vendredi 25 juin 2021

Sondage envers la diversité ethnique : les diversitaires voient plus de racisme que les minorités ethniques

Le Canada est-il raciste ? Angus Reid, en collaboration avec l’Université de la Colombie-Britannique, a mené un sondage en ligne du 11 au 17 mai 2021 auprès d’un échantillon aléatoire représentatif de 1 984 adultes canadiens pour en savoir plus. 


Les Amérindiens et les minorités visibles les plus enclins à croire qu’il existe des races supérieures

Seuls 11 % des personnes interrogées qui se sont identifiées comme étant de race blanche ont déclaré que certaines races étaient « naturellement supérieures », contre 89 % qui ont déclaré que toutes les races étaient égales.

Parmi les répondants autochtones, 13 % pensent que certaines races étaient supérieures alors que ce nombre grimpe à 18 % parmi ceux identifiés comme des minorités visibles.

34 % des Canadiens pensent que le Canada est raciste

Sur la question de savoir si le Canada est un pays raciste, 34 % des Canadiens étaient d’accord avec cette affirmation. Cela se répartit en 36 % des répondants autochtones, 32 % des répondants caucasiens et 42 % des minorités visibles.

Parmi les partisans des partis politiques, les électeurs néo-démocrates étaient les plus susceptibles de dire que le Canada est raciste à 55 %, suivis des électeurs verts à 54 %, des libéraux à 38 %, des conservateurs à 18 %. Les électeurs du Bloc québécois ferment la marche: seuls 13 % d’entre eux pensent que le Canada est raciste.

Les Saskatchewanais étaient les plus susceptibles de considérer le Canada comme un pays raciste à 44 %, suivis de l’Ontario et de la Colombie-Britannique à 40 %, tandis que les Québécois étaient les moins susceptibles de considérer le pays comme raciste à 24 %.


Les diversitaires voient plus de racisme que les minorités ethniques

Le sondage a également réparti les participants dans l’un des quatre groupes sur la question de la diversité ethnique : opposés, prudents, consentants et enthousiastes.


Ce qui est intéressant, c’est que les enthousiastes (les diversitaires convaincus) voient nettement plus de racisme au Canada que les minorités visibles qui y habitent.

Interrogés sur le racisme envers les minorités visibles par la police, 37 % de ceux qui se disent faire partie d’une minorité visible ont déclaré que la police avait des préjugés injustes ou était raciste à leur égard, alors que 83 % des diversitaires enthousiastes pensent que la police est raciste.

37 % des Québécois peu chaleureux envers les musulmans

Dans le cadre de cette étude approfondie — dans les semaines qui ont précédé la tragédie de London — l’Institut Angus Reid a demandé aux Canadiens ce qu’ils ressentaient envers les personnes qui composent certaines des minorités les plus visibles de ce pays. Interrogés pour savoir s’ils se sentaient « chaleureux » ou « froids » envers les Canadiens noirs, chinois ou asiatiques, sud-asiatiques ou musulmans, la majorité exprime de la sympathie envers chacun de ces groupes. Il est toutefois significatif qu’au moins un répondant sur quatre (25 %) déclare être « plus froid que chaud » ou « froid » envers les Canadiens musulmans. C’est le groupe qui attire le moins de sympathie.

Les plus enclins à se sentir ainsi sont les hommes de plus de 55 ans (42 %) et les répondants vivant au Québec (37 %). En effet, une bonne moitié des anciens électeurs du Bloc québécois (51 %) et une quasi-pluralité d’électeurs du PCC aux dernières élections fédérales (38 %) expriment également ce sentiment.


 

Les quatre attitudes vis-à-vis de la diversité

Enthousiastes

  • La moitié des femmes de 18 à 34 ans sont des militantes ;
  • Proportion la plus élevée se trouve en Ontario (28 %), au Canada atlantique (27 %) et en Colombie-Britannique (26 %), la plus basse au Québec (20 %) ;
  • Les trois quarts disent que le Canada est un pays raciste ;
  • La moitié (47 %) disent qu’ils entendent souvent les autres faire des commentaires racistes ;
  • Unanime (99 %) que la diversité fait du Canada un meilleur pays ;
  • Seuls 4 % des électeurs du BQ en 2019 font partie de ce groupe, 51 % pour les électeurs du NDP, 34 % pour le PLC et 5 % pour le PCC. 
  • Les autochtones sont les moins enthousiastes (18 %), suivis des blancs (24 %) alors que les minorités visibles sont les emballées (31 %).

