mercredi 10 août 2022

Angleterre — La clinique de transition de genre Tavistock « serait poursuivie par 1 000 familles »

La clinique anglaise de transition de genre Tavistock fait face à un recours collectif en justice de la part de jeunes qui prétendent qu’on les a poussés à prendre des bloqueurs de puberté qui changent leur vie.


Selon le Times de Londres, les avocats s’attendent à ce qu’environ 1 000 familles se joignent à une action en justice pour négligence médicale alléguant que des enfants vulnérables ont été mal diagnostiqués et qu’on leur a fait suivre un traitement médical préjudiciable.

Ils accusent le service de développement de l’identité de genre [GIDS] du Tavistock and Portman NHS Trust de multiples manquements à son devoir de diligence.

Cela comprend des allégations selon lesquelles il aurait prescrit imprudemment des bloqueurs de la puberté avec des effets secondaires nocifs et adopté une « approche affirmative et inconditionnelle»  envers les enfants s’identifiant comme transgenres. « Affirmative et inconditionnelle » signifie ici qu’ils ont cru sur simple déclaration des enfants que ceux-ci étaient vraiment transgenres sans poser de questions, sans vérifier si d’autres troubles pouvaient expliquer leur mal-être.

Le mois dernier, la Santé publique d’Angleterre (NHS England) a annoncé qu’elle fermait la clinique de Tavistock pour des raisons de sécurité à la suite d’un rapport externe accablant. Les soins seront confiés aux hôpitaux régionaux pour enfants qui adopteront une méthode « plus holistique » et examineront si d’autres problèmes de santé mentale pourraient expliquer leur dysphorie de genre.

Le cabinet d’avocats Pogust Goodhead a depuis annoncé qu’il poursuivait une ordonnance de litige collectif contre Tavistock, qui a traité 19 000 enfants atteints de dysphorie de genre (le sentiment que l’identité émotionnelle et psychologique d’une personne diffère de son sexe de naissance) depuis 1989.

D’anciens patients ayant reçu des bloqueurs de la puberté se joignent au procès en « recours collectif » et les documents doivent être déposés devant la Haute Cour dans les six mois.

Tom Goodhead, directeur général de Pogust Goodhead, a déclaré au Times : « On a précipité les enfants et les jeunes adolescents dans un traitement sans la thérapie appropriée et la participation des bons cliniciens, ce qui signifie qu’ils ont été mal diagnostiqués et ont commencé un traitement qui ne leur convenait pas. »

« Ces enfants ont subi des effets traumatiques et, dans certains cas, irréversibles du traitement qu’ils ont reçu. Nous prévoyons qu’au moins 1 000 clients se joindront à cette action en justice ».

Voir aussi

Santé publique anglaise critiquée pour avoir donné des bloqueurs de puberté alors que la plus célèbre clinique trans ferme

Aucun commentaire: