vendredi 5 octobre 2012

Atlas shrugged en traduction française

Le livre de chevet de nombreux libertariens Atlas shrugged (« Atlas désabusé », « Atlas haussa les épaules ») est parue  à l'automne 2011 dans une traduction officielle en français sous le titre de La Grève.

Ayn Rand y développe sa pensée critique de la démocratie sociale interventionniste en envisageant ce que deviendrait le monde si ceux qui le font avancer, les « hommes de l'esprit », décidaient de se retirer : en l'absence de ceux qui supportent le monde (tel le légendaire titan grec Atlas), la société s'écroule.

Il n'y a longtemps eu aucune traduction en français, hormis celles, quasiment inutilisable et partielle, réalisée par les éditions suisses Jeheber en 1958 et dont il ne figurait que quelques exemplaires dans de rares bibliothèques et une traduction pirate diffusée sur internet depuis 2009. Les Éditions Belles-Lettres ont sorti une traduction complète en français à l'automne 2011.



Résumé du livre

Dans un futur proche, aux États-Unis, des entrepreneurs influents, des artistes, des scientifiques disparaissent mystérieusement, provoquant désorganisations et catastrophes. Ces hommes d’esprit et ces créatifs rejoignent une « société secrète » utopiste et capitaliste animée par John Galt. Concepteur d’un moteur révolutionnaire, ce dernier préconise la « grève » afin de faire prendre conscience à la société de l’état de collectivisation dans lequel elle se trouve. Pourtant, Dagny Taggart, directrice d’une compagnie ferroviaire, et Hank Rearden, inventeur d’un métal ultra-résistant, déclinent la proposition de Galt. Cet homme qui souhaite arrêter le moteur du monde est-il un destructeur ou un libérateur ? Et pourquoi doit-il se battre non pas contre ses ennemis, mais contre ceux qui ont le plus besoin de lui ? Dans ce roman culte de la culture américaine, Ayn Rand décrit l’hypocrisie du pouvoir politique, le pseudo-altruisme des lobbyistes, et stigmatise tant les créateurs égoïstes que l’interventionnisme abusif de l’État. Traduit en dix-sept langues, Atlas Shrugged se classe dans la liste des 100 meilleurs livres du XXe siècle selon la Modern Library. Et dans une étude conduite en 1991 par la Bibliothèque du congrès américaine et le Book on the Month Club, Atlas Shrugged fut désigné « deuxième livre le plus influent pour les Américains aujourd’hui », juste après la Bible.

L'auteur

Son auteur, Ayn Rand est née Alissa Zinovievna Rosenbaum, en 1905, à Saint-Pétersbourg. En 1926, un visa l’autorise à se rendre provisoirement aux États-Unis. Alissa y restera pour le restant de sa vie. Naturalisée américaine en 1931, elle prend le nom d’Ayn Rand, travaille comme lectrice aux scénarios et écrit des pièces de théâtre. Elle rencontre son premier succès avec La Source vive, 1943. En 1957, elle publie Atlas shrugged, devenu un succès de librairie intemporel tiré à 200 000 exemplaires chaque année. Également à l’origine d’un groupe de réflexion sur l’objectivisme, elle anime conférences et ateliers d’écriture et s’attelle à la scénarisation télévisée de Atlas shrugged qu’elle achève avant de décéder à New York le 6 mars 1982.

Critique de la thèse d'Ayn Rand et de son « égoïsme comme vertu suprême »

Critique puis débat en anglais sur le livre d'Ayn Rand


Sortie de La Grève prévue par
 

Decitre et la Fnac en France : le 23 septembre 2011.

Amazon.ca : le 24 octobre 2011

ISBN-10: 2251444173
ISBN-13: 978-225144417
 





Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

5 commentaires:

Josick d'esprit agricole a dit…

Je suis justement en train de lire la traduction dite "pirate", oeuvre d'une femme seule.

Josick d'esprit agricole a dit…

Mais il est curieux que les libertariens ne semblent absolument rien comprendre à l'économie.
Voir par exemple ce post de Jean-Pierre Chevallier :
Banques : des milliers de milliards de $ et la Fed !

Pour info, Ayn Rand avait parfois à sa table un certain Alan Greenspan, lequel a par la suite présidé durant de nombreuses années la destinée de la Fed (du 11 août 1987 au 31 janvier 2006) et donc de l'économie américaine.
Jean-Pierre Chevallier rappel que "L’une des plus grandes dates historiques a été le 15 août 1971 lorsque les Américains ont enfin abandonné toute référence à l’or pour leur dollar."
Ce qui, il me semble, est un crime pour les libertariens se revendiquant de l'école autrichienne.

Jonathan a dit…

Bonne réplique de l'animateur dans l'extrait vidéo.

Si l'élite viendrait à disparaître ou ferait "la grève" dans une société où existe une classe moyenne où les valeurs bourgeoise dominent, le vacuum serait vite comblé par des gens issus de cette classe moyenne.

Le problème c'est que les valeurs, le système d'éducation abrutissant, les politiques d'immigration et la mondialisation vont bientôt achever cette classe moyenne déjà moribonde et créer une société à la brésilienne avec des très riches et des très pauvres. Dans un tel scénario, les très pauvres seront effectivement dépendant de cette élite convaincue plus que jamais de sa supériorité. Ainsi, les puissant auront fait de Atlas Shrugged une prophétie auto-réalisatrice.

Josick d'esprit agricole a dit…

@johnathan
La plupart du temps, ceux qu'on considère comme faisant parti de l'élite -les parvenus- n'ont rien à voir avec les véritables entrepreneurs-innovateurs. Bien au contraire, ils sont une entrave.


Extrait de cet ouvrage :

"Si vous songez une minute que durant ces treize dernières
années, ce Département a eu un service de recherche
métallurgique, lequel a coûté plus de vingt millions de dollars et
n’a jamais rien produit d’autre qu’une pâte à polir l’argent et une
nouvelle préparation anti-corrosive, laquelle, je crois, n’est pas
aussi bonne que les anciennes… Alors vous pouvez imaginer ce
que sera la réaction du public si un individu qui bricole tout seul
chez lui débarque avec un produit qui révolutionne la science de la
métallurgie tout entière, et qui devient un succès sensationnel !"

Durandal a dit…

Des critiques conservatrices & chrétiennes d'Atlas Shrugged / Ayn Rand se lisent ici :

http://americanvision.org/4693/
do-conservatives-need-ayn-rand/

Je pense que nous pouvons dire, avec Rod Dreher, que "Nous croyons que le conservatisme moderne est devenu trop focalisé sur l’argent et l’accumulation de matériel, et insuffisamment concerné par la valeur des individus et le caractère de la société.

Nous affirmons la supériorité du marché libre en tant que principe d’organisation économique, mais croyons que l’économie doit être faite de façon à servir les intérêts de l’humanité, et non l’inverse. Les grosses affaires méritent autant de scepticisme que les gros gouvernements."


Explications ici :
http://wp.me/pAowO-4k