Consentants

  •  Les femmes des groupes d’âge de 35 à 54 ans et de 55 ans et plus se retrouvent le plus souvent dans ce groupe ;
  • Proportion la plus élevée également observée en Ontario, au Canada atlantique et en Colombie-Britannique — 29 % pour ces trois régions, 26 % au Québec ;
  • Un électeur libéral sur trois en 2019 (33 %) est d’accord, tout comme 28 % des anciens néo-démocrates, 24 % des électeurs du BQ et 17 % du PCC ;
  • 86 % déclarent que les personnes qui ne voient pas la discrimination raciale là où elle existe constituent un problème plus grave que les personnes qui la perçoivent dans des domaines où elle n’existe pas.

Prudents

  • Les hommes dans les groupes d’âge de 35 à 54 ans et de 55 ans et plus se trouvent le plus souvent dans ce groupe ;
  • L’Alberta (28 %), le Manitoba (27 %) et le Québec (27 %) détiennent la plus forte proportion de genre de cette inclination ;
  • Un électeur du Bloc québécois sur trois est prudent, tout comme 29 % des électeurs conservateurs ;
  • La moitié (55 %) déclarent que les perceptions de la discrimination raciale là où elle n’existe pas vraiment est un problème plus important que les personnes qui ne la voient pas ;
  • Un sur cinq (20 %) préférerait avoir des voisins de la même race.

Opposés

  • Les hommes sont deux fois plus susceptibles d’appartenir à ce groupe (34 %) que les femmes (17 %) ;
  • Deux hommes sur cinq âgés de 55 ans et plus font partie de ce groupe ;
  • Proportion la plus élevée trouvée en Saskatchewan (38 %), suivie de l’Alberta (32 %) et du Québec (28 %) ;
  • La moitié des électeurs du PCC (48 %) sont des détracteurs de la diversité ethnique, alors que c’est le cas de 39 % des électeurs du Bloc québécois en 2019 ;
  • Presque à l’unanimité (94 %) considère pour dire que le Canada n’est pas un pays raciste ;
  • Plus de deux sur cinq (44 %) contestent que la diversité ethnique fait du Canada un meilleur pays ;
  • Un tiers (34 %) a l’impression d’être traité comme un étranger dans son propre pays ;
  • Les autochtones sont les plus rétifs à la diversité ethnique (31 %), suivis des blancs (26 %) alors que les minorités visibles sont les moins opposées (seuls 20 % y sont opposés).

1 commentaire:

L'indépendant du Québec a dit…

Radio-Canada (CBC) et les médias Québecor font état d'une découverte de tombeaux autochtones en Saskatchewan en accentuant que c'était l'Église catholique qui en était responsable et que l'Église devrait s'excuser alors qu'en 1991, les OMI au nom de l'église s'en étaient déjà excusés.

Lisez le mea culpa des oblats en 1991 reportage de La Presse en 1991
https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2171806?docsearchtext=pensionnats%20Saskatchewan

***
Sur le site de l''université de Régina concernant les pensionnats quelques extraits :

"The Government assumed responsibility for the residential school in 1968 and in 1970 proposed the closure of the residences. This proposal was protested by David Ahenakew because it was "not the wish of the Indian people affected."

Traduction libre : Le gouvernement fédéral a géré ce pensionnat en 1968 et en 1970 il a proposé de fermer les pensionnats. Cette proposition a été contestée par David Ahenakew parce que ce "n'était pas le souhait des autochtones concernés" .

The residence's existence continued to be precarious and there were arguments made for its existence into 1978.
"The Cowessess Band took over operations in 1981."

"The school closed in 1997 and was controversially demolished in 1999 and finally (50 years after the petition) replaced with a day school. "
"The church, rectory, and cemetery remain."5 (5 Missing Children and Unmarked Burials, Vol. 4, p. 129 )

Source :
Source : https://www2.uregina.ca/education/saskindianresidentialschools/wp-content/uploads/2017/11/shatteringthesilenceMarieval11-28-2017.pdf

***
SVP écrivez sur ce dossier particulier et le faire savoir à Trudeau et aux députés ainsi qu'aux médias.
Merci pour vos articles.