Nous savons que la campagne Black Lives Matter a servi à amplifier les préoccupations existantes au sujet l’histoire de l’université et si nous devrions renommer le Wills Memorial Building et d’autres bâtiments portant le nom de familles ayant des liens avec le commerce des esclaves. »

La semaine dernière, des centaines de manifestants sont descendus à Oriel College, à Oxford, dans le cadre de leur campagne « Rhodes doit tomber », exigeant que l’université abatte une statue de Cecil Rhodes, l’impérialiste victorien, mais le collège a refusé de le faire.



L’impérialiste Cecil Rhodes vu par les Allemands d’avant-guerre. Cecil Rhodes est en blanc.


L’université d’Oxford s’est engagée à « décoloniser » les diplômes lundi. L’Université d’Oxford a ainsi annoncé son intention de « décoloniser » ses diplômes en mathématiques et en sciences et permettra aux étudiants dans toutes les facultés et qui ont été impactés par ce que le Times de Londres appelle « la fureur de Black Lives Matter » d’être notés de manière indulgente. Dans une lettre au syndicat étudiant, Louise Richardson, vice-chancelière, a déclaré que la faculté de mathématiques, de sciences physiques et de la vie avait reçu une subvention pour développer des ressources pédagogiques qui soutenaient la diversification de ses programmes, la décrivant comme « un domaine qui est souvent négligé ». Elle a ajouté : « De nombreux départements de sciences sociales ont commencé à travailler à rendre leur programme plus inclusif et à y ajouter des voix diverses. Cela comprend des étapes telles que l’intégration des questions de race et de genre dans les sujets, l’intégration de l’enseignement sur le colonialisme et l’empire dans les cours, la modification des listes de livres et articles à lire. »

Plus de 14 000 personnes ont demandé au King’s College de Londres de renommer son campus de Guy, près de London Bridge, alors que l’hôpital de Guy et St Thomas a accepté de retirer une statue de Thomas Guy, un marchand d’esclaves et mécène du XVIIIe siècle.

L’Université de Liverpool a été critiquée la semaine dernière pour avoir accepté de débaptiser une résidence du nom de William Gladstone, quadruple Premier ministre britannique, après que des étudiants se sont plaints que le père de Gladstone avait des liens avec l’esclavage.

Voir aussi



Aucun commentaire: