vendredi 25 décembre 2015

ECR — Élève : à Noël on fête la naissance de Jésus, enseignant : c'est faux

Interrogé par la Presse, le très prudent Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, déclare au sujet du très controversé cours d'éthique et de culture religieuse (ECR) : « Être neutre, c'est impossible : on parle toujours à partir d'un certain point de vue. La mère d'un enfant de 8 ans m'a rapporté que son professeur avait demandé à la classe ce qu'on fêtait à Noël. L'enfant a répondu « la naissance de Jésus ». Le professeur a répondu que ce n'était pas vrai, parce qu'il ne voulait pas que ce soit considéré comme un fait. Le respect, ça aurait été de répondre « les chrétiens croient qu'à Noël, on fête la naissance de Jésus. »

1) Les chrétiens ne croient pas fêter la naissance de Jésus, ils la fêtent.

2) C'est autre chose de dire que l'on est sûr que Jésus est né un 25 décembre de notre calendrier grégorien. En fait, l'Église catholique n'insiste pas sur la coïncidence de la naissance de Jésus et de notre calendrier. Benoît XVI rappelait encore récemment que le moine Denys le Petit s'était sans doute trompé quant à l'année de naissance de Jésus. C'est sans importance, on peut célébrer une naissance à une autre date qu'à la date anniversaire précise. On le fait bien pour la Reine d'Angleterre... Il semble que le 25 décembre ait été choisi pour tomber neuf mois plus tard que l'Annonciation (25 mars). Irénée de Lyon (v.130-202) considérait que la conception de Jésus le 25 mars coïncidait avec la date de la Passion. (Au passage, la date du 25 décembre n'est probablement pas plus un recyclage des Saturnales que du Dies natalis solis invicti malgré ce qu'on lit fréquemment à cette époque).

3) Que voulait dire le professeur exactement par « que ce soit considéré comme un fait » ? Que la date n'est pas sûre ? Pas de problème alors. Ou est-ce qu'il voulait dire que la naissance de Jésus n'est pas un fait, comme ce professeur de cégep qui affirmait que Jésus n'avait jamais existé ?

Voir aussi

ECR — Marie s'est fait violer, elle a inventé l'histoire du Saint-Esprit, Joseph a gobé son histoire

Sortir le religieux de l'école pour y laisser entrer l'ésotérisme et les gourous

Pas de classiques de la littérature, mais la lutte contre l'hétérosexisme en classe d'ECR, de français, d'anglais, d'histoire et de mathématiques

Cours d'ECR : les enseignants « marchent sur des œufs »

Après « Youpi, ma religion ! », « Ma religion de rêve »

Table ronde sur le matériel pédagogique ECR

Cahier ECR : « je suis un garçon, une fille, je ne sais pas encore »

Formateur de formateurs en ECR à L'ACFAS : beaucoup de résistances, faible réceptivité, obstacles




Soutenons les familles dans leurs combats juridiques (reçu fiscal pour tout don supérieur à 50 $)

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Qu'il a l'air d'un mollasson ce monseigneur...

Herjulfr a dit…

N'importe quoi, tous les peuples européens ont célébré le solstice d'hiver et il est clair que Noël est une survivance païenne, comme le sont toutes les fêtes chrétiennes d'ailleurs (et un bon nombre de saints). La littérature à ce sujet est immense, il suffit de piocher au hasard dans la section "mythologie" de n'importe quelle bibliothèque universitaire ou collégiale pour en convenir.

Loulou a dit…

Merci Herjulfr (avec un nom comme ça, ça sent le néo-païen).

Quoi qu'il en soit à Noël, les chrétiens fêtent la naissance de Jésus, pas une mythologie quelconque qui vous ferait plaisir ainsi qu'à ce prof.

Évidemment ce Mgr a trop peur pour le dire trop haut.

Loulou a dit…

Ah Herjulfrr,

Le solstice c'est pas le 25 et le sol invictus cher aux néopaïens européens déboussolés a été déclaré fête après Noël !

Mais de toute façon le symbolisme est là : la fête de la renaissance, les jours croissent, mais pas une influence directe et bête (le prêtre qui maquille vite la véritable religion du peuple converti de force pour le soudoyer avec Noël, et autres catéchismes à la mode).

Loulou a dit…

POur Herr Herjulfr :

http://en.wikipedia.org/wiki/Sol_Invictus#Sol_Invictus_and_Christianity_and_Judaism

Herjulfr a dit…

@Loulou
Sent le néo-païen?
"Herr"?
De quoi d'autre aimeriez-vous me traiter?

Je n'ai pas parlé de Sol Invictus ni de niaiseries néo-païennes, mais simplement relevé une évidence : Noël est, en Europe et en Amérique, une fête aux origines païennes, aux attributs païens (à un point tel que les protestants anglais ont voulu interdire les festivités entourant Noël). Qu'elle ait été placée le 25 décembre par les chrétiens n'y change rien . Je sais bien que le 25 décembre n'est pas le solstice. Cependant le cycle de Noël (Avent, Sainte Lucie, jusqu'à la fin de l'épiphanie) recoupe à merveille les anciennes festivités païennes.

Il ne sert à rien de s'en offusquer, on ne peut pas cacher notre passé pré-chrétien.

Quoi qu'il en soit, il est évident qu'à Noël, les chrétiens fêtent le Christ et je ne comprends pas pourquoi ce bon Monseigneur n'est pas plus véhément dans sa défense de Noël. Difficile de perde plus de fidèles qu'actuellement, alors, qu'a-t-il à perdre?

Loulou a dit…

L'article dit "[semble] pas plus un recyclage des Saturnales que du Dies natalis solis invicti "

Vous dites d'abord n'importe quoi...

Pourtant il semble bien qu'il semble bien que ce ne soit pas le cas.

Ensuite vous dites rien à voir avec Sol invictus...

Donc, c'était pas n'importe quoi.

Remi le coach des Parents a dit…

Effrayant, cette propagande laïciste. Imaginez que l'on fasse ainsi avec les Juifs...

Remi le coach des Parents a dit…

Noël et le sens du sacré une fois encore vainqueurs des effaceurs de civilisation ! vainqueurs des sectes qui haïssent le cœur de l'Histoire, des universitaires qui nient le basculement des temps, des négateurs du Christ, des assassins de la mémoire éternelle, des mondialistes apatrides, des commerçants qui subvertissent la matière à l'essentiel. Noël est toujours là, il y a encore de saintes messes en une Sainte et douce nuit, il y a toujours une Nativité fêtée parmi les hommes. C'est qu'ils sentent qu'il y a là une vérité essentielle. Certes, oui, disent les matérialistes, il y avait une fête en ces jours-là, avant Jésus, une fête antique — je n'aime pas dire païenne parce que le sacré y était tout de même et tout sacré authentique touche à Dieu. Cette fête célébrait le solstice et l’apparition de la vie au creux de l'obscurité hivernale. On a dit que l'Eglise l'avait "récupérée". Elle ne l'a pas davantage récupérée que le peintre n'a récupéré le paysage qu'il célèbre. Elle a constaté puis mis en évidence, avec étonnement et vénération, l'identité des phénomènes terrestres et célestes, la filiation évidente entre ce qui est caché, invisible, et ce qui est révélé. Tout comme celui qui dépose un brevet met en ordre le travail de l’inventeur, tout comme le compositeur met en partition la chanson du folklore. L’événement de Bethléem, la naissance du Sauveur en plein milieu du monde connu et sillonné — c'est-à-dire en pleine terre —, manifestait ce que les hommes n’avaient fait que sentir intuitivement depuis les temps les plus anciens. Abandonnez l’idée qu’au début des Temps, on ne savait rien. C’est le contraire : les origines sont ceux du Savoir immédiat et de la lumière. Le temps avait passé, érodant les intuitions premières et le Savoir ; mais il était resté ce sentiment que la nuit du solstice d’hiver était un moment fécond : les paysans savaient que les parasites et les bactéries du sol meurent gelés et que le sol laissé au repos prépare les (suite)

Remi le coach des Parents a dit…

(suite) semailles à venir. On laisse respectueusement cette terre en paix et on ne la touche pas, de même que la parturiente se retire et s’isole. La naissance divine, dans le dépouillement, à l'écart, symbolise le recommencement du cycle de la vie et c'est ce que les peuples anciens ont immédiatement senti. Oui, l’Egypte avait raconté cette histoire avant qu’elle n’arrive. Et d’autres aussi. Et alors ? Vous pensez que cela décrédibilise la Nativité ? Vous admettez pourtant la météorologie, mille fois plus ignare que l’Egypte, qui fut, elle, capable d’annoncer mille comètes. Alexandre le Grand, apprenant l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie, s’est exclamé : « Quel grand drame est-ce là ? Voilà qu’une lumière se lève sur l’Occident. Ces livres brûlés, les dieux l’ont voulu, c’est que le savoir ancien va être renouvelé. » Il avait raison. L’Eglise a senti, dans les célébrations populaires, que ces gens détenaient une vérité. Elle leur apprit ce qui s’était passé en Palestine, et ils sentirent à leur tour que la coïncidence n’était pas un hasard. Noël fut parfois un combat épique entre peuples anciens et révélation nouvelle. Mais le sort des disputes se dénoua, lorsque antiques et chrétiens comprirent qu’ils parlaient de la même chose. Et il en serait ainsi pour tout le reste : tout ce qui avait été perçu comme vrai dans l’Antiquité, l’Eglise le reprit, car elle ne naissait pas sur un amas de cendres en niant ce qui la précédait, pas plus que Noël n’est possible sans le Fiat de Marie et neuf mois de grossesse. On croit, à tort, que la guerre fit rage entre les premiers chrétiens et les autres ; on se trompe. Les premiers pères de l’Eglise saisirent, avec souvent un émerveillement, que les anciens rites disaient quelque chose de vrai et d’inachevé ; ils préparaient quant à eux une explication qui serait bien plus qu’une simple explication : un authentique mode d’emploi. Les symboles reprendraient leur véritable sens et agiraient à nouveau, et d’une manière différente, décuplée, au lieu d’être les objets de superstitions qu’il étaient devenus dans l’empire romain et dans ce monde antique finissant, idolâtre. Les évêques modernistes ont bien tort de négliger les trésors de l'Eglise pour des discours humanistes vagues. La victoire de la Vie ne relève pas d'une opinion polémique ou intentionnelle. Comme la terre hivernale du solstice, l’Eglise doit apprendre à se dépouiller pour laisser croître sa nature divine.

Dia a dit…

Modern Educayshun

https://www.youtube.com/watch?v=qPMyccAPrgA

Pour une école libre a dit…

Nous avions vu cette vidéo depuis un certain temps, puisqu'elle semble plaire, nous l'avons sous-titrée : http://www.pouruneécolelibre.com/2015/12/satire-leducasion-meauderne.html

Pour une école libre a dit…

Nous avions vu cette vidéo depuis un certain temps, puisqu'elle semble plaire, nous l'avons sous-titrée :

Léducasion meauderne