mardi 28 septembre 2021

Échec du Parti conservateur du Canada pour la SRC : il n'est toujours pas assez centriste (m à j)

Léger a publié un sondage indiquant les partis considérés par les électeurs des principaux partis.

Il en ressort que 20 % des électeurs du Bloc québécois ont considéré voter pour le Parti libéral alors que 27 % ont pensé voter pour le Parti conservateur. Que 16 % des électeurs du Parti conservateur d’O’Toole ont considéré voter pour le Parti populaire de Maxime Bernier alors que 33 % des électeurs conservateurs au Québec ont pensé voter pour le Bloc québécois. Enfin, 53 % des électeurs du Parti populaire ont été tentés par le Parti conservateur du Canada et au Québec environ 30% pour le Bloc québécois. 

À noter que les répondants ont pu considérer plusieurs partis à la fois, on ne peut donc dire que 47 % des électeurs du Bloc québécois ont considéré voter pour des partis de gauche (parti libéral, néo-démocrate ou vert) puisqu’il se peut que ce soit les mêmes personnes qui ont considéré le Parti libéral et le Parti néo-démocrate comme une option.


Nous reproduisons également ci-dessous d'autres tableaux qui nous semblent intéressants (l'enjeu climatique est, par exemple, tout à fait secondaire par exemple contrairement à ce que pense Hélène Buzzetti) tout en regrettant que les sondeurs ne posent pas systématiquement des questions sur l'enjeu migratoire ou identitaire.
 








 


Billet du 23 septembre

Après la défaite d’Andrew Scheer aux élections fédérales de 2019, les médias et au premier chef Radio-Canada avaient attribué l’échec (relatif) du Parti conservateur du Canada (PCC) à ses convictions trop conservatrices. Il fallait que le PCC devînt plus « centriste » s’il voulait l’emporter à l’avenir.

Après la défaite du nouveau chef du PCC, Erin O’Toole, aux élections fédérales de 2021, les analystes de Radio-Canada attribuent l’échec (un peu plus important) du Parti conservateur du Canada à ses convictions toujours trop conservatrices malgré son recentrage. Il faudrait que le PCC devienne encore plus « centriste » s’il veut l’emporter à l’avenir.

Voir les extraits ci-dessous de la Soirée électorale organisée par le diffuseur gouvernemental le soir du 20 septembre.

 

Les analystes de Radio-Canada tous d’accord (quelle surprise !) : le PCC n’est toujours pas assez « centriste », comprendre progressiste, comme eux quoi.

Hélène Buzzetti a repris ces propos le lendemain dans les colonnes du groupe CN2i :

Le Parti conservateur devra reconnaître une bonne fois pour toutes que ce plafond de verre résulte de son refus de se recentrer pour la peine (et pas de manière cosmétique comme l’a tenté M. O’Toole). Son adhésion dogmatique aux valeurs pro-armes et pro-pétrole le rend peut-être populaire en Alberta et en Saskatchewan, mais l’empêche de croître ailleurs au pays où il y a pourtant un appétit pour une offre politique qui ne serait pas de gauche.

C’est devenu une rengaine. Une scie. Une idée reçue dans la classe médiatique subventionnée. L’ennui c’est que rien ne prouve la justesse de cette idée reçue, Ne s’agit-il pas simplement d’une projection : les journalistes comme Hélène Buzzetti voudraient que le PCC se recentre parce qu’ils n’aiment pas les valeurs conservatrices.

Hélène Buzzetti pense ainsi qu’Erin O’Toole n’en fait pas assez sur le « climat » (malgré la taxe carbone déguisée et le Pacte de Paris qu’O’Toole a imposés à sa base rétive) alors que ce serait, selon cette journaliste, « la question numéro 1 ». L’ennui c’est que ce n’est pas du tout la priorité numéro 1 pour les Canadiens sondés, ce sujet n’arrivait qu’en 7e place dans un sondage récent. Projection de la part de la journaliste, donc. 

O’Toole ne se prononce pas sur l’immigration alors que 40 % des Canadiens pensent que les cibles migratoires du gouvernement libéral sont trop hautes. Ce silence du chef du PCC n’intrigue pas Mme Buzzetti.

 

Erin O’Toole en fin de campagne : son parti « conservateur » serait inclusif, diversifié, progressiste, etc. Libéral, pour résumer ?

Qu’est-ce qui prouve que les réserves d’électeurs pour le PCC se retrouvent « au centre » (terme qu’il faudrait d’ailleurs définir) ?

Si c’était le cas, comment expliquer qu’Erin O’Toole a fait moins bien qu’Andrew Scheer comme les résultats le montrent.

                          Résultats des élections fédérales canadiennes de 2019         
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Parti conservateur 6 239 22 7 34,34 + 2,57 121 + 22
Parti libéral 6 018 728 33,12 - 6,35 157  - 27
Nouveau Parti démocratique 2 903 722 15,98- 3,75 24 - 20
Bloc québécois 1 387 030 7,63 + 2,96 32 + 22
Parti vert 1 189 607 6,55 + 3,12 3 + 2
Parti populaire 294 092 1,62  Nv 0 =
Suffrages exprimés 18 170 88 0 99,02
Votes blancs et invalides 179 479 0,98
Total 18 350 359 100 - 338 =
Abstentions 8 842 69 9 32,97

Résultats préliminaires élections fédérales de 2021 (99,96 % des résultats)
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Parti conservateur 5 722 001 33,7 - 0,64 119 - 2
Parti libéral 5 529 272 32,6 - 0,52 159 + 2
Nouveau Parti démocratique3 017 909 17,8+ 1,82 25 + 1
Bloc québécois 1 300 285 7,7 + 0,37 33 + 1
Parti vert 394 174 2,3 - 4,25 2 - 1
Parti populaire 841 957 5,00 +3,38 0 =
Suffrages 16 961 685 100 - 338 =
Abstentions 10 404 612 38,02

On notera que :

  • le PCC rassemble plus de voix que le parti de Trudeau (aucun analyste de Radio-Canada ne trouve que c’est injuste, alors qu’on nous a rappelé à l’envi que Trump n’avait pas remporté le vote populaire face à Hilary Clinton);
  • M. Scheer (prétendument trop conservateur) avait réussi à augmenter le nombre de voix et de sièges pour son parti ;
  • M. O’Toole, son successeur, avec son recentrage a fait en sorte que son parti perde des voix et des sièges ;
  • l’abstentionnisme est en forte progression (de 32, 97 % à 38,02 %) ;
  • deux formations pancanadiennes parviennent à progresser en termes de voix : le NPD (+1,82 %) et le Parti populaire de Maxime Bernier (+3,38 %), deux formations aux antipodes du spectre politique et en rien « centristes ».

Les réserves de voix d’un Parti conservateur se retrouvent sans doute moins au « centre » (déjà servi par le PLQ) que parmi les électeurs du Parti populaire et les abstentionnistes qui sont très nombreux rappelons-le.  Combien de conservateurs sociaux ou identitaires se sont-ils abstenus ne se reconnaissant ni dans le Parti populaire (libertaire) ni dans le nouveau PCC perçu comme trop progressiste ?

Dans le même ordre d’idée, le PCC a également des réserves de voix parmi les électeurs du Bloc québécois. Les électorats du PCC et du BQ sont en grande partie des vases communicants. Le Bloc est un peu un parti de gauche (son programme, ses députés), mais avec un électorat de droite (plus masculin, plus âgé, plus rural et avec moins de diplômés universitaires). Sur bien des enjeux, on voit que les électorats Bloc et PCC se rejoignent (ne pas aimer Trudeau par exemple ou si l’on regarde pour qui leurs électeurs sont prêts à voter comme 2e choix). Son électorat est le plus à droite (et davantage susceptible de voter PCC) que les électorats du PLC ou NPD. Ceci n’empêchera pas le chef du BQ considérer que les intérêts du Québec sont ceux de la gauche urbaine francophone du Québec.  Comme le signale Mathieu Bock-Côté : « Le Bloc était aussi très discret sur les questions identitaires. Il a fallu que le débat anglais les ramène au cœur de notre vie politique pour que le Bloc s’en empare. Les souverainistes comprendront-ils un jour que le moteur de leur cause est l’identité et non le progressisme ? » 

L’ancien ministre des Finances Joe Oliver a écrit vendredi dans le Financial Post que la stratégie de campagne de la chef du Parti conservateur Erin O’Toole pour séduire les électeurs libéraux et progressistes avait échoué tout en aliénant sa base conservatrice.

Le chef conservateur Erin O’Toole, entouré de sa conjointe Rebecca et de leurs enfants Mollie et Jack.

Stratégie

S’il fallait trouver un point positif à la campagne d’O’Toole, ce fut de dire clairement qu’il voulait donner davantage de pouvoir et d’autonomie au Québec. Mais un O’Toole élu aurait-il fait autant que François Legault aurait voulu après la campagne ?

Par contre, O’Toole a repoussé les libertaires du parti en soutenant les politiques autoritaires comme les confinements et les passeports vaccinaux (dont l’efficacité est douteuse), il a écarté les conservateurs sociaux — préférant ignorer les problèmes moraux pour faire évoluer le parti vers des valeurs progressistes. La dernière semaine de la campagne, il semblait s’excuser à répétition d’avoir encore des conservateurs dans son parti.

Cette stratégie a échoué.

Les « conservateurs » n’ont réussi à faire aucune percée parmi les électeurs libéraux et progressistes, la cible d’O’Toole. Ils ont été exclus des banlieues de Toronto (le 905), décimés dans les Basses-terres continentales de Colombie-Britannique, n’ont pas réussi à ajouter un seul siège au Québec et ont perdu des points dans les circonscriptions à forte immigration chinoise.

Nombreux comtés perdus par la division du vote 

Trevor Tombe, professeur d’économie de l’Université de Calgary, a dressé une liste de 25 circonscriptions où les votes du Parti conservateur et du Parti populaire réunis auraient été suffisants pour assurer une victoire. Edmonton-Centre faisait partie de cette liste, tout comme Aurora-Oak Ridges-Richmond Hill.

Dans cette circonscription de la grande région de Toronto, la candidate libérale Leah Taylor Roy a vaincu son adversaire conservatrice Leona Alleslev par environ 1000 votes. Le représentant du Parti populaire, Anthony Siskos, y a obtenu plus de 1600 votes.

M. Tombe a estimé qu’un petit déplacement du vote du Parti populaire vers le Parti conservateur aurait pu mener à de meilleurs résultats pour le parti d’Erin O’Toole. Il a toutefois nuancé que même en l’absence du Parti populaire, toutes les luttes serrées ne se seraient pas nécessairement soldées par une victoire conservatrice. Voir ci-dessous la liste de 14 circonscriptions qui auraient été remportées par le PCC si 70 % des électeurs de Maxime Bernier avaient voté pour le PCC.

Erin O’Toole a probablement perdu le Yukon aux libéraux quand il a mis à la porte son candidat en début de campagne (car celui-ci, Jonas Jacot Smith, est contre le passeport vaccinal). Comme indépendant, Smith a récolté 13,5 %, celle qui l’a remplacé pour le PCC a fait 26,2 %. Les libéraux ont gagné avec 33,2 %. En 2019, les libéraux avaient fait 33,5 %.

La moitié des votes du Parti populaire dans ma circonscription était mes anciens électeurs, évalue une organisatrice conservatrice du sud-ouest de l’Ontario. J’ai vu plusieurs de mes anciens partisans mettre une affiche du PPC sur leur pelouse.

Résultat : dans cette circonscription, les conservateurs sont arrivés deuxièmes, derrière les libéraux.

Certains candidats conservateurs, qui sentaient un besoin de renfort parce qu’ils se faisaient siphonner des votes à droite, n’ont pas été pris au sérieux par le quartier général de la campagne, confie un autre stratège dont le candidat est arrivé deuxième.

Selon Christian Noël, dans 14 circonscriptions perdues de justesse par les conservateurs, l’équipe d’Erin O’Toole aurait pu l’emporter en ajoutant le vote du Parti populaire à son total. C’est le cas dans huit circonscriptions en Ontario, quatre en Colombie-Britannique et une en Alberta.

C’est évidemment un calcul purement mathématique et non politique. Ce qui motive le choix d’un électeur varie d’un scrutin à l’autre. Des conservateurs estiment que la moitié du vote du Parti populaire venait de leurs rangs, le quart, des rangs du Parti vert et le reste, d’indécis sans véritable maison politique.

Thèmes conservateurs délaissés

Erin O’Toole et ses conservateurs ont évité de parler de thèmes importants (en revenant parfois sur ce que M. O’Toole avait affirmé lors de la course à la chefferie) :

  • Que pensent les conservateurs de la censure et des lois anti-haine ?
  • Que pensent-ils des églises qui sont incendiées, vandalisées ?
  • Comment feront-ils la promotion de la natalité locale, de la famille traditionnelle ?
  • Que pensent les conservateurs de l’orientation idéologique de Radio-Canada ? (Rappelons sur ce sujet que M. O’Toole a d’abord voulu revoir le financement du diffuseur étatique, de privatiser CBC/TV, pour finir par simplement parler de revoir son mandat)
  • Ont-ils quelque chose à dire sur l’immigration massive, son impact culturel, économique, sur le prix des logements, des salaires ?
  • Quid des délires du wokisme ? 
  • Croient-ils que le Canada est un territoire non cédé ? 
  • Que pensent-ils du pouvoir des juges ?

Ce manque de clarté et de franchise sur des questions importantes, l'absence de programme clivant et tranchant avec le discours habituel du progressisme ambiant pourrait-il expliquer une certaine démobilisation des électeurs et expliquerait-il la hausse de l'abstention passée de 32, 97 % à 38,02 % lors de ces élections ? Le PCC n'a-t-il pas tout intérêt à viser ces abstentionnistes et à mobiliser sa base conservatrice en plus grand nombre plutôt que d’espérer séduire les centristes et les progressistes déçus par le parti libéral  ?

Faiblesses personnelles d’Erin O’Toole

Tout n’est pas cependant question de positionnement politique et de plateforme électorale. La personnalité d’Erin O’Toole est également en question. Elle n’a pas aidé le chef du PCC : O’Toole manque visiblement de charisme, de spontanéité et de courage. Il semble incapable de répondre directement et franchement à la moindre question un peu délicate. Il ne peut que ressortir machinalement une réponse qui semble apprise par cœur. 

Et quand, il est pressé par les médias sur un sujet qu’il considère comme sensible, il cède ou tergiverse. Ce fut notamment le cas sur les armes à feu, adoptant souvent le point de vue libéral que les armes à feu légales seraient en quelque sorte la cause de la criminalité violente. Il céda encore en matière de valeurs morales en acceptant qu’il fallait — revenant sur ses promesses antérieures pour adopter le prêt-à-penser progressiste — imposer au personnel soignant objecteur de conscience de recommander aux femmes qui voulaient se faire avorter des médecins qui seraient prêts à accomplir cet acte qui révulse ces objecteurs de conscience. En outre, il a été incapable de condamner la censure des ouvrages en Ontario dans l’affaire des autodafés, il ne put se résoudre qu’à condamner le fait qu’on les avaient brûlés, comme un bon libéral mou et centriste.

Avenir d’O’Toole

Erin O’Toole s’en est sans doute assez bien sorti pour qu’il survive en tant que chef. Les médias prétendent déjà que Harper a d’abord échoué aux élections fédérales avant de l’emporter, que le parti ne peut se permettre de changer de chef alors qu’un nouveau scrutin pourrait être déclenché d’ici un an ou dix-huit mois, qu’aucun autre chef pour le remplacer ne se dessine. 
 
Maintenant que les élections sont terminées, les médias traditionnels exhortent donc les conservateurs à garder Erin O’Toole à leur tête. On peut se demander pourquoi. Serait-ce parce que O’Toole a précisément perdu, qu’il a tiré le parti vers la gauche et qu’il a promis de continuer ce mouvement sénestrogyre ?

Comme ailleurs en Occident, le PCC continuera d’incarner un conservatisme craintif à la traîne de la gauche, cédant pas à pas sur tous les sujets : l’identité, l’immigration, les valeurs morales, les « territoires autochtones non cédés », les lois pour lutter contre le « discours haineux », le dénigrement de la civilisation occidentale, les politiques écologistes, etc.

De retour en Trudeaupie

Trudeau parle d’avancer « ensemble » alors qu’il a cherché depuis des semaines à cliver la population, à opposer les vaccinés aux non-vaccinés, à menacer ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, à brandir des lois contre ceux qui ne partagent pas ses opinions les accusant de discours « haineux ».

Entretemps, le wokistan canadien avance. (♪ Woke Canada ! Pays post-national ! ♪)
 
C’est ainsi que l’ONF nous apprend la nomination d’une militante noire au poste de directrice de la Diversité (non blanche), de l’équité (de la discrimination) et de l’inclusion (sélective et obligatoire)… Mme Rachel Décoste a brigué en 2007 l’investiture du Parti libéral du Canada dans la circonscription d’Ottawa-Orléans. Elle a de nouveau essayé en 2019. À nouveau, elle a échoué.

Parmi les écrits passés de Mme Décoste :


Liens connexes

Liste de 14 circonscriptions qui auraient été remportées par le PCC si 70 % des électeurs de Maxime Bernier avaient voté pour le PCC


Brève analyse lexicale du programme électoral du PLC 

« Prix moyen d’une maison a bondi de 300 k$ depuis 2015 »  : « la brusque hausse de la population due à l’immigration » 

Priorités des électeurs (selon sondage) par rapport aux thèmes du dernier débat des chefs 

Trudeau défendra toujours les enfants LGDP... LGT... LBT, ....LGBTQ2+ 

 Soixante-huit églises incendiées ou vandalisées, timide réaction du PM Trudeau qui organise un sommet sur l’islamophobie (m à j)

Sondages et prévisions électorales fédérales, 25 août 2021 

Sondage envers la diversité ethnique : les diversitaires voient plus de racisme que les minorités ethniques 

Sondage en baisse, tous les députés conservateurs du Québec adoptent projet de loi C-‍6 

Derek Sloan s’insurge contre projets de loi qui criminalisent l’affirmation positive de son corps  (Le projet de loi C-8 est devenu C-6 après sa réintroduction dans la nouvelle session parlementaire.)

Le Parti dit conservateur du Canada et l’islamophobie au Canada, ce pays « dominé par la masculinité blanche »

Est-il permis d’être LGBT, d’être mal dans sa peau et de vouloir devenir hétéro « cisgenre » ? 

Erin O’Toole : sourd à sa droite conservatrice, son parti cède encore du terrain à l’issue de son congrès (sondage) 

Sondage toujours en baisse pour Erin O’Toole après son recentrage et l’élimination de Derek Sloan 

Pour Pierre-Paul Hus, le conservatisme n’est que la gestion rigoureuse des deniers publics

Colombie-Britannique : Cour suprême interdit aux parents de s’opposer au traitement hormonal de transition de leur fille de 14 ans

Trans — Médecins inquiets que des enfants s’exposent à des « dégâts à long terme » en raison de groupes de pression et de parents agressifs

Endocrinologues mettent en garde contre le traitement hormonal de la dysphorie sexuelle chez l’enfant

Grande-Bretagne — enfants autistes poussés à s’identifier comme transgenres ?

Fonctionnaires contre père : qui décide si un enfant mineur peut subir une thérapie de transition de genre ? (le cas en Cour d’appel) 

Prof Peter Boghossian : les wokes ont eu sa peau

Extrait d’un article du prof. Joseph Facal :

Peter Boghossian

Pour dévoiler l’imposture intellectuelle de l’idéologie woke quand elle parle de race, de genre et d’identité, Peter Boghossian et deux complices [Helen Pluckrose et James Lindsay] écrivirent des articles délibérément farfelus. [Voir Canulars embarrassants : revues « savantes » dupées par de fausses études adoptant des mots clés à la mode et Parodier le vocabulaire des études de genre : un nouveau genre à succès ?]

Ils parlaient d’une « culture du viol chez les chiens », du « pénis comme construction sociale », disaient que les étudiants blancs devraient être enchaînés pour mieux comprendre l’oppression, etc.

Dans plusieurs revues censément scientifiques, mais contrôlées par la wokerie, leurs articles franchirent cette évaluation anonyme, furent louangés et publiés.

Quand ils dévoilèrent leur canular, les wokes ne la trouvèrent pas drôle. L’heure de la vengeance venait de sonner.

Peter Boghossian, professeur à Portland State University, raconte le calvaire subi dans une lettre ouverte que vous trouverez en ligne aisément.

Un étudiant lança la rumeur selon laquelle il battait sa femme.

Jamais il ne put confronter son accusateur et voir le détail de l’accusation, se trouvant donc privé des moyens de se défendre.

Des croix nazies avec son nom apparurent dans les toilettes. Des tracts anonymes furent distribués.

On lui cracha dessus. On déposa des excréments devant son bureau.

Des collègues déposèrent une plainte pour le manque d’éthique du canular… ayant exposé leur manque d’éthique.

Un collègue entra dans sa classe pour stopper un cours. Pendant qu’il enseignait, on déclencha l’alarme d’incendie, on débrancha les haut-parleurs.

L’administration intervint non pour le protéger et sanctionner ses agresseurs, mais pour le traîner devant un comité disciplinaire qui jugea qu’il avait besoin de « coaching ».

Fin

Au fond, il était « coupable » de quoi ?

D’abord, d’avoir démontré par le ridicule l’imposture intellectuelle du wokisme.

Ensuite, de croire que le but de l’éducation est d’enseigner comment penser et non quoi croire.

Peter Boghossian vient de remettre sa démission. Ils ont eu sa peau.

Voir aussi

Le wokisme, hérésie du progressisme et produit du nihilisme fait moralisme


Le triomphe des impostures intellectuelles
Comment les théories sur l’identité la race, le genre gangrènent l’université et nuisent à la société,
par Helen Pluckrose et James Lindsay,
publié aux éditions H&o
paru le 3 septembre 2021,
à Paris,
380 pages,
ISBN-13 : 978-2845473843

lundi 27 septembre 2021

France — La bataille est loin d’être terminée pour l’instruction en famille

Jean-Baptiste et Marie Maillard ont trois enfants instruits en famille depuis plus de 10 ans. Jean-Baptiste est secrétaire général de Liberté éducation, une association membre de l’inter-association nationale de l’instruction en famille. Observateur privilégié, il a été auditionné à l’Assemblée et au Sénat sur cette question, dans le cadre de la loi séparatisme. Ils viennent de publier un ouvrage sur L’École à la maison, une liberté fondamentale. Jean-Baptise Maillard a accepté de répondre à quelques questions.

Vous estimez que l’école à la maison est en croissance. Qu’est-ce qui explique ce phénomène ?

Comme nous le racontons dans notre livre L’école à la maison, une liberté fondamentale, lorsque mon épouse et moi nous avons commencé l’école à la maison, il y a 10 ans, notre aîné faisait partie des 5000 enfants instruits en famille : l’année dernière, il y avait 62 000 enfants, et c’est en très forte augmentation depuis la rentrée. Nous avons eu ainsi plus de 60 000 familles qui sont venues sur le site officiel de notre association, Liberteeducation.com, pendant les 15 jours avant la rentrée. Une très grande majorité d’entre elles souhaitaient commencer l’instruction en famille : nous avons donc dû mettre en place en urgence une équipe de quatre bénévoles pour répondre aux nombreuses questions (comment déclarer, etc.), par un système de discussion instantanée. Nous sommes passés de 200 familles adhérentes mi-août à plus de 900 aujourd’hui ! Ce phénomène de forte croissance de l’instruction en famille est la conjugaison d’au moins 7 facteurs :

  • la loi de 2019 obligeant l’instruction obligatoire dès 3 ans (nous sommes l’un des seuls pays d’Europe et c’est pour toute la journée !) ;
  • des expériences positives d’école à la maison pendant le premier confinement pour les familles qui ne l’ont pas vécu comme un choix subi : beaucoup ont décidé de franchir le pas non en septembre 2020 mais pour cette rentrée 2021, le temps de mûrir son choix et de bien s’y préparer ;
  • la crise sanitaire ;
  • la médiatisation autour de l’école à la maison toute l’année dernière, qui l’a fait connaître au grand public ;
  • la possibilité, encore pour toute l’année 2021-2022, de faire l’école à la maison en régime déclaratif et non d’autorisation ;
  • le fait qu’à partir de septembre 2022, l’entrée en vigueur de la loi d’autorisation prévoit une dérogation de deux ans pour les enfants instruits en famille en septembre 2021, si les contrôles de l’éducation nationale se sont bien déroulés : pour mettre toutes les chances de son côté, autant se lancer cette année !

Vous évoquez les systèmes hybrides entre système scolaire et école à la maison. Cela existe-t-il en France ?

Nous le détaillons dans notre livre : certains pays où l’école à la maison se développe depuis plus de 40 ans, comme les États-Unis, ont inventé par exemple des coopératives d’instruction en famille, qui regroupent parfois plus de 600 familles. Ce sont des espaces de liberté où, par exemple, une mère de famille peut donner des cours de sciences physiques à des enfants de familles différentes. D’autres pays établissent des contrats entre des écoles publiques et des écoles à la maison, permettant à ces dernières de profiter d’infrastructures (laboratoires de science par exemple) et donnent même des subventions aux parents qui font l’école à la maison ! Rien de tout cela n’existe encore en France, la loi ne permettant rien d’autre que l’école publique, l’école privée, le hors-contrat ou l’instruction en famille. Soulignons aussi que des pédagogies alternatives comme la pédagogie Singapour, pour l’apprentissage des mathématiques, sont arrivées dans l’Éducation nationale par les inspecteurs d’académie inspectant des familles pratiquant l’école à la maison : on est donc en train de tuer notre premier laboratoire d’innovation pédagogique qui bénéficiait même à l’Éducation nationale !

L’école à la maison a été pratiquée de force durant le confinement. Qu’est-ce qui explique l’interdiction de ce mode alternatif d’instruction, selon vous ?

Beaucoup de familles ont aussi bien vécu l’école à la maison pendant le confinement, c’est le cas du président de notre association Liberté éducation qui continue depuis, et donc celles-ci ont y même pris goût ! Quant à son interdiction, Emmanuel Macron a prétexté la lutte contre le terrorisme lors de son discours des Mureaux du 2 octobre 2020 dans lequel il annoncé cette mesure, mais comme nous le montrons dans notre livre, les plus éminents chercheurs français en radicalisation, au sein du CNRS, de la Fondation de recherche stratégique, de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale, etc., et même de l’Institut des Hautes Études du ministère de l’Intérieur, indiquent qu’il n’existe pas de chiffres sur une supposée radicalisation en instruction en famille. Ce que confirment les deux derniers rapports de la Direction Générale de l’Enseignement scolaire (DGESCO), au sein du ministère de l’Éducation nationale, rendus publics il y a quelques jours seulement alors que les députés, forcés de voter à l’aveugle, les avaient réclamés pendant tout le processus législatif : pas de lien entre instruction en famille et radicalisation. Ce qui est très inquiétant, c’est que le président avait évoqué aux Mureaux « un changement de paradigme qui est nécessaire », et une « mesure radicale », comme si supprimer cette liberté fondamentale des parents, premiers éducateurs de leurs enfants, était une décision totalitaire parfaitement assumée. Dans le premier chapitre de notre livre, à travers un tour du monde du phénomène, nous avons établi une classification des réglementations nationales et la France rejoint les pays les plus restrictifs sur la question, à savoir le Pakistan, la Chine, Cuba et l’Arabie Saoudite.

Le Conseil constitutionnel a validé cette mesure de la loi sur les séparatismes. Que pouvons-nous faire désormais pour défendre la primauté du rôle des parents dans l’éducation de leurs enfants ?

Dans son étude d’impact, le gouvernement avait annoncé vouloir renvoyer à l’école les deux tiers des enfants instruits en famille, nous sommes donc très inquiets quant aux motifs reconnus pour poursuivre l’école à la maison avec le régime d’autorisation. À l’heure actuelle, la nouvelle loi prévoit quatre motifs très restrictifs :

  1. L’état de santé de l’enfant ou son handicap
  2. La pratique d’activités sportives ou artistiques intensives
  3. L’itinérance de la famille ou l’éloignement géographique de tout établissement scolaire public
  4. L’existence d’une situation propre à l’enfant motivant le projet éducatif sous réserve que les personnes qui en sont responsables justifient de la capacité des personnes chargées d’instruire l’enfant à assurer l’instruction en famille dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant.

Ce dernier motif pose problème, car la « situation propre à l’enfant », c’est très flou, et beaucoup d’amendements comme pour les enfants harcelés à l’école (700 000 le sont chaque année), souffrant de phobie scolaire ou d’autisme, ou encore à haut-potentiel, ayant des troubles de l’apprentissage (dysgraphie, dyslexie), etc. n’ont pas été pris en compte lors des débats — houleux — à l’Assemblée. C’est justement sur ce dernier point que le Conseil constitutionnel a émis une réserve d’interprétation qui nous permettra d’attaquer les décrets d’application s’ils ne sont pas conformes à « l’intérêt supérieur”  de l’enfant, dont les parents sont les premiers à pouvoir juger, et nous irons si nécessaire devant la Cour européenne des droits de l’Homme. D’ailleurs, en plus de la saisine des députés et des sénateurs, les nombreuses portes étroites déposées au Conseil constitutionnel, dont la nôtre avec la Fondation pour l’école, comptaient d’excellentes argumentations juridiques, par exemple sur la liberté de conscience, dont nous nous resservirons. Dans l’immédiat, nous attendons toujours d’être reçus au ministère et plusieurs candidats à l’élection présidentielle nous ont contactés pour nous demander une note sur le sujet, avec des propositions, la première étant de revenir au régime déclaratif en cas d’alternance, sachant que nous avons des soutiens politiques sur tous les bancs de l’Assemblée. La bataille est donc loin d’être terminée pour l’instruction en famille : nous luttons pour nos enfants et pour une juste cause  (une liberté fondamentale), elle finira tôt ou tard par triompher !

La Chine veut réduire le nombre d’avortements réalisés « sans motifs médicaux »


Le gouvernement chinois a émis une directive incitant à réduire le nombre d’avortements réalisés « sans motifs médicaux » dans le pays. Une mesure prise dans un contexte de lente implosion démographique.

Pékin avait déjà mis en place des restrictions destinées à empêcher les avortements réalisés par mécontentement à l’égard du sexe du fœtus, tandis que les autorités sanitaires avaient prévenu en 2018 que recourir à l’avortement pour mettre fin à une grossesse non désirée était néfaste pour les femmes et pouvait rendre stérile.

Déclin de la natalité en Chine

Le déclin de la natalité en Chine est considéré par les groupes de réflexion et par les chercheurs comme un défi sociétal majeur pour les décennies à venir.

Après avoir cherché pendant des années à limiter la croissance de la population, le pouvoir chinois a promis de nouvelles politiques destinées à encourager les couples à avoir davantage d’enfants. En juin dernier, Pékin a annoncé qu’il autoriserait les couples à avoir trois enfants, contre deux jusque-là.

Déclin de la population

Bien que la Chine reste le pays le plus peuplé du monde, le dernier recensement a montré que la croissance démographique de 2011 à 2020 était la plus lente depuis les années 1950. La population devrait commencer à décliner d’ici quelques années. 

Augmentation des avortements ces dernières années

Les données de la Commission nationale de la santé ont montré qu’entre 2014 et 2018, il y avait eu en moyenne 9,7 millions d’avortements par an, soit une augmentation d’environ 51 % par rapport à la moyenne 2009-2013 malgré un assouplissement des politiques de planification familiale en 2015 pour permettre à chaque famille d’avoir deux enfants. Les données ne précisaient pas combien d’avortements étaient pour des raisons médicales. 

Source

Voir aussi

La Chine, un essor irréversible ? Retour du conservatisme et du nationalisme ? 

La Chine va autoriser les familles à avoir trois enfants

La population en âge de travailler a déjà baissé dans un quart des pays du monde

Chine — scolarité moins longue pour augmenter la natalité 

Chine — Malgré la fin de la politique de l’enfant unique, la natalité continue de baisser

La Chine bannit les hommes « efféminés » de la télévision 

En Inde, l’avortement sélectif des petites filles menace de plus en plus l’équilibre du pays  

Russie — aides aux familles, baisses des avortements, naissances en hausse en mars 2021  

Biden ne peut prétendre être un catholique fidèle et être un champion de l’avortement  

Erin O’Toole : sourd à sa droite conservatrice, son parti cède encore du terrain à l’issue de son congrès (sondage) 

Cabinet de Joe Biden regorge de catholiques en rupture avec l’enseignement catholique sur des questions fondamentales

 

 

 

Une semaine d'émeutes et de pillages en Afrique du Sud, lutte intestine au sein de l'ANC, racialisation et impact économique (m à j)


Des gens font la queue pour recevoir une aide alimentaire dans le campement informel d'Itireleng, près de Laudium à Pretoria, Afrique du Sud, le 20 mai 2020

Selon une étude sur le seuil de pauvreté publiée par Statistics South Africa, la pauvreté parmi les ménages du pays a bondi de 100 % au cours des 21 dernières années.

L'étude montre que COVID-19 a inversé les gains récents dans la lutte contre la pauvreté et la faim. Elle établit le seuil de pauvreté alimentaire à R624 (53 $ canadiens, 36 euros) par personne et par mois. Cependant, quand on ajoute la nourriture et d'autres articles de base, le seuil de pauvreté se situe à 1335 rands par mois (76 euros, 113 $ canadiens).


Mise à jour du 22 juillet 

Depuis l’arrestation de l’ex-président Jacob Zuma, le 8 juillet, des émeutes ont lieu en Afrique du Sud, qui ont fait 337 morts (79 autour de Johannesbourg, et 258 dans le KwaZulu-Natal), selon un bilan officiel diffusé ce jeudi 22 juillet. Cela fait 61 morts de plus par rapport à la veille. «La police sud-africaine a révisé le nombre total de décès», a souligné la ministre Khumbudzo Ntshavheni, qui attribue en partie cette augmentation à des personnes étant décédées des suites de leurs blessures.

La ministre du Cabinet Khumbudzo Ntshavheni a déclaré mardi lors d'une conférence de presse que 161 centres commerciaux, 11 entrepôts et huit usines avaient été gravement endommagés rien que dans la seule province du KwaZulu-Natal.Une association immobilière locale collecte toujours des données sur l'étendue des dégâts dans le Gauteng, l'autre province touchée par les émeutes, mais l'impact sur l'économie du KwaZulu-Natal est estimé à 20 milliards de rands (1,4 milliard de dollars américains), a-t-elle poursuivi.

D'autre part, une semaine d'émeutes meurtrières en Afrique du Sud pourrait coûter au pays environ 50 milliards de rands (3,4 milliards de dollars américain) en perte de production, tandis que 150 000 emplois sont menacés, a déclaré la présidence sud-africaine, citant des estimations de la South African Property Owners Association.

Des économistes, parmi lesquels Michael Kafe de Barclays Bank Plc, pensent que les dégâts causés par les émeutes réduiront d'un point de pourcentage la croissance du PIB en 2021, initialement prévue à 4 %.


Billet originel du 19 juillet

À la suite d’une série de pillages la semaine passée en Afrique du Sud, plus 200 personnes ont perdu la vie dans des échauffourées et des mouvements de foule. Les vidéos apocalyptiques inondent Twitter. Voir quelques exemples ci-dessous. Elles montrent des scènes de pillages qui ont ensanglanté l’Afrique du Sud il y a quelques jours, dans la foulée de l’incarcération de l’ex-président sud-africain, Jacob Zuma. Le président Cyril Ramaphosa a évoqué lundi 12 juillet des actes « rarement vus dans l’histoire de notre démocratie », comprendre les 27 ans pendant lesquels l’ANC a succédé à lui-même à la tête du pays. Ces violents incidents ont été déclenchés après l’emprisonnement de Jacob Zuma, poursuivi pour corruption et condamné le 8 juillet à une peine de 15 mois de prison pour « outrage à la justice », car il avait refusé de se rendre au tribunal pour y témoigner.

Le dernier bilan officiel fait état d’au moins 215 personnes tuées et plus de 2 500 arrestations au cours de ces six jours de violences. Cyril Ramaphosa s’est rendu vendredi 16 juillet au KwaZulu-Natal, épicentre des violences, où 95 personnes ont trouvé la mort. Les troubles et les pillages « ont été provoqués, il y a des gens qui les ont planifiés et coordonnés », a-t-il accusé. Il a déclaré depuis Durban, le grand port du KwaZulu-Natal (Est), que les fomenteurs de ces violences seraient poursuivis. « Nous en avons identifié un bon nombre, nous ne permettrons pas l’anarchie et le chaos » dans le pays, a-t-il ajouté, alors que la police enquête sur 12 personnes soupçonnées d’être derrière le déchaînement de violences.

À Phoenix (à 85 % indo-pakistanais) et Durban, les habitants des quartiers souvent assez homogènes ethniquement se sont armés eux-mêmes et se sont engagés contre les pillards présumés », explique Ryan Cummings, Directeur de Signal Risk, spécialiste des risques politiques et sécuritaires en Afrique.

Une société sous haute pression

Depuis vingt ans, la violence ne cesse de croître dans la patrie de Nelson Mandela. « Toutes les statistiques montrent que la colère ne cesse de grimper depuis des années, il est logique qu’on arrive à des situations de violences émeutières aujourd’hui et de plus en plus souvent », déplore Thierry Vircoulon.

Depuis plus de dix ans, l’Afrique du Sud est un pays aux émeutes récurrentes. Voir le graphique ci-dessous. 


Le taux de chômage officiel pour le premier trimestre 2021 était de 32,6 % alors qu’il était de 30,1 % au premier trimestre 2020. Le taux de chômage élargi était de 43,2 % contre 39,7 % pour la même période l’année passée. La pandémie a accentué la crise économique du pays. « L’Afrique du Sud est une véritable Cocotte-Minute, il y a des similitudes avec la situation dans certains pays d’Amérique latine où la situation sociale est intenable. Le gouvernement n’a rien à offrir, car la classe politique est discréditée par les querelles internes à l’ANC. Ce parti est devenu le symbole de la corruption en Afrique du Sud », analyse Thierry Vircoulon.

À la révolte des pauvres des derniers jours s’ajoutent les tensions ethniques toujours importantes depuis la fin du régime d’apartheid. Des agressions racistes ont été constatées dans plusieurs zones du pays, en particulier à Phoenix.

 À la source, une lutte intestine intra-ANC, seules les zones zouloues ont bougé

L’ancien président Jacob Zuma est zoulou, ethnie dominante au KwaZulu-Natal et avec une forte diaspora dans le Gauteng, le cœur industriel de l’Afrique du Sud autour de Johannesbourg et Prétoria. 

Les violents incidents ont été déclenchés après l’emprisonnement de Jacob Zuma. Ils ont touché quasi exclusivement les zones de fort peuplement zoulou. Ils semblent avoir eu pour objectif de déstabiliser la présidence de Cyril Ramaphosa, un Venda qui évinça le clan Zuma en 2018. La présidence sud-africaine a d’ailleurs parlé de « conspiration ethnique » et a accusé plusieurs cadres zoulous de l’ANC qui, selon elle, seraient impliqués dans l’organisation de ces émeutes. Duduzile Zuma, une des filles et Duduzane Zuma, un des fils de Jacob Zuma ont été accusés d’incitation à l’émeute. Duduzane affirme ne pas avoir de compte Twitter, les appels à l’émeute lancés sur les réseaux sociaux en son nom ne seraient pas de lui. Jacob Zuma a quelque 20 enfants de quatre épouses différentes.

Les troubles sont partis du pays zoulou, le KwaZulu-Natal. Dans la région du Gauteng, seules les cités à dominante zouloues ont été touchées. Il est remarquable de constater que les zones non zouloues n’ont pas suivi le mouvement. Contrairement aux émeutes xénophobes récurrentes qui, par le passé, se propageaient avec le temps à travers le pays.

Les partisans principalement zoulous de Zuma (il n’est guère populaire à l’échelle du pays) n’acceptent pas l’évincement du clan Zuma en 2018 par son vice-président de l’époque Cyril Ramaphosa. Ils n’acceptent pas que ce coup de force fut suivi de poursuites judiciaires contre Jacob Zuma dans le cadre des scandales liés à la corruption au sommet de l’État (voir Propagande, racialisation, dénigrement pour cacher le népotisme et l’incompétence en Afrique du Sud). Ils considèrent qu’il s’agit là d’une vengeance contre un chef zoulou au sein de l’ANC. Le clan Cyril Ramaphosa est mal placé selon eux pour jouer le rôle de l’incorruptible : en effet l’actuel président, un ancien syndicaliste, a bâti sa colossale fortune grâce à sa nomination dans les conseils d’administration des sociétés minières blanches. Il troqua ainsi les revendications des mineurs noirs dont il fut le représentant avant 1994 pour des costumes bien taillés et de généreux émoluments.

 

Sélection de vidéos de la semaine de pillages

Impact économique immédiat

Alors que les opérations de nettoyage sont en cours dans certaines régions, l’organisation patronale Business Leadership South Africa estime que les dommages pour le secteur de la vente au détail s’élèvent à plus de 5 milliards de rands (292 millions d’euros, 435 millions de dollars canadiens). Plus de 200 centres commerciaux ont été ciblés, plus de 800 magasins ont été pillés et 100 ont été complètement incendiés, a déclaré à Bloomberg le directeur général Busi Mavuso de l’organisation patronale.

Citant des sources industrielles crédibles, Attard Montalto a déclaré que dans la seule zone économique de Durban, 1,5 milliard de rands en stock ont été perdus, avec 15 milliards de rands (1,3 milliard de dollars canadiens, 877 millions d’euros) en dégâts matériels. Il a déclaré que 50 000 commerçants informels et 40 000 entreprises ont probablement été touchés par la violence et les pillages.

Il a averti que jusqu’à 150 000 emplois étaient menacés, ce qui signifie que jusqu’à 1,5 million de foyers est sans revenu.

Des entreprises telles que Cashbuild, Clicks, Mr Price et l’opérateur de restauration rapide Wimpy, Famous Brands, ont déjà commencé à comptabiliser les dégâts causés à leurs opérations dans le Gauteng et au KwaZulu-Natal.

L’entreprise en habillement Mr Price a déclaré que 109 de ses magasins avaient été pillés et 539 autres ont été fermés, tandis que l’opérateur de restauration rapide Famous Brands a déclaré que 99 de ses magasins ont été endommagés et ne sont palus opérationnels. Cashbuild a déclaré que 36 magasins ont été endommagés et pillés et sont actuellement incapables de commercer.

Attard Montalto a déclaré que l’impact sur le PIB de Durban pourrait atteindre 20 milliards de rands. Dans l’ensemble, il a évalué l’impact total sur le PIB du pays à environ 50 milliards de rands (3 milliards d’euros, 4,3 milliards de dollars canadiens) et la perte de PIB à environ 40 milliards de rands, soit environ 0,7 % du PIB. 

Impact de la gestion du coronavirus

Déjà en juin 2020, la Chambre de commerce et d’industrie sud-africaine craignait que le taux de chômage n’atteigne 50 %. Eskom, la compagnie d’électricité gérée par l’État, a réintroduit des coupures d’électricité planifiées, car elle ne peut fournir assez d’électricité. Les finances publiques, déjà mises à mal par des années de corruption, de dépenses inutiles et de faible croissance, sont dans un état périlleux. Les prévisions du Trésor concernant le déficit budgétaire pour 2020/21 ont été révisées de 6,8 % du PIB à 15,7 %. Près d’un sixième du budget sera consacré au service de la dette.

La stratégie anti-coronavirus par l’ANC (des confinements successifs) a eu un impact économique grave sur la richesse du pays. Selon les estimations d’AfrAsia, la richesse privée en Afrique a chuté d’environ 9 % au cours de la dernière année (2020).

Destruction de la richesse en Afrique du Sud depuis 2010

La banque AfrAsia a qualifié la performance de la richesse de l’Afrique du Sud de « médiocre », la richesse privée totale détenue dans le pays ayant diminué de 25 % au cours de la dernière décennie, mesurée en dollars américains.

Le groupe a déclaré que les performances étaient affectées négativement par :

La plupart de ces personnes sont allées au Royaume-Uni, en Australie et aux États-Unis. Les autres ont émigré vers la Suisse, Israël, l’île Maurice, la Nouvelle-Zélande, les Émirats arabes unis, le Canada, le Portugal, l’Espagne, Chypre et Malte. 

