samedi 12 janvier 2008

Radio-Canada répond aux nombreux parents outrés par son parti-pris

On nous a fait parvenir la réponse désolante de Radio Canada aux nombreuses lettres de protestation envoyées par des auditeurs outrés par le parti-pris évident que la radio d'État avait adopté en décrivant les opposants au cours obligatoire d'Éthique et de culture religieuse, et plus particulièrement la Dr. Morse-Chevrier, comme les catholiques les plus intégristes. Voir la description de ce reportage où Radio Canada parlait du cours de religion dans les écoles comme d'un « vestige persistant ».

La lettre de réponse aux auditeurs se trouve ici.

En voici quelques extraits :
« L’auteur du reportage et la direction admettent volontiers que le mot «intégriste» était mal choisi et ne constituait pas l’adjectif le plus approprié dans les circonstances. Il aurait été préférable de parler ici des catholiques plus attachés aux traditions, ou plus conservateurs.

Nous tenons à souligner cependant qu’il était essentiel pour la compréhension de ce reportage de distinguer entre les différents groupes de catholiques. Parce que selon les informations dont on peut disposer, plusieurs catholiques, et non des moindres, sont très ouverts à ce programme, incluant l’Assemblée des évêques du Québec http://www.eveques.qc.ca/communiques/2007/20070313f.html. »

Cette lettre d'euh..., d'excuse disons, élude complètement le fait pourtant transmis à Radio Canada que 57 % des Québécois pensent comme Mme Chevrier : les parents devraient avoir « le choix entre l’enseignement religieux confessionnel et le cours d’éthique et de culture religieuse ». Radio Canada n'a pas jugé bon de le rappeler, préférant stigmatiser les catholiques les plus intégristes, devenus les plus conservateurs. Enfin, pour ceux qui ont reçu cette lettre, car il n'y aura évidemment aucune correction à l'antenne.

Cette navrante lettre n'explique en rien pourquoi le reportage était visiblement partial et favorisait les partisans de ce programme comme le professeur Proulx qui n'est qualifié d'aucun sobriquet repoussoir qu'il s'agisse « des plus laïcistes intégristes » ou « des plus laïques ». Rien. Que du respect pour ces autres personnes.

Enfin, Radio Canada ne fait que prêter vie à une fiction quand elle répète à l'envi que l'Assemblée des évêques est « très ouverte » (toujours ces superlatifs!) à ce programme. Il suffit pour cela de citer quelques passages du document mentionné par Radio Canada et rédigé par des évêques pourtant de sensibilités diverses :
  1. Ce document de l'assemblée des évêques ne mentionne le mot ouvert, enfin plutôt ouverture, que pour mentionner qu'il faut s'ouvrir à la diversité « en développant encore davantage les éléments actuels du programme d'enseignement religieux catholique » qui parle des autres religions. Pas du tout, dans le sens de supprimer ce cours religieux catholique et d'accepter le programme de morale imposé par le gouvernement !
  2. Les évêques ne sont pas ouverts, ils sont placés devant un fait accompli et veulent donc maintenir « un esprit de collaboration vigilante », vigilante.
  3. « l'Assemblée [...] continue d'être attentive à l'évolution du programme à l'étude. Comme les évêques l'ont déjà exprimé en juin 2005, « nous pourrons accorder notre soutien à ce programme et inviter nos fidèles à y reconnaître une évolution positive dans la mesure où le gouvernement saura donner suite aux orientations prometteuses qu'il contient tout en évitant les risques sur lesquels nous avons cru nécessaire d'attirer l'attention ». À nouveau, aucune très grande ouverture, mais un soutien hypothétique si les risques mentionnés en 2005 seront évités.

Quels étaient ces risques mentionnés en 2005 ?
« comment un programme unique et obligatoire parviendra-t-il à respecter également la conscience des jeunes croyants et incroyants ? Il paraît bien difficile de viser une stricte neutralité en matière religieuse. Comment s'en tenir à une approche purement descriptive, phénoménologique, si l'on veut initier les jeunes à une recherche personnelle de sens et les inviter à une appréciation positive des différentes conceptions du monde ? Il est prévisible qu'un programme unique et obligatoire suscite alors certaines difficultés quant au respect de la liberté de conscience. »

Cette lettre prouverait donc, selon Radio Canada, que les évêques sont très ouverts au programme de morale que Radio Canada semble favoriser. Vraiment ? Pourquoi Radio Canada ne peut-elle être objective même quand elle décrit l'opinion de l'Assemblée des évêques du Québec pourtant ouvertement...vigilante et attentive ?

19 commentaires:

Ian Marquette a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Pour une école libre a dit…

Ian Marquette a écrit :
Ian Marquette a ajouté un nouveau commentaire sur votre message blog "Radio-Canada répond aux nombreux parents outrés pa..." :


Tout d'abord, vous ne répondez pas au billet qui rappelle que la réponse de Radio Canada est vraiment indigente et sous lequel vous inscrivez ce commentaire…

>Tout d'abord, je me demande dans quelle mesure les intervenant ici s'estime >représentatif des québecois.

Quelle importance à la limite ? Et pourquoi cette question ? Vous estimez-vous représentatif des Québécois ? En quoi ? Votre niveau d'étude ? Vos opinions politiques ? Votre spécialité universitaire ?

>Ici j'ai pu constater des propos qui évoquaient que des gens d'une autre foi (ou aucune) >méritaient de disparaitre.

Citation s'il vous plaît. On a plutôt eu des propos qui protégeaient les gens de toute foi (on a pris l’exemple de musulmans, de mennonites, de juifs, de catholiques, etc.) à conserver leur foi plutôt que de les soumettre à un enseignement unique de morale obligatoire décidé par l'État....

>Personne n'est revenu sur cela ? Pourquoi ?

Pas vu. Vous n'y êtes pas revenu ? Pourquoi ? On vous laisse vous exprimer pourtant...

>On traite sur ce blogue un autre intervenant d'individu nuisible en plus de l'attaquer dans >les textes très souvent de façon plutot personnelle.

De qui parlez-vous ? Arrêtez de parler à l’impersonnel ! Il est évident que la privation de liberté est nuisible et certains (je parle comme vous) soutiennent que l'État a le droit si ce n’est le devoir de priver les parents de choix pour des raisons idéologiques : former des citoyens conformes...

>Certains ont évoqué même que la famille ne devrait être soumise à aucune loi et >institution.

Citation, s'il vous plaît. M'est avis que vous citez à nouveau mal ou que vous tronquez et qu'on ait parlé ici (c'est une carnet sur l'éducation) qu'en matière éducative il n'y ait pas de loi qui prive les familles de liberté.

C'est mon point de vue, à moins qu'il y ait maltraitance patente des enfants et que l'affaire soit porté devant un juge, et que ce genre d’affaires soit rare. Quand je dis maltraitance, ceci ne comprend pas la "maltraitance philosophique" des enfants qui ne seraient pas soumis aux munificences de l'enseignement obligatoire d'État sur des sujets moraux ou religieux. Bien évidemment.

>Certains semblent avoir un problème avec la science elle même

Bof, est-ce un crime ? (En passant "avoir un problème avec" est un anglicisme, certes courant, mais qui obscurcit aussi le discours : quel « problème » ? Ne la comprennent pas? Sont trop peu doués ? Ne la vénèrent pas ?).

Notez que je trouve que vous êtes parfois un scientiste béat et on vous laisse exprimer ce scientisme ! On a l'impression que pour vous la science peut donner un sens à la vie : «Pourquoi suis-je sur Terre ? Que dois-je y faire ? »

C'est faux et les dérives eugénistes devraient vous le rappeler : pourquoi tolérer les «erreurs de la nature» et les handicapés par exemple ? Qu'est-ce que la science nous apprend sur le sort qu'il faut leur réserver ? À mon avis ce qu'on voudra bien faire dire à la science. À une époque on justifiait bien « par la science » le monarchisme : l'héliocentrisme, le roi au centre au tour duquel gravite les sujets.


>Voici quelques extraits ...
>
>"l'État par respect de la charte des droits et libertés n'a pas à venir contredire les parents >auprès des enfants."


Ce n'est pas de moi, mais en matière religieuse ou morale, je crois en effet que cela est mieux. C'est de cela que nous parlions (le cours d'ECR), non ?

>"La science ne peut prétendre s’imposer dans l’école si ce n’est par la volonté des >parents pour leurs propres enfants"

Oui, là c'est de nouveau le point de vue d'un des commentateurs, sans doute au sujet de l'évolution. Vous connaissez mon point de vue : je ne vois pas l'intérêt de l'État de heurter la sensibilité des parents sur le sujet de l'évolution en voulant absolument imposer une sa manière de considérer la genèse de notre planète ou de l'homme. Ce n’est pas le rôle de l’État. Il y a des matières plus pressantes : lutter contre le décrochage en général, la piètre qualité du français, la violence à l'école, les drogues à l'école, donner plus de libertés aux parents, car l’implication des parents est le meilleur gage de réussite des enfants. Non, à l’État nounou qui dicte tout, même gentiment ! Croire en la théorie de Darwin n'a jamais fait un meilleur informaticien, mécanicien, avocat à mon sens. Certains diront même que certaines manières d'enseigner l'origine de l'homme ont en fait des conséquences néfastes sur l'homme qui se voit ravaler au rang d'un animal quelconque. Ce n’est pas un trait distinctif de la civilisation en général.

Ce site est pour la liberté pédagogique au niveau des contenus et des pédagogies, pas pour une imposition prussienne d'un seul curriculum, une seule pédagogie, une seule philosophie.

Il faut vraiment que vous appreniez à tolérer que les gens puissent s'exprimer et ne veniez pas ici vous plaindre de leur droit de parler. Contestez leur argument.

Notez que je trouve très ironique que ce soient souvent ceux qui sont le plus pour l'imposition d'un cours obligatoire de morale décidé par l'État et sont censés être pour le dialogue et l’ouverture qui supportent mal les pensées « mal reçues » qui leur paraissent hérétiques.

Anonyme a dit…

(Ian Marquette : Ici j'ai pu constater des propos qui évoquaient que des gens d'une autre foi (ou aucune) méritaient de disparaitre.)

Citation SVP. Le titre de ce site est 'Pour une école libre au Québec' alors ceux qui laisseraient penser ce que tu dits sont pas en accord avec ce que ce site promeu.

(Ian Marquette : Certains ont évoqué même que la famille ne devrait être soumise à aucune loi et institution.)

Simple difficulté d'exprimer l'idée que l'État n'a pas à endoctriner nos enfants. Il faut faire la distinction entre ce qui est criminel et ce qui relève de la liberté de conscience et de religion. Pour exemple, je vais exagérer afin que tu te sentes concerné par cette loi qui nous est imposée et qui empiète sur nos droits garanti par la charte.

Suppose que l'État par la loi oblige chacun de nous à ne pas refuser une faveur sexuelle qu'un autre nous demande. L'État se justifirais en disant qu'il faut tous s'aimer et que des personnes peuvent se sentir rejeter et discriminer. Il obligerait la promiscuité, cet État malgré des raisons louables outrepasserait son rôle.

(Ian Marquette : Certains semblent avoir un problème avec la science elle même.)

Non, c'est plutôt que certain ce drappe sous le couvert de la science avec des sujets dont la science n'a pas accès. Une théorie infalsifiable n'est pas une théorie scientifique. C'est de cette partie de la science qui ne sont que des dogmes déguisés et invérifiables que des gens avisés rejettent. De plus on a redéfini la science pour en retirer Dieu.
Dans mon jeune temps, j'ai été endoctriné par cette science (je dévorais les revues scientifiques et j'étais dans ceux qui réussissaient très bien à l'école) et je suis devenu athée pour une bonne partie de ma vie. Jusqu'au jour ou je suis tombé sur un article créationniste. Par curiosité et pour démolir leur argumentation, j'ai étudié à fond le sujet, j'ai comparé les deux et je suis arrivé à la conclusion que certains domaines tout en se gargarisant d'être de la science n'en étaient pas. Que ces dogmes étaient la base de la religion humaniste séculière qui ne veut pas paraître aux yeux du monde comme une simple religion avec ses propres croyances. Et personellement je trouve plus probable la création que la macro-évolution.

Bon maintenant étant donné que tu le cite : 'Que la Terre ait 5700 ans ou plusieurs milliards, ceci ne change pas grands choses à la vie de mes enfants'

Toi qui n'aime pas (avec raison) que des gens veullent que d'autre foi (ou aucune (avoir aucune foi est une impossibilité humaine aussi insensé que de dire au nord du nord)) disparaisse répond à cette question :

Étant donné que chaque être humain est immensément plus ignorant que connaissant en quoi la pseudo connaissance (selon toi c'est une connaissance mais selon moi c'est un dogme) que la Terre a des milliards d'années est d'une importance tel qu'il faut aller jusqu'à enlever les enfants aux parents qui n'acceptent pas cette pseudo connaissance ?

Pourquoi veut-tu faire disparaître cette foi ?

Shalom !
« Croire au Big Bang reste un acte de foi »
Jayant V. Narlikar, astrophysicien dans La Recherche #372 février 2004

Anonyme a dit…

Je trouve que le gouvernement québécois est trop timoré et ne va pas au bout de la logique même : les parents ne devraient pas pouvoir enseigner à leurs enfants, comme l'on compris les autorités allemandes démocratiques.

