lundi 9 mai 2022

Covid-19 — A-t-on donné le mauvais type de vaccins ?

Un texte de Martin Kulldorff, chercheur principal au Brownstone Institute, épidémiologiste et biostatisticien spécialisé dans les épidémies de maladies infectieuses et la sécurité des vaccins. Il est le développeur des logiciels Free SaTScan, TreeScan et RSequential. Plus récemment, il a été professeur à la Harvard Medical School pendant dix ans.

Des essais contrôlés randomisés montrent une réduction de la mortalité toutes causes confondues à l’aide de vaccins contre la covid à vecteur adénovirus  (risque relatif [RR] = 0,37, interval de confiance [IC] à 95 % : 0,19-0,70), mais pas avec les vaccins à ARNm (RR = 1,03, IC à 95 % 0,63-1,71). Un risque relatif supérieur à 1 signifie que les vaccins en question (ARN messager) sont probablement légèrement plus risqués que les placebos, probablement car l’intervalle de confiance est grand.

C’est le verdict d’une nouvelle étude danoise par la Dr Christine Benn et ses collègues. Les gens ont-ils reçu des vaccins qui ne fonctionnent pas (Pfizer/Moderna) au lieu de vaccins qui fonctionnent (AstraZeneca/Johnson & Johnson) ? Mettons cette étude dans son contexte, puis plongeons dans les chiffres.

En médecine, l’étalon-or des preuves est l’essai contrôlé randomisé (ECR), car il évite les biais d’étude pour ou contre le vaccin. De plus, le résultat clé est la mort. Ces vaccins sauvent-ils des vies ? Par conséquent, l’étude danoise répond à la bonne question avec les bonnes données.

C’est la première étude à le faire.

Lorsque les vaccins à ARNm Pfizer et Moderna ont été approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, cette décision était basée sur des ECR. Les ECR soumis à la FDA ont montré que les vaccins réduisent les infections symptomatiques de Covid. En recrutant principalement des adultes plus jeunes et d’âge moyen, qui ont peu de chances de mourir de covid quoi qu’il arrive, les études n’ont pas été conçues pour déterminer si les vaccins réduisaient également la mortalité.

Cette hypothèse a été posée comme un corollaire que cela fût vrai ou non. Les ECR lors de la procédure d’approbation n’ont pas non plus été conçus pour déterminer si les vaccins réduisent la transmission, mais c’est une autre histoire.

Les vaccins ont été développés contre la covid, mais pour évaluer correctement un vaccin, nous devons également examiner les décès non-COVID. Y a-t-il des effets indésirables imprévus entraînant la mort ? Nous ne voulons pas d’un vaccin qui sauve la vie de certaines personnes, mais en tue autant d’autres. Il peut également y avoir des avantages imprévus, comme une protection accessoire contre d’autres infections. Pour une comparaison équitable, ces considérations devraient également faire partie de l’équation.

Bien que chaque ECR individuel n’ait pas été en mesure de déterminer si le vaccin contre la covid réduisait la mortalité, les ECR ont enregistré tous les décès et, pour augmenter la taille de l’échantillon, l’étude danoise a regroupé plusieurs ECR. Il existe deux types différents de vaccins contre la covid, les vaccins à vecteur adénovirus (AstraZeneca, Johnson & Johnson, Spoutnik) et les vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna). L’équipe danoise a effectué une analyse groupée pour chaque type.

En voici les résultats :

 Type de vaccin Décès/Vaccinés Décès/Témoins Risque relatif Intervalle de confiance
à 95 %
Adénovirus-vecteur 16/72 138 30/50 026  0,37 0,19–0,70
ARNm 31/37 110 30/37 083  1,03 0,63–1,71

