lundi 6 avril 2015

Les enfants religieux seraient plus heureux

Lisa Miller, directrice de la clinique de psychologie au Teachers College de l’Université Columbia publie sous peu un ouvrage quelque peu provocateur.

Dans The Spiritual Child (L’Enfant spirituel), la psychologue présente les études sur les bienfaits de la spiritualité pour les enfants. Elle y démontrerait le lien scientifique qui existerait entre la spiritualité et la santé et montrerait que les enfants qui ont une relation active et positive à la spiritualité :
  • sont 40 % moins susceptibles d’utiliser et d’abuser de drogues ;
  • sont 60 % moins susceptibles d’être déprimés pendant l’adolescence ;
  • sont 80 % moins susceptibles d’avoir des rapports sexuels non protégés ou dangereux ;
  • ont des traits qui prédisent une vie nettement plus épanouie y compris un sentiment accru que leur vie a un but et un sens et des niveaux élevés de réussite scolaire.

Selon les éditeurs (MacMillan), « Lisa Miller allie dans son livre la recherche de pointe qu’elle a accumulée en tant que psychologue clinique à de nombreuses preuves anecdotiques pour illustrer à quel point la spiritualité est précieuse pour la santé mentale et physique de l’enfant, Miller traduit ces résultats en conseils pratiques pour les parents, en leur donnant des moyens concrets de développer et d’améliorer le bien-être de leurs enfants — ainsi que le leur. »


Maclean's est un magazine canadien... Voici l'image qu'il a choisi pour illustrer l'article consacré à ce livre. Aurait-il oublié une religion ? Très majoritaire...?

 
The Spiritual Child
The New Science on Parenting for Health and Lifelong Thriving
par Dr. Lisa Miller
aux éditions St. Martin's Press
sera publié en mai 2015
384 pages
New York, États-Unis d'Amérique
27,99 $ américains
ISBN: 9781250032928
ISBN10: 125003292X

Voir aussi

La tare de l'État-providence c'est qu'éventuellement les autres finissent toujours par manquer

Pourquoi le patriarcat a de l’avenir

Les plus religieux hériteront-ils de la Terre ?

Étude : famille biparentale constitue l’environnement le plus sûr pour les enfants

Les femmes mariées moins sujettes à la dépression et à la violence conjugale

Étude : Environ 70 % des ados qui se disaient LGBT se déclarent hétérosexuels par la suite

Deux fois plus de dépression chez les femmes qu'il y a 40 ans. Rançon de la « libération » de la femme ?

États-Unis — les homosexuels nettement moins heureux que les hétérosexuels

Les adultes en couple sans enfant risquent plus de mourir prématurément

Les athées sont-ils moins altruistes ?

Aucun commentaire: