mardi 20 avril 2010

L'école publique et la non-transmission de la spiritualité

Selon le sociologue Reginald Bibby, seuls 21 % des Canadiens allaient à l'église en 2000, alors que ce chiffre était de 31 % en 1975 et 60 % en 1945. Une étude plus récente de Campus Crusade for Christ révèle qu'en 2010 seuls 12 % des jeunes de moins de 29 ans ont jamais été à l'église. Et de ceux-ci, seuls 12 % continuent d'y aller.

Aujourd'hui, selon une étude du Southern Baptist Council on Family Life, 88 % des enfants qui sont élevés dans des foyers protestants évangéliques quittent leur Église à 18 ans pour ne jamais y revenir.

Un seul groupe résiste à cette érosion massive : les enfants éduqués à la maison plutôt qu'à l'école (publique dans la plupart des cas). Selon une étude du Canadian Center for Home Education, environ 85 % des parents qui instruisent leurs enfants à la maison se disent chrétiens et prêt des trois quarts de leurs enfants de plus de 18 ans vont à l'église (ou au temple) une fois par semaine. En outre, 9 autres pour cent ont indiqué qu'ils y allaient une fois par mois. Enfin, 84%nbsp; des répondants disent participer à une activité religieuse par semaine. La reproduction des convictions religieuses semble donc assurée dans ces familles qui enseignent elles-mêmes leurs enfants.

À ce stade, 85 % des parents évangéliques au Canada confient encore leurs enfants à l'école publique.

Depuis quelques années, Québec serre la vis aux parents qui instruisent leurs enfants à la maison.

Voir :

La HSLDA déterminée à défendre en justice ses membres menacés par la DPJ (La DPJ a d'ailleurs réussi dans ce dossier à faire fuir hors Québec de nombreuses familles québécoises de souche ces derniers mois.)

Le Monopole de l'Éducation du Québec serre la vis aux parents-éducateurs.










Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

7 commentaires:

Jonathan a dit…

"Aujourd'hui, 88 % des enfants qui sont élevés dans des foyers protestants évangéliques quittent leur Église à 18 ans pour ne jamais y revenir."

Ce chiffre me renverse. J'avais l'impression que même si ils n'avaient pas le "zèle des convertis" comme leurs parents, les jeunes chrétiens évangéliques restaient très croyants à l'âge adulte. Est-ce qu'un chrétien évangélique pourrait confirmer ou infirmer cette statistique?

Pour une école libre a dit…

La source est la Southern Baptist Council Family Life Report de 2002 (cité par le HSDLA Court Report Spring 2010, page 2).

Marre des cuistres a dit…

Voir ce communiqué :

http://www.sbcannualmeeting.net/sbc02/newsroom/newspage.asp?ID=261

R.B. a dit…

"Ce chiffre me renverse. J'avais l'impression que même si ils n'avaient pas le "zèle des convertis" comme leurs parents, les jeunes chrétiens évangéliques restaient très croyants à l'âge adulte. Est-ce qu'un chrétien évangélique pourrait confirmer ou infirmer cette statistique?"

Mon impression est que les évangéliques ne savent intégrer les enfants à la vie d'Église (du moins, ce fut mon expérience). Les enfants commencent par la pouponnière, puis par l'école du dimanche, lorsque l'été l'école du dimanche est en pause, on les amène jouer au parc ou on les divertit d'une autre manière. Puis à l'adolescence il y a le groupe jeunesse. Lorsque le jeune arrive à 18ans, il n'a jamais vraiment participé à la vie d'Église, mais seulement à des activités parallèles adaptées pour lui. Comme ces activités se terminent vers la fin de l'adolescence, les jeunes quittent puisqu'il n'y a plus rien pour eux.

Les évangéliques ont si peur d'ennuyer leurs enfants avec le culte de l'Église et la Bible qu'ils préfèrent les divertir et s'étonnent ensuite qu'ils n'aiment pas Jésus autant qu'ils le pensaient.

Les Églises qui n'assistent pas à l'exode des jeunes sont celles qui savent intégrer les enfants à la vie d'Église dès leur plus jeune âge. Cependant, il me semble évident que cette tâche est davantage celle des parents que de l'Église. Si les enfants quittent une fois adultes, c'est peut-être parce que l'engagement de leurs parents est superficiel.

Loulouanthropo a dit…

R.B. a-t-il des chiffres pour les catholiques aux États-Unis ou au Canada ?

R.B. a dit…

Loulouanthropo a dit...

R.B. a-t-il des chiffres pour les catholiques aux États-Unis ou au Canada ?


Non. Mon commentaire ne repose pas non plus sur des études quelconques, il s'agit seulement de mes observations personnelles.

Durandal a dit…

Il s'agit de statistiques américaines. J'ai de mon côté le chiffre 70-75 % :

http://crossexamined.org/

Je ne sais pas si c'est aussi pire au Québec, mais je suis prêt à avancer que c'est au moins 50 %. Il y à mon avis deux raisons principales à cela.

Premièrement, la plupart des enfants évangéliques vont à l'école laïque où on leur inculque la paganisme. Pas une condition gagnante.

Deuxièmement, les églises sont trop féminisées. Toute l'emphase est mise sur LES ÉMOTIONS. L'esprit critique & cartésien est délaissé. Les évangéliques au Québec on beau connaître la Bible par coeur, ils n'ont pas de *formation idéologique*, ils ne sont pas armés pour le combat intellectuel. Conséquemment, la foi des jeunes est très volatile. On a beau leur répetter mille foi que Jésus c'est la vérité et il peuvent le croire dur comme fer, entre 16 et 20 ans ils sont confronté au "monde" et à tout le système de pensée anti-chrétien de notre société qui remonte jusqu'aux "Lumières". Tout ce qu'on enseigne aux enfants évangéliques, c'est de dire "Jésus t'aime et il veut avoir une relation personelle avec toi". Les jeunes ne sont pas équipés pour résister. Les émotions viennent et partent mais les faits demeurent. C'est donc un manque d'apolologétique et, oui j'ose le dire, un manque de rationalité.

J'avancerais une troisième raison. Les églises évangéliques ont dévelopé une véritable obsession sur l'évangélisation (au détriment de priorités plus importantes). C'est surtout sur les jeunes que repose la pression d'évangéliser. Je suis persuadé que plusieurs jeunes s'en tannent assez vite et que ça influence leur décision d'abandonner leur église.

@ R.B. : Vous avez raison pour l'intégration des jeunes dans l'assemblée. La mentalité de la société moderne a complètement imprégné les églises évangéliques, les jeunes adultes sont considérés comme des adolescents jusqu'à 25 ans, et on essai de les divertir avec toutes sortes d'activités de jeunesse infantilisantes. Laissez-nous devenir des adultes !