Il existe des preuves claires que les vaccins à vecteur adénovirus ont réduit la mortalité. Pour 100 décès chez les non-vaccinés, il n’y a que 37 décès chez les vaccinés, avec un intervalle de confiance à 95 % de 19 à 70 décès. Ce résultat provient de cinq ECR différents pour trois vaccins différents, mais il est principalement motivé par les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Pour les vaccins à ARNm, en revanche, il n’y avait aucune preuve d’une réduction de la mortalité. Pour 100 décès parmi les non-vaccinés, il y a 103 décès parmi les vaccinés, avec un intervalle de confiance à 95 % de 63 à 171 décès. C’est-à-dire que les vaccins à ARNm peuvent réduire un peu la mortalité ou l’augmenter ; nous ne savons pas. Les vaccins Pfizer et Moderna ont contribué à parts égales à ce résultat, il n’y a donc aucune preuve que l’un soit meilleur ou pire que l’autre.

Alors que la mortalité toutes causes confondues est ce qui compte pour la santé publique, il existe un intérêt scientifique à savoir comment les différents vaccins affectent différents types de mortalité. Les scientifiques danois ont contacté les enquêteurs des essais contrôlés randomisés pour savoir si chaque décès était dû à la covid, à une maladie cardiovasculaire, à des accidents ou à d’autres causes.

Pour les vaccins à ARNm, il y a eu une réduction des décès à cause de la covid, mais une augmentation des décès cardiovasculaires, mais ni l’une ni l’autre n’était statistiquement significative. Ainsi, ces résultats pourraient être dus au hasard. Il se pourrait que les vaccins puissent réduire le risque de décès par la covid tout en augmentant le risque de décès cardiovasculaires. Nous ne le savons pas et Pfizer et Moderna n’ont pas conçu les RCT pour nous le faire savoir.

Pour les vaccins à vecteur adénoviral, il y a eu des diminutions statistiquement significatives des décès par la covid et par incidents cardiovasculaires, peu susceptibles d’être dus au hasard. Il y a eu une légère diminution des autres décès, qui peut être due au hasard.

La force de l’étude danoise est qu’elle est basée sur des essais contrôlés randomisés. La principale faiblesse est que le temps de suivi est court. En effet, les fabricants ont mis fin prématurément aux essais cliniques, après que les vaccins ont reçu l’autorisation d’utilisation d’urgence.

Une autre faiblesse est que les données ne nous permettent pas de déterminer comment ces résultats peuvent varier selon l’âge. Alors que n’importe qui peut être infecté, le risque de décès dû à la covid est mille fois plus important chez les personnes âgées que chez les jeunes.

Les vaccins réduisent-ils principalement les décès chez les personnes âgées ? C’est une supposition raisonnable. Qu’en est-il des plus jeunes ? Nous ne le savons pas. Ce n’est pas la faute des chercheurs danois. Ils ont fait un travail brillant en extrayant autant d’informations que possible des ECR parrainés par l’industrie.

Certains pourraient reprocher à l’étude danoise de ne pas avoir encore été évaluée par des pairs, mais elle l’a été. Elle a été évaluée par des pairs par moi et par plusieurs collègues et nous avons tous des décennies d’expérience avec ce type d’études. Qu’il n’ait pas encore été évalué par des pairs anonymes est sans importance.

Les vaccins à ARNm ont été approuvés sur la base d’une réduction des infections symptomatiques au lieu de la mortalité. Que Pfizer et Moderna n’aient pas conçu leurs ECR pour déterminer si les vaccins réduisaient la mortalité est inexcusable, car ils auraient facilement pu le faire.

Que la FDA les ait approuvés pour une utilisation d’urgence est compréhensible. De nombreux Américains plus âgés mouraient de covid, et ils ont dû fonder leur décision sur les informations disponibles à l’époque.

Maintenant, nous en savons davantage. Si Pfizer et Moderna veulent continuer à vendre ces vaccins, nous devrions exiger qu’ils mènent un véritable essai clinique randomisé qui prouve que les vaccins réduisent la mortalité.

Tout aussi importants, le gouvernement, les entreprises et les universités devraient cesser d’imposer des vaccins lorsque des essais contrôlés randomisés montrent un résultat nul pour la mortalité.