Il est tout-à-fait normal que les enfants bénéficient
d'un enseignement organisé, en commun avec d'autres
enfants venant d'autres familles et milieux, au lieu d'un
bourrage de crâne sectaire inventé par des parents
bornés (car le plus souvent ce seront des parents tarés
et ignorants qui voudront pratiquer un enseignement
"personnel" au lieu de l'enseignement "extérieur").

Et quand ils ne s'agit pas de parents bornés, mais doués et "originaux", ces parents participent à la perpétuation des différences sociales et bientôt de plus en plus ethniques de notre pays.

Il faut leur retirer l'éducation de leurs enfants pour le bien de l'État qui les accueille.

Ian Marquette a dit…

Tout d'abord

"Notez que je trouve que vous êtes parfois un scientiste béat et on vous laisse exprimer ce scientisme ! "

Tout d'abord, je suis très content de pouvoir m'exprimer sur ce forum.
Mais vous ne me citez pas beaucoup ... a tout le moins avec de si grande accusation vous pourriez donner des détails sur les propos qui laisse à penser cela.

Qu'est-ce qui laisse à penser que je suis un "scientiste béat" ?


On a l'impression que pour vous la science peut donner un sens à la vie : «Pourquoi suis-je sur Terre ? Que dois-je y faire ? »"

Encore une fois vous me reprochez de ne pas citer mais vous faites de grandes accusations sans même faire référence à mes textes.

En fait, ce que vous dites ne reflete pas ma pensé.



"Tout d'abord, vous ne répondez pas au billet qui rappelle que la réponse de Radio Canada est vraiment indigente et sous lequel vous inscrivez ce commentaire…"


En fait, ce que je discutais entre autre c'est l'utilisation très abondante des sondages sur ce site et dans les commentaires sans faire beaucoup de nuance, du moment que cela soutient un point de vue.
J'ai donc dit que je trouvais étonnant que sur un site avec tant de messages très dur sur la science que l'on utilise sans de grande nuance les sondages sans même évoquer les difficultés, incertitudes, etc ...

J'étais curieux d'en connaitre les raisons.


Je tenais aussi à revenir sur certains propos que j'ai relevé à plusieurs reprise et systématiquement la discussion sur ces propos à été évité ... comme vous le faites maintenant.



Vous dites


">Certains ont évoqué même que la famille ne devrait être soumise à aucune loi et >institution.

Citation, s'il vous plaît. M'est avis que vous citez à nouveau mal ou que vous tronquez et qu'on ait parlé ici (c'est une carnet sur l'éducation) qu'en matière éducative il n'y ait pas de loi qui prive les familles de liberté."



christian duschene (dans un des 40 et quelques commentaires ...)

Celui 9 janvier 2008 12:41

"Bref, que la famille naturelle a suprématie sur toute autre institution ou loi! "


vincent en parlant de M.Proulx

"Des gens comme lui sont plus nuisibles à une société "


Un commentaire d'anonyme sur un texte de Mme bombadier le 18 septembre.

"Un peuple qui a choisi l'avortement, la destruction de la famille, la trahison de tout ce qui rend un peuple fort et sain, et pour finir le refus du Christ ! merite de disparaitre."


J'en ai parlé par la suite à de nombreuses reprises. Par la suite 20 septembre ect ...


Je m'excuse mais relier le refus du christ à l'idée de mériter de disparaitre on est pas mal proche d'un propos qui n'a pas lieu d'être.




"Non, c'est plutôt que certain ce drappe sous le couvert de la science avec des sujets dont la science n'a pas accès. Une théorie infalsifiable n'est pas une théorie scientifique."


Ce qui est plutot fascinant c'est que pour discuter des sujets sur lesquels vous estimez que "la science n'a pas accès" et que vous utilisez la raison et des arguments voisin de la science, de la méthode scientifique pour le faire ...


La question de la falsifiabilité d'une théorie est une question bien difficile et je me demande pourquoi vous l'évoquez avec tant de légereté. Moi ce qui m'étonne c'est votre prétention d'apporter la preuve que la théorie de l'évolution n'est pas falsifiable.



"« Croire au Big Bang reste un acte de foi »
Jayant V. Narlikar, astrophysicien dans La Recherche #372 février 2004"

et c'est vous qui dites être d'accord que les arguments d'autorité ne sont pas des arugments ?

Des scientifiques ont dit des opinions et même des betises sur toutes sortes de sujets (même la science) ... il faut la prendre pour ce que c'est une opinion ...


et c'est moi que l'on accuse de faire du scientisme alors qu'ici on cite les scientifique et énonce leur opinion comme si cela était de la science ou une argumentation raisonnable.


On m'accuse de faire du scientisme ou que sais-je encore mais on utilise ici la science des sondages à toute les sauce sans vraiment faire de discussion des incertitudes et des difficultés.


On évoque des études avec beaucoup de légereté également, du moment que cela soutient son point de vue ... c'est cela faire du scientisme ...

J'ai déjà discuté par exemple d'une donnée relative au décrochage qu'il fallait nuancer avec le fait que la moitié de ces gens poursuivais, après une période d'arret, leur études.

mon commentaire fut bien mal reçu, je toruvais pourtant que c,était une remarque importante.

Anonyme a dit…

Ce que Julien Plamondon vient d'écrire est un bel exemple de ce qui est justement ce dont notre charte nous protège et ce que l'État tente d'imposer petit à petit et hypocritement pour certain et insouciant pour d'autre par la loi 95 entre autres.

Maranatha!

Pour une école libre a dit…

Ian Marquette a écrit :
> Ian Marquette a ajouté un nouveau commentaire sur votre message blog "Radio-Canada répond aux nombreux parents outrés pa..." :
>
> Tout d'abord
>
> "Notez que je trouve que vous êtes parfois un scientiste béat et on vous laisse exprimer ce scientisme ! "
>
> Tout d'abord, je suis très content de pouvoir m'exprimer sur ce forum.
> Mais vous ne me citez pas beaucoup ... a tout le moins avec de si grande accusation vous pourriez donner des détails sur les propos qui laisse à penser cela.
>
> Qu'est-ce qui laisse à penser que je suis un "scientiste béat" ?
Très simple, le fait que vous y accordiez tellement d'importance et que vous luttiez contre ce que d'aucuns doivent considérer comme des obscurantistes créationistes.


