mardi 2 avril 2013

Mark Steyn sur le mariage homo, la mort de la famille et l'État-providence obèse

Traduction d'une chronique de Mark Steyn de la semaine passée publiée dans l'Orange County Register

Le mariage homosexuel ? On a abordé le sujet en Australie l’an dernier, et l'éminent politicien australien à ma droite me dit alors d'un ton neutre : « Il ne s'agit pas d'étendre le mariage, il s'agit de détruire le mariage. »

C’est certainement l'explication la plus plausible qui permet d’expliquer pourquoi les mêmes groupes sociaux qui nous ont assuré dans les années 70  que le mariage était (a) un « bout de papier dénué de tout sens » ou (b) un viol institutionnalisé soutiennent aujourd’hui qu’il s’agirait d’un droit de l’homme universel. Ils ont compris ce que, par exemple, le terroriste reconverti en professeur d’université Bill Ayers a compris : quand il s'agit de détruire une grande institution, il vaut mieux la vider de l’intérieur plutôt que vouloir la faire sauter par la force.

D'un autre côté, il y a ceux qui soutiennent qu’il s’agit d’une victoire pour le puissant tréfonds des valeurs bourgeoises sur une superficielle transgression sexuelle : les homosexuels vont maintenant être aussi tristement ennuyeux que nous. Il y a quelques années, j'ai vu une photo dans le journal de deux vieilles folles rondelettes célébrant leur union à l'hôtel de ville de Vancouver, et je me suis dit que le progressisme occidental avait enfin réussi à ôter tout le plaisir transgressif lié à homosexualité.

Lequel de ces scénarios – la démolition du mariage ou l'apprivoisement de la communauté homo – se réalisera ? Très probablement les deux. Dans les hautes sphères de la société, nos élites ne pratiquent pas du tout ce qu'elles prêchent. S’ils s’abstiennent scrupuleusement de porter tout jugement moral, sauf pour condamner la morale chrétienne traditionnelle, ils mènent toutefois une vie, comme le documente Murray Charles dans son livre Coming Apart, où le mariage est toujours conçu comme un engagement à vie. On peut facilement envisager que de jeunes mariés homosexuels nantis déménagent et participent à telles enclaves et tentent de réussir leur mariage. Comme le très révérend Justin Welby, le nouvel archevêque de Cantorbéry et chef de la Communion anglicane mondiale, a déclaré récemment juste avant son intronisation : « On voit des relations homosexuelles tout simplement d’une qualité sensationnelle. » Quel fabuleux soutien : « sensationnelle » ! Mais, parmi les couples homosexuels invités à dîner avec l’archevêque de Cantorbéry, il a sans doute raison.

Plus bas dans l'échelle socio-économique, la qualité devient plus variable. Une raison pour laquelle les appels conservateurs pour protéger l'essence sacrée procréatrice du mariage sont vains est sans doute le fait que les Américains sont en train de rejoindre les Scandinaves et que la plupart des naissances se font hors mariage. Soixante-dix pour cent des bébés noirs naissent désormais hors mariage, ainsi que 53 pour cent des Hispaniques (l’« électorat conservateur naturel » du jour, si on en croit tous les consultants richement rémunérés par le Parti républicain), et 70 pour cent de la progéniture des blanches pauvres. Plus de la moitié des enfants nés de mères de moins de 30 ans sont désormais « illégitimes » (pour reprendre une formulation pittoresque et catégorique). Pendant les 350 premières années de la colonisation américaine le taux de bâtardise (pour être encore plus pittoresque) est resté obstinément plat dans le bas du graphique, bloqué à 2 ou 3 pour cent jusqu’à la veille des années soixante. Aujourd'hui, plus de 40 pour cent des naissances en Amérique sont « hors mariage », ce qui est nettement plus élevé qu'au Canada ou en Allemagne. [Ce taux était de 63,1 % en 2011 au Québec. Voir les graphiques ci-dessous pour constater la progression des naissances illégitimes au Québec et dans d’autres pays.]

