jeudi 1 septembre 2011

Zemmour : « la suprême habileté de l'idéologie dominante est de nier sa nature d'idéologie »


Après les organisations catholiques au printemps, quatre-vingts députés UMP demandent le retrait de certains manuels scolaires de biologie. Le centre droit de Sarkozy est tétanisé par le qu'en-dira-t-on médiatique et la puissance des lobbies de gauche. Cette polémique illustre à quel point des décennies de désintérêt par le centre droit pour la chose culturelle et l'école ont rendu ce centre droit impuissant. Quand le centre droit se tait, la gauche sociétale utilise l’école pour endoctriner des générations d’enfants, quand il réagit, il est accusé d’être réactionnaire, de se mettre au service des lobbies catholiques, de faire de l’idéologie. C’est la suprême habileté de l’idéologie dominante de gauche que de nier sa propre nature d’idéologie et d'accuser les autres d'être idéologiques.





Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

4 commentaires:

Josick d'esprit agricole a dit…

Trouvé relatif à un ouvrage datant de 1947 :
Il fallait rééditer "Sociologie du communisme" parce que les Français sont malades d'une maladie qui prend ses racines dans le communisme et qu'ils l'ignorent.
Les Français croient que le communisme c'est fini parce que l'URSS s'est effondrée et que le parti communiste français n'a plus que quelques députés.
La vérité serait plutôt que, chez nous, en ce début de XXIe siècle, l'idéologie marxiste a gagné la partie.
Aucun gouvernement en France ne l'a jamais combattue.
Tous, depuis la Libération, ont laissé les communistes investir les rouages essentiels du pays, en particulier l'Enseignement et l'Information.
Le résultat en est une marxisation généralisée des esprits, génératrice d'une pensée unique, qui nous conduit progressivement, à l'ombre d'un État-Providence qui s'essouffle, vers un totalitarisme masqué.

Cette marxisation généralisée des esprits explique aussi la paralysie générale devant des syndicats, qui entravent l'économie comme l'enseignement, et dont un ancien ministre socialiste a dit publiquement qu'ils sont de "véritables organisations staliniennes centralisées".
Deuxième raison de rééditer Sociologie du Communisme : Monnerot dit du communisme qu'il est l'« Islam » du XXe siècle.
Il retrouve dans le communisme la confusion du politique et du religieux qui caractérise l'Islam, dont le réveil, aujourd'hui aide à comprendre le phénomène. M. Maxime Rodinson, orientaliste et ancien communiste, qui considérait comme "paradoxales, presque hérétiques" les vues de Monnerot, reconnaît aujourd'hui qu'en matière "d'orthodoxie coercitive", "l'Islam et le communisme présentent une ressemblance frappante".
Les communistes ont porté les méthodes de la subversion à un très haut niveau. les mondialistes qui tendent à enserrer les peuples dans leurs filets sont à leur école.
Pour pouvoir réagir intelligemment il faut s'instruire, et c'est pourquoi il faut lire Sociologie du communisme.
L'« Islam » du XXe siècle, première partie de Sociologie du communisme par Jules Monnerot a été publiée en tant que Tome Ier de la nouvelle édition. Un volume de 192 pages au prix de 20 euros.
source : Sociologie du communisme

Josick d'esprit agricole a dit…

L'un des apports les plus importants de la Sociologie de Jules Monnerot a consisté à comprendre dès le départ que "Les faits sociaux ne sont pas des choses" [titre d'un livre qu'il publia en 1947] et à montrer combien le registre "émotionnel" servait la propagation du marxisme qui paradoxalement se veut une pensée "dialectique" et scientifique.
En note chez L'Insolent.

Thierry K. a dit…

Gustave Thibon avait écrit : "A droite on dort; à gauche on rêve."

Anonyme a dit…

Faudrait s'entendre sur le concept d'idéologie.