>
>
> On a l'impression que pour vous la science peut donner un sens à la vie : «Pourquoi suis-je sur Terre ? Que dois-je y faire ? »"
>
> Encore une fois vous me reprochez de ne pas citer mais vous faites de grandes accusations sans même faire référence à mes textes.
Bin, justement, parce qu'on ne peut pas y voir une réponse aux questions qui donnent sens à la vie ! Il n'y a rien sur le sujet. Enfin, je n'en ai pas souvenir. Je ne peux donc y trouver des références! Je vous reproche justement cet attachement (je suis poli) à la science alors qu'elle ne donne pas de sens à la vie et votre silence sur la chose la question su sens. Pour moi, la science est intéressante (ah ! tiens, ça marcherait donc comme ça!) et peut-être utile, mais elle n'est pas vraiment porteuse de sens.

>
> En fait, ce que vous dites ne reflete pas ma pensé.
Explicitez-la alors....
>
>
>
> "Tout d'abord, vous ne répondez pas au billet qui rappelle que la réponse de Radio Canada est vraiment indigente et sous lequel vous inscrivez ce commentaire…"
>
>
Zut, vous avez sauté à autre chose... Vous me privez de mes futures citations, Ian !


> En fait, ce que je discutais entre autre c'est l'utilisation très abondante des sondages sur ce site et dans les commentaires sans faire beaucoup de nuance, du moment que cela soutient un point de vue.

Vous critiquez le prof Proulx ici qui justifiait par des "consultations" l'accord du public il y a dix ans pour le programme obligatoire de morale concocté par l'État aujourd'hui ?

Pour ma part, je suis également très prudent en ce qui a trait aux sondages surtout s'ils sont utilisés à des fins liberticides.

LRadio subventionné avec e peuple peut être mal informé, surtout s'il écoute Radio Canada pour revenir au sujet de ce billet. Radio subventionnée avec nos impôts (enfin, vous êtes encore étudiant à nos frais) qui a traité publiquement à l'antenne Mme Morse-Chevrier d'être parmi les catholiques les plus intégristes, ne s'en excusera pas à l'antenne mais uniquement dans une lettre-type, salir publiquement, s'excuser en privé.

Le reste est un peu hors sujet (de ce billet). Vous me pardonnerez si je n'y réponds pas. Je suis comme le prof. Proulx, des obligations pressantes, etc.

Anonyme a dit…

Science Création m'interpelle:

]Ce que Julien Plamondon vient
]d'écrire est un bel exemple de ce
]qui est justement ce dont notre
]charte nous protège et ce que
]l'État tente d'imposer petit à
]petit et hypocritement pour
]certain et insouciant pour d'autre
]par la loi 95 entre autres.

La science doit primer sur l'obscurantisme, les inégalités sociales dues à une mauvaise éducation coûtent trop cher à la collectivité, elle a le droit de s'assurer que la mixité sociale règne, les préjugés soient combattus et le dialogue imposé.

Pour la charte, elle ne vous protège pas vraiment, on n'a pas vu les parents catholiques se liguer pour faire condamner le Québec.

De toute façon, la Cour suprême a reconnu aux gouvernements provinciaux le droit d'imposer leur volonté (le programme d'éducation) aux parents dans la mesure où cela n'atteint pas leurs convictions religieuses. Et c'est donc à votre charge de le faire, entretemps le gouvernement fait ce qui doit être fait pour le bien public.

Bref, de longues années de débats, avec les ressources du pouvoir public pour défendre la science et le dialogue contre le fanatisme religieux. Les catholiques intégristes et les protestants extrémistes eux devront payer de leur poche.

Vous n'avez aucune chance.

Anonyme a dit…

À tous les intervenants : Julien Plamondon est ce qu'on appelle, dans les forums de discussion anglais, un "troll", c'est-à-dire quelqu'un qui prend plaisir à aller sur les blogues ou les forums pour dire des choses excessives destinées à "faire monter dans les rideaux" les autres participants. Ensuite, il s'assoit confortablement et regarde le spectacle des émotions passionnées qu'il a lui-même suscité.

Bref, répondez-lui si vous voulez, mais sachez que c'est exactement ce qu'il cherche.

Anonyme a dit…

(Ian Marquette : Ce qui est plutot fascinant c'est que pour discuter des sujets sur lesquels vous estimez que "la science n'a pas accès" et que vous utilisez la raison et des arguments voisin de la science, de la méthode scientifique pour le faire ...
)

Quel argument jugez vous voisin de la science et pour quel raison ?

Vous trouvez fascinant que j'utilises la raison, les arguments de la science et la méthode scientifique pour démontrer que la macro-évolution ne fait pas parti de la science ? C'est moi qui est fasciné de votre fascination. Vous n'utilisez pas ce procédé pour déclarer qu'une théorie est non-scientifique ?

(Ian Marquette : La question de la falsifiabilité d'une théorie est une question bien difficile et je me demande pourquoi vous l'évoquez avec tant de légereté.
)

C'est simple, c'est un moyen que l'on peut utiliser pour démontrer que la macro-évolution n'est pas du domaine de la science.

Je répète et complète ma question : Si on ne peut démontrer qu'une théorie est falsifiable alors cette théorie n'est pas une théorie scientifique. Êtes-vous d'accord ? Si oui alors faites en la démonstration pour la macro-évolution tel que je l'ai défini sous l'autre discussion (http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2008/01/radio-canada-et-sa-lutte-contre-les.html le 10 janvier 2008 21:07 ) et sinon pourquoi ?

(Ian Marquette : "« Croire au Big Bang reste un acte de foi »
Jayant V. Narlikar, astrophysicien dans La Recherche #372 février 2004"

et c'est vous qui dites être d'accord que les arguments d'autorité ne sont pas des arugments ?
)

Je ne l'ai pas ammené comme étant un argument mais comme étant un fait comme quoi je ne suis pas le seul à penser que la foi est nécesaire en science et que même un astrophysicien réputé partage la même opinion. Je te ferai remarquer qu'il n'est pas le seul scientifique à ne pas croire au big-bang. Si je me fies à vos propos, devra-t-on empêcher leur obscurantisme sur le sujet ? Devra-t-on lui couper les vivres de la recherche car pour vous ce n'est pas une croyance le big-bang c'est une connaissance. On ne doit pas contester le big-bang.

Shalom !

Anonyme a dit…

Je serais donc un troll.

Et pourtant non.

1) Les inégalités sociales sont le plus souvent dues aux parents, il faut lutter contre ces inégalités, donc...

2) les autorités allemandes l'ont bien compris et ont raison

3) Les catholiques et autres fanatiques qui sont contre le cours d'éthique ont bien peur de ne pas pouvoir contrer le gouvernement et c'est pourquoi ils n'ont pas encore intenté la moindre action en justice pour empêcher le gouvernement d'imposer un programme nécessaire dans un Québec de plus plus divers et métissé.