Les opulents et « sensationnels » homosexuels se joindront à ce qui reste de la famille américaine, retranchés dans une zone verte bobo, tandis que, au-delà du périmètre, de vastes monticules de débris humains s'accumuleront inexorablement. La défense conservatrice du mariage sonne creux parce que pour des millions de familles à travers ce continent le mariage américain a été vidé de toute substance.

Si la défense de la droite a été défigurée par l’illusion, la défense de la gauche est marquée quant à elle par un lamentable esprit de clocher. À la Cour suprême des États-Unis, la semaine passée, Ted Olson, l'ancien procureur général, était l'un des nombreux avocats à évoquer l’affaire Loving c. la Virginie en 1967 qui a abouti à l’invalidation des lois qui interdisaient les mariages interraciaux. Mais ces lois n'ont jamais été autre chose qu'une perversion américaine du mariage. Dans presque toutes les autres juridictions de droit anglais, des Antilles britanniques à l’Australie, il n'existait pas de telle interdiction. En effet, sous le Raj, on estime qu'un Britannique sur trois  installé dans le sous-continent indien a pris une femme indienne.

La « miscégénation » (le « métissage ») est un néologisme américain du XXe siècle. Lorsque la Cour suprême a invalidé les lois sur le mariage interracial, elle ne s’est pas lancée dans une expérience débridée sans précédent, elle a simplement permis aux États-Unis de rejoindre la communauté des nations civilisées. [En revanche, il est certain que la France de l'Ancien régime a bien interdit les mariages interraciaux : dans l'article 5 du Code noir de 1685, puis partout (même au Canada) par un édit de 1735, puis le 5 avril 1778 Louis XVI interdit l’introduction des gens de couleur et les mariages mixtes dans le royaume.]

Mais, auprès du public, les appels des progressistes à l’« égalité » sont toujours efficaces. Parce que, pendant trop longtemps, ce pays a été défiguré par des règles idiotes qui déterminaient qui pouvait s'asseoir où dans les transports en commun ou dans un restaurant, la réaction spontanée de la plupart des Américains aujourd'hui est de dire que tout le monde devrait avoir le droit de s’asseoir n'importe où. Si un homme se dit être une femme et veut s’asseoir dans les toilettes pour dames, où est le mal ? Si une femme veut être un soldat et de s'asseoir dans une tranchée dans l'Hindou Kouch, mais bien sûr, laissez-la. Si un élève médiocre veut s'asseoir dans un amphithéâtre à l’université, rien de plus juste. Les « droits » en Amérique sont devenus aussi insipides que les compétitions sportives à l’école primaire: tout le monde doit pouvoir participer et tout le monde a droit au même ruban remis à tous les participants.

Derrière toute cette apparente « égalité » se cachent en réalité beaucoup d'injustices. De toutes nouvelles catégories de crimes sont apparues dans le sillage de l'effondrement familial, comme ces légions de filles adolescentes victimes d’agressions sexuelles par le dernier concubin de leur mère. Des millions d'enfants sont maintenant élevés dans des foyers transitoires qui rendent simplement impossible non seulement toute amélioration économique, mais également la plus élémentaire formation du caractère. En l'absence d'un langage moral commun qui permet de s'attaquer à ce meilleur des mondes[1], les Américains se cachent derrière des euphémismes réconfortants comme « familles reconstituées ».

Pendant ce temps, la mobilité sociale baisse : les médecins qui, à une époque, épousaient leur infirmière épousent désormais leur collègue médecin, les avocats qui, naguère, épousaient leur secrétaire maintenant s’engagent par contrat à de super avocates, à l’instar des unions dynastiques de l'Europe médiévale. Sous cette élite qui s’isole, des millions d'Américains connaissent une mobilité sociale, vers le bas. Les fermiers et les ouvriers, les pionniers qui se frayaient un chemin dans les vastes étendues de ce continent et bâtissaient un village pouvaient se permettre de se marier et d’avoir des enfants, car c’était alors un avantage économique. Aujourd’hui, leurs descendants occupent des emplois de service payés au salaire minimum que la technique est sur le point de rendre désuets, avoir une famille équilibrée est désormais plus difficile et les enfants sont devenus un fardeau économique.

« Une grande famille joyeuse (hétéro, homo,
 multi-culturelle et traditionnelle)
La « Famille moderne »[2] se porte à merveille à la télé, beaucoup moins bien dans les maisons mobiles doubles des villes industrielles délabrées où, très rapidement, le capital social accumulé pendant deux siècles se tarit, et trop est trop dégradé… En Europe, où la dépendance, la décadence et le déclin démographique signent la mort de nations parmi les plus anciennes de notre planète, une population de remplacement est déjà présente dans les quartiers musulmans turbulents. Leur ardente attitude multiculturelle par rapport au féminisme et à l'homosexualité pourrait même servir de trame de fond à une excellente nouvelle série télévisée : « Famille pré-moderne » et puis, pour conclure, « Famille post-moderne ».

Les « conservateurs fiscaux » se refusent à parler de cette manière, ils sont comme des homophobes dans un sauna gay : plus tôt un juge se débarrassera du mariage homosexuel, plus tôt la droite pourra à nouveau discourir de la dette et de l’Obamacare [l’ assurance santé dite universelle] sans être traitée de ramassis de bigots théocratiques coincés. Mais ça ne marche pas comme ça.  La plupart des mesures sociales progressistes s’accompagnent d’un coût élevé. L’électorat le plus fidèle de l’État obèse est constitué des femmes célibataires, pour qui l'État est le meilleur ami d'une fille, le papa gâteau dont les chèques ne sont jamais en bois. Une société où la majorité des naissances sont hors mariage ne peut être autre chose qu'un État-providence obèse. La ruine des finances d’un pays est une chose, la corruption de son capital humain est beaucoup plus difficile à corriger.



[1] Allusion au Meilleur des mondes d'Aldous Huxley, en anglais Brave New World.

[2] Feuilleton qui, en France, porte le nom en français de… « Modern Family ». Au Canada, il se nomme « Famille moderne » en français.

Voir aussi

Les filles aux parents lesbiennes sont 45% moins susceptibles d'obtenir un diplôme d'enseignement secondaire

Les « femmes » contre les Républicains ?

Les électeurs blancs ont boudé l'élection présidentielle de 2012 (8 millions de moins !)

« Guerre contre les femmes » ? Plutôt, une guerre contre les enfants

Mark Steyn dans After America sur l'éducation américaine

Mark Steyn — Du danger de l’indolence dans les sociétés contemporaines

Recension de Economic Facts and Fallacies de Thomas Sowell

« Extirper l'hérésie et le blasphème » ?

Tribunaux suprémacistes, Mark Steyn sur l'arrêt Whatcott de la Cour suprême du Canada et sur le mariage homo à la Cour suprême des États-Unis

Plaintes d'abus sexuels auraient été ignorées car les parents adoptifs étaient homosexuels

Garçon gardé par un couple de lesbiennes subit un traitement hormonal pour bloquer sa puberté

Après les drogues et le SIDA, le tabou des violences dans les couples homosexuels

Étude suggère des risques pour les enfants élevés par des couples homosexuels

Étude révèle que les enfants vivant avec des homosexuels accusent un retard scolaire

2 commentaires:

Pierre M a dit…

Il est vrai que les libertariens qui ont peur comme leur ombre des valeurs familiales se tirent dans le pied.

Moins il y aura de familles fortes, plus les gens (les femmes seules avec enfants) voudront d'un État fort.

Anonyme a dit…

source: Salon Beige

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/04/le-vrai-but-de-leur-mariage-homosexuel-imposer-la-th%C3%A9orie-du-genre.html

<