Source 

Entretien entre Freddie Sayers de UnHerd et la Pr Stabell-Benn (sous-titré en français)

Discussion et contexte

L’implication évidente de cette étude (puisque les deux séries de vaccins sont disponibles) est que les autorités de santé publique auraient dû recommander les vaccins adénovecteurs moins chers que les vaccins à ARNm depuis le début et pour la plupart des patients.

En d’autres termes, la décision internationale de retirer l’autorisation du vaccin AstraZeneca (AZ) en Europe et ailleurs semble avoir été une erreur. Les vaccins tels que ceux d'AstraZeneca ou Johnson & Johnson étaient en fait une meilleure option que les vaccins Pfizer ou Moderna. Rappelons que le 3e membre de ces vaccins à vecteur adénovirus est le vaccin Spoutnik V, reconnu efficace (étude hongroise, étude russe), mais snobé par les autorités occidentales (bien avant la crise ukrainienne). Contrairement à ce que croient certains demi-habiles qui citent la mortalité en Russie comme preuve que le vaccin Spoutnik-V ne marcherait pas, les données indiquent au contraire son efficacité, mais voilà peu de Russes se sont fait vacciner…

Cette étude fournit une explication potentielle aux meilleurs résultats de mortalité globaux au Royaume-Uni (qui a massivement utilisé le vaccin AZ) qu’une grande partie de l’Europe continentale (qui a progressivement supprimé le vaccin AZ) après le programme de vaccination au second semestre 2021.

Depuis sa publication en prépublication, l’étude Stabell-Benn a été très peu médiatisée. Comme la Dr Stabell-Benn l’a dit à Freddie Sayers dans son interview avec UnHerd, elle s’est habituée à cette réticence :

« Je travaille dans ce domaine depuis maintenant près de trente ans. J’étudie les vaccins et trouve ces effets non spécifiques très controversés. Il y a des intérêts puissants qui ne veulent pas vraiment en entendre parler. Mais pour moi, c’est une bonne nouvelle : cela signifie que nous pouvons optimiser l’utilisation des vaccins non seulement pour avoir de puissants effets protecteurs contre les maladies vaccinales, mais aussi pour optimiser leur utilisation en termes de santé globale. »

Pour une étude avec une conclusion aussi conséquente, l’examen par des experts indépendants est crucial. Dans le passé, un tel examen par les pairs se déroulait dans l’anonymat, à huis clos d’une revue scientifique, avec un seul éditeur ou éditeur associé servant d’arbitre. En raison du petit nombre de personnes impliquées dans l’examen, le processus d’examen par les pairs est sujet à des biais bien connus et à de longs délais (des mois ou plus). Pire encore, ces délibérations sont cachées du public. Le commun des mortels devait considérer comme un article de foi qu’un article publié et revu par des pairs présentait des conclusions précises.

Un meilleur processus d’examen scientifique de certains articles importants a émergé pendant la pandémie — un examen ouvert par les pairs grâce auquel le public assister aux délibérations entre les experts scientifiques. Bien que l’équipe danoise ait publié son article début avril, c’est une revue en ligne de l’expert en sécurité des vaccins et épidémiologiste de renommée mondiale Martin Kulldorff qui a lancé la discussion entre scientifiques à ce sujet.

Dans son examen, Kulldorff souligne la conclusion claire des résultats de l’article danois. Lorsque les vaccins à ARNm et à adénovecteurs sont disponibles, il est préférable de prendre le vaccin avec de bonnes preuves randomisées de réduction de la mortalité toutes causes confondues plutôt que de prendre un vaccin pour lequel, avec les meilleures preuves actuelles, s’il réduit la mortalité. Kulldorff a appelé à un nouvel essai contrôlé randomisé du vaccin à ARNm pour savoir s’il peut rivaliser avec les vaccins à vecteur adénovirus — comme cela devrait se produire en médecine chaque fois qu’une intervention efficace existe et qu’une autre intervention cherche à montrer qu’elle est aussi bonne ou meilleure. Il a également suggéré qu’il est inapproprié d’imposer des vaccins pour lesquels les essais cliniques randomisés montrent un résultat nul pour la mortalité.