Bienvenue à Jobourg, une métropole africaine de classe mondiale (avant que « classe » ne devienne ... bousillée, en termes polis) par le caricaturiste sud-africain Zapiro

Pour Magnus Heystek, gestionnaire en patrimoine, qui s’exprimait dans un article intitulé « L’effondrement immobilier d’un billion (mille milliards) de rands » (soit 84 milliards de $ canadiens et 57 milliards d’euros) : «  Il n’existe pas d’autre domaine d’investissement en Afrique du Sud qui soit plus exposé aux politiques brutales et destructrices de richesse de l’ANC et à sa politique de déploiement de cadres [dirigeants noirs via la discrimination positive dans tous les rouages de l’économie et l’administration] que le marché immobilier local, qu’il soit commercial ou résidentiel, peu importe. Seules les zones résidentielles à bon marché avec des prix autour de la marque R1m (57 000 euros, 84 000 $ canadiens) semblent résister — sans croître, remarquez. Dans pratiquement toutes les autres catégories, dans toutes les régions du pays, les propriétaires ont subi une destruction massive de richesse qui, à mon avis, semble permanente. La valeur des propriétés dans la plupart des petites et moyennes villes dans 8 des provinces du pays — pour diverses raisons — s’est évaporée. Ce n’est que dans certaines parties du Cap occidental [où se replient de nombreux blancs et non administré par l’ANC] que les propriétés ont conservé des valeurs, dans une certaine mesure. » Magnus Heystek est co-fondateur de Brenthurst Wealth Management, sa société de gestion de patrimoine gère environ 14 milliards de rands d’actifs pour le compte de particuliers (800 millions d’euros, 1,2 milliard de dollars canadiens).

Situation économique avant la pandémie

Ces pillages sont le révélateur de la faillite économique et sociale de la « nation arc-en-ciel ». Le bilan économique de près de trois décennies de pouvoir ANC est en effet très peu rassurant. Le PIB baisse depuis plusieurs années. Il n’a augmenté que de 18 % depuis 1994. Le PIB actuel par habitant en dollar constant est inférieur à celui de l’Afrique du Sud en 1980, en plein apartheid, avant que les sanctions internationales, depuis levées, ne mettent à mal l’économie sud-africaine jusqu’en 1993 et la prise du pouvoir par l’ANC en 1994. Prise du pouvoir qui fut suivie d’une levée des sanctions d’un regain d’intérêt des investisseurs étrangers et, paradoxalement, de l’évincement des blancs de la fonction publique. Ces blancs qualifiés se sont vus forcés de se tourner vers l’entreprise privée où leur expérience et expertise ont pu être mises à contribution de façon plus productive.

La définition étendue comprend également les Sud-Africains sans emploi qui n'en cherchent plus

 
Comme on l’a dit, le taux de chômage officiel en Afrique du Sud est de 32,6 % (officieusement, il dépasserait les 50 % au niveau national avec des pointes à 80 % dans certaines régions). Le revenu de la tranche la plus démunie de la population noire est inférieur d’environ 50 % à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant. Un habitant sur trois survit grâce aux aides sociales.
 
Les mines, premier employeur du pays ont perdu près de 300 0000 emplois depuis 1994. Elles contribuent pour 10 % au PIB national. Quant aux pertes de production et de revenus du secteur minier, elles se conjuguent avec des coûts d’exploitation en hausse constants alors que de dramatiques et récurrentes coupures d’électricité ont eu pour conséquence la fermeture des puits secondaires et la mise à pied de dizaines de milliers de mineurs.
 
Le PIB/habitant de l’Afrique du Sud (en rouge) a été rattrapé par celui de son voisin le Botswana (en gris). Il est inférieur, par habitant en dollar constant, à celui de l’Afrique du Sud en 1980, en plein apartheid, avant que les sanctions internationales, depuis levées, ne mettent à mal l’économie sud-africaine jusqu’en 1993 et la prise du pouvoir par l’ANC en 1994.

Depuis 1994, l’ANC n’a pas réalisé les nécessaires et colossaux investissements qu’il était pourtant urgent de faire dans le secteur minier afin de maintenir les capacités de production.

L’agriculture a, elle aussi, perdu plusieurs centaines de milliers d’emplois. Le mardi 27 février 2018, le parlement sud-africain a voté le commencement d’un processus de nationalisation-expropriation sans compensation des 35 000 fermiers blancs déjà aux prises avec des vagues d’assassinats depuis des années qui ont provoqué plusieurs milliers de morts dans l’indifférence totale de l’Occident culpabilisé.

Les industries protégées sous l’apartheid sont en net recul ou en faillite. Les fabricants de chaussures, de textile, de vêtements n’ont pu résister aux importations chinoises. Le secteur mécanique qui produisait avant 1994 la majeure partie des pièces pour l’industrie a quasiment disparu.

Le naufrage est tel que la compagnie aérienne historique, la SAA, a été déclarée en faillite ; le producteur national d’électricité Eskom ― au personnel pléthorique ― ne parvient pas à fournir l’énergie nécessaire au pays et manque cruellement de liquidités : au dernier trimestre 2020 Eskom devait 29 milliards de dollars américains à l’État ; la SABC (le diffuseur national) a dû recevoir en urgence, en 2020, 100 millions de $ américains pour continuer d’exister. Pour la poste, il lui fallait 300 millions. En outre, 81 % des municipalités étaient en faillite, car les habitants, à majorité noire, ne payaient pas leurs impôts et taxes. Les municipalités les mieux tenues sont dans le Cap occidental, région à forte population blanche et métisse, elle échappe pour l’instant à l’ANC.

L’éducation publique en Afrique du Sud est un échec. Seuls 4 % des enfants réussissent l’épreuve des mathématiques à la fin du secondaire avec une note supérieure à 50 %. Si la chose avait relativement peu d’importance dans les années 50, ce n’est plus du tout le cas dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui fortement automatisée, intégrée dans l’économie mondiale et qui a un besoin accru d’employés hautement qualifiés.

Au lieu de se résorber, comme l’ANC le promettait en 1994, les inégalités se sont au contraire davantage creusées. Aujourd’hui 75 % des familles noires vivent en dessous du seuil de pauvreté. Notons que des noirs, une minorité, propulsés par les politiques de discrimination positive et leur embauche préférentielle dans une fonction publique surnuméraire et très bien payée en comparaison avec les autres secteurs de l’économie, font désormais partie de la bourgeoise. Les données montrent qu’en Afrique du Sud, entre 37 % et 42 % des 10 % des salariés les plus riches font partie de la fonction publique élargie (fonction publique, enseignement, entreprises nationalisées comme Eskom). L’Afrique du Sud est un pays à forte pression fiscale, à forte redistribution des revenus et à très fort chômage. Ces trois aspects sont en partie liés les uns ou autres. En effet, les taux d’imposition élevés poussent les entreprises à investir ailleurs, ce qui entraîne encore moins d’emplois à mesure que la population augmente. Des impôts élevés se traduisent également souvent par un bon salaire d’une petite partie de la population — la fonction publique, massivement noire depuis la venue au pouvoir de l’ANC. L’Afrique du Sud doit créer plus de richesse avant de la distribuer selon l’économiste Mike Schüssler, elle doit cesser de penser qu’elle peut juste dépenser et redistribuer l’impôt pour lutter contre les inégalités.

Ces échecs répétés ont fait dire à un célèbre chroniqueur noir, Simon Mwewa Lane, qu’au rythme auquel se décompose le pays, si les noirs sud-africains ne parviennent pas à se ressaisir, il vaudrait sans doute mieux « rendre les rênes aux Boers ». Voir la vidéo ci-dessous.


La discrimination à rebours, le racisme est toujours la loi, mais à l’avantage d’autres

L’application de la discrimination anti-blanche dans la vie économique a eu des conséquences délétères. 

Dans le secteur privé, l’Employment Equity Act de 1998 établit des quotas raciaux et, pour les entreprises de plus de 50 personnes, l’obligation de recruter des noirs et des personnes discriminés sous l’apartheid. De lourdes amendes sont prévues pour imposer ce « rééquilibrage racial ». En conséquence, on a assisté à une surévaluation artificielle des diplômés noirs car, peu nombreux, les entreprises se les arrachèrent pour se conformer à la loi. L’on assista alors à une véritable inflation des salaires chez les Noirs qualifiés, un diplômé noir occupant une fonction de direction, qu’elle soit réelle ou fictive, étant en moyenne payé 30 % de plus que leurs homologues blancs, sans compter divers avantages comme une voiture, un logement de fonction et des primes. Souvent la chaîne de direction des grandes entreprises fut dédoublée, et ce pour un résultat économique nul. 

Pour éviter ces surcoûts, les petites et moyennes entreprises blanches ont souvent préféré licencier du personnel ou limiter leur développement pour rester sous la barre fatidique des 50 employés. Bien évidemment, cela n’a eu aucun effet bénéfique pour la croissance économique et le chômage en Afrique du Sud.

En outre, la politique du Black Economic Enpowerment (BEE), devenue en 2003 Broad-based Black Economic Enpowerment (BBBEE) oblige les banques à prêter aux entrepreneurs noirs afin qu’ils puissent créer ou racheter des entreprises. Cette politique a certes créé des riches dans la bourgeoisie noire, mais aucune richesse pour le pays.

La fin de l’ANC ? Racialisation de la politique 

Aujourd’hui, l’ANC n’est plus qu’une coquille vide ayant perdu toute forme idéologique et politique. Fragmenté par une infinité de facteurs, il ne survit plus que comme machine électorale destinée à distribuer des prébendes. Quant aux masses noires totalement paupérisées, elles constituent un bloc explosif potentiel dont la colère explosera un jour ou l’autre.

Qui recueillera cette colère ? Sera-ce l’EFF de l’extrémiste Julius Sello Malema ? Coutumier des propos provocateurs, début , il déclarait ainsi vouloir faire tomber le maire de Port Elizabeth parce qu’il est « un homme blanc ». « On coupe les têtes de la blancheur », ajoutait-il. Ce mois-ci, il accuse une « cabale indienne » (indopakistanaise) soutenue par des métis de détourner le pouvoir légitime qui devrait revenir aux Noirs. Voir vidéo ci-dessous.


Devant son échec de 30 ans, les difficultés économiques, le chômage endémique, la corruption, l’EFF qui lui souffle dans le dos, l’ANC parviendra-t-il à ne pas accuser les minorités ethniques ? L’Afrique du Sud évitera-t-elle le piège du Zimbabwe qui racialisa les échecs des politiques de Mugabe et qui saisit les terres des fermiers blancs quand l’économie s’effondra afin de satisfaire une base militante appauvrie ? L’ANC ou l’EFF tenteront-ils de diriger la colère légitime de la masse noire qui souffre vers les blancs, les Indo-Pakistanais ou les métis afin de faire oublier son bilan désastreux et détourner les accusations d’incompétences et de corruption ?

Après une société séparée, une société d’enclaves ?

 

Habitants indo-pakistanais en voiture tirent sur des noirs

Pour Frans Cronjé, un analyste financier sud-africain, l’Afrique du Sud se dirige de plus en plus vers une société faite d’enclaves :

  • il y a 20 ans environ, il y avait approximativement le même nombre de policiers sur le terrain que d’agents de sécurité, aujourd’hui on trouve trois plus d’agents de sécurité privée que de policiers sur le terrain (si le propre de l’État est son monopole de la violence légitime, en Afrique du Sud il semble avoir renoncé à ce monopole) ;
  •  les enfants blancs et ceux de la bourgeoisie non blanche ont déserté les écoles publiques, il en va de même pour ce qui est de la santé qui est privatisée pour les nantis ;
  • des milices privées se sont vite formées de façon décentralisée pour défendre la propriété privée ;
  • les décisions de la Banque de réserve sud-africaine (la banque centrale) ont nettement moins d’effets désormais sur les gens qui ont du capital, car ils ont dollarisés leurs avoirs, il en va différemment des gens peu aisés qui voient leur pouvoir d’achat baisser à chaque dévaluation fréquente du rand, la monnaie locale ;
  • le gouvernement central est peu efficace, il est décrédibilisé, sa réaction fut très lente, les policiers sont sous-équipés, on a appris que certains agents de la paix à court de munitions priaient les agents de société de sécurité privée de leur en fournir.
Indiens brûlent bidonville noir à Pietermaritzburg (Natal) près de Khan Rd.
 
L’Afrique du Sud aurait donc, paradoxalement, abandonné un modèle de développement ethnique et géographique séparé pour une société violente faite d’enclaves, de « communautés » à forte base ethnique, mais intégrant cette fois un élément financier plus important qu’auparavant.

Évolution de la population blanche en Afrique du Sud depuis 1904
  Année     Population   %
1904   1 116 805     21,58
1970 3 751 000 18,3
1991 5 068 300 13
1996 4 434 697 10,9
2001 4 293 640 9,6
2011 4 586 838 8,9
2020 4 586 680 7,8

Entretemps, la part des blancs diminuera en Afrique du Sud : on estime qu’un quart sont partis depuis 1994, les plus jeunes. La démographie de ceux qui restent est sous le taux de remplacement. La proportion des noirs ne fera qu’augmenter notamment par l’arrivée d’Africains des pays voisins. L’Afrique du Sud « la nation arc-en-ciel » sera de moins en moins diverse, mais elle promet d’être violente, inégalitaire et moins prospère.

 
 
 
La carte AfricaGo, pas de queue, pas de soucis, servez-vous !
 
Voir aussi
 

Uniformiser les universités de la « nation arc-en-ciel » au nom de l’« unité » ?

Afrique du Sud — volonté de spolier les terres et d’angliciser les écoles malgré la constitution

Déboulonner Gandhi

Il y a 155 ans — avril 1856, prophétie suicidaire de la nation Xhosa 

Zimbabwe : l’analyse radio-canadienne sur Mugabe d’« authentique héros » bâtisseur à « dictateur » (M-à-j)

Démographie : en 2050 pour un Européen proche de 50 ans, il y aura trois Africains de moins de 30 ans

Afrique du Sud — Déconfiture de l’école publique, succès de l’école privée

Nouveau scandale dans le système éducatif d’Afrique du Sud, pour Nadine Gordimer l’éducation est « un désastre »

Afrique du Sud — Les enseignants en colère

Histoire — Dossier sur Mandela et son héritage

Si la démographie, c’est le destin… de l’Afrique et de l’Europe

Discrimination raciale officielle dans les universités sud-africaines

Afrique du Sud – Pour la sixième année de suite, le taux de réussite aux examens de fin d’études secondaires diminue.

Curiosité du jour : augmenter de 25 % les notes de tous les finissants sud-africains ?

« Unir plutôt que diviser » ou comment imposer un monopole en jouant sur les sentiments (fermeture des écoles francophones au Canada au début du XXe siècle)

Les langues en Afrique du Sud depuis 1994 (écrit en 2010, ça n’a fait qu’empirer)