mardi 13 septembre 2022

Irlande — professeur catholique emprisonné pour avoir refusé d’utiliser les pronoms « neutres » d’un de ses élèves transgenre

Échec de sa demande de libération

L’enseignant impliqué dans un différend transgenre, Enoch Burke, a échoué dans sa tentative d’être libéré de la prison de Mountjoy — après avoir soutenu que les procédures disciplinaires engagées contre lui par l’école étaient « illégales et inconstitutionnelles ».

Le chrétien évangélique est en prison depuis plus d’une semaine après avoir enfreint une injonction lui interdisant de fréquenter l’école où il travaille.

Le différend de M. Burke avec l’école de l’hôpital Wilson à Multyfarnham, dans le comté de Westmeath, a commencé lorsque le personnel a été « invité » (selon le Irish Mirror) à se référer à un élève qui souhaitait faire sa « transition » de genre avec les pronoms « ils/eux ». Invitation qui ressemble visiblement fort à une obligation ferme.

M. Burke, qui prétend que le transgenrisme est contraire à ses fortes croyances religieuses, a refusé de le faire et a ensuite publiquement confronté le principal pour exprimer son opposition à l’utilisation de ces pronoms.

Il a été mis en congé administratif dans l’attente d’une procédure disciplinaire pour cet « éclat », mais M. Burke a continué à fréquenter les locaux, ce qui aurait obligé l’école à obtenir une injonction du tribunal pour l’en empêcher.

La Haute Cour a emprisonné l’enseignant lundi dernier pour avoir enfreint cette injonction, et il est resté à Mountjoy depuis lors.

Hier, M. Burke, qui s’est représenté lui-même avec l’aide de son frère Isaac, a demandé au tribunal des injonctions mettant fin au processus disciplinaire des écoles qu’il a qualifié d’« inconstitutionnel et illégal ».

Il a déclaré que la décision de le mettre en congé payé était « déraisonnable, injuste, injuste et illégale » et a déclaré qu’il serait « inadmissible » d’autoriser la tenue d’une audience disciplinaire à Mullingar le mercredi 14 septembre ou à toute autre date.

« Je devrais rentrer à la maison avec mon père et mon frère ce soir », a déclaré M. Burke, qui a été traduit en justice depuis la prison de Mountjoy.

Il a ajouté qu’il voulait retourner travailler à l’école.

[…] L’affaire reviendra devant le tribunal demain.

Billet Originel du 6 septembre

En Irlande, un professeur catholique a été emprisonné lundi 5 septembre, rapporte le Daily Mail. Son tort ? Avoir refusé d’user des pronoms neutres d’un de ses élèves qui se dit transgenre. Enoch Burke, enseignant en allemand et histoire dans un établissement scolaire catholique irlandais, a été arrêté et traduit en justice. Devant le tribunal, il a affirmé avoir été suspendu par l’école pour avoir, en mai dernier, refusé d’appeler un de ses élèves « un garçon » comme étant « une fille ». Il a déclaré qu’une telle directive était « contraire aux Écritures » et allait à l’encontre de « l’éthique de [s] on école et de l’Église d’Irlande », et qu’il ne pourrait jamais l’accepter, car il n’est pas d’accord avec l’idéologie transgenre.

L’enseignant Enoch Burke (photographié lundi sous escorte policière) a été arrêté lundi matin pour avoir enfreint une ordonnance du tribunal l’empêchant de se trouver dans son école de Westmeath

Emprisonné

À la suite de cette affaire, Enoch Burke avait été suspendu en août dernier, tout en conservant sa rémunération. Mais il est revenu à l’école, vendredi 2 septembre. C’est la police de l’établissement qui l’a arrêté lundi 5 septembre et l’a transféré au tribunal de Dublin. Le juge a demandé l’incarcération du professeur pour qu’il respecte la décision de l’école. L’enseignant, qui se défendait lui-même, a affirmé qu’il avait été suspendu à tort de son poste, expliquant que le processus disciplinaire utilisé pour le suspendre était entaché d’un vice de procédure et que l’injonction n’aurait pas dû être accordée. Enoch Burke a déclaré qu’il « aimait être enseignant » et qu’il appréciait l’école en elle-même, confirmant toutefois son opposition au traitement de l’élève souhaité par sa direction. Il a ajouté qu’il « ne voulait pas aller en prison » et qu’il respectait la loi. Cependant, se conformer aux ordres serait « un mépris » de ses propres croyances chrétiennes profondes qui, selon lui, lui sont « très chères ». Accepter de se conformer à l’ordonnance du tribunal, a-t-il dit, reviendrait à enfreindre sa propre morale, son éthique et ses opinions religieuses.

Sources : Daily Mail et VA.