L’examen ouvert par les pairs de Kulldorff a suscité des discussions parmi les scientifiques sur la faisabilité de mener un essai randomisé comparant les vaccins. Les taux de mortalité dus à l’infection par la covid — en partie dus aux niveaux élevés d’immunité de la population contre le rétablissement de la covid — sont faibles, de sorte qu’un échantillon de grande taille serait nécessaire pour détecter une différence. La question de savoir si une telle étude est même réalisable est une question ouverte, tout comme l’importance d’une telle étude. Ce genre de discussion constructive se produit tout le temps en science.

Cependant, certains scientifiques — y compris Deepti Guradsani qui défend la stratégie du zéro covid — ont réagi à l’article de Kulldorff par des propos que certains considèrent diffamatoires et en affirmant qu’il s’agissait de diffusion de fausses informations sur les vaccins, le tout saupoudrer d’accusations habituelles, mais lunaires, de lien avec la droite politique.

Kulldorff est un éminent scientifique spécialisé dans les vaccins qui a présenté honnêtement son opinion sur les vaccins covid, même lorsqu’ils vont à l’encontre du récit établi. En mars 2021, il a perdu son poste de conseiller auprès du CDC américain pour avoir recommandé de ne pas suspendre le vaccin Johnson & Johnson pour les Américains âgés. Action du CDC qui tua dans l’œuf la demande de vaccins à vecteur adénoviral aux États-Unis. Il s’agirait de la seule personne que le CDC ait licenciée pour être trop provaccin… Moins d’une semaine plus tard, le CDC approuvait le vaccin Johnson & Johnson. [Il est toujours approuvé pour les plus de 18 ans.]

Pour le grand public, savoir quel vaccin sont sans danger est littéralement une question de vie ou de mort. Pour les scientifiques, l’enjeu des études comme celle de la Pr Stabell-Benn est la capacité de participer honnêtement à des débats et examens scientifiques ouverts sur des sujets d’actualité sans devoir subir insultes, calomnies et atteintes à la réputation fondées sur des mensonges. Si les scientifiques perdent leur capacité à raisonner publiquement au sujet d’études comme l’étude danoise, les médecins n’auront aucune base solide pour conseiller leurs patients sur ce sujet et le public n’aura aucune raison de faire confiance aux médecins et aux scientifiques.


 

Voir aussi

Ottawa — Contre-manifestante disjoncte et éructe sans discontinuer

Autriche : échec de la politique de vaccination obligatoire anti-covid  

Pr Peyromaure : « Le passe vaccinal ne sert plus à grand-chose et n’a plus aucune justification aujourd’hui » 

Pr La Scola : « La vaccination des enfants ce n’est plus de la science, c’est du fanatisme » 

Orwell dans l'Allemagne de 2022 : L'obligation aboutit au volontariat 

Trudeau : « est-ce qu'on tolère les gens » farouchement opposés à se faire vaccinés anti-Covid ? 

Nouvelle-Zélande — Obligation vaccinale déclarée illégale par la Haute Cour du pays  

Le nombre de naissances et de décès en 2021 est globalement revenu à son niveau de 2019 

L'efficacité de l'ivermectine a-t-elle été cachée ?  

Découvreuse d'Omicron aurait subi des pressions politiques pour qu'elle ne dise plus que ce variant était bénin 

Le gouvernement danois lance une campagne de réinformation pour lutter contre la désinformation alarmiste que l'on trouve au sujet de la situation liée à la Covid au Danemark.   

Personnes âgées : l’isolement plus mortel que la Covid ? 

Les confinements n'ont réduit les décès par COVID que de 0,2 %, selon une étude de Johns Hopkins

Covid — New York Times affirme que le CDC a grandement exagéré le risque de contamination à l’extérieur  

La gestion du Covid ruine l’apprentissage de la lecture pour 100 millions d’enfants

Aucun commentaire: