jeudi 21 octobre 2010

Cour Suprême — Le monopole de l'Éducation fait le dos rond après avoir refusé tout dialogue

Radio-Canada nous informe que
« La ministre de l'Éducation du Québec, Line Beauchamp, n'a pas commenté la décision de la Cour suprême. »

Cela n'a rien d'étonnant.

La tactique du Monopole de l'Éducation dans ce dossier a toujours été d'imposer sans dialoguer.

En trois ans, et malgré une demande annuelle de rencontre par la Coalition pour la liberté en éducation (CLÉ), aucun ministre de l'Éducation n'a daigné rencontrer les dirigeants de la CLÉ.

M. Jacques Pettigrew, responsable du dossier ECR au MELS, avait écrit à la vice-ministre de l'Éducation pour lui recommander « qu’il serait préférable de ne pas répéter [des] rencontres » d'information sur le cours ECR, qu'il valait mieux simplement l'imposer en douceur, en gommant  au début de son implantation les aspects les plus contestés, plutôt que de dialoguer et de discuter avec les parents. Voir le procès-verbal de son contre-interrogatoire lors du procès de Drummondville. (Imaginez la même chose dans le dossier des gaz de schiste...)

Même lorsque Loyola a gagné son procès, M. Charest n'a pu sortir que des propos convenus et des banalités sur « l'importance du dossier » (sans jamais expliquer pourquoi) et que le débat sur les « écoles laïques » durait depuis des décennies. M. Charest n'a pas expliqué en quoi des écoles confessionnelles privées, comme le collège catholique Loyola, devraient être des écoles laïques...

Imposer, surtout pas dialoguer, même pas répondre dans les médias, en espérant que la polémique passe, les choses se tassent, les parents se lassent et s'assoupissent, voilà la tactique d'un gouvernement qui veut imposer un programme qui prétend prôner le « dialogue » et l'« ouverture ».






Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

10 commentaires:

Philosophe a dit…

Franchement pitoyable et scandaleux! L'Âge des Ténèbres n'est pas que le titre d'un film.

Léon a dit…

En effet, c'est scanadaleux, mais les gros médias aiment le cours ECR et donc elles ne poursuivent surtout pas le gouvernement de questions.

(Comparez avec l'alliance objective entre la SRC et les écologistes dans le dossier des gaz de schiste par exemple).

Anonyme a dit…

Le gros des citoyens (66%) aiment le cours ECR. Et les jeunes encore plus (74%).

Jean Peuplut a dit…

Anonyme,

Votre sondage est vieux (avant Loyola).

Ils « aiment » désormais ! La dictature des sentiments plutôt que la raison.

Les jeunes... Pfff. Ils ne connaissent rien de ce cours (ils sont sortis avant) ou n'ont entendu que la propagande « pour l'ouverture » contre les méchants cathos dignes de la Graaaande Noirceur, etc.

Et de toute façon, depuis quand le nombre est-il important quand un droit fondamental (la liberté de convictions philosophiques et morales et la transmission de ces valeurs à ses enfants) ?

Combien de «mariages» entre homosexuels? Combien de gens en faveur de cette farce avant les campagnes de culpabilisation contre ceux qui s'opposaient à ces pseudo mariages ? Le nombre d'opposants à ces mariages n'avaient aucune importance.

Mais on comprend vous choisissez les arguments qui vous arrangent.

La décision de la Cour suprême (qui n'accepte pas une cause sur 5) est une gifle pour la Cour d'appel du Québec qui n'a jamais même débattu du fonds de l'affaire!

Arouel a dit…

Jean Peuplut,

vous remarquerez que l'Anonyme pro-ECR qui cite le sondage ancien qui lui fait plaisir ne répond pas à l'article : le silence du gouvernement, le refus de dialoguer, l'insidieuse imposition en commençant d'abord par l'enseignement de choses peu controversées (discussions inutiles, films les jeunes adorent, etc.)

Le Carnetier de ce blogue est bien gentil de laisser ces commentaires hors sujet.

Sébas a dit…

@ Anonyme (pourquoi anonyme???), qui écrit:

"Le gros des citoyens (66%) aiment le cours ECR. Et les jeunes encore plus (74%)."

1/
Les sondages ne font pas foi de tout: pensons aux sondages avant les élections ou référendums. Et les questions posées changent les résultats, tout le monde sait ça.

et

2/
S'ils étaient vraiment courageux et honnêtes, ils demanderaient ceci dans un sondage:

1)
Êtes-vous d'accord avec l'idée que la liberté de conscience pour les professeurs et ce, en matière d'enseignement de cours à contenu moral ou religieux soit abolie ?

2)
Êtes-vous d'accord avec l'idée que les parents ou les personnes qui en tiennent lieu n'aient plus le droit d'exiger que, dans les établissements d'enseignement publics, leurs enfants reçoivent un enseignement religieux ou moral conforme à leurs convictions?

Haha!

Nous savons tous que les parents Québécois ou la population Québécoise sont pour la liberté. Nous savons tous que les médias n'informent pas ceux-ci de la récente perte de leurs droits fondamentaux.

Ce n'est pas au Québec-des-illusions que nous allons voir ce genre de questions dans un sondage.

En tout cas, vous pouvez sortir un meilleur argument que ça...

Anonyme a dit…

Anonyme Sébas a dit...

@ Anonyme (pourquoi anonyme???), qui écrit:

Rép. Parce que sur un blogue anonyme, on reste anonyme.

"Le gros des citoyens (66%) aiment le cours ECR. Et les jeunes encore plus (74%)."

1/
Les sondages ne font pas foi de tout: pensons aux sondages avant les élections ou référendums. Et les questions posées changent les résultats, tout le monde sait ça.


2/
S'ils étaient vraiment courageux et honnêtes, ils demanderaient ceci dans un sondage:

1)
Êtes-vous d'accord avec l'idée que la liberté de conscience pour les professeurs et ce, en matière d'enseignement de cours à contenu moral ou religieux soit abolie ?

2)
Êtes-vous d'accord avec l'idée que les parents ou les personnes qui en tiennent lieu n'aient plus le droit d'exiger que, dans les établissements d'enseignement publics, leurs enfants reçoivent un enseignement religieux ou moral conforme à leurs convictions?

Haha!

Nous savons tous que les parents Québécois ou la population Québécoise sont pour la liberté. Nous savons tous que les médias n'informent pas ceux-ci de la récente perte de leurs droits fondamentaux.


Rép. Les réponses sont fonctions des questions: si on demande si quelqu'un est d'accord ou non avec quelque chose, on s'attend qu'il réponde à ça. Si on demande s'il préfère avoir le choix entre deux choses, on s'attende aussi a ce qu'il répond à cela. Ce sont deux questions différentes et pas du tout contradictoire. Bref, on peut aimer la crème glacée et être d'accord pour qu'on offre et de la crème glacée et de la crème fouettée!

Anonyme a dit…

"Anonyme a dit…

Anonyme Sébas a dit...

@ Anonyme (pourquoi anonyme???), qui écrit:

Rép. Parce que sur un blogue anonyme, on reste anonyme."

Vous êtes têtu et borné : vous pourriez au moins vous choisir un pseudo pour qu'on puisse départager les anonymes.

On vous l'a sans doute déjà dit, mais on ne sait pas si vous êtes un autre anonyme ou le même fanatiquement pro-ECR.

En passant, je me fous de votre nom, mais je veux pouvoir suivre les conversations...

Anonyme a dit…

La beauté du commentaire anonyme c'est d'être une "idée pure" comme aurait dit Kant.

Il faut la juger à son mérite sans égard à celui qui pense. Il faut renoncer à chercher "qui dit ça" et ne réfléchir qu'à ce qu'il dit!

C'est ce que pour ma part j'aime de Pour une école libre. Je me demande pas c'est qui. Je goûte ce que j'y lis.

Sébas a dit…

"En passant, je me fous de votre nom, mais je veux pouvoir suivre les conversations..."

Voilà...

Et connaissons-nous les questions exactes du sondage en question?

p.s.
Pour choisir une identité sans avoir besoin de vous inscrire, vous n'avez qu'a cliquer sur "Nom/URL" ci-dessous (i.e. en-dessous de l'endroit où vous écrivez un commentaire, à droite de l'écran), et ensuite inscrire une identité dans la case "nom". Et ne vous sentez pas mal de ne pas le savoir, j'ai longtemps cru qu'il fallait s'enregistrer pour avoir une identité.