Ian Marquette a dit…

pouruneécolelibre

Tout d'abord vous avez encore une fois évité de discuter des propos que j'avais relevé meme s'ils ont été cité correctement.

Pour ma part, je crois que l'aspect de l'enseignement des sciences est au coeur du sujet de ce blogue. Je crois avoir donné assez de détails déjà.

Pour ce qui est des sondages j'ai donné ma perception. Ils sont utilisé sur ce blogue de facon très abondante et sans véritable discussion des difficultés et incertitude.

J'ai déjà expliqué qu'à mon sens des sondages ne sont pas un bon outil pour déterminer le contenu de cours.


science création

"Quel argument jugez vous voisin de la science et pour quel raison ?"

Je l'ai évoqué avec assez de détails déjà. Je me demande si les intervenants prennent le temps de lire les messages des autres...

Entre autre j'ai déjà mentionné toute cette histoire de séries qui n'a pas de sens.

c'est à mon sens similaire à ce que fait bruno dery ...

" Envisagez le nombre imaginaire dans un plan de la géométrie riemannienne et vous aurez le vertige rationnel de la transcendance... "


Moi ce que je vois c'est des termes de la science qui sont utilisé à toute les sauces.

Pour ce qui est de la falsifiabilité j'ai dit que c'était une question difficile en pratique et que vous l'évoquez de façon naive.

"Devra-t-on lui couper les vivres de la recherche car pour vous ce n'est pas une croyance le big-bang c'est une connaissance. On ne doit pas contester le big-bang"

Je n'ai pas dit cela ...

Il faut simplement distinguer le travail du scientifique des opinions qu'il aurait pu émettre ...

Pour ma part, je maintiens que la vision que vous donnez de la science est naive. Ce n'est pas une question d'opinion mais de modèles et d'hypothèses qui sont confirmé ou non.
Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas d'aspect qui reste à éclaicir.

Pour une école libre a dit…

Ian Marquette a écrit :
> Ian Marquette a ajouté un nouveau commentaire sur votre message blog "Radio-Canada répond aux nombreux parents outrés pa..." :
>
> pouruneécolelibre
> >Tout d'abord vous avez encore une fois évité de discuter des propos que j'avais relevé meme s'ils ont été cité correctement.

C'est possible, j'ai dit pourquoi. Je suis fort occupé, mais je vous remercie d'avoir fourni les citations. Je n'ai pas eu le temps de vérifier si elles étaient pertinentes, par contre. Les lecteurs apprécieront.

>
> Pour ma part, je crois que l'aspect de l'enseignement des sciences est au coeur du sujet de ce blogue. Je crois avoir donné assez de détails déjà.


Pour autant qu'il y ait choix, je suis d'accord avec vous. Je crois vous avoir dit que j'ai une formation scientifique assez poussée et que mes enfants suivent un cursus scolaire exigent au niveau scientifique et estampillé conforme par l'État. Mais je refuse que l'État dicte le curriculum des enfants des autres.

>
> Pour ce qui est des sondages j'ai donné ma perception. Ils sont utilisé sur ce blogue de facon très abondante et sans véritable discussion des difficultés et incertitude.


Hmmm. C'est une critique assez injuste : la plupart des médias regorgent de statistiques et n'en expliquent pas les difficultés, etc. Les gens savent aujourd'hui que les statistiques sont à prendre avec un certain scepticisme, même ceux que M. Proulx utilise pour justifier sa volonté de priver de choix les parents.


>
> J'ai déjà expliqué qu'à mon sens des sondages ne sont pas un bon outil pour déterminer le contenu de cours.


C'est fort possible, mais là n'est pas pertinent. La question abordée ici est simplement que la liberté de choix des parents doit être imprescriptible selon moi. Il semble que 57 % des Québécois soient d'accord avec ce point de vue en ce qui concerne l'enseignement moral ou religieux. Je trouve cela peu, notez. Il faut un libre marché des écoles et des programmes et laisser les parents décider de la meilleure formation, des meilleurs programmes et même des meilleurs examens (oui, oui, même là la liberté). Les employeurs décideront ensuite les diplômés qui leur conviennent. Je ne vois pas pourquoi vous semblez vous opposer à cette liberté garante de tolérance, de diversité, de qualité et d'adaptabilité.

Pourquoi êtes-vous en faveur d'un monopole de l'enseignement et plus particulièrement en matière morale? Ne trouvez-vous pas assez vieux jeu et intolérant ?

Si vous êtes contre l'imposition d'un programme unique décidé par l'État, alors nous n'avons pas de sujet de discorde.

Anonyme a dit…

(Ian Marquette :
cite Science Création "Quel argument jugez vous voisin de la science et pour quel raison ?"

Je l'ai évoqué avec assez de détails déjà. Je me demande si les intervenants prennent le temps de lire les messages des autres...

Entre autre j'ai déjà mentionné toute cette histoire de séries qui n'a pas de sens.
)

Affirmer c'est une chose démontrer en est une autre.

Q1 : Pourquoi une analogie est un argument voisin de la science ?

Q2 : En science on utilise jamais d'analogie ?

Q3: Es-tu conscient qu'on ne demande pas à une analogie d'être la réalité ?

Q4 : Pourquoi cette analogie entre

1- la constatation de la variation des termes d'une série n'est pas suffisante pour dire qu'elle converge

tandis que dans le monde évolutionniste

2- la constatation de la variation du génôme est suffisante pour affirmer que le génôme converge

n'a pas de sens ?

(Ian Marquette : Pour ce qui est de la falsifiabilité j'ai dit que c'était une question difficile en pratique et que vous l'évoquez de façon naive.
)

Q5 : Si vous n'êtes pas capable de vous prononcer comment faites-vous pour classer avec assurance la macro-évolution dans la science ?

Q6 : En quoi il est naïf d'évoquer la falsifiabilité pour vérifier si une théorie est scientifique ou non ?

(Ian Marquette : Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas d'aspect qui reste à éclaicir.
)

Bien heureux de l'entendre.

Q7 : Étant donné qu'il reste selon vous des aspects à éclaircir, comment pouvez-vous déclarer péremptoirement que la théorie de la macro-évolution fait parti de la science ?

Voici une liste de question dont vous n'avez pas répondu :

Q8 : Si on ne peut démontrer qu'une théorie est falsifiable alors cette théorie n'est pas une théorie scientifique. Êtes-vous d'accord ? Si oui alors faites en la démonstration pour la macro-évolution tel que je l'ai défini sous l'autre discussion (http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2008/01/radio-canada-et-sa-lutte-contre-les.html le 10 janvier 2008 21:07 ) et sinon pourquoi ?

Q9 : Pour vous le big-bang est une croyance ou une connaissance ?

Q10 : Étant donné que chaque être humain est immensément plus ignorant que connaissant en quoi la pseudo connaissance (selon toi c'est une connaissance mais selon moi c'est un dogme) que la Terre a des milliards d'années est d'une importance tel qu'il faut aller jusqu'à enlever les enfants aux parents qui n'acceptent pas cette pseudo connaissance ?

Q11 : Pourquoi veut-tu faire disparaître cette foi ?

Shalom !

Ian Marquette a dit…

Tout d'abord je vais mentionner que je ne répondrai peut être pas tout de suite si d'autres messages à celui-ci surviennent surtout s'ils sont nombreux et long.

C'est probablement insatisfaisant comme réponse, mais j'ai voulu reprendre certaines questions avec le plus de détails possibles.

"C'est une critique assez injuste : la plupart des médias regorgent de statistiques et n'en expliquent pas les difficultés, etc. "

Peut être, effectivement, les médias discutent de facon très cavalière les sondages et études. Je ne peux pas dire qu'en la matière les médias soit très rigoureux. Est-ce étonnant quand il y a une publicité portant sur une boule magique ...

Ce n'est pas les statistiques le problème ... mais il faut par contre en pratique quand on fait des sondages tenir compte des indécis qu suivent parfois une autre distribution, ceux qui répondent ne pas, ... etc .. et surtout indiquer l'incertitude. Il y a ensuite l'interprétation.


"Si vous êtes contre l'imposition d'un programme unique décidé par l'État, alors nous n'avons pas de sujet de discorde"

Ce n'est pas si simple ... (pas que je veux nécesairement être en discorde)

Effectivement,je n'ai pas de problème en soi avec des programmes avec des éléments particuliers.

Par exemple, il existe un programme international (secondaire, collégial).
Au collégial, il y a par exemple deux cours d'épistémologies et d'autres différences par rapport programme régulier de dec et cela sur divers aspects.


Moi c'est la question des limites qui m'inquiète et dans tout cela c'est l'aspect des droits des enfants qu'il faut aussi tenir compte.

Personnellement, je dois avouer que j'ai peu de sympathie pour des projets éducatif du type mission de l'esprit saint branche de lavaltrie et montréal nord incluse ...

Je crois qu'il faudrait un certain nombre de balises. C'est probablement là un aspect de discorde.

À l'heure actuelle j'ai beaucoup de difficulté aussi avec l'idée des enfants dont on a pour ainsi perdu la trace parce que l'on ne peut recouper certaines données.


Pour ma part, je l'ai déjà mentionné je crois, il faut également que la scolarisation permettent de poursuivre des études supérieures. Il y a l'aspect de l'évaluation qu'il faudrait aussi discuter.


Pour l'aspect moral que vous évoquez. Il faut faire attention aussi. Je crois à la liberté d'expression.


Toutefois, il y a ce lien entre le refus du christ et le fait de mériter de disparaitre qu'un intervenant à fait qui me préoccupe.

La socialisation est un aspect de la question.




pour science création ... ouf ...


Je crois avoir donné assez de détails déjà sur ces éléments.

Moi ce que je vois c'est une confusion sur ce que constitue la science dans vos écrits.

Je crois avoir donné une vision assez honnete et ne pas faire de scientisme.


pour les séries ...

On peut effectivement faire des modeles mathématiques de différents processus par exemple en biologie.

Cependant, ce que vous faites avec les séries imite cette idée sans la rigueur et la cohérence.


Vous dites être dans l'analogie ... une analogie peut être utilisé pour évoquer une idée, vulgariser ... mais la science ne procède pas en faisant simplement des analogie ... et de vague affirmation sur ces analogie.

Dans votre vision vous évacuez le fait qu'à la base la science c'est des observations.

Pour ce qui est de la falsifiabilité ... j'ai dit que c'est une question difficile (en pratique surtout) et surtout un critère.

wikipédia ...

"La réfutabilité ou falsifiabilité est un concept important de l'épistémologie. Une affirmation est qualifiée de réfutable s'il est possible de consigner une observation ou de mener une expérience qui démontre que l'affirmation est fausse."


Et c'est un critère ... et en plus il est difficile dans bien des cas à l'appliquer. Souvent en histoire des sciences on évoque les théories avec un certains recul, mais en pratique c'est souvent moins claire.

On peut par exemple pensé à Popper qui a changé sa position au cours de sa vie en fonction des progrès de la science qui ont été nombreux en ce qui concerne la biologie.


Je pourrais vous donner l'exemple de la gravitation de Newton. Qui est une bonne approximation de comment la gravité agit et qui donne de bon résultats au niveau de l'orbite de la Terre. Mais en fait elle n'est valide que pour des champs gravitationnel faible.

Cette théorie n'explique pas totalement le comportement de Mercure plus pres du Soleil. Il faut tenir compte de la relativité générale.

La théorie de Newton meme si elle est fausse dans le cas des champs faibles est une approximation très utile dans le cas des champs faible et qui fonctionne très bien.

Toutefois, certaines application de la vie quotidienne comme un gps utilise toutefois la relativité générale du à la précision requise.


La théorie de newton est encore utilisé dans bon nombre d'applications.


Pour le big bang ...


Les physiciens ont testé de nombreux modeles (certains stationnaires)
Certains ont eu une plus grande concordance avec les observations. Le modèle avec la plus grande adéquation est celui d'un modèle en expansion du big bang.

Certaines observations importantes furent l'observation de l'expansion de l'univers , rayonnement de fond cosmologique, l'abondance des divers éléments.

Il faut également examiner cela en regard de la relativité générale.

Écoutez pour avoir une vision cohérente de tout cela il faudrait travailler un peu ... j'ai pas l'intention de refaire votre scolarisation et faire des cours condensés de relativité, astronomie, etc ... calcul différentiel et intégral, équation différentiel, revenir sur les tenseurs ... etc ...

Vous dites avoir une formation en science ... je sais pas dans quelle mesure ce que je dit apparait nébuleux ou fait référence à des éléments vu en cours, mais je dirais qu'il y de bons livre de vulgarisation.

Ce que je dirais également c'est que jamais cela ne vous apparaitra totalement rigoureux meme avec des livres de vulgarisation si vous ne faite pas votre un certains nombre d'outils et d'idée ...

Je peux bien discuter de l'équation d'Einstein de la relativité générale mais ce n'est pas un sujet facile et évident.

Vous pouvez probablement trouver des notes de cours sur internet également.

Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de questions qui demeurent. Par exemple pour discuter de ce qui se passe dans les débuts de l'univers il faut d'une part la relativité et d'autre pars la mécanique quantique. Nous n'avons pas à l'heure actuelle une théorie satisfaisante qui unifie ces deux aspects.
Il faut donc travailler encore.

Supposons un instant qu'un autre modèle existe ... il devrait expliquer également les memes observations expérimentales que le modèle du big bang rend compte.

En science l'essentiel c'est les obsversations.

Votre attention se porte sur les théories, mais en fait à la base la science c'est des observations expérimentales.


Pour ce qui est de l'age de la Terre celle-ci se fonde sur de nombreuses observations.

Une Terre jeune ne satisfait pas les observations c'est tout ...

Mon but n'est pas de faire disparaitre la foi ...
Beaucoup de croyants cohabite avec la science.

Je n'ai rien contre l'idée de penser qu'il pourrait y avoir quelque chose de plus, quelque chose à l'origine.


J'ai un problème toutefois à mettre la science et des croyance fondé sur des témoignage mystique sur le même pied.

Science Création a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Science Création a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Science Création a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Science Création a dit…

« Ian Marquette 13 janvier 2008 13:20 : Je crois avoir donné assez de détails déjà sur ces éléments.
»
Non, tu n'es pas clair du tout. Voyons voir en rapport à mes 11 questions précédentes (Q1 à Q11) ce que je peux trouver comme réponse dans ton dernier message.

«Ian Marquette : Moi ce que je vois c'est une confusion sur ce que constitue la science dans vos écrits.
»
Contentes-toi de répondre clairement aux questions Q1 à Q9. Pour l'instant c'est toi qui semble confus à ce sujet.

« Ian Marquette 13 janvier 2008 13:20 : Je crois avoir donné assez de détails déjà sur ces éléments.
»
Non, tu n'es pas clair du tout. Voyons voir en rapport à mes 11 questions précédentes (Q1 à Q11) ce que je peux trouver comme réponse dans ton dernier message.

« Ian Marquette : Moi ce que je vois c'est une confusion sur ce que constitue la science dans vos écrits.
»
Contentes-toi de répondre clairement aux questions Q1 à Q9. Pour l'instant c'est toi qui semble confus à ce sujet.

« Ian Marquette : pour les séries ...

On peut effectivement faire des modeles mathématiques de différents processus par exemple en biologie.

Cependant, ce que vous faites avec les séries imite cette idée sans la rigueur et la cohérence.
Vous dites être dans l'analogie ...
»
Je dits que c'est comme analogie que j'emmène l'exemple des séries, tu confirmes que tu comprends que c'est ce que j'ai dit. Mais tu tentes quand même de me critiquer en montant un épouvantail pour ensuite facilement le démolir. L'épouvantail étant de dire que j'emmenais les séries pour imiter une modélisation et ensuite de dire que ma modélisation n'avait pas la rigueur et la cohérence d'un vrai modèle scientifique.

Il n'est plus nécessaire de répondre à Q1 (Pourquoi une analogie est un argument voisin de la science ?). Car je comprends que c'est un épouvantail que tu t'étais inventé qui justifiais ton affirmation.

«Ian Marquette : une analogie peut être utilisé pour évoquer une idée, vulgariser ... mais la science ne procède pas en faisant simplement des analogie ... et de vague affirmation sur ces analogie.
»
La science ne procède pas en faisant simplement des analogies mais par contre une simple analogie peut remettre en question un bout de ce que l'on dit faire parti de la science. Tout comme la science ne procède pas en faisant simplement des calculs mais un simple calcul peut remettre en question une théorie scientifique.

Il n'est plus nécessaire de répondre à Q2 (En science on utilise jamais d'analogie ?) car je n'ai jamais affirmé que la science ne procédait qu'avec des analogies. Je considère par ta réponse que tu acceptes qu’un des outils que la science utilise est l’analogie.

Et à Q3 (Es-tu conscient qu'on ne demande pas à une analogie d'être la réalité ?), je prends pour acquis, suite à tes réponses, que ta réponse à cette question est "oui".

Étant donné que la construction de ton épouvantail ne réponds pas à Q4 :
(Pourquoi cette analogie entre

1- la constatation de la variation des termes d'une série n'est pas suffisante pour dire qu'elle converge

tandis que dans le monde évolutionniste

2- la constatation de la variation du génome est suffisante pour affirmer que le génome converge

n'a pas de sens ?
)
alors il est faux de prétendre que cette analogie n'a pas de sens. Sinon répondre de nouveau à Q4.

«Ian Marquette : Dans votre vision vous évacuez le fait qu'à la base la science c'est des observations.
»
Pas du tout, c'est toi qui évacue ce fait et nous en aurons la preuve par la réponse que tu donneras à la question suivante :
Q12 : La macro-évolution a-t-elle été observée ? Si oui alors j'aimerais pouvoir l'observer à mon tour, montre moi là donc ce produire cette macro-évolution.

«Ian Marquette : Pour ce qui est de la falsifiabilité ... j'ai dit que c'est une question difficile (en pratique surtout) et surtout un critère.

wikipédia ...

"La réfutabilité ou falsifiabilité est un concept important de l'épistémologie. Une affirmation est qualifiée de réfutable s'il est possible de consigner une observation ou de mener une expérience qui démontre que l'affirmation est fausse."
»
Tu tournes autour du pot. Je répète la question Q8 : Si on ne peut démontrer qu'une théorie est falsifiable alors cette théorie n'est pas une théorie scientifique. Êtes-vous d'accord ? Si oui alors faites en la démonstration (quel est falsifiable) pour la macro-évolution tel que je l'ai défini sous l'autre discussion (http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2008/01/radio-canada-et-sa-lutte-contre-les.html le 10 janvier 2008 21:07 ) et sinon pourquoi ?

Selon moi ce critère est décisif car c'est seulement par ce critère que l'on peut s'assurer objectivement que l'autre ne raconte pas des histoires. Car cette falsifiabilité va de paire avec l'observation d'une expérience qui permet de confronter ce que la théorie dit sur la réalité. Si je ne peux confronter ma théorie par une expérience dans la réalité alors l'autre peut simplement répondre que ma théorie n'est qu'une histoire qui est simplement le reflet de ma croyance et non une connaissance qui est objective et partageable par tous.

«Ian Marquette : il est difficile dans bien des cas à l'appliquer.
»
Dans ces cas, si par difficile d'appliquer tu veux dire inapplicable alors j'ai le regret de t'annoncer qu'on est pas dans la science mais dans une construction de dogme invérifiable. Un dogme matérialiste dans le cas de la macro-évolution.

«Ian Marquette : Je pourrais vous donner l'exemple de la gravitation de Newton.
»
Mais c'est un exemple qui supporte justement mon point. C'est justement parce que l’on fait des expériences en changeant différent paramètres que l'on peut affirmer que sa théorie ne fonctionne pas dans certain cas. C'est justement pour cette raison qu'une théorie où l'on ne peut mener d'expérience pour la prendre en défaut ne peut être considéré comme une théorie scientifique. Elle n'est que le reflet d'une croyance hors de la portée de l'expérience.

«Ian Marquette : Les physiciens ont testé de nombreux modeles (certains stationnaires)
Certains ont eu une plus grande concordance avec les observations. Le modèle avec la plus grande adéquation est celui d'un modèle en expansion du big bang.
»
Q13 : Comment évalues-tu objectivement la plus grande adéquation. Q14 : As-tu deux références qui ont fait cette exercice comparatif entre le modèle du big bang et le modèle de l'astrophysicien Jayant V. Narlikar qui a dit : « Croire au Big Bang reste un acte de foi » dans La Recherche #372 février 2004. Une référence pro big bang et une référence pro modèle stationnaire.

Ton modèle préféré fait appel à une inflation qui est une expansion précoce et fulgurante (beaucoup plus vite que la lumière) de l'Univers. Ce qui n'a jamais été observé et inaccessible à l'expérience. Selon ton modèle, la matière "ordinaire" est un détail infime de l'univers (environ 10%), gonflé d'une problématique énergie sombre et constellé d'une matière noire invisible (environ 90%), ..., toute des choses ad hoc invérifiables et imaginées pour la faire tenir cette théorie du big bang. D'ailleurs Martin Rees affirme ceci : « Il est néanmoins embarrassant que 95% de l'Univers soit inconnu, car la matière noire est de nature très incertaine et l'énergie sombre un complet mystère » dans Ciel & espace #412 sept. 2004 p.41. Ce modèle est tout simplement un mythe moderne. Imagine que notre galaxie soit le centre de l'univers tout l'impact sur la datation. Imagine l'impact sur la datation si la lumière entre les galaxies voyage beaucoup plus vite que la vitesse de la lumière.

«Ian Marquette : Écoutez pour avoir une vision cohérente de tout cela il faudrait travailler un peu ... j'ai pas l'intention de refaire votre scolarisation et faire des cours condensés de relativité, astronomie, etc ... calcul différentiel et intégral, équation différentiel, revenir sur les tenseurs ... etc ...
»
Votre vision cohérente est remplis de croyance et de raisonnement circulaire. Je ne vous demandes pas de refaire ma scolarisation. Je vous demandes de répondre objectivement et directement à mes questions.

«Ian Marquette : Je n'ai pas dit qu'il n'y avait pas de questions qui demeurent. Par exemple pour discuter de ce qui se passe dans les débuts de l'univers il faut d'une part la relativité et d'autre pars la mécanique quantique. Nous n'avons pas à l'heure actuelle une théorie satisfaisante qui unifie ces deux aspects.
Il faut donc travailler encore.
»
C'est d'ailleurs une bonne évidence que ces 2 théories sont formés sur des croyances.

«Ian Marquette : Supposons un instant qu'un autre modèle existe ... il devrait expliquer également les memes observations expérimentales que le modèle du big bang rend compte.
»
Et cette théorie peut même remettre en question l'interprétation des observations expérimentales. Par exemple, le rayonnement uniforme d'une température très faible, tout juste 3 degrés au-dessus du zéro absolu, emplissant l'Univers dans toutes les directions qui a permis en 1965 de ressusciter le big bang n'est peut-être qu'une erreur d'interprétation de la source de ce rayonnement qui ne serait pas le début de l'Univers mais plutôt produit par l'eau.

«Ian Marquette : En science l'essentiel c'est les obsversations.
»
De là l'importance du critère de la falsifiabilité pour déclarer une théorie comme scientifique. Il ne faut pas oublier que l'observation et l'interprétation de l'observation sont main dans la main et que le problème est de bien interpréter ce que l'on observe (je vous rappel de l'histoire du soleil qui tourne autour de la terre). On peut toi et moi voir les mêmes faits mais en donner une interprétation différente. Toi tu as les lunettes évolutionnistes pour voir le monde et moi j'ai les lunettes créationnistes.

«Ian Marquette : Votre attention se porte sur les théories, mais en fait à la base la science c'est des observations expérimentales.
»
De là l'importance du critère de la falsifiabilité pour déclarer une théorie comme scientifique.

«Ian Marquette : Pour ce qui est de l'age de la Terre celle-ci se fonde sur de nombreuses observations.

Une Terre jeune ne satisfait pas les observations c'est tout ...
»
Faux. Je ne m'étendrai pas sur ce sujet pour l'instant car tu as suffisamment de questions à répondre.

«Ian Marquette : Mon but n'est pas de faire disparaître la foi ...
Beaucoup de croyants cohabite avec la science.

Je n'ai rien contre l'idée de penser qu'il pourrait y avoir quelque chose de plus, quelque chose à l'origine.
»
C'est justement cette idée qui fait que la redéfinition de la science pour en expulser Dieu est non justifiée et justifiable dans les sujets touchant à l'origine.

Donc je vais considérer que ta réponse est non à Q11 (Pourquoi veut-tu faire disparaître cette foi ?)

«Ian Marquette : J'ai un problème toutefois à mettre la science et des croyance fondé sur des témoignage mystique sur le même pied.
»
Tu es donc d'accord que la macro-évolution ne fait pas parti de la science. Car elle n’est que le témoignage mystique des gens de notre temps.

CE QU'IL RESTE À RÉPONDRE de Q1 à Q11 :

Q5 : Si vous n'êtes pas capable de vous prononcer comment faites-vous pour classer avec assurance la macro-évolution dans la science ?

Q6 : En quoi il est naïf d'évoquer la falsifiabilité pour vérifier si une théorie est scientifique ou non ?

Q7 : Étant donné qu'il reste selon vous des aspects à éclaircir, comment pouvez-vous déclarer péremptoirement que la théorie de la macro-évolution fait parti de la science ?

Q8 : Si on ne peut démontrer qu'une théorie est falsifiable alors cette théorie n'est pas une théorie scientifique. Êtes-vous d'accord ? Si oui alors faites en la démonstration pour la macro-évolution tel que je l'ai défini sous l'autre discussion (http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2008/01/radio-canada-et-sa-lutte-contre-les.html le 10 janvier 2008 21:07 ) et sinon pourquoi ?

Q9 : Pour vous le big-bang est une croyance ou une connaissance ?

Q10 : Étant donné que chaque être humain est immensément plus ignorant que connaissant en quoi la pseudo connaissance (selon toi c'est une connaissance mais selon moi c'est un dogme) que la Terre a des milliards d'années est d'une importance tel qu'il faut aller jusqu'à enlever les enfants aux parents qui n'acceptent pas cette pseudo connaissance ?

NE PAS OUBLIER LES NOUVELLES QUESTIONS Q12 à Q14.